Nucléaire VS Renouvelable : “les courbes vont bientôt se croiser”

Le coût de l’EPR de Flamanville a été revu une nouvelle fois à la hausse par EDF, car évalué initialement autour des 3,3 milliards d’euros, il est rendu aujourd’hui à plus de 8 milliards ! On peut alors légitimement se demander où s’arrêtera cette ‘folle’ inflation ? se sont interrogées certaines associations de protection de l’environnement.

Dans la foulée, le Financial Times a publié un article remettant en cause la faisabilité d’un projet similaire au Royaume-Uni. Ces annonces cumulées ont d’ailleurs provoqué une chute du cours de l’action d’EDF en fin de matinée (-2,13%) et arrive au moment où le gouvernement annonce la mise en place d’un grand débat sur la transition énergétique.

"A y regarder de près, le ‘nucléaire nouveau’ sera excessivement cher, probablement déjà plus cher que l’éolien terrestre et encore, sans compter qu’il ne paye qu’un montant d’assurance dérisoire sur les risques d’accidents" a déploré hier, France Nature Environnement (FNE).

Evalué par EDF en 2005 à 42 euros le MWh, il est rendu aujourd’hui autour de 70 à 90 € le MWh, en cohérence avec les demandes d’EDF au gouvernement de la Grande Bretagne de lui garantir un tarif de rachat à 100 euros. Les éoliennes sont aujourd’hui à 85 euros / MWh. "Le coût du nucléaire augmentant et celui des énergies renouvelables diminuant, les courbes vont bientôt se croiser" a longtemps fait savoir FNE. "N’en déplaise à certains, ces énergies vont devenir concurrentielles ! Encore heureux que le second EPR soit arrêté ! Quel dommage de poursuivre celui de Flamanville…" a t-elle ajouté.

Pour la fédération qui rassemble près de 3000 associations, l’explication d’EDF concernant cette nouvelle augmentation parait bien surprenante. Bien sûr il y a eu plusieurs malfaçons : "des trous énormes dans le béton, 45 consoles destinées à soutenir des poutres de plus de 100 tonnes défectueuses, mais aussi des morts sur ce chantier… Mais EDF explique aussi cette nouvelle augmentation par la prise en compte de l’accident de Fukushima. Tiens donc ! Il nous semblait que madame Lauvergeon, présidente du directoire d’Areva à l’époque, avait dit au lendemain de l’accident que tout se serait bien passé avec un EPR !"

"De plus en plus gros, de plus en plus difficile et cher à construire, de plus en plus complexe à contrôler et probablement à piloter, l’EPR nous envoie dans le mur. Il faut arrêter les frais et se tourner résolument vers les énergies renouvelables et construire une société plus sobre" a expliqué Maryse Arditi, pilote du réseau énergie de FNE.

[ Vidéo ] – Le coût de l’énergie nucléaire dans le futur

"En 2005 EDF avait annoncé un coût de 3,3 milliards pour la construction de l’EPR, présenté comme le fleuron de l’industrie nucléaire française. En 2011 l’estimation a été portée à 6,6 milliards. En 2012, la note dépasse 8,5 milliards. J’attends maintenant 2013 pour connaître les nouvelles estimations" a déclaré de son côté José Bové, Député au Parlement européen.

"Ce projet démentiel, ne tient pas la route au niveau financier. En un an les actions d’EDF ont plongé de 25%. Les investisseurs sont entrain de quitter le bateau. La dette d’EDF s’élève maintenant à 40 milliards d’euros. Au final qui va payer ? Le coût du mégawatt annoncé initialement à 30 € dépasse maintenant les 80 €. Le nucléaire nouvelle génération produit une électricité plus chère que celle générée par les éoliennes. L’Etat protège Areva et dans le même temps veut détruire la filière solaire en baissant de manière drastique le prix du rachat des kilowatts. Le gouvernement, par son aveuglement et son entêtement est entrain de rater la mutation énergétique" a t-il conclu.

            

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
171 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Teredral

J.P Huchon, président de la région Ile de France, vient d’annoncer pour le super métro du grand Parie un surcoût de 10 milliards d’euros. Comme quoi, l’EPR n’est pas une exception.

fredo

“En 2005 EDF avait annoncé un coût de 33 milliards pour la construction de l’EPR,…” s’agirait pas plutôt de 3,3 milliards ? (33 milliards, faut espèrer qu’on y arrivera pas !)

Ambiel

A 6milliards l’EPR on était déjà au dessus du prix du MWh éolien pour la plupart des sites dans le monde… Et le prix de l’EPR devrait monter jusqu’à 9milliards au final.

