Les émissions CO2 ont baissé grâce aux autos neuves

D’après un rapport publié lundi par la Commission européenne, les émissions moyennes de CO2 des voitures neuves vendues dans l’Union européenne ont diminué de 5 % l’an dernier.

Il s’agit de la baisse annuelle la plus importante jamais enregistrée. La Commission a également adopté des modalités en vue d’harmoniser la surveillance des émissions de CO2 des voitures dans l’Union européenne.

« La réduction des émissions de CO2 du transport routier reste une préoccupation majeure pour les années à venir. Il ressort cependant des données les plus récentes que l’industrie automobile est en bonne voie pour atteindre l’objectif défini pour 2015 et que, selon toute probabilité, plusieurs grands constructeurs seront en mesure d’y parvenir bien avant l’échéance fixée. Lorsque les objectifs ont été fixés, l’industrie craignait qu’il soit impossible de les atteindre en temps voulu. Je me réjouis de constater que, en réalité, la législation de l’UE en matière de réduction des émissions de CO2 stimule efficacement l’innovation et permet à l’industrie européenne de rester hautement concurrentielle » a déclaré La Commissaire Mme Connie Hedegaard, membre de la Commission chargé de l’action en faveur du climat.

Rapport de surveillance annuel

D’après le rapport de la Commission faisant la synthèse des données concernant les émissions des voitures particulières neuves pour l’année de surveillance 2009, les émissions moyennes de CO2 ont baissé de 5,1 % par rapport à l’année précédente, enregistrant la baisse annuelle la plus importante depuis la mise en œuvre du programme de surveillance, en 2000.

De plus, la légère diminution de la puissance, de la cylindrée et du poids des voitures particulières qui s’était amorcée en 2008 s’est accentuée l’an dernier. Cette évolution est due aux effets conjugués de la crise économique, des programmes de mise à la casse introduits dans certains États membres, ainsi que de l’accroissement de la demande de véhicules plus économes en carburant et de la mise au point de nouvelles technologies dans ce domaine.

L’objectif de l’UE consistant à ramener, d’ici 2012, les émissions moyennes des 65 % de voitures particulières les moins polluantes à 130 g de CO2/km a été atteint l’an dernier. Compte tenu des améliorations réalisées au cours des sept dernières années en ce qui concerne l’efficacité énergétique moyenne des voitures particulières, plusieurs grands constructeurs automobiles devraient, si la tendance actuelle se poursuit, atteindre l’objectif fixé pour 2015 avec quelques années d’avance.

Modalités de surveillance

La Commission a par ailleurs adopté des modalités et des orientations en vue d’harmoniser le programme de surveillance des émissions de CO2 des voitures mis en place par l’Union européenne et d’en assurer le bon fonctionnement. Cette démarche s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du règlement concernant les émissions de CO2 des voitures particulières. Les modalités adoptées comprennent des instructions à l’intention des États membres et définissent le calendrier que le secteur automobile doit respecter pour la communication des données.

La limite des 130 grammes de CO2 par kilomètre (g/km) pour les voitures neuves immatriculées dans l’UE sera introduite progressivement. En 2012, l’objectif d’émissions moyennes s’applique aux émissions des 65 % de voitures les moins polluantes. À compter de 2015, toutes les voitures seront prises en compte aux fins du calcul de la moyenne.

Le transport routier est à l’origine d’environ un cinquième des émissions de CO2 de l’Union européenne, les voitures représentant plus de la moitié de l’ensemble des émissions du secteur des transports. Les émissions de CO2 imputables à ce type de transport ont augmenté de 29 % entre 1990 et 2007, notamment en raison de l’augmentation tant du nombre de véhicules en circulation que des distances parcourues chaque année.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
28 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Tassin

Est-ce que cette étude prend en compte les emissions liées à la fabrication des nouvelles voitures? Ce n’a pas l’air.

christian

Cher Tassin, De toutes façons, les “gens” (*) achèteraient : vieilles voitures HS, famille qui grandit-ou qui se disperse- amortissement atteint etc. Si on arrive à maintenir -5% chaque année ça ferait : 2009 : base 100 2010 : 95 2011 : 90,5 … 2022 : 51  2023 : 48 On atteindrait un objectif assez significatif… en supposant la tendance constante, ce qui est très hasardeux… Espérons que la voiture électrique permettra de faire mieux. On n’est pas à l’abri d’une bonne surprise. *) C’est bien connu, “les gens”, ça n’existe pas.

Tassin

En sachant qu’il faut grosso modo plus de 100 000km pour “rembourser” les emissions liées à la construction d’une voiture neuve emettant 30gCO2/km de moins qu’une ancienne, ça fait relativiser Concernant l’électrique c’est bien gentil mais les modèles présentés jusqu’à présent (Fluence, Golf) ne font pas ou peu gagner en énergie primaire. Le cas de la Golf Blue-emotion et bluemotion TDI est un cas d’école : l’électrique consomme plus que la thermique! (50kWhep contre 47,5 pour la TDI). Je sais bien que tout le monde semble attendre la “divine” voiture électrique qui va tout résoudre, mais pour l’instant j’ai pas vu le bout d’une amélioration.

Pastilleverte

titre raccoleur, on s’aperçoit qu’il ne concerne que les voitures (particulières) et neuves. Autrement dit, effet sur la parc automobile européen, sans doute même pas 1/2 %. De plus, entre la théorie et la vraie vie, dans la mesure où presque toutes les voitures neuves ont une clim°, ce qui n’est pas le cas de la moyenne du parc existant, les consommations, et donc les émissions de CO2, seront supérieures à ce qui est annoncé. Contrairement aux NOx, qui sont de vrais polluants, dangereux pour la santé, eux, et qui peuvent être post traités, le CO2 est lié quasi mécaniquement à la consommation (pour faire simple : air + carburant = H2O + CO2 + NOx). Moralité : conduisez moins, moins longtemps, moins vite, et ô surprise, vous consommerez/émettrez moins, facile, YAPLUKA !

moise44

@ tassin je suis bien d’accord avec vous sur le brulant sujet de la voiture électrique. Auriez vous un lien pour expliquer vos chiffres de 47.5kwhep et 50kwhep ?

Seb21

car même si les autos émettent moins que lautos anciennes, il y en a de plus en plus, donc…

Tassin

Oui bien sûr, voici mon calcul de coin de table basé sur les données constructeurs de la VW Golf Blue-emotion et bluemotion TDI. TDI en cycle mixte : 3,8L/100km (99g de CO2). Ratio d’énergie primaire pour le gasoil : 1,25 (source WWF). Et 1L de gasoil=10kWh. 3,8*1,25=4,75. 47,5kWhep/100km Electrique d’après les chiffres avancés : 26,5kWh pour 150km = 17,66kWh/100km. Ratio d’énergie primaire : 2,58 (source ADEME) Rendement de charge moyen : 90%, soit un ratio de 1,11. 17,66*2,58*1,11=50,57. 50,57kWhep/100km Soit 6% de PLUS pour l’électrique. Même si on peut discuter le chiffre de 2,58 “parce que les EnR vont être de plus en plus présentes dans le mix etc…” n’empêche qu’aujourd’hui, ce chiffre est valable et est très loin de changer.

Green boy

Félicitation: vous avez raison roulez moins et moins vite = moins de pollution Si simple et applicable

christian

Cher Tassin, Votre calcul est sans doute juste. Mais d’une part on a de l’énergie primaire forcément carbonée, de l’autre une énergie primaire potentiellement totalement décarbonée. Or, le kW primaire, il signifie quoi ? La notion d’énergie primaire est une notion d’économiste, ni de physicien, ni d’environementaliste ! Ne vaudrait-il pas mieux faire le calcul du coût au km des deux options ? Ou celui du CO2eq au km des deux options ?  Mais là, je ne vois vraiment pas ce que vous pensez en tirer comme conclusion…

Tassin

Le CO2eq n’a pas de sens, car 80% de l’électricité Française est nucléaire. C’est pour ça que le raisonnement en énergie primaire me semble le plus neutre et le plus juste. L’énergie “potentiellement décarbonnée” c’est le nucléaire, et celà ne me semble pas un progrès que de passer du pétrole au nucléaire. Mais c’est subjectif je vous l’accorde. Maintenant qu’on ne vienne pas me dire que l’électrique est une voiture propre, c’est faux, elle consomme comme une autre! Et ce sans même aller chercher du côté des ressources supplémentaires nécessaires (lithium, cuivre…)

Tassin

J’oubliais, la notion d’énergie primaire n’est absolument pas une notion économique, juste physique. Par contre comparer le coût au km n’a pas de sens car il n’intègre pas que le coût de l’énergie, donc est déconnecté de la consommation réelle. De plus les énergies n’ont pas toutes le même coût.

Dan1

L’énergie primaire est d’abord une notion comptable qui s’appuie sur des réalités physiques disparates et difficilement conciliables. C’est un mode de calcul conventionnel dont il faut se méfier car il ne dit pas tout sur une filière. Pour le nucléaire par exemple on a été obligé de considérer l’énergie thermique fournie par les réacteurs, laquelle est ensuite transformée en électricité avec un rendement 33 %. Pour le gaz, le fioul ou le charbon, s’ils sont brûlés dans un moteur ou une chaudière, on considère le pouvoir calorifique renfermé dans le carburant utilisé en final. Ce faisant, on occulte complètement l’énergie perdue en amont (par exemple les fuites de gaz dues au gazoducs ou à la liquéfaction). Et on ne prend pas en compte le rendement des récepteurs en aval(par exemple un moteur de voiture qui “gaspille” environ 70 à 80 % de l’énergie “finale qu’il utilise). Voir l’annexe 2 (page 10/12) : Si vous utilisez de l’électricité issue d’une installation géothermique, chaque MWh final vous coûtera 0,86 tep primaire. En revanche, si vous utilisez un MWh éolien, il vous coûtera 10 fois moins d’énergie primaire, car par convention, 1 MWh final éolien est égal à un MWh primaire. Maintenant, si on veut comparer, dans l’avenir, les mérites de la voiture électrique par rapport au thermique en étudiant les émissions de CO2, il faut tenir compte de l’amélioration présente et future du facteur carbone de la production électrique européenne. Je rappelle que le facteur carbone du kWh européen vient de passer en-dessous de 350 grammes. Bien évidemment ce score très encourageant va être largement dépassé à la baisse dans les années à venir grâce au très fort développement des énergies renouvelables… ce dont personne ne peut douter compte tenu des objectifs fixés et des annonces extrèmement positives que nous pouvons lire tout les jours dans la presse. Le développement massif du parc de véhicules électriques étant plutôt à l’horizon de 10 ou 20 ans (durée de renouvellement du parc étant de 25 ans), il faudrait refaire les calculs avec un kWh en-deça de 300 g de CO2. Sinon, cela veut dire que l’on adopte une attitude particulièrement pessimiste et conservatrice qui ne veut pas croire au développement des EnR.

Tassin

J’ai pris en compte l’énergie grise des carburants pétroliers dans mon calcul (1,25 selon le WWF). S’intéresser au facteur carbone, du moins en France, n’est pas très pertinent à cause de la forte présence du nucléaire. Ou alors il faut intégrer “mg de déchets nucléaire” dans le facteur déchet de l’électricité produite. Mais la comparaison avec le CO2 est difficile. Vaut-il mieux 100grs de CO2 ou 1mg de déchets? D’où l’intérêt d’utiliser l’énergie primaire. Ensuite, sur la décarbonisation ça n’est pas si certains, avec le développement des voitures électriques et l’augmentation continue de la consommation domestique (je parle même pas de la délocalisation des industries polluantes qu’on a carrément évacué des comptes), la consommation risque de continuer à augmenter plus vite que l’installation d’EnR. Mais c’est vrai que l’intégration d’EnR fait baisser le facteur, 2,58 actuellement. Il faudrait le réactualiser en 2020 pour voir…

Dan1

je cite : “Vaut-il mieux 100grs de CO2 ou 1mg de déchets?” Pour mieux argumenter les réponses à cette question, je répondrai que dans les autres filières de masse, il y a du CO2 et quelques menus déchets qu’il faut considérer Et voici le lien direct vers le rapport de Greenpeace : Enfin si l’on prend la peine de regarder les déchets en Europe, on peut déjà se forger une opinion : Après ces lectures studieuses, il demeure indiscutablement une question de goût personnel : On peut préférer des milliards de tonnes de déchets rejetés pratiquement sans contrôle dans la nature (atmosphère, eau, sol) pendant des dizaines d’années à quelques milliers de m3 de déchets parfaitement contrôlés et conditionnés. Rappelons que les 20 000 milliards de kWh que produiront nos 58 réacteurs nucléaires n’engendreront qu’un peu plus de 3000 m3 de déchets de haute activité à vie longue :

christian

J’en suis désolé Tassin, mais vous vous trompez : comme Dan1 vous le dit, comme je vous l’ai dit, l’énergie primaire est une grandeur comptable (d’économiste si on veut). Ce N’est PAS une grandeur physique. Pour les grandeurs physique, vous n’indiqueriez même pas vos sources : où que je cherche 1eV c’est 1eV ;  1 J c’est 1 J. L’énergie primaire -et “vos ratio d’énergie primaire”- sont conventionnels,  arbitraires. La preuve : vous êtes obligés -pour qu’on sache de quoi vous parlez- de préciser précautionneusement d’où vous le tirez. Preuve 2 : on a changé la convention en 2001. Jusqu’en 2001, l’électricité française était comptée par la  DGEMP du Ministère en charge de l’énergie avec le ratio 0,222 tep/MWh. A partir de 2001, on passe à 0,2606 tep/MWh. D’ailleurs, vous même vous dites qu’il faudra peut-être changer un jour, alors que physiquement le changement se fait… en continu ! Cependant, pour l’électricité produite par EnR, le “ratio” est égal à 0,086 tep/MWh, sauf l’électricité géothermique, qu’on suppose fonctionner avec un rendement de 10 %, et qui est comptée 0,86 tep/MWh. Alors qu’évidemment il y a une grande diversité d’installations… Autre exemple pour appuyer la nature non-physique mais conventionnelle de l’énergie primaire : le gaz. Un mètre cube de gaz, c’est un mètre cube de gaz. Je vous laisse chercher sur Wikipédia l’enthalpie libre de combustion, en kJ/mol, la valeur importe peu, on s’en fout : elle est universelle. MAIS dans une comptabilité énergétique, il faut distinguer suivant l’usage : chauffage à gaz, électricité d’origine turbine à gaz, électricité avec cogénération, il y a lors 3 “ratio” différents. D’ailleurs, j’ajoute que le ratio que vous utilisez pour le nucléaire laisse entendre… qu’on ferait bien de faire de la co-génération nucléaire, et de se chauffer avec les 67% qu’on jette actuellement à la rivière. D’aucuns pensent qu’il faudrait plus honnêtement compter, comme pour les renouvelables, une valeur autour de 100% de rendement, soit  0,086 tep/MWh. Pour terminer, faire un choix, c’est établir un critère d’optimisation : le moins cher, le moins toxique, le moins dispersé, celui qui utilise le moins de matière première etc… Pour ma part, je crois que le contenu en gaz à effet de serre, le gCO2eq (que vous brocardez comme n’ayant aucun sens) est le meilleur critère actuellement. Dans les années 70, il s’agissait de prix. Quand nous aurons passé la crise d’adaptation au changement climatique global (si nous la passons), on pourra choisir comme critère celui de la toxicité à 100 000 ans. Et il y en a deux auxquel on n’échappe pas : l’optimisation de l’usage de matière première (métaux, béton, etc), et l’emprise au sol.

Beatricelolo

votre blog est superbe! surtout continuez ainsi ! voyance

gp

en tout cas, si elles ont baissé, ca n’est certainement pas grace à un véhicule comme celui qui illustre l’article!!!! Un bon gros X3 3.0 n’a jamais été une solution très efficace pour cela… Au dela des chiffres souvent sujet à polémique, il ne serait pas inutile de rappeler qu’ne matière de consommation de carburant et donc d’émissions de CO2, tout est dans l’usage et la conduite! Et en la matière, force et de constater qu’il reste bcp à faire : combien de propriétaires de smart affichent une conso moyenne > à celle d’une berline Diesel utilisée quasi-exclusivement sur route en 6ème à 1800 tr/min ??? … et l’Etat de les encourager dans cette voie en continuant à leur distribuer du bonus. Un scandale!

Tassin

Euh… est-ce que vous n’êtes pas en train de confondre tep (tonnes équivalent pétrole) et kWhep (kWh énergie primaire) ? Dans mon calcul je ne prends en compte que la quantité d’énergie utilisée en amont pour produire 1kWh final. Et actuellement c’est 2,58kWh utilisés pour produire 1kWh à la prise. C’est tout. Je ne compare pas cette quantité avec des tonnes de pétrole dont on se fout éperdument d’ailleurs. De même que le CO2. Sur ce fameux CO2. Vous dites “Pour ma part, je crois que le contenu en gaz à effet de serre, le gCO2eq (que vous brocardez comme n’ayant aucun sens) est le meilleur critère actuellement.” Avec cette méthode, passer tout le parc automobile nucléaire est un progrès total (100% d’emissions de CO2 en moins), ce n’est pourtant pas un progrès en terme de consommation d’énergie ni écologique (extraction de ressources et pollution à l’utilisation). C’est du trucage de chiffres.

Tassin

Le 0,2606 tep/MWh ne concerne que le nucléaire. Ce n’est pas le contenu en tep du MWh Français. Vous pouvez essayer de calculer l’équivalence en tep du MWh Français, grosso modo on arrive à quelque chose autour de 0,23.  J’ai refait les calculs en tep avec ce chiffre, on aboutit à des résultats suprenants. TDI en cycle mixte : 3,8L/100km (99g de CO2). Ratio d’énergie primaire pour le gasoil : 1,25 (source WWF). 1L de gasoil=0,00085 tep. 3,8*1,25*0,00085=0,00404 tep/100km   Electrique d’après les chiffres avancés : 26,5kWh pour 150km = 17,66kWh/100km. 1kWh=0,00023 tep Rendement de charge moyen : 90%, soit un ratio de 1,11. 17,66*1,11*0,00023=0,00451 tep/100km.     Soit 12% de PLUS pour l’électrique.

Tassin

Erreur de code. Voici une version plus claire : TDI en cycle mixte : 3,8L/100km (99g de CO2). Ratio d’énergie primaire pour le gasoil : 1,25 (source WWF). 1L de gasoil=0,00085 tep. 3,8*1,25*0,00085=0,00404 tep/100km Electrique d’après les chiffres avancés : 26,5kWh pour 150km = 17,66kWh/100km. 1kWh=0,00023 tep Rendement de charge moyen : 90%, soit un ratio de 1,11. 17,66*1,11*0,00023=0,00451 tep/100km. Soit 12% de PLUS pour l’électrique.

christian

… que celui qui ne veut entendre, dit le proverbe. Oui, j’ai parfaitement compris ce que vous appelez “équivalent primaire”. Seulement vous continuez à employer des mots sans savoir ce qu’ils recouvrent. Non, 1kWh “final” n’est pas celui injecté dans le réseau (pour ce qui est de l’électricité). Vous vous évertuez à calculer la valeur du ratio 0,26… et vous voulez me montrer d’où elle vient : merci, je le sais. Mais il n’en reste pas moins que c’est une valeur “conventionnelle”. Je ne peux pas être plus clair. Pas physique, mais arbitrairement décidée.  Sa seule raison d’être c’est la comparaison avec l’énergie reine, le pétrole. L’unité de ce 0,26 c’est 0,26 tep/MWh.  Dès lors qu’on prétend sortir de l’ère pétrole, il faut renoncer à cette comptabilité et en rechercher une plus pertinente. Admettons que l’équivalent primaire à la production ait un sens pour le nucléaire : pourquoi dans ce cas ne pas promouvoir la co-génération nucléaire comme on le fait pour la co-génération gaz ? Il y a 24 PWhep à récupérer ! Vous vous acharnez à soutenir que baisser la consommation d’énergie primaire c’est vertueux, par principe. C’est votre idéologie. Soit. Elle n’a pas de justification rationnelle. Transformer tout le parc automobile français en voitures électriques permettrait d’éviter des millions de tonnes de CO2 par an, de baisser le coût de la facture pour les Français… Que l’on génère cette électricité à partir de nucléaire, de photovoltaïque ou d’éoliennes, ou mieux encore, d’hydroliennes, peu m’importe. Personnellement, j’ai une préférence pour les hydroliennes, même si je considère aussi que ce serait un moyen de rendre enfin utiles les EnR intermittentes, PV et éolien.  Mais évidemment, cela, vous ne pouvez y adhérez, puisque par idéologie vous voulez diminuer la consommation d’énergie primaire. Consommer, c’est mal.

Sicetaitsimple

Se balancer tous ces chiffres à la figure n’a pas de sens….Le véhicule electrique est bien évidemment emetteur direct de 0g/km de CO2..Les ACV, c’est très bien, ça fait vivre tout un tas de gens très savants qui vont démontrer que le monde pourrait être différent.. So what? Le nucléaire et les renouvelables n’émettent pas de CO2,point barre… Ou tellement peu que même ceux qui vivent des ACV reconnaissent que ça ne vaut pratiquement pas la peine d’en parler.. Donc le véhicule electrique se développera en fonction du poids des renouvelables et du nucléaire dans la production d’électricité… Et se sera un moyen important ( par l’effet prix) de stockage des productions excédentaires, notamment le solaire dans la journée en été ou l’éolien quand il souffle , plutôt en hiver. Ce n’est pas exactement pour demain matin , mais le véhicule electrique non plus.Il faut que les deux avancent ensemble. Mais l’enjeu est de plus de 30% de la consommation de pétrole mondial…Les ACV ou les conventions energie primaire/energie finale, par rapport à l’enjeu de notre desintoxication du pétrole, ça me parait vraiment un débat de salon.

Tassin

Oui donc c’est bien ce que je disais : vous vous inquiétez plus des emissions de CO2 que de l’énergie consommée et vous pensez que le nucléaire c’est mieux que le pétrole. Par “idéologie CO2-centrique” dira-t-on. 😉

christian

Vous ne voulez pas lire ou quoi ? Si on produit l’électricité pour les voitures par les renouvelables, TANT MIEUX.  Votre opinion ne serait-elle pas, au fond, le signe que vous considérez que les renouvelables ne pourront jamais faire face ? Ou pensez-vous qu’ils ont plus d’inconvénients que le nucléaire et le pétrole (?!). Pour le reste (CO2 vs tep), ce n’est pas une question d’idéologie, de choix personnel, de religion ou de culture. C’est juste que les conséquences du changement climatique global seront irréversibles d’ici 10 ans maximum. Il sera trop tard pour agir. Il nous restera les yeux pour pleurer, les digues, et les solutions de science-fiction de la NASA. Faire des économies est nécessaire, quand il s’agit d’économiser du concret : éviter de gaspiller des matériaux, éviter des émissions, limiter les déchets. Faire des économies pour faire des économies, c’est inepte, pardonnez-moi de vous le dire comme ça. Je reprendrai cette discussion quand vous aurez répondu autrement que par un smiley à ne serait-ce qu’à un seul des arguments du message précédent.

Tassin

Cher Christian, je pense malgré ces “pics” lancés par forum interposé, que ce qui nous rapproche est plus grand que ce qui nous divise en terme d’énergie et de pollution. Evidément non je ne suis pas contre les renouvelables, j’en ai même fait mon métier. Mais il me semble malhonnête de dire que les véhicules électriques seront alimentés en renouvelable alors même que l’installation de ces moyens de production peine à suivre l’augmentation de la demande domestique. J’aimerai qu’on carbure à 100% aux renouvelables, mais force est de constater qu’on ne pratique pas le remplacement des sources polluantes par du renouvelable, mais qu’on se contente de les ajouter en se gaussant de leur augmentation relative dans le bouquet énergétique sans se soucier de l’augmentation quantitative des énergies classiques. Par pitié, qu’on arrête de présenter la voiture électrique comme une révolution, c’est juste une substitution du nucléaire au pétrole. Sur ce, je vous souhaite une bonne journée, venteuse et ensoleillée!

a tassin

Si vous relisez, vous verrez bien que les émissions de CO2 ne sont pas ma première préoccupation, parce ce qu’elle ne baisseront ( ou non) en europe qu’en fonction de notre desintoxication au pétrole (ainsi qu’au charbon et au gaz, d’accord), mais d’abord et avant tout le pétrole dans le transport

christian

EnerZ, qui est “A tassin” ? Sans doute pas Tassin ? Sicetaitsimple, c’est vous dans un moment de distraction ?

Sicetaitsimple

C’est bien moi, désolé.

28
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime