L’Etat pourrait vendre 15% d’Areva

L’Etat s’apprêterait à vendre 15% d’Areva, et à augmenter le capital du groupe nucléaire.

Le Financial Times révélait vendredi que 15% du capital pourrait ainsi être ouverts à des partenaires stratégiques du Moyen-Orient et d’Asie, pour répondre aux besoins d’investissement du groupe.

La filiale T&D est notamment citée, sans qu’il soit aujourd’hui possible de savoir si elle sera cédée en partie ou entièrement.

Selon le FT, à l’issue de cette opération, 25% du capital du groupe pourrait être détenu par des investisseurs non gouvernementaux. Parmi les noms évoqués, celui de Mitsubishi Heavy industries et de fonds souverains tels que Mubadala d’Abou Dhabi.

Areva a besoin de 8 à 10 milliards d’euros pour réaliser ses commandes et moderniser le parc français, à l’horizon 2012. Le groupe doit également faire face au rachat des parts cédées par Siemens dans Areva NP, qui représentent 2 milliards  d’euros.

Pour ses besoins à court terme, Areva devrait également annoncer la vente de son portefeuille d’action auprès d’entreprises françaises : Areva détient des parts minoritaires de GDF Suez, STMicroelectronics, Safran ou encore Eramet.

      

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
7 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Tartempion

Si l’on considère qu’il y a encore un futur pour le nucléaire pendant 15 à 20 ans, oui… il faut en vendre une partie, pour que les pays acheteurs en profitent pour le monter chez eux, et faire durer un peu le potentiel technologique, et l’amortir plus aisément……………. Mais vendre T & D, non…….. car c’est vendre la seule valeur d’AREVA à long terme, puisqu’avec les nouvelles énergies qui arrivent, tous les réseaux sont à revoir et donc à être réinvestis ……………. Vendre le potentiel du futur pour essayer d’améliorer ce qui risque de ne pas franchir la barrière trentenaire………. c’est prendre des risques…… Politiquement vendre T&D, c’est une C…….

alain843

Alstom (ex-CGE) et ce ne serait qu’un simple retour au bercail dans cette hypothèse (qui sera probablement tranchée demain dans ce sens, l’état n’ayant ni les moyens actuellement , ni une grosse envie de renflouer Areva des 10 milliards d’euros qui lui sont nécéssaires ) ; T&D  a de toutes façons de l’avenir car c’est un secteur nécéssaire et transversal au secteur de l’énergie éléctrique quelle que soit l’énergie primaire utilisée pour en produire. bonne journée à tous

Tartempion

Evidemment qu’un retour au bercail ne changerait pas grand chose, mais une vente à l’extérieur, au Moyen-Orient ou en Asie pour financer un no-future serait une perte sèche à long terme….

Tartempion

Evidemment qu’un retour au bercail ne changerait pas grand chose, mais une vente à l’extérieur, au Moyen-Orient ou en Asie pour financer un no-future serait une perte sèche à long terme….

alain843

1) comment vous faites pour poster deux coups à la fois ? (clavier à répétition !)   ;o))     2) sauf erreur de ma part ,la vente à l’ext. (MHI et/ou fonds souverains d’Abou Dhabi) ne concernerait que le coeur de métier d’Areva (NP,NC c-a-d les ex-Cogema et Framatome)

alain843

  le processus de vente du pôle T&D du groupe nucléaire public Areva est “engagé”, a affirmé ce vendredi Partrick Kron, PDG du groupe industriel Alstom, candidat à sa reprise aux côtés de Schneider Electric.

alain843

Les groupes Alstom et Schneider Electric ont annoncé en juillet qu’ils envisageaient de “faire une offre commune” sur T&D. Interrogé par l’AFP, M. Kron a refusé de donner des précisions sur le montant qu’Alstom était prêt à mettre sur la table. “C’est un processus qui prendra beaucoup de temps mais on n’a pas l’intention de parler pendant le processus”, a ajouté M. Kron. Areva a décidé de mettre en vente sa division T&D fin juin afin de financer son plan de développement dans le nucléaire. T&D est valorisé entre 3 et 5 milliards d’euros selon les estimations des analystes. Présent sur les cinq continents, Areva T&D emploie 29.966 salariés dans plus de 100 pays. La division a dégagé 5,06 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2008 et 560 millions de bénéfice opérationnel.

7
0
Laissez un commentairex