L’Iran aurait construit 5000 à 6000 centrifugeuses

L’Iran, par l’intermédiaire de son président Mahmoud Ahmadinejad, a déclaré posséder entre 5000 et 6000 centrifugeuses destinées aux activités d’enrichissement d’uranium.

"Aujourd’hui, ils (les Occidentaux) ont accepté que le nombre de 5 000 à 6 000 centrifugeuses existantes n’augmente pas et qu’il n’y a pas de problème à ce que ces centrifugeuses fonctionnent", a indiqué samedi le chef iranien, dans une élocution radiophonique sur la radio d’Etat.

"Les Américains disaient avant que l’Iran devait accepter la suspension pour qu’ils participent aux négociations, mais ils ont participé aux négociations sans que l’Iran suspende son programme et nous accueillons cela favorablement", a ajouté M. Ahmadinejad.

En novembre 2007, l’Iran annonçait avoir atteint les 3000 centrifugeuses. Début avril, 492 nouvelles centrifugeuses auraient été construites.

Théoriquement, avec ce nombre, l’uranium enrichi ainsi obtenu permettrait dans l’absolu de fabriquer une bombe atomique en moins de douze mois.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Prudent

” La même installation d’enrichissement de l’uranium, utilisant le même nombre de centrifugeuses dans les mêmes conditions et pendant la même période peut produire : – soit l’uranium enrichi nécessaire à un réacteur nucléaire de 1.000 MW pour fonctionner pendant un an – soit l’uranium de qualité militaire nécessaire à la fabrication de 20 bombes nucléaires (25 kg d’uranium militaire par bombe). “Cette citation fait suite à une synthèse de calculs relatif à l’enrichissement de l’uranium, selon différents paramètres, qui vaut par son caractère instructif : , il existe une solution bien simple pour permettre aux pays qui posent problème de disposer de réacteurs nucléaires, c’est d’utiliser des réacteurs canadiens CANDU. C’est une technologie fondée sur l’uranium naturel et l’eau lourde.Le mieux serait toutefois de se passer du nucléaire et d’utiliser l’énergie éolienne, le solaire photovoltaïque et le solaire thermodynamique pour produire l’électricité. Surtout dans des pays aux grands espaces disponibles et au soleil intense.

Prudent

Lire : Cette citation fait suite à une synthèse de calculs relatif à l’enrichissement de l’uranium, selon différents paramètres, qui vaut par son caractère instructif : ;

Dan1

Le problème bien réel de la prolifération nucléaire doit être regardé de façon pragmatique en tenant compte de l’existant.Une analyse intéressante figure dans le livre de JM Jancovici intitulé : “l’avenir climatique” Edition Seuil. A la page 245, il indique que, en 1995, 87 % de l’électricité mondiale pourrait être produite par des pays “éligibles” à l’énergie nucléaire civile (11 797 TWH sur les 13 529 produits dans le monde).Le principe étant de retenir pour éligible, les pays possédant déjà la bombe atomique et ceux possédant la culture technique suffisante pour opérer des centrales nucléaires.Si on fait refait le calcul 10 ans plus tard, en 2005 et avec les chiffres de l’AIE, on trouve :Une production mondiale d’électricité de 15 747 TWH.les 9 pays possédant la bombe atomique + les 13 pays ne possédant que le nucléaire civil produisent à eux seuls déjà 11 502 TWh, soit 73 % du total mondial. Cette proportion va augmenter du fait du poids grandissant de la Chine et de l’Inde. D’autre part, si on ajoute tous les pays de la communauté européenne, on monte à 12 535 TWH et 80 %.   En conclusion : pour réduire les émissions mondiales de CO2, le nucléaire peut être employé sans augmenter le risque de prolifération, à condition qu’il soit déployé dans les pays cité ci-dessus (22 pays déjà “équipés” et une dizaine d’autres “possibes”). 

3
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime