L’effet de serre et les français !

La moitié du CO2 émis dans l’atmosphère en France est liée à nos comportements quotidiens. En France, chaque ménage émet 15,5 tonnes de CO2 par an !

A l’origine de ces émissions, l’usage direct d’énergies lié :

  • aux déplacements (4,3 t de CO2 émis soit 28 % du total)
  • au chauffage (2.8 t de CO2 émis soit 18 % du total)
  • à l’eau chaude et à l’électricité (0.6 t de CO2 émis soit 4 % du total)

Mais n’oublions pas qu’un ménage consomme des biens issus de l’activité industrielle et agricole. Il participe donc aussi, de manière indirecte, aux émissions de CO2 liées à la fabrication et au transport des produits et services : soit, pour :

  • l’industrie et l’agriculture (3.7 t de CO2 émis soit 24 % du total)
  • le transport de marchandises (2,6 t de CO2 émis soit 17 % du total)
  • le chauffage et l’électricité au travail (1,4 t de CO2 émis soit 9 % du total)

Aux vues de ces statistiques, il est certain que des économies d’énergie réalisées par un grand nombre de ménages permettraient une réduction importante des émissions françaises de CO2.

  • Qu’en pensent les Français ?

L’Ademe réalise chaque année depuis 2000 un baromètre "Effet de serre" auprès de la population française. En 2005, la lutte contre l’effet de serre arrivait en 3ème position des préoccupations environnementales des Français après la lutte contre la pollution de l’eau et celle contre la pollution de l’air.

C'est maintenant !
Fournisseur Total direct énergie

10% de remise sur le prix de votre consommation d'électricité et de gaz !

71% des Français considèrent désormais que l’effet de serre est une certitude pour la plupart des scientifiques contre 60% en 2000.

75% des Français sont conscients qu’il faudra modifier de façon importante nos modes de vie pour empêcher l’augmentation de l’effet de serre.

Sources : ADEME
Partagez l'article

 

Articles connexes

Souscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
marcopolo

Des mesures très contraignantes sont prises à l’égard de l’industrie, en particulier le secteur énergétique, mais comme d’habitude rien ou presque n’est fait pour réduire les émissions des transports : camions, avions et autos pourront continuer de polluer librement