Premier essai au monde d’un mélange gaz naturel / hydrogène à 30 % dans le forgeage de l’acier

Le premier essai au monde d’un mélange gaz naturel/hydrogène à 30% dans les processus de forgeage utilisés dans la sidérurgie industrielle a eu lieu à Rho (province de Milan), dans l’usine de Forgiatura A. Vienna.

L’essai, qui consistait à utiliser le mélange hydrogène/gaz pour chauffer les fours de l’usine Forgiatura A. Vienna, a été réalisé avec succès sur place après une série d’études et de tests en laboratoire qui ont duré environ un an.

L’utilisation du mélange d’hydrogène et de gaz naturel n’a nécessité aucune modification de l’usine et n’a eu aucun impact ni sur les équipements utilisés (brûleurs industriels) ni sur les caractéristiques du produit final traité thermiquement.

Le potentiel du projet en termes de durabilité environnementale et de compétitivité économique est important. On estime que l’utilisation permanente d’un mélange d’hydrogène vert à 30%, alimenté par des énergies renouvelables, sur la totalité du gaz consommé par les trois forges d’acier du groupe GIVA pour ses processus industriels, entraînerait une réduction significative des émissions de CO2 de l’ordre de 15 000 tonnes par an, soit l’équivalent de 7 500 voitures. Il en résulterait des économies d’émissions de CO2 s’élevant à environ 800 000 euros par an (calculées sur l’achat actuel de certificats) tout en garantissant la valeur et l’intégrité du processus de fabrication de l’acier forgé et sa durabilité environnementale à long terme.

L’acier est également le matériau dans lequel sont fabriqués les pipelines ; ces derniers joueront un rôle fondamental dans le transport de l’hydrogène qui alimentera les clients finaux.

L’utilisation de l’hydrogène dans des applications industrielles difficiles à maîtriser, comme la fabrication de l’acier, jouera un rôle essentiel dans la réalisation des objectifs nationaux et européens de neutralité climatique d’ici 2050.

À l’avenir, l’hydrogène vert est la solution idéale pour une fabrication et un traitement de l’acier sans CO2.

À moyen et long terme, l’hydrogène est en mesure de devenir la solution pour décarboniser la sidérurgie ainsi que tous les secteurs industriels difficiles à maîtriser qui jouent un rôle fondamental dans notre économie. Cet essai est une étape préparatoire à l’introduction progressive de l’hydrogène zéro émission, dans un premier temps mélangé au gaz naturel puis sous forme pure, dans certains procédés de production sidérurgique. Snam entend mettre à disposition ses infrastructures, sa recherche et son expertise pour contribuer à la création d’une filière hydrogène nationale et à la réalisation des objectifs climatiques nationaux et européens” a commenté Marco Alverà, PDG de Snam.

Ugo Salerno, président-directeur général de Rina, a ajouté : “Ce test est la preuve concrète que la chaîne de production d’hydrogène italienne peut contribuer de manière significative à la décarbonisation d’industries complexes et à forte intensité énergétique telles que la sidérurgie. Chez Rina, nous sommes fiers de jouer un rôle actif dans la transition énergétique en cours, plus particulièrement dans de tels événements où nous pouvons partager notre savoir-faire énergétique et industriel“.

Jacopo Longhi Vienna, du groupe Giva, a conclu : “L’hydrogène peut être un grand allié pour notre groupe. D’une part, les mesures de plus en plus strictes concernant les émissions de CO2, associées à notre volonté de réduire l’impact environnemental de nos processus de production, nous incitent à trouver une solution. D’autre part, l’utilisation de l’hydrogène pourrait créer un marché moteur pour les vannes et les actionneurs produits par les filiales du Groupe. Ce projet ne marque que le début d’une voie dans laquelle nous nous engagerons pour les années à venir“.

Snam est l’une des principales sociétés d’infrastructures énergétiques au monde et l’une des plus grandes sociétés cotées en Italie par sa capitalisation boursière. L’entreprise est engagée dans la transition énergétique avec des investissements dans le biométhane, l’efficacité énergétique, la mobilité durable et l’hydrogène.

RINA propose une large gamme de services dans les secteurs de l’énergie, de la marine, de la certification, de l’immobilier et des infrastructures, de la mobilité et de l’industrie. Avec un chiffre d’affaires attendu de 485 millions d’euros en 2020, plus de 3 900 employés et 200 bureaux dans 70 pays, RINA joue un rôle dans les grandes organisations internationales et contribue à l’élaboration de nouvelles normes réglementaires.

Le groupe GIVA est un groupe industriel italien, leader mondial dans la production de pièces forgées de grande dimension (jusqu’à 300 tonnes), pour des marchés finaux tels que l’énergie, le nucléaire (fusion et fission), le pétrole et le gaz, la pétrochimie, la marine et la mécanique. Grâce à une politique d’investissements intensifs, outre l’activité de forgeage, Giva a développé la production de matières premières (lingots), ainsi que de vannes et d’actionneurs, constituant ainsi un réseau entièrement intégré. La production est 100% made in Italy, répartie sur 15 usines modernes et hautement spécialisées, avec la collaboration de plus de 1200 employés.

Partagez l'article

 

[ Communiqué ]
Lien principal : www.snam.it

         

Articles connexes

Souscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
IOAN

Pour juger de la viabilité économique de la solution et de son élargissement possible, l’article devrait aussi éclairer le lecteur sur comment est fabriqué l’hydrogène vert et sur son prix d’achat par le consommateur, avant et après subventions si elles existent.