Pas naif

L’éolien terrestre est saturé dans l’Europe ventée et coûte 92€/MWh. Donc le parc ne peut s’agradir que par l’offshore qui coûte entre 220 et 300€ le MWh (source allemande). Donc le coût moyen va vite rejoindre ces niveauxqu’on le veuille ou non. De plus ne sont pas inclus les coûts de transport exceptionellement élevés pour deux raisons: * Parce que les sources de courant ne sont pas près des centres de consommation mais très loin, * Pour transporter la même quantité d’électricité annuellement il faut des lignes 5 fois plus puissantes que dans le cas des fossiles. Le surcoût financier en découlant serait de l’ordre de 40 à 50€ selon les américains qui sont plus réalistes que nous européens et plus rapides à remettre en question des diktats de politiquement correct. A côté, le nuc à 50€ fait figure d’energie gratuite. Alors si les organisations éoliques veulent se retirer dans des phantasmes, ce n’est pas interdit mais nous fait rire La bulle éolique va exploser en Allemagne avant 10ans pour cause de porte monnaie.

aphi

“Ce projet démentiel, ne tient pas la route au niveau financier. En un an les actions d’EDF ont plongé de 25%. Les investisseurs sont entrain de quitter le bateau.” C’est bien là tout le problème du nucléaire. Les investisseurs comme les financier raisonnent à échéance courte, et attendent des benefices au bout de quelques années. C’est le syndrome “Turbine à gaz” : Cout connu et limité, delais courts, rendements au bout de quelques années. Brefs, prise de risque quasi nul, et on ne peut même pas tant leur en vouloir tellement les incertitudes sont nombreuses et le contexte changeant (voir par exemple l’essor du gaz aux EU). C’est précisement là où se situe le rôle des politiques : donner l’impulsion nécessaire de facon à ce que tous les investissement n’aillent pas dans la direction du court terme, mais permette également d’assurer nos arrières. La politique énergétique d’un pays ne doit pas me semble-t-il être dictée (uniquement) par les marchés financiers et l’interêt court terme des actionnaires.

aphi

Aujourd’hui encore vous laissez entendre que le prix série d’un EPR se situe entre 6 et 9 millards, ce qui est inexact. Tout comme hier donc je précise que vous comparez (peut-être volontairement, c’est votre choix) un prix moyenné sur des centaines de machines avec le prix d’une tête de série . Cela n’a bien evidemment pas beaucoup de sens.

Dan1

La vision à court, voire très court terme est bien un problème de fond qui gangrène la société, cela dépasse évidemment le problème de l’énergie en général et du nucléaire en particulier. S’agissant d’un EPR, on sait que les recettes sur 60 ans seront énormes. 720 TWh produits (1 par mois) engendrent globalement 72 milliards de recettes sur la durée de vie pour un MWh à 100 Euros et encore 36 milliards pour un MWh à 50 Euros (prix moyen). 8,5 milliards d’investissement couvert par un emprunt à 5% sur 17 ans coûte 12,2 milliards d’Euros. On voit donc que l’investissement “colossal” est largement compensé par les recettes “colossales”. Le problème est qu’il existe un décalage non négligeable entre le début de l’investissement et le début du retour sur investissement (7 à 10 ans). Mais lorsque que les recettes commencent à arriver… c’est un gros flux : plusieurs dizaines de millions d’euros par mois. A titre d’exemple, un EPR qui fonctionne à 85% de facteur de charge engendre 50 millions d’Euros de recette par mois pour un MWh à 50 Euros. En 10 ans il a déjà “produit” 6 milliards d’euros de recette. Evidemment si le pix de l’électricité augmente… ce sera peut être quelques milliards en plus ! Sin on raisonne à plus long terme avec une augmentation inéluctable du prix du MWh et un amortissement court de l’installation, on condamne EDF à faire des bénéfices… disons importants. Ne faudrait-il pas militer pour une électricité moins chère afin de disqualifier l’EPR ?

fredo

Les sites éoliens terrestres ventés sont loin d’être saturés ! Pour avoir parcouru hier plusieurs centaines de kms en Bretagne, je peux vous l’affirmer, même en tenant compte des contraintes environnementales. Pipeau à l’état pur, trouvez autre chose mais pas ça !

fredo

le problème est que vous êtes à l’autre extrême de celui que vous dénoncez! 60 ans, même 30 ans, on n’en sait rien, il n’y a pas de retour d’expérience. Enel l’a bien compris en annonçant hier son retrait ( EDF va devoir lui rembourser 643 Millions d’Euros au passage) EPR, ça veut dire : Energie Pas Rentable

Ambiel

C’est marrant ma source allemande pour l’off shore me donne dans les 200€. Vous le sortez d’o votre 300? Mais oui c’est clair que c’est plus cher. Et l’éolien terrestre c’est entre 60 et 95€ en europe en fonction de la ressource (le plus cher dans le sud de l’allemagne : pas de vent et des contraintes foncières chères). Il y a encore beaucoup, beaucoup de place, on a deja 100GW en Europe et on a fait à peine 2/3% des possibilités terrestres. Et oui le nucléaire du passé est très peu cher. Mais il n’existe plus. Si on fait 30EPR on arrivera peut-être à redescendre à 6miliards mais ça sera toujours plus cher que la biomasse, le solaire, l’éolien et bientot les énergies marines. Quoi qu’il arrive l’électricité au prix de grand papa c’est fini. Mais si on raisonne en inflation, l’augmentation induite est ridicule. On a jamais payé aussi peu cher notre électricité et meme en doublant son prix, dans 10ans, ça restera relativement bon marché. Et avec les ENR, on choisit la stabilité, pas d’augmentations de prix liée au combustible ni aux assurances, aux déchets, au stockage des déchets et au risque.

Ambiel

La note est même plus salée que cela : 690millions € Et Enel abandonne sa participation dans les 5 futurs projets d’EPR. Et Centrica fait de même au UK, avec une particiation de 20%, encore 1 milliard à venir en plus pour EDF qui les collectionne après son arnaque génate de 8,8milliards auprès des consomateurs sur le Turpe et une grande partie des 2 milliards sur la CSPE du solaire.

Ambiel

J’oubliait ausi les 5milliards à payer à la finlande pour leru EPR qu’on a généreusement vendu à 3milliards en laissant le contribuable français prendre à sa charge les surcouts. Une belle affaire cet EDF et sa vision du passé. Et à tous les défenseurs de cette vision passéiste, qu’est-ce qui vous dérange tant dans le fait qu’un jour proche les ENR soient le modèle économique le plus avantageux? En quoi est-ce mal? juste parce que le nucléaire et vous c’est une partie de votre ame, de votre corps?

gaga42

Bon, ces débats stérile dy type ‘EPR c’est tent d’euros au MWh de plus (ou de moins…) que l’éolien”, yen a un peu marre, car comme me disait mon instit, on additionne des choux et des carottes! On compare à la source une d’énergie intermittente, mais néanmoins interessante jusqu’à un certain seuil, à une énergie de base, insuffisante à elle seule. Donc Messieurs (Mesdames?), on rammassera les copies quand vous comparerez des coûts au MWh d’un plan global et complet de production, de la source au compteur de l’utilisateur, donc comprenant aussi le transport, le stockage, les externalités etc… Bon courage et bon débat…

climax1891

Imaginons que la France multiplie par 10 le nombre d’éoliennes pour avoir une puissance de 70 000 MW. On voit pendant

Dan1

A fredo; “le problème est que vous êtes à l’autre extrême de celui que vous dénoncez! 60 ans, même 30 ans, on n’en sait rien, il n’y a pas de retour d’expérience.” Bizarre, nous n’aurions aucune expérience concernant les réacteurs de type EPR ? Je vous signale que l’EPR n’est pas une révolution mais une évolution (3G) amorcée progressivement avec les propres évolutions de la 2G (les fameux paliers). Les réacteurs nucléaires à eau pressurisée ont des milliers d’années d’expériences cumulée… il vous faut quoi d’autres ?? Le reproche que l’on pourrait faire à l’EPR est précisément que d’être une évolution prudente de la 2G à l’heure où l’on pourrait peut être accélérer le passage à la 4G. Je ne suis donc pas sûr effectivement que l’EPR ait beaucoup d’avenir dans le contexte français, surtout si on prolonge le parc actuel. Et puis, il faut avoir confiance en l’EPR car il est quand même en grande partie de conception allemande… c’est donc du bon et du sérieux !

Ambiel

Faudra savoir alors, tête de série ultra-inovante et réduction des prix ensuite ou techno éprouvée et donc pas de réduction à attendre? @Climax Plus vous installez d’éoliennes, plus la variation diminue. Mais il est clair qu’elle restera importante. Sans stockage l’éolien restera sous les 30/40GW

Jyf

c’est quand même surprenant que l’on ne parle que de l’éolien. Avec les nouveaux tarifs de rachat de l’électricité photovoltaïque, c’est encore une raison de plus de réfléchir à l’épitaphe qu’on pourra poser sur l’EPR

Bachoubouzouc

“Faudra savoir alors, tête de série ultra-inovante et réduction des prix ensuite ou techno éprouvée et donc pas de réduction à attendre?” Vous mélangez (volontairement ?) plusieurs choses : – L’EPR est un REP. Et la durée de vie des REP est prouvée. Un certain nombre de nos REP viennent d’être autorisés à prolonger jusqu’à 40 ans, un certain nombre de REP américains ont été autorisés jusqu’à 60 ans. Ensuite l’EPR a été conçu spécifiquement pour cette durée. Il y a donc peu de chances qu’il n’y arrive pas, de même qu’il y a peu de chances qu’une éolienne conçue pour 20-30 ans lâche au bout de 5. – L’EPR est une évolution, plus qu’un nouveau palier. Et déjà qu’entre les différents paliers il y a du REX à prendre en compte (évolution des bâtiments, des circuits, des modes de pilotage), alors pour l’EPR c’est la même chose en pire. Avec beaucoup de nouveautés, notamment pour le Génie Civil. – Enfin une raison principale aux difficultés de l’EPR est qu’il faut recréer une filière de construction, avec des acteurs expérimentés (les problèmes de GC l’ont bien illustré) et des compétences qui s’étaient perdues depuis la fin de la construction du parc en France. La construction de l’EPR était en cela indispensable : Pour les marchés exports, nous sommes maintenant les seuls à pouvoir proposer un réacteur de pointe en sachant exactement de quoi on parle, en ayant les REX de quatre chantiers réalisés en parallèle et en ayant des éléments de coût et de planning précis sur lesquels s’appuyer.

Ambiel

Merci pour l’info. En tout cas c’est une réussite dans la suite logique des grandes réussites d’EDF de ces dernières années. 5milliards en Finlande, 5 en France, 8,8 sur la facturation TURPE, au moins 1 milliards sur la CSPE solaire, 700millions pour Enel, 2milliards pour Constellation, régime spécial de retraite, etc etc. Et pas le moindre début de remise en cause, sans même parler de démissions. c’est beau, on ferai ça dans n’importe quelle boite classique, tout le monde aurait sauté, et jusqu’aux ministres. mais on est en France et avec EDF.

Gregaw

Bonjour, Je vais rajouter, une info importante, un pays ne peut avoir plus de 25% de son energie provenant du renouvelable. Car s’il n’y a pa de vent ou de soleil (surtout la nuit en hiver) la france va avoir du mal a se chauffer. La consommation énergétique va devoir faire tout d’abord un regime car se chauffer en electrique n’est qu’une specialité francaise. Donc les 75% ou les trouvent-ont? Dans le charbon? Le bois? Le pholtovoltaique avec ses 15% de rendement est pitoyable. La seule solution est la fusion nuclaire, ou bien developpé une centrale nucleaire au thorium a sel fondu moins cher et plus securisante. De toutes manieres tout gros programme est sous evalué exprès sinon personne ne commencerait à investir, maintenant qur tout le monde a mis le doigt dans l’engrenage il faut continué. L’airbus A400M militaire meme surcout, le projet ITER dans le sud a egalement un surcout, c’etait uniquement politique pour que les americains participe au programme pour 5 milliards maintenant on est a 10 miliards petit surcout mais les US ne peuvent plus sortir. Conclusion: toute forme d’energie va couter de plus en plus cher. Le petrole offshore a haute profondeur: 2700m coute un bras, le gaz en australie le corps entier. (32 milliard). L’energie facile comme le petrole c’est fini. Il faut payer plus cher maintenant.

climax1891

En 2007, en Europe, 248 millions de TEP de charbon ont produit 1023 TWh d’électricité soit un rendement de 35,4%. Avec le passage d’un rendement de 35% à 45%, les centrales produiraient 27% de plus soit 270 TWh. En 2007, 30 millions de TEP de biomasse ont produit 102,6 TWh avec un rendement inférieur à 30%. Utiliser dans des centrales supercritiques, ces 30 millions de TEP de biomasse fourniraient 30 TWh supplémentaires.

Bruno lalouette

J’écoutais BFM hier soir, tous les ultralibéraux se shootent à L’U235, là où ça coince, c’est que libéral devrait être synunime de liberté mais en fait c’est exactement l’inverse! Car figurez-vous qu’à notre époque ou les technologies évoluent de manière expotiennelle dans tous les domaines, il y a encore des gens qui planifient des centrales sur 60 ans avec un démantellement dont on ignore le coût et qui devrait durer environ 40 ans!!! Autrement dit, alors même que nous sommes en train de crever de la dette, il y a des gens qui nous endettent encore pour un siècle, et ce n’est pas le commissariat au plan, ce n’est pas des fonctionnaires, mais bel et bien des libéraux qui pestent en permanence contre les coûts élèvés des services publics en réclamant toujours moins d’impôts et en, en fabriquant toujours plus… Les deux tiers de l’électricité en France sont consommé par les bâtiments, les leviers pour agir sont le chauffage, l’éclairage et la consommation des appareils électriques. Pour l’éclairage c’est facile, il y a les LEDS qui devraient être obligatoire, et bientôt des LEDS dans les téléphones, et donc tous les appareils devraient aussi être des AAA pour leur consommation d’électricité. Et maintenant le chauffage, le rendement d’un radiateur électrique c’est 23%, c’est à dire que pour 100 watts de produit, 77 partent en fumée! Rendez-vous compte de l’énorme économie à réaliser, je ne comprend d’ailleurs pas que des gens qui nous parlent sans arrêt de productivité ne s’y intéressent pas plus que ça… Et donc en France nous avons du bois, de la géothermie, dont beaucoup en île de France qui représente 80% de l’économie du pays, et des gisements ardoisiers, l’ardoise peut devenir aussi un système de chauffage… Donc, échange de productions centralisées contre des productions locales, fin des pertes car la production équivaut à la consommation, parce que en plus à l’heure actuelle ou nous avons 28 centrales et 9 raffineries plus quelques gazoducs et oléoducs, avec une cinquantaine de bonhommes qui agiraient le même jour à la même heure en explosant ne serait-ce que les transformateurs, et bien le black-out est total, et la France 5eme puissance mondiale, je me marre, est entièrement paralysée!!! Et pour conclure, l’énergie électrique peut se stocker pour un temps limité grâce aux volants d’inerties, bien-sûr pas la production d’un EPR, mais des petites production locales avec des volants en randognon, le truc c’est qu’il y a des gars en France qui produisent de l’acier dont on ne sait quoi faire, d’ailleurs bientôt y sont tous au chomdu

Dan1

A Gregaw. “La consommation énergétique va devoir faire tout d’abord un regime car se chauffer en electrique n’est qu’une specialité francaise.” ben non, d’autres pays sont nettement plus accros au chauffage électrique. Au pays d’Eva Joly (la Norvège), c’est 80%.

Dan1

J’ajoute que le chauffage électrique en France, en 2012, représente à peu près 42 TWh/an dans le résidentiel selon RTE. Le seul chauffage électrique résidentiel représente moins de 10% de la consommation toatle d’électricité et ne représente que moins d’un tiers des consommations résidentielles. On peut aussi considérer les 20 TWh pour l’ECS.

aphi

@ Bruno lalouette : “le rendement d’un radiateur électrique c’est 23%, c’est à dire que pour 100 watts de produit, 77 partent en fumée! ” ” Au risque de vous décevoir le rendement d’un radiateur électrique est de 100%. Belle invention n’est-ce pas ! Je ne sais pas d’où vous tirez ce chiffre, toujours est-il qu’il est mal interprété. La perte par chaleur, que l’on cherche bien sûr à minimiser sur la plupart des appareils électriques, n’est plus un problème pour un appareil destiné à produire de la chaleur ! Salutations

climax1891

Dans une centrale électrique, le rendement est de : 33% pour une centrale nucléaire. Maximum 45% pour une centrale au charbon ou biomasse. Maximum 60% pour une centrale au gaz naturel. Il faut ajouter 7% de pertes pour le transport. Donc avec 1000 kWh de chaleur dans une centrale nucléaire ou au charbon, on obtient de 300 à 420 kWh d’électricité qui donneront de 300 à 420 kWh de chaleur avec un radiateur électrique ayant un rendement de 100%. Avec avec 1000 kWh de gaz naturel dans une centrale, on obtient au maximum 560 kWh d’électricité qui donneront de 560 kWh de chaleur avec un radiateur électrique ayant un rendement de 100%. En brûlant directement dans une chaudière 1000 kWh de charbon, de biomasse ou de gaz naturel, on obtient de 700 à 900 kWh de chaleur suivant le rendement de la chaudière.

dede29

alors on peut arreter les subventions de rachat pour les renouvelables !

Ambiel

Et si on arrête les tarifs d’achat pour les ENR qui sont plus bas que ceux nécessaires au nuclééaire pour se développer, ça veut dire qu’on arrête définitivement tou nouveau projet nucléaire? Comment vous allez les financer sans subventions vos EPR à 110€ du MWh? Et ce n’est pas “si les courbes se croisent”, arrêtez un peu la mauvaise fois, elles se sont croisées depuis quelques années déjà. EDF le reconnait officiellement avec du retard comme toujours, mais le reconnais. Dans quelques semaines on va avoir le montant du tarif de rachat de l’électricité nucléaire aux UK, ça va être sans doute dans les 120€, ou alors un peu moins mais sur la base d’une garantie de priorité d’injection comme pour les ENR. Mais il y aura bien un tarif de rachat, une subvention comme vous aimez à le souligner, pour votre cher, très cher nucléaire qui n’est plus compétitif face aux autres énergies. @Climax : Et que pensez-vous du couplage éolien-biomasse? La biomasse a pour caractéristique de pouvoir être stockée mais elle est un peu plus chère que l’éolien. L’éolien pourrait donc économiser de la biomasse et cela reglerait une partie de son intermittence (si on souhaite faire plus de 20/25% d’éolien dans le mix)

trimtab

Comme dirait ma fille ado….LOL .je suis mort de rire ! “Au risque de vous décevoir le rendement d’un radiateur électrique est de 100%….” From the cradle to the grave ………the life story of a simple kw ! Ou Fable moderne d’une goutte d’eau. J’ai commencé ma petite vie très loin d’ici comme une goutte d’eau qu’on a pompé manu militari de je ne sais où avant de me balancer dans une ENORME bouilloire d’acier et de béton, alimenté à(uranium/gaz/pétrole/charbon – rayer des mentions inutiles) pour me chauffer à blanc pour en faire de la vapeur. Après, on m’a jété contre une hélice dans vaste machine appelé turbine pour la faire tourner pour en faire de l’électricité. J’étais déjà bien secoué et un peu faibli, avant de faire une longue voyage à travers des fils de cuivre, ou j’ai encore laissé quelques plumes! Après tant de peripéties, est tellement affaibli, je suis arrivé enfin dans une toute petite bouilloire chez mon ami trimtab, pour donner mes dernires gouttes d’énergie à chauffer son ‘morning tea’, ou j’ai finalement rendu l’ame, n’ayant plus de raison de vivre ! Mais juste avant de mourir, j’ai pu lui crier: “La prochaine fois, mettre ton bouilloire directement sur ton poele à bois, ça ira surement plus vite ! Et moi j’aurais pu rester une petite goutte d’eau qui ne demander rien à personne, et qui a du souffrir tant pour toi” trimtab

climax1891

Quand il y a du soleil, il produit de la vapeur et la biomasse prend le relais quand il n’ ya plus de soleil. Avantages – C’est la même turbine (ou moteur striling) et le même générateur qui sont utilisés par le solaire et la biomasse. – On peut même stocker de la chaleur pour quelques heures. Avec le couple éolien/biomasse, tout est en double. A mon avis, il vaut mieux utiliser une éolienne pour remonter de l’eau dans des barages.

Rick dangerous

@aphi : 23% c’est sur toute la chaine production, transport, de toute facon utiliser l’energie electrique (“noble”) pour chauffer est une abération typiquement de chez nous ! C’est vrais que parler de rendement est trompeur Est-ce que dans le cout du nucléaire on compte les désastres ? (parlez-en aux japonnais du coup du nucléaire ! on ne parle plus d’argent là !)

Ambiel

Ok ! Je pensais plutôt à un couplage macro, pas au niveau des centrales. Un couplage du même type que l’hydro et l’éolien aujourd’hui en France. Mais c’est vrai que le solaire peut le faire au niveau centrale, et aussi pour le PV au niveau macro avec du stockage intersaisonner et jour-nuit

Ambiel

C’est ou la photo? C’est une centrale qui tourne?

Lionel_fr

“Les courbes qui se croisent” relève d’une vision trop unitaire. Les combats de verbes et de croyances païennes auxquels on assiste après un tel titre ne peuvent pas sortir du labirynthe buggé dans lequel l’article a formatté les cerveaux trop jancovicistes des intervenants ici Quelle que soit la forme des stockages d’énergie mis en oeuvre et quelle que soit l’intelligence des réseaux pour répartir le déstockage et le fatal, EnR nucléaire, fossiles et gravitaire seront bouleversés d’un facteur à peu près équivalent , chacun à sa manière Le problème de la science “pop” c’est que les pop-scientists abusent des tournures de phrases des scientifiques qu’ils adulent sans offrir la moindre garantie sur le fond (la science de fond est ennuyeuse) Du coup , on a plus affaire aux fantasmes conjugués qu’à de la simulation et encore moins une science , même pas statistique puisque la plupart des intervenants ne boursicotent pas et que nombre d’entre eux “traffiquent” un peu l’influence en la motorisant par un chouïa de politique/religion – qui justifient de petits arrangements avec la réalité au nom de la cause… Tout cela résulte en une ambiance un peu chiante. En revanche , les cours d’EDF et d’areva sont parlants car les investisseurs engagent vraiment de lourdes responsabilités. Le stockage va bouleverser tout cela anyway , à quoi bon faire de la prospective sur 60 ans?

climax1891

Il s’agit d’un prototype de centrale de 250 kW située à Shive en Inde.

Ambiel

Merci, très intéressant ! Décidement les ENR offrent de plus en plus de solutions innovantes…

climax1891

En 1912, Frank Schuman a construit la première grande centrale solaire en Egypte d’une puissance de 40 kW. En 1891, Clarence Kempa a lancé le CLIMAX, le premier chauffe eau solaire commercialisé. Le chauffe-eau solaire avait été inventé en 1760 par le suisse Horace-Bénédict de Saussure.

Dan1

Il est assez stupide de ne regarder que le seul rendement pour porter un jugement sur le chauffage électrique. C’est un critère parmi d’autre. D’autre part, il faut préciser que le chauffage électrique est pluriel et qu’il n’existe pas que des convecteurs. Une éolienne a un rendement de 25%, et alors… on arrête l’éolien ? En Norvège, il y a 80% de chauffage électrique, et alors il y a des manifestatins monstre pour s’y opposer ? Et je vous parie que quand il y aura de l’électricité EnR fatale en masse à écoulé (c’est déjà le cas en Allemagne et au Danemark), certains seront ben content de trouver des débouchés dans l’aeu chaude et plus généralement dans l’usage chaleur. Le Danemark y a déjà pensé comme le rappelle souvent Sicetaitsimple. Enfin, il serait peut être utile de sortir de LA GUERRE DES TROIS pour parler sereinement des applications de l’électricité.

Dan1

A Ambiel. “Comment vous allez les financer sans subventions vos EPR à 110€ du MWh?” Antienne éculée des subventions au nucléaire. Ben, on va le financer comme d’habitude en ponctionnnant les consommateurs. Rappelez-vous le financement du parc nucléaire actuel et rappelez-vous qu’EDF n’a jamais fait cadeau de ses kWh. Enfin, un EPR à 6, 7, 8 ou 9 milliards est capable de “produire” plus d’un milliards d’euros de recette par an. A 110 euros le MWh, c’est au moins 1,3 milliards d’euros qui rentre dans les caisses chaque année. Au bout de 6,5 ans, les 8,5 milliards de l’EPR de Flamanville sont remboursés (reste les intérêts). Plus l’électricité sera chère et plus on condamnera EDF à faire des bénéfices… c’est pas bon pour sortir du nucléaire ça !

Ambiel

Décidement vous ne comprenez rien au financement projet…… Allez expliquer ça à Enel, à Centrica, Eon, RWE, Constellation, UBS, etc.. Et aux investisseurs actionnaires (ex) d’EDF et surtout d’Areva. Avec le cash généré vous remboursez la dette, les actionnaires et vous payez vos opex… et un jour peut-être vous provisionnerez pour vos assurances, déchets et autres démantèlement. Mais ça on verra plus tard. A 110€ c’est pas un problème pour le consommateur là ou vous nous bassinez depuis des années sur le cout de l’éolien qui serait un scandale? Et du solaire? Et de la biomasse? et des énergies marines? Et pour le nucléaire ce serait un non problème avec des tarifs plus élevés? ça change vite vos discours…. Mais maintenant que vous avez perdu l’argument économique, ça commence à sentir le roussi. En plein débat sur l’énergie, l’EPRbashing ça la fout mal. Non?

Dan1

Rappelons que le chauffage en France ne représente que 1/3 des logements et le deux autres tiers ne sont pas sans inconvénients majeurs non plus : On note d’ailleurs que le chauffage électrique perd des parts de marché dans le neuf. Il ne faudrait pas s’en réjouir trop vite si c’est au profit des FOSSILES qui pèsent très lourdement sur la facture énergétique de la France. La GUERRE DES TROIS ne doit pas nous aveugler.

Ambiel

Vous bossez à l’UFE? A l’asso des promot du grille-pain? Qu’est-ce qu’on s’en fout que l’électrique perde des parts de marché au profit du gaz ! On est sur des logements qui consomment 4 à 10 fois moins que ceux de votre grande époque ! Si on fait le bilan, en incluant la part de charbon qu’il faut pour alimenter notre sur conso en chauffage électrique et le spertes de rendement, pas sur que le bilan des logements actuels soit moins bon. Vous avez lu l’étude de l’UFC que choisir? Vous en pensez quoi des 40GW à 50GW qu’on paye juste pour les 3/4semaines par an ou votre système de grille pain fait tout exploser niveau conso? Un cout caché du système nucléaire qu’on avait pas encore vu…décidement

Dan1

Non non, je ne dis pas que l’éolien est trop cher au MWh (d’autres que moi s’en chargent). En revanche, pour le PV j’estime que le coût d’achat moyen 2012 à plus de 480 Euros/MWh est exorbitant. ce que je reproche à l’éolien, c’est sa nature intermittente aléatoire qui rend son intégration très difficile à partir d’une certaine puissance installée. La garantie de service étant assurée par d’autres moyens. S’agissant du nucléaire, je suis certain que la rentabilité peut être atteinte par un EPR bien avant les 110 euros le MWh à conditions de raisonner à long terme et avec une rémunération des capitaux honnête. Evidemment à 110 Euros le MWh, c’est la poule aux oeufs d’or. Ceci dit, si nous réglons pas, en Europe et dans le monde, nos problème de court-termisme, je crains que nous n’ayons de gros problème d’investissement qui dépasserons largement le nucléaire. Si nous devons nous limiter à investir uniquement dans ce qui présente un retour sur investissement très court, je ne vois pas de solution pour le nucléaire, et pas plus pour les EnR… et j’oublie tout le reste. La financiarisation à outrance de l’économie mondiale est un problème… reste à appliquer des solutions. dans le gouvernement actuel, Pascal Canfin doit bien avoir des idées. Tiens un article sur le financement des EnR :

Luis

¤ Comme on peut en voir le calcul détaillé dans une autre discussion (EPR de Flamanville), le coût du nucléaire nouveau est évalué à 107€/MWh. En comparaison, le tarif d’achat (le coût est donc inférieur) de l’éolien terrestre en France est de 86€/MWh en 2012 (82€/MWh de base, indexé selon les coefficients officiels) pour une première période de dix ans. Ensuite, le tarif d’achat varie de 29 à 86€/MWh selon les sites, pendant une période de cinq ans. Enfin, le prix de vente sur le marché pour au moins cinq années suivantes peut être estimé à 50€/MWh (avec de bons bénéfices alors que le coût est devenu assez faible). En supposant (avec les mauvaises langues) une vente à 86€/MWh pendant les 15 ans, puis 50€/MWh pendant 5 ans, cela fait un prix de vente moyen maximum de 77€/MWh (en euros 2012). En Allemagne, le tarif d’achat 2012 de l’éolien terrestre est de 89,30€/MWh pendant cinq ans et ensuite de 48,70€/MWh. Sur une période de 20 ans, cela fait une moyenne de 58,85€/MWh. Pour l’éolien offshore, c’est 150€/MWh pendant 12 ans et ensuite 35€/MWh. Toujours sur une période de 20 ans, cela fait une moyenne de 98,75€/MWh.

Dan1

Pourriez-vous me dire quel est le potentiel de production électrique des allemands en regard des pointes annuelles ?

Ambiel

Complètement d’accord avec vous sur le PV. On va trainer ça 20ans, merci à EDF qui est responsable de la moitié de ce problème…. Mais enterrer le PV sur cette base est stupide, il se fait à 110€ dans le sud de la france, same price than EPR… Et qu’apporte l’article de libé dans tout ceci?

Dan1

A Luis. “Comme on peut en voir le calcul détaillé dans une autre discussion (EPR de Flamanville), le coût du nucléaire nouveau est évalué à 107€/MWh.” Non pas du tout, c’est affirmation sans source. Où est-il écrit que le MWh EPR coûte 107 Euros ? Quelles sont les hypothèses financières ?

Ambiel

Pardon je n’avais pas lu jusqu’au bout, baisser la rentabilité des projets pour les financer? Pourquoi pas mais ça implique déjà d’arreter de casser les ENR tous les 3 jours pour restaurer la confiance des investisseurs. Et c’est vrai que la même chose pourrait être proposée pour le nucléaire pour faire baiser ses couts !

Dan1

Et vous croyez que les commentaires de Dan1 sur Enerzine peuvent avoir un effet de repoussoir pour les investisseurs verts. Dans la même veine, que pensez-vous de l’effet dévastateur des actions des antinucléaires sur les investisseurs potentiels du nucléaire ?

Bachoubouzouc

Ambiel nous dit : “Qu’est-ce qu’on s’en fout que l’électrique perde des parts de marché au profit du gaz !” Y a que moi que ça fait hurler ? A l’heure où le gaz coûte à la France de l’ordre de 30 milliards d’euros par an de déficit commercial ? Et quand on regarde les émissions de CO2 associées, c’est encore pire. En effet, même lors des records de consommation, on est à 60% de nucléaire + 20% d’hydraulique, soit 80% autour de 8gCO2/KWh, plus environ 10% de gaz autour de 400gCO2/KWh, plus en gros 10% de charbon à 600gCO2/KWh. Le chauffage électrique actuel revient donc en gros à du 106gCO2/kWh, là où le chauffage au gaz est, de mémoire, autour de 250gCO2/kWh. Le chauffage électrique est donc environ deux fois moins polluant que le chauffage au gaz, avec l’inconvénient de la pointe électrique.

171
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime