McPhy Energy relie la centrale hybride à hydrogène de Prenzlau au réseau

McPhy Energy, le spécialiste des équipements de production et de stockage d’hydrogène, a modifié et adapté la centrale hybride de Prenzlau et construit l’interface avec le système d’injection de gaz dans le réseau.

Depuis novembre 2014, Enertrag, un des principaux producteurs indépendants d’énergie renouvelable en Europe, a transformé plus de 100 MWh de surplus d’énergie éolienne en hydrogène qui ont été injectés dans le réseau de gaz. La démonstration du potentiel économique du power-to-gas est ainsi faite à l’échelle industrielle.

L’électrolyseur alcalin de 0,5 MW, permettant d’extraire l’hydrogène de l’eau grâce aux surplus d’électricité, est le cœur technologique de la centrale de Prenzlau. Il a été construit par une division d’Enertrag acquise par McPhy Energy en septembre 2013. Grâce à la maîtrise de cette technologie d’électrolyse appelée "Alcaline 2.0" et à l’expertise développée dans son intégration au sein d’infrastructures énergétiques comme les réseaux électriques ou de gaz naturel, McPhy Energy est un partenaire stratégique d’Enertrag dans les applications power-to-gas. La filiale de McPhy Energy basée à Wildau (Allemagne) lui apporte ses équipements et son savoir-faire en ingénierie.

La centrale hybride de Prenzlau a été construite par Enertrag et a été soutenue par l’Union Européenne, Deutsche Bahn, Total et Vattenfall.

« Nous félicitons McPhy Energy pour ses capacités en ingénierie projet. Nous pouvons désormais démontrer que le power-to-gas est une idée intelligente pour mener à bien la transition énergétique dans un monde renouvelable », a expliqué Jörg Müller, fondateur et directeur d’Enertrag.

McPhy Energy relie la centrale hybride à hydrogène de Prenzlau au réseau

« Alors que nous disposons déjà de produits innovants, efficaces et compétitifs, c’est notre savoir-faire applicatif complété par notre capacité à mener à bien des projets d’intégration complexes qui sera un facteur clé de notre succès et contribuera à faire de l’hydrogène un important vecteur du système énergétique de demain », a ajouté Pascal Mauberger, Président de McPhy Energy.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
15 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Pastilleverte

et on va dire, que, toutes choses égales par ailleurs, l’hybride est la (moins mauvaise) solution . Avec les autos, l’hybride, sous différentes formes, semble être une sorte d’optimisation par rapport au 100% électrique, voire aux moteurs thermiques, malgré les progrès gigantesques accomplis par ceux-ci en terme de rendement ces dernières années, en partie grace au “micro hybride” que représentent les systèmes “Stop & Start” (in english in the text) ! Et maintenant, avec les éoliennes ? Plus d’intermittence, ou plutôt peu importe, on produit de l’H2, on le stocke, on le réinjecte dans le réseau ? Tant mieux, mais une infrastructure bien lourde donc risques plus élevés en terme de disponbilité et de maintenance.

Lionel-fr

On ne peut pas parler d’infrastructure mais plutôt de démonstrateur. Comme souvent avec McPhy, un gros package de communication accompagne la validation et il y a certainement de très précieuses mesures à dépouiller afin de publication. Prenzlau se trouve en Allemagne, sans doute un site Enertraag sur les technologies duquel s’articule ce projet – contrairement à McPhy dont le credo historique repose sur le stockage sous hydrures, ici on stocke sous pression Clairement, il s’agit de valider toute la chaine de valorisation du stockage-injection. Certains éléments (cuves) datent de +10 ans, Siemens a considérablement amélioré les specs et la pression de stockage (de mémoire la pression était très faible chez Enertraag) Sur les milliers de points de mesure que comporte un tel projet, certains sont donc complètement obsolètes, d’autres en revanche permettront d’asseoir la génération suivante. Je pense en particulier que le dimensionnement (+/-1MW) n’a rien de définitif, notamment parce que le CEA et Honda ont récemment publié sur des puissances nettement moindres qui laisseraient supposer un maillage très étroit des réseaux avec de petites unités, les unités multi-MW feront l’objet de projets mieux financés par les géants industriels germaniques (Siemens) Bonne chance a tous ces pionniers en tous cas..

Verdarie

Transformer la production électrique d’une journée pour produire quelques litres d’H2, qu’il va falloir comprimer, donc consommer une part de l’énergie produite, afin de la stocker pour pouvoir la transporter ou l’injecter dans des canalisations ou il y aura encore des pertes ? Si c’est ça le modèle économique défendu par la France, je comprend mieux les 2000 milliards de la dette ! Les pétroliers et les atomistes peuvent dormir tranquille !

jmdesp

J’ai passé du temps en 2012 à essayer de bien comprendre le fonctionnement du site hybridkraftwerk de Enertrag à Prenzlau, un peu de temps après son inauguration en 2011 en présence d’Angela Merkel. Ca fait un peu rire jaune de voir apparemment des pro-renouvelable prêts à nous expliquer le P2G découvrir en 2015 ce qui en est l’un des sites les plus significatif. Dans la news, il n’est pas bien clair ce que McPhy a apporté vraiment. Juste la connexion au réseau de gaz qui effectivement manquait ? Et au fait, celle au réseau de chaleur promise au début pour améliorer le rendement en mettant les pertes thermique à profit ? En lisant attentivement et en croisant les sources, on voit que McPhy a aussi amélioré le fonctionnement de l’électrolyseur alcalin. Comment ? Pourquoi ? Aucun détail, aucune info, aucun chiffre. En tout cas, ce choix à la place des fameux électrolyseur à membrane PEM montrait bien que la techno PEM est loin d’être utilisable industriellement, et cela ne semble toujours pas avoir changé. A l’époque, l’utilisation du gaz était de le compresser, et de le transporter jusqu’à une station Total / Air Liquide expérimentale de recharge de véhicules hydrogène. Entre les lignes, je comprends que cette partie a capoté (il n’y a toujours pas vraiment de véhicule hydrogène en circulation), et qu’on met maintenant le gaz dans le réseau à la place. Les schémas présentaient la possibilité de retransformer l’hydrogène en méthane. Sauf que rendement, nécessité d’une source de CO2 … Techniquement, cela marche. La vraie question est combien cela coûte. Et c’est là au contraire de ce qu’écrit l’article sur la démonstration d’un potentiel économique que le bât blesse. En injectant juste dans un réseau de gaz on est sur une production qui valorise extrêmement peu le gaz produit. Alors que le calcul des frais engagé pour cette station (environ 20 millions d’euros) par rapport à la production indiquait déjà un coût prohibitif au MWh. Et McPhy visiblement vient d’engager encore des dépenses supplémentaires. Qu’un prototype soit cher, ce n’est pas choquant. Mais ici les raisons pour lesquels c’est prohibitf sont plutôt fondamentales. L’électrolyseur alcalin n’est pas une techno récente qui devrait s’écrouler en prix, et tout le reste des coûts est lié à la taille de l’infrastructure nécessaire. Or il faudrait vraiment que cela deviene énormément moins cher pour être compétitif. Et on ne voit pas comment ça pourrait.

Herve

Un MWh gaz coute dans les 20€ Combient coutera le même Mwh de gaz issu du P2G depuis un surplus d’electricité PV / éolien lorsqu’il sera produit en masse?

Tech

qui va expliquer à verdarie que la techno McPhy pour le stockage ce n’est pas la compression mais le stockage dans des hydrures! il arrêtera peut être alors de nous bassiner avec l’énergie dépensée par la compression! et oui les réseaux de gaz ont “de la place” pour accueillir un peu d’H2 c’est toujoiurs ça de moins qu’on doit importer de russie! à jmdesp vous retardez, l’allemagne a choisi par ses constructeurs de réaliser un réseau H2 etMcPhy peut y trouver sa place. ne vous en faites pas pour le prix, les acheteurs de BMW haut de gamme ont de quoi payer. quand l”effet de masse jouera on passera au wolkswagen et après aux skoda ou Dacia et ensuite aux choinoises ou indiennes!!!! à Hervé, ce n’est pas un seul élément qu’il faut comparer, mais l’ensemble des posibilités de tout l’équipement . création et stockage de gaz et d’électricité. permettant d’absorber les pointes de production et de répondre aux pointes de demande . sinon le moins cher, c’est l’huile de coude ;o))

plouc73

Si j’ai bien compris, il s’agit de stoker les excès de production éolienne. Donc soit il s’agit d’un stockage pournalier ca le régimes de vents surtout en terrestre ne sont pas très réguliers; quant à un stockage saisonnier, quel volume serait envisagé, et donc quelle pression dans le réservoir ? Donc désolé pour M. Tech, mais le problème de pression est posé. D’autre part, injecter de l’hydrogène dans le mélange de bio gaz. Pourquoi pas, mais comme je suppose que l’usine n’est pas au coeur d’uen ville et dponc que pour rejoindre le réseau BP, il faut un peu de réseau MPA ou MPB, il y aura forcément une pression d’injection de l’hydrogène légèrement supérieure à la pression du réseau au point d’injection. Dernier point; un peu d’hydrogène car si le biogaz est composé pour l’essentioel de méthane, on ne peut allerbeaucoup plus loin dans le rapport entre H et C (déja à 4 pour 1 pour le méthane) et ne pas oublier que l’oxigène trouve plus facilement à s’unir avec le carbone qu’avec l’hydrogène a pression et température égales.

Tech

de 0.005 à 4 Bar dans le réseau de gaz de ville je n’appelle pas ça vraiment de la compression que je situe largement au dessus des dizaines voir centaines de Bar. et l’énergie pour faire cela est minime. et encore une fois la techno McPhy c’est du stockage “solide” pour simplifier vous imaginer une éponge pleine de trou qui stocke de l’eau et bien là c’est du gaz qui est stocké dans un genre de “mousse” solide mais pleine de trous! il ya là aussi besoin d’un peu d’énergie, car c’est la chaleur qui permettra “d’extraire” le gaz

Verdarie

@tech Quelle est la production journalière d’une éolienne lorsqu’on transforme l’électricité produite en hydrogène dont tout le monde sait que cette transformation a un rendement nul ? Stocker de l’hydrogène présente des risques et plus encore si cet hydrogène est en pression. Que ce soit dans une bouteille , dans une éponge ou dans des hydrures,si l’on veut que le gaz sorte de lui même ou si on souhaite en mettre beaucoup (plus qu’à la pression atmosphérique) il faut le compresser. Et plus on souhaite remplir l’éponge plus il faudra de pression, quelle soit préalable ou qu’on l’obtienne par chauffage au moment des besoins n’y change rien ! Il faut ensuite des récipients de stockage spéciaux puisque du fait de son extrème fluidité le gaz arrive à s’échapper par les pores d’un réservoir ordinaire. Ceci dit, essayer de le stocker de cette manière c’est mieux je vous l’accorde que de perdre l’électricité produite. Moi je pense qu’il est possible de faire autrement à un coût bien moindre. Mais je ne suis pas un industriel.

Hellekhan

Vous prétendez qu’il est possible de faire autrement,et même dans des posts d’il y a 1 an environ,que vous auriez un vrai projet d’écomoteur,que ce moteur aurait comme qualité d’être moins lourds,qu’il ne pollue pas,qu’il est silencieux et plus fiable que tous les moteurs existant,qu’il utilise une énergie renouvelable et peu chère et dispose d’une grande autonomie.Pourtant rien de tangible ou de crédible,mais que d’obscures promesses soutenues par rien de vraiment analysable sérieusement;vous n’aurez aucune chance d’être écouté par personne si vous ne donnez pas plus de précisions crédibles.Dans le pire des cas,vous passerez pour un méprisable petit escroc qui fait perdre du temps et peut-être de l’argent à tout le monde(time is money).Alors si vous n’avez rien de concret à montrer(ou tant que vous n’êtes pas sérieusement protégé par un brevet)évitez de déranger les gens pour rien de prouvable concrètement dans les salons ou les forums.Vous devenez fatiguant et vous ne pouvez vous faire à la longue que toujours plus ignorer ou pire encore,durement rejeter.C’est psychologiquement élémentaire.

Tech

lisez donc ceci (et d’autres choses sur le sujet sur le site du Liten) “Ce principe de fonctionnement constitue un facteur de sécurité important, puisque l’hydrogène n’est libéré que s’il y a apport de chaleur. Un second facteur de sécurité est lié au fait que pour certains hydrures, les pressions de palier ne sont pas trop élevées pour des températures raisonnables (pour LaNi5, à 75°C, la pression d’équilibre se situe autour de quelques bars). Des développements de structures de réservoirs à base d’hydrures et leur intégration dans une chaîne hydrogène, de la production – à partir d’énergies renouvelables par exemple – à la reconversion en énergie électrique, sont réalisés au CEA sur son site de Grenoble, au sein de son Laboratoire d’Innovation pour Technologies des Energies nouvelles et les Nanomatériaux (LITEN)”

Sicetaitsimple

“Depuis novembre 2014, Enertrag, un des principaux producteurs indépendants d’énergie renouvelable en Europe, a transformé plus de 100 MWh de surplus d’énergie éolienne en hydrogène qui ont été injectés dans le réseau de gaz. La démonstration du potentiel économique du power-to-gas est ainsi faite à l’échelle industrielle.” 100MWh d’électricité, c’est au mieux 80MWh(PCS) de gaz produit. Un chiffre d’affaire de moins de 2000€ (depuis novembre 2014…) au prix actuel du gaz naturel. L’electricité est gratuite?Elle est où la démonstration du potentiel économique? PS; et à mon avis rien àvoir avec la technologie de stockage, juste le fait que McPhy a racheté une antreprise d’electrolyseurs italienne si mes souvenirs sont bons.

Verdarie

@ Hellekhan Vous avez raison, le but de mes messages est bien de dire qu’il existe d’autres possibilités que celles pronées par certains industriels, ne vous en déplaise. Votre message ne fait que souligner toute l’incohérence qui existe entre ce que nous disent les pouvoirs publics sur l’importance de changer de paradigme face aux changements climatiques et des manipulations que peuvent en faire certains industriels pour nous faire croire à leur modèle économique ? Faire tourner des éoliennes pour produire de l’hydrogène ne répondra jamais aux besoins énergétique d’un pays. C’est en cela que l’article n’est pas clair car il tant à faire croire que ce développement n’est qu’une affaire subventions. D’autre part si ce que j’avance ne vous convient pas ou ne vous intéresse pas,vous n’êtes pas obligé de lire ce que j’écris ! Et encore moins obligé d’y répondre, ça vous éviterait de perdre votre temps. Si vous n’aimez pas les débats parlez en avec ceux qui dans votre entreprise ne vous contrediront pas ! Mais à vous lire, j’ai noté que vous avez bien intégré les qualités de mon moteur. Ce qui en dit plus long sur vos intentions que ce que voulez bien nous en dire. Ce qui vous gène en réalité c’est d’être frustré de ne pas pouvoir en savoir plus ! Mais si vous analisez bien l’article sur lequel nous débattons, lui non plus n’apporte rien de plus que ce que chacun peut savoir ?..Il ne dit pas combien d’hydrogène sera produit et quel coût.Il ne dit pas quel volume sera comprimé comment et à quel coût ? Il ne dit pas ce qui sera introduit dans les canalisation et à quel coût ? Quant on voit l’usine à gaz (au sens propre) que peut représenter le système et donc les investissements, on est en droit en tant que contribuable de se poser la question du rapport/coûts ! Pour ma part,je n’ai trouvé que ce système pour pouvoir attirer l’attention d’éventuels investisseurs. Mais si vous avez une autre solution, je suis preneur ! Quant à ce qui concerne le contenu de mes propositions,je les réserves à ceux qui voudront bien m’écouter et qui pourront fournir les moyens de prouver ce que j’avance ,pour créer un autre modèle économique. Sachez également que je ne me contente pas de bloguer sur Enerzine et que je fais des propositions à l’international, puisque les entreprises Françaises ne semblent pas intéressées ? Pour rassurer ceux qui peuvent nous lire,et qui pourraient s’intéresser pour un rendez-vous avec moi, il suffit de pouvoir se rencontrer sur la région Toulousaine . Evidemment pour pouvoir aborder le sujet qui nous concerne je vous demanderai des engagements.Mais pas plus que lorsque vous allez voir votre banquier pour lui demander un prêt. Vous voyez, c’est pas difficile de plus je ne vois pas l’intérêt que pourrait avoir un escroc à rencontrer un chef d’entreprise qui lui sait bien quel objectif il vise, comment il pourra investir et quel intérêt il pourrait avoir à proposer une solution de stockage conséquente aux énergies renouvelables. @ Tech Merci pour l’info mais je reste attaché à mon modèle ! @ Sicetaitsimple, je ne suis pas contre l’H2, je dis juste qu’il doit être réservé à l’usage industriel et que le modèle n’est économique que parce qu’on en à pas d’autres.

Hellekhan

Pour ma part,je n’ai trouvé que ce système pour pouvoir attirer l’attention d’éventuels investisseurs. Alors vous êtes absolument foutu,on ne peut pas faire plus mauvais système,pour attirer l’attention d’investisseurs.Et vos propositions à l’international n’auront pas plus de succés qu’en France. En effet,au moins l’hydrogène,le lithium,l’éolien,le solaire,le nucléaire,le gaz,le fuel,le charbon,l’hydraulique,etc…Cela a le mérite d’être précis,on sait ce que c’est,quoi qu’on puisse reprocher à ces énergies.Tandis que votre énergie renouvellable et peu chère pour reprendre votre expression.Vous êtes bien incapable de dire ce que c’est.Votre “énergie” renouvellable et peu chère apparait à n’importe quel investisseur comme totalement imaginaire.Si vous n’êtes pas assez intelligent pour comprendre une chose aussi élémentaire,tant pis pour vous.Vous n’intéresserez personne,ni en France,ni à l’international et continurez à polluer les forum avec des avis aussi stérils qu’inutiles(en admettant que vous ne soyez pas un escroc,mais juste un naif ou un incompétent ou un genre de demeuré mental). Ce qui n’est pas acceptable,c’est que vous vous permettez de critiquer toutes sortes d’énergies qui ont au moins le mérite d’exister,elles, alors que votre énergie renouvellable et pas chère n’existe que dans votre imaginaire. On peut reprocher plein de choses aux énergies qui existent.Mais si vous ne pouvez même pas dire ce qu’est réellement votre soi-disant énergie,alors ne critiquez pas les autres énergies,celles qui existent, car votre avis devient nul et non avenu.Taisez vous.Vos posts sont sans intérêt.Et tout investisseur,national ou international qui aurait la bétise de vous croire,se ferait escroquer,ou perdrait du temps et de l’argent pour rien. Votre énergie renouvellable et pas chère,c’est du gros pipo.

jmdesp

d’essayer d’apporte une analyse concrète sur ce site. Il suffit d’aller sur le site d’Enertrag pour voir que c’est bien le terme HYBRIDKRAFTWERK qu’ils utilisent partout pour en parler : Merci je comprends l’Allemand je sais que le terme pourrait être utilisé pour désigner d’autre usines hybrides ailleurs, mais si on précise à Prezlau, on sait de quoi on parle. Par ailleurs cette page indique bien qu’en avril 2012, avant l’arrivée de McPhy, ils compressaient le gaz pour l’envoyer à une station service. C’est bien gentil d’affirmer droit dans ses bottes que si si si il y de la demande pour l’hydrogène en Allemagne, mais si c’était vrai quel besoin aurait eu McPhy de reinvestir pour pouvoir mettre l’hydrogène dans le réseau gaz avec une valorisation très faible (on vient de citer 20€ du MWh), alors que tout était déjà en place pour l’utiliser dans les véhicules ? Bref, j’ai juste droit à des réponses dans lesquelles le discours du parti est récité impeccablement sans sciller des yeux, peu importe qu’il ne corresponde aucunement à la réalité.

15
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime