L’engouement pour le photovoltaique se confirme

Electricité réseau distribution de France (ERDF) a publié ses derniers chiffres trimestriels concernant le nombre de demandes de raccordement au réseau électrique.

Au total, ERDF a reçu 23 508 demandes de "producteurs" voulant raccorder leur installation au réseau électrique au cours des 6 premiers mois de l’année.

Le photovoltaïque concentre à lui seul 97% du processus de raccordement avec 22 826 demandes. Par rapport à 2008 et sur la même période, ERDF avait reçu 12 056 demandes.

La répartition en nombre de raccordement / Puissance installée (MW)

  • Biogaz : 57 / 87.4 MW
  • Biomasse : 20 / 109.9 MW
  • Cogénération : 32 / 52.6 MW
  • Déchets : 5 / 34 MW
  • Eolien : 465 / 4270.9 MW
  • Hydraulique : 99 / 71.8 MW
  • Photovoltaïque : 22826 / 996.8 MW
  • Autres : 4 / 1.306 MW
  • TOTAL : 23 508 / 5 624,7 MW

Concernant uniquement les demandes de raccordement des installations photovoltaïques, la répartition à fin juin 2009 par région est la suivante :

L'engouement pour le photovoltaique se confirme

Grâce ou à cause des incitations fiscales, l’énergie solaire photovoltaïque connaît une forte hausse depuis 2 ans. Mais cet engouement provoque aussi des délais d’attente de plusieurs mois auprès des services d’ERDF. Selon les responsables d’ERDF, il fallait compter environ 5 mois en moyenne au premier trimestre 2009. Ils comptent ramener ce délai à 4 mois d’ici la fin de l’année.

[DEVIS|14]

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
17 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
fragued

Avec des prix de rachat de 56 cts d’€ par KWh produit, les particuliers qui s’équipent de telles installations connaissent un retour sur investissement de moins de 10 ans… Et comme le prix de rachat est garanti durant plus de 20 ans, je vous laisse imaginer la belle assurance-vie ou le bon plan retraite en perspective. Le problème, c’est que en nous y mettant tous, on va faire bondir le prix de l’éléctricité !!

Pierre25

Pas seulement pour les producteurs, les installateurs & fournisseurs se remplissent aussi les poches, et en plus tout est importé donc perte également pour la balance commerciale, nous avons devant nous de belles hausses tarifaires en vue.

bmd

Interpol vous ne manquez pas de souffle. D’où vient la cagnotte qui permettra d’acheter de l’électricité à 550 Euros le MWh à tous ces petits producteurs, sinon des consommateurs non équipés, par le biais de leur facture d’électricité? Et par pitié, ne nous faites pas le coût de la CSPE, qui ne tient compte que des prix de marché et aucunement des prix de revient.  C’est effectivement par le biais de la hausse des prix de marché que se manifestera l’augmentation, tandis que la CFPE  fera croire au consommateur que le solaire ne lui coûte pas grand chose. C’est exactement le même coup qu’avec l’éolien!

enerZ

Effectivement, au bout de 10 minutes d’inactivité, les comptes enerzine se déloguent automatiquement.  Nous allons faire le nécessaire pour augmenter la durée… et pallier à ce soucis technique… Le modérateur

Dan1

Ce qui a été dit sur les tarifs d’obligation d’achat par EDF (et non pas de rachat), ne tient pas compte de l’indexation. Aujourd’hui, nous ne sommes plus à 55 centimes d’Euros le kWh (550 Euros le MWh), mais… un peu plus en vertu de la formule de l’arrêté du 10 juillet 2006 : Ceci posé, il faut aussi regarder l’impact des subventions au PV sur le prix de la facture d’électricité via la CSPE. Aujourd’hui, cet impact est à près nul malgré le tarif d’achat en moyenne 15 fois supérieur au prix de vente de l’électricité (part production) pour un système intégré. L’explication est simple : la production est insignifiante au niveau national : Fin juin 2009 : 23 064 installations pour 106 MW cumulés. Avec un facteur de charge d’environ 1000 heures, ces 106 MW peuvent fournir environ 106 GWh, soit un montant d’achat EDF d’au maximum 64 millions d’Euros à imputer à la CSPE et à répartir sur une assiette d’environ 400 TWh. Au bilan, cela donnerait au grand maximum 0,16 Euros par MWh ou 0,016 centimes d’Euros par kWh. Il y a donc de la marge avant quele PV se voit dans la CSPE, mais… il ne contribue pour presque rien à la production d’électricité ! 106 GWh comparé à une production de 550 TWh = 0,02 % de la production. Il en irait tout autrement si on atteignait l’objectif affiché de 5,4 GW installé en 2020. A ce stade, nous aurions presque 6 TWh de production a acheter à un un tarif moyen indexé (intégré et non intégré) d’environ 540 Euros le MWh. EDF devrait donc acheter au total pour 3,2 milliards d’Euros de PV et le répercuter sur la CSPE. Là, la règle du coût évité intervient, mais ne minore que très peu le coût du PV compte tenu du différentiel de prix entre le PV et le prix de marché probable. Admettons que le prix du marché monte à 80 Euros le MWh en 2020, il reste un différentiel de 540 – 80 = 460 Euros le MWh. Pour EDF, le coût évité théorique sera donc de 6 000 000 MWh x 80 = 480 millions d’Euros, mais il reste un coût à imputé à la CSPE de 6 000 000 x 460 = 2,76 milliards d’Euros à répartir sur environ 400 TWh, soit + 7 Euros par MWh. Là ça devient franchement visible et avec l’éolien, la cogénération… ça fait exploser la CSPE et les français vont demander des comptes pour une production “écologique” qui atteindrait seulement 1 % de la production.

Dan1

Il n’y a aucune idioties dans mon raisonnement, seulement des éléments factuels et s’agissant de l’avenir des hypothèses assumées et exposées. Personne ne connaît le prix du MWh en 2020 pas plus vous que moi. Pour la prévision CSPE en 2009, la CRE prend un prix de marché moyen pondéré du MWh de 77,8 Euros qui sert au calcul du coût évité : Voir annexe 1 CSPE 2009 Admettons que cela augmente de 2 % par an entre 2009 et 2020. Le MWh vaudrait alors 96,7 Euros. Cependant, dans le même temps le tarif d’achat va augmenter avec la formule d’indexation (notons qu’avec cette formule cela augmentait plus vite que l’inflation ces dernières années). La CRE mentionne un coût d’achat moyenné du PV (intégré et non intégré) de 409,1 Euros le MWh pour 2009. Si on applique la même augmentation que pour le MWh du marché (sous estimation importante si la proportion de PV intégré croit plus vite que le non intégré), on trouve le MWh PV moyen à 508,5 Euros le MWh. Dans ce cas, le différentiel serait de 411,8 Euros. Sur la base de 6 TWh produits, cela donne un montant imputable à la CSPE de 2,47 milliards d’Euros, soit 290 000 millions d’Euros d’écart (-10,5 %) avec la précédente estimation. C’est idiot mais on retrouve les mêmes ordres de grandeur ! La seule solution pour faire beaucoup moins serait de revoir les tarifs d’achat du PV quand ça commencera à coûter cher.. je crois que l’Espagne y a déjà penser. Atteindre la parité réseau avec le tarif actuel est impossible, l’atteindre en le divisant par 5 est envisageable ! 

bmd

Le tarif de rachat de l’électricité photovoltaïque DOIT baisser de 7% par an jusqu’en 2015 pour atteindre la parité avec le prix de marché dites-vous? cela fait une diminution de 40 % d’ici là. Or pour que le prix de marché atteigne ce niveau en 2015, il faut qu’il soit multiplié par 5, soit une augmentation de 45 % par an, même en partant du niveau très élevé qui est le sien. Et ce tarif de rachat va-t-il réellement baisser? Accessoirement je vous signale qu’EDF a demandé une augmentation de 20% en 3 ans et non par an. De toute façon, tout système qui établit le surcoût par rapport au prix de marché et non par rapport au prix de revient est un système de jésuite, et toute discussion sur cete base est faussée dès le départ. Puis-je faire à nouveau remarquer que le prix de marché du pétrole n’a rien à voir avec le prix de revient des producteurs. A titre de comparaison,quand ce prix a atteint 147 dollars le baril, le prix de revient technique du baril extrait d’Arabie Saoudite était de 3 dollars. Pourquoi vouloir à tout prix établir pour l’électricité des mécanismes d’établissement des prix similaires, alors que nous produisons en France assez d’électricité à un prix de revient bien inférieur à ce prix de marché qui est gonflé artificiellement, ainsi que par le développement irrationnel de renouvelables dont le prix de revient est effrayant. Ce n’est certainement pas pour lutter contre l’effet de serre, car notre électricité n’en produit pas? A qui profite le crime, selon vous? Au consommateur ou au producteur? Et ce système profite aux plus aisés, qui ont les moyens d’investir, au détriment des pauvres gens.

bmd

Chelya, quel est le prix de revient actuel de l’électricité PV en France? Je l’évalue pour ma part entre 400 et 500 Euros par MWh selon les conditions d’ensoleillement. Prenons la moyenne, 450, et appliquons lui une diminution de 7 % par an. En 2025, le prix serait donc de 160 Euros, ce qui sera à cette époque toujours très au-dessus du prix de revient de l’électricité nucléaire, qui est actuellement de 35 Euros. Celui-ci augmentera légèrement au fur et à mesure de l’introduction des EPR, dont il est douteux qu’ils aient remplacé en 2025 plus de 3 réacteurs sur les 58 actuellement en service . Bien sûr, tout cela hors inflation, qui s’applique au PV tout autant qu’au nucléaire. Et si à cette époque le prix de marché atteint 160 Euros hors inflation, ce sera une belle démonstration de la perversité de la ” libéralisation” du marché de l’électricité en Europe. Mais les compagnies qui auront des réacteurs nucléaires en feront alors leurs choux gras.

Mothys

Avant de décider pour une installation proposée par Erdf Suez, je voudrez avoir une réponse sur le renouvellement, recyclage des panneaux. Merci par avance Mon mail peut-il apparaitre?

marcob12

La subtilité du système allemand me semble bien dépeinte dans ce document notamment à la section 20 (pages 6 et 7) avec une diminution du tarif de rachat très détaillée selon la vitesse d’évolution des nouvelles installations PV (on en remet une louche pour activer le mouvement, on en retire pour calmer le jeu…) et une visibilité sur  les prochaines années, une cohérence, qui semble plutôt donner confiance à l’investisseur.

marcob12

C’est bien d’anticiper si longtemps à l’avance et d’espérer qu’une entreprise est déjà opérationnelle en France et capable  d’attendre 20/25 ans d’avoir un travail significatif à faire (ça m’a fait penser à Toxco Ltd, une boîte Californienne qui se lance dans le recyclage des batteries de voiture Li-Ion quand il n’y en aura pas à recycler avant 10 ans mini…). Bref, je demanderais au fournisseur. Cependant ce site a déjà parlé d’une initiative d’envergure et qui va fédérer les professionnels du secteur pour fonder une filière du recyclage. Je lirais ça aussi et ça aussi pour me faire une idée. Le site de l’association est ici si l’anglais n’est pas gênant.

renewable

Pas subventionné…Vous êtes nouveau sur le forum ou comme d’autres vous avez la mémoire courte? Ce débat à maintes et maintes fois eu lieu et vous avez pu lire quantité de littérature sur les subventions dont a bénéficié le nucléaire français et dont il bénéficie toujours!

renewable

Les 500 millions d’euros annuels d’exonération de TP, les conditions du taux d’emrunt et sa garantie par l’état, la prise en charge des assurances par l’état, ne sont donc pas à considérer comme des subventions? Vous devriez travailler pour la FNSEA et expliquer à l’europe ce qu’est une subvention, vous seriez très bon…

alain843

être au courant (sans jeu de mot) du fait que cette filière est née en génération spontanée sans aucunes aides/budgets titrés et tirés sur plusieurs ministères/subventions ! je pense à un général français qui doit rigoler dans sa tombe. ps (pour enerZ) : j’esaye l’humour, mais c’est un art difficile dans ce contexte.

renewable

Non pamina, vous n’avez pas répondu sur les exonérations de TP, pour ne citer que ce point, vous avez éludé le reste. Prenons ces exonérations, vous conviendrez comme tout le monde qu’il s’agit d’une “faveur”, d’un “cadeau” fait à cette filière. Cela a-t-il aidé le nucléaire? On ne peut objectivement répondre que par l’affirmative. Du coup peut-on dire que le nucléaire n’a jamais été subventionné? Cela relève de la pure hypocrisie! On peut dans ce cas dire que le tarifs garantis des ENR ne sont pas une subvention si vous ne retenez que la simple aide financière publique directe. Or une subvention peut prendre une multitude de formes, elle est considérée quand elle apporte une aide sur des deniers publics. Demandez aux agriculteurs!

renewable

Il n’est pas question d’incidences sur la rentabilité (et au passage vous oubliez AREVA qui bénéficie de 33% de plus qu’EDF) mais de niveau de subventions! Ces 175millions d’euros par an depuis plus de 30 ans sont-ils toujours justifiés? Ne seraient-ils pas plus utiles ailleurs, en particulier pour renforcer l’implication dans les ENR, le stockage et autres économies d’énergie insensées pour les défenseurs du monopole nucléaire? Pour les 500millions d’euros vous avez raison, j’ai confondu avec l’ordre de grandeur de l’investissement en recherche pour le nucléaire (ce fameux montant dont les ENR devraient disposer en vertu du principe 1euro dans le nucléaire = 1euros dans les ENR).

Yboubou

Bonjour à vous tous, Hummmm! C’est les subventions du nuc ou celles du photovoltaique qui vous chagrinent? Vous vous placez sur les terrain financier, Ok Certains éléments comme l’optimisation des transits d’énergie sont aussi à prendre en compte dans un système électrique. La production au plus près de la consommation est toujours la meilleure solution a rechercher. Cette part d’investissement est aussi à prendre en compte dans vos raisonnements. Si chaque maison divise ne serai-ce que par 2 l’énergie effectivement soutirée au réseau, c’est beaucoup plus de pertes sur le réseau qui sont évitées puisque celles-ci sont proportionneles au Carré de l’intensité. C’est aussi une meilleure disponibilité des réseaux qui sont alors soulagés.

17
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime