Un groupe de travail sur l’effacement de consommation

La taxation de l’opérateur Voltalis, sur décision de la CRE, provoque de nombreuses réactions. Hier, le gouvernement a déclaré que l’effacement de la consommation électrique ferait l’objet des discussions au sein d’un groupe de travail, mis en place dans le cadre du Grenelle.

La semaine dernière, la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) donnait raison à EDF, qui demandait une indemnisation pour l’électricité non consommée grâce à l’utilisation des boîtiers conçus par Voltalis. « La loi du 10 février 2000 impose, dans le cadre du mécanisme d’ajustement, que l’opérateur d’effacements* diffus rémunère les fournisseurs dont les clients se sont effacés pour l’énergie injectée par ces fournisseurs et valorisée par l’opérateur d’effacements diffus ».

Face aux nombreuses critiques de cette décision, le ministère de l’Ecologie a souhaité préciser sa position.

Le 3 juin dernier, jean-Louis Borloo a annoncé la mise en place d’un groupe de travail consacré aux économies d’énergie. L’un des objectifs de ce groupe consiste à favoriser les offres d’effacement en période de pointe, souligne le MEEDDM.

Selon le ministère, cette décision "met en évidence l’existence d’obstacles juridiques et financiers au développement d’offres innovantes d’économies d’énergie". Il demandera donc au groupe de travail de proposer les évolutions nécessaires au cadre légal et réglementaire et aux règles du mécanisme d’ajustement, avec pour objectif prioritaire de favoriser les économies d’énergie et dans le respect des intérêts de chacune des parties prenantes.

Les conclusions de ce groupe de travail, qui est en cours de constitution, devront être remises avant la fin de l’année 2009.

Par la mise en place des mesures du Grenelle, le MEEDDM table sur une réduction de la consommation d’énergie finale de 35 Mtep par rapport à un scénario sans mesures. La consommation devrait se monter à 167 Mtep en 2020, contre 177 Mtep aujourd’hui.

(*) effacement : limitation de la consommation d’électricité, à l’initiative du consommateur ou par l’intermédiaire d’un opérateur au moyen d’un dispositif de pilotage à distance.

            

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
11 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Electro

Il faut surtout remarquer que, dans cette affaire, il y a tout de même peu de personnes qui maîtrisent réellement le sujet … et qu’il est facile de faire croire qu’avec une boiboite dans son salon, on va arrêter une centrale (nucléaire ou éolienne) à l’autre bout de la France. A quand un vrai dossier sur le sujet ?

Dan1

Et avec une boîte Voltalis, on peut aussi sortir du charbon-lignite en Pologne, Grèce, Espagne, Allemagne… ?? Soyons sérieux, l’effacement des extrèmes pointes concerne un petit nombre d’heure dans l’année et des moyens de productions particuliers. D’ailleurs en France, vu le mix et sa gestion, on va effacer parfois ou souvent de l’hydraulique de barrage (en plus des turbines à gaz) si le système Voltalis est très efficace. On ne va pas modifier l’équilibre des gros moyens de production en base (nucléaire en France et charbon-lignite en Allemagne). Au contraire, leur proportion dans le mix pourrait augmenter par un effet de lissage de la charge sur la journée ! D’autre part, l’ouverture du marché de l’électricité multiplie les acteurs et donc les infrastrutures. C’est le contraire d’une optimisation technique globale. Voltalis ou pas, on va conserver les centrales d’extrèmes pointes, même si elles sont moins sollicitées.   

L'electricien

Dire, comme le dit Dan 1, que l’effacement de pointe peut aboutir à, la baisse de l’usage de l’énergie hydro-électrique, est un réflexe peu réfléchi, excusez, jeune homme. Bien sûr, en chambre, concentré sur les habitudes techniques habituelles, peu soucieux du monde qui s’annonce, et engoncé dans “ce qu’on a toujours fait”, cela aboutirait à ce type de réflexe; Mais heureusement, il y a le coût du certificat CO². On verra bien quand son prix remontera (c’est à dire après Copenhague, quand il y aura de la visibilité)… On verra bien si même Suez n’arrêtera pas ses centrales au gaz (TGV) plutôt que ses barrages hydro-électriques de la SEHM. D’où l’importance d’une taxe carbone, des certificats CO² et tutti quanti. salut !

L'electricien

Dire, comme le dit Dan 1, que l’effacement de pointe peut aboutir à, la baisse de l’usage de l’énergie hydro-électrique, est un réflexe peu réfléchi, excusez, jeune homme. Bien sûr, en chambre, concentré sur les habitudes techniques habituelles, peu soucieux du monde qui s’annonce, et engoncé dans “ce qu’on a toujours fait”, cela aboutirait à ce type de réflexe; Mais heureusement, il y a le coût du certificat CO². On verra bien quand son prix remontera (c’est à dire après Copenhague, quand il y aura de la visibilité)… On verra bien si même Suez n’arrêtera pas ses centrales au gaz (TGV) plutôt que ses barrages hydro-électriques de la SEHM. D’où l’importance d’une taxe carbone, des certificats CO² et tutti quanti. salut !

christian

L’article indique que le Ministre JL Borloo veut mettre en place un groupe de travail sur l’effacement, dans le cadre du Grenelle. Or si j’en crois l’avis rendu par la CRE, c’est justement le blocage des discussions dans le cadre de ce groupe de travail que les parties prenantes ont fini par demander une intervention de la CRE. Voir les premières lignes de l’introduction de l’avis, je cite : Qui comprend ?

Guydegif(91)

La notion ”d’effacement” a comme intérêt essentiel ”d’optimiser” càd d’écrêter, d’étaler et donc d’optimiser les ressources de pic à mettre en oeuvre, avec comme impact d’optimiser la pollution engendrée et les coûts de ces kwh aux heures de pic…. Même si on peut se baser sur un historique de conso électrique, il ne me parait pas réaliste de garantir en absolu ce que chaque client va consommer à l’instant t. Tant qu’il n’y avait qu’un seul producteur EDF les choses étaient simples: les conso de chacun étaient facturées par EDF, au tarif des heures creuses ou heures pleines selon les formules. Simple ! Maintenant qu’il y a EDF et des producteurs alternatifs les choses se compliquent car chacun veut y retrouver ses petits. Il n’est à mon sens tj pas possible en absolu de dire e-x-a-c-t-e-m-e-n-t combien de kwh chacun va utiliser pour ses chauffages, ses clims ou autres appareillages… même si grosso-modo l’historique permet de prévoir en gros la plage de kwhs d’un mois de janvier ou juillet, en fct de la météo, et d’autres effets connus….d’où l’intérêt de mutualiser en réseaux, au niveau des régions de France, voire de l’UE…principe des vases communicants….à plusieurs on est plus forts ! Pourquoi, en vertu de l’équilibre global prod = conso ne pourrait-on pas tout simplement faire gérer cet équilibre et la somme des prods et consos par ERDF / RTE, censés être indépendants des producteurs. C’est ERDF / RTE qui facturerait les clients finaux au vu du relevé de leur compteur individuel et ERDF / RTE qui paierait les différents producteurs à la quantité de kwh injectés sur le réseau. Dans cette approche des gens comme Voltalis, donnant un service d’écrêteur, donc d’optimisateur, càd d’utilité publique, devraient être rémunérés pour ce Service par ERDF / RTE gestionnaire du réseau. Simple, non? Pourquoi se mordre la queue avec des producteurs A et B et des clients de A et B, en essayant de faire la part des choses et de chacun…les électrons qd excités sur le réseau n’ont plus la couleur de l’un ou de l’autre,…donc pourquoi faire compliqué qd on peut faire simple !…ça aussi ça fait partie de l’optimisation ! A+ Salutations Guydegif(91)

Dan1

Pour Guydegif : bien d’accord pourquoi fait-on compliqué ? Réponse : parce que dans un environnement de marché ouvert l’intérêt général ne peut être garanti seulement par la somme des intérêt particuliers. Chaque acteur et ils seront de plus en plus nombreux, joue son jeu pour maximiser ses avantages et la somme des “égoïsmes” devrait tendre vers l’optimum ! C’est beau mais très très imparfait, d’où la nécessaire régulation. Ce sera donc forcément compliqué.   

bigbluejlr

bonjour à tous, je repose ma remarque sur ce sujet plus récent Je vois que ce sujet déchaine les passions, et c’est certainement par ce qu’il présente les enjeux des reseaux de demain. Nous n’en sommes qu’au début et on voit déjà que ca coince. Pourtant l’avenir c’est la généralisation des compteurs intelligents communicants et de la voiture électrique qui va bientôt être produite en masse. elle permettra de stocker de l’énergie au travers de ses batteries. C’est également la démultiplication de la production décentralisée qu’il va falloir intégrer et réguler ( tous les petits producteurs individuels et les parcs éoliens et centrales PV de plus en plus nombreux), Si la production n’arrive pas à s’adapter intelligemment à la demande( alors que les prévisions sont possibles,comme dans le cas de Voltalis ) que se passera t il quand c’est non prévisible, car très décentralisé ? rapidement des pertes seront constatées au lieu de bénéfices à moins d’être capable de stocker l’energie … Il est clair que les anciens monopoles sont en train de s’effriter à cause de ces capacités de productions nouvelles, mais d’immenses opportunités voient le jour avec l’apparition inexorable de la voiture électrique.  Si un ménage consomme 15 KWh par jour, une batterie de voiture électrique ( Bluecar de Bolloré par exemple dispose d’une batterie de 30 KWh pour 250 kms d’autonomie)  pourra en contenir deux fois plus, soit la consommation de deux jours de consommation d’un ménage, suffisamment pour trouver une plage horaire pour recharger complètement la batterie à un prix préférentiel et alimenter la maison pendant les heures de pointes. les VE constituent aussi une menace si le réseau ne parvient pas à mettre des priorités entre les appareils qui doivent tourner en temps réel et ceux qui peuvent être décalés dans le temps ( recharge de VE, chauffe eau, accumulateurs en tout genre,…  le reseau pourrait très facilement être saturé . ce que j’imagine et attend avec impatience, c’est une voiture électrique dont la batterie lorsque le véhicule n’est pas utilisé pourra fournir le courant de la maison aux heures de pointes. Car a mon sens le potentiel de récupération de l’electricité nucleaire injectée dans le reseau la nuit et non consommé est énorme !! il pourrait être mieux exploité avec toutes ces capacités de stockage décentralisées que constitueront toutes ces batteries des VE.  Ce n’est pas de la science fiction, google et des producteurs d’électricité américains sont déjà sur la brèche.  On parle de G2V et V2G ( Vehicule to Grid et l inverse ) et Bolloré pourrait proposer des batteries de rechange à placer chez soit pour jouer ce role. qu en pensez vous ???

Guydegif(91)

Dan a dit: ”…marché ouvert…chacun son jeu…la somme des “égoïsmes” devrait tendre vers l’optimum ! C’est beau mais très très imparfait, d’où la nécessaire régulation.” Désolé Dan, mais je ne sais pas si c’est beau ce que vous décrivez, mais la nature humaine étant ce qu’elle est, il va falloir ”canaliser, réglementer et contrôler” les soifs et égoïsmes de tous ceux, qui, à défaut, tomberaient dans la tentation des abus… Les attitudes ”colonialisantes” de certains exploiteurs, voire celles de familles de tyrans-despotes ou exploiteurs africains, asiatiques et autres,(des exemples à la pelle!), au détriment et aux frais de leurs peuples respectifs, en sont de tristes preuves au quotidien. Les instances et tribunaux, pour des raisons diverses, n’arrivent pas tj à enrayer les agissements abusifs de certains. Il faut donc ”veiller plutôt que de laisser libre cours à un libéralisme par trop débridé” ! Car au niveau des producteurs alternatifs, càd les membres de certaines organisations comme EU-DEEP par ex (Distributed Energy Partnership), et pour lesquels seul le nominal est connu (Watts_crête, puissance éolienne installée ou puissance Energies de la mer installée, etc…) et pas la production à l’instant t pour raison du côté aléatoire de la source (soleil, vent, mer,..), comment pourrai-t-on prévoir e-a-c-t-e-m-e-n-t la prod à l’instant t pour équilibrer un besoin précis ???? Il va donc bien falloir un arbitre-collecteur-distributeur, intègre, impartial, honnête…pour le bien des consommateurs ET des producteurs…. Complexe certes, mais pas compliqué si on veut bien s’en donner les moyens…y compris en impliquant le législateur… A+ Salutations Guydegif(91)

christian

Grand merci pour ce lien fort instructif. Juste un petit commentaire : vous dites “Les plus grand électriciens européens viennent de terminer une expérimentation de plusieurs années sur les ressources distribués”. C’est inexact, EDF et E-On sont absents de ce programme… mais tous les autres y sont ! Comme vous, je croyais dur comme fer que la génération distribuée (DER), le vehicule-to-grid (V2G) c’était techniquement facile et bien parti. Je ne prétends pas en quelques heures avoir tout lu et tout compris, surtout que les résultats sont dispensés sous forme très digérée : j’aurais bien aimé plus de publications scientifiques “dures”. Mais la lecture des résultats du programme EU-Deep que vous mentionnez m’a en fait pas mal refroidi… 1- Les études montrent qu’en effet le DER peut-être rentable face à des productions centralisées : excellente nouvelle, ce n’était pas gagné. 2- L’introduction de DER est limitée par des contraintes sur le réseau , et là c’est très flou : je n’ai pas trouvé sur le site (ou dans les publications des participants) de chiffres clairs sur un cas concret, même sur une échelle géographique réduite. Ils sont super prudents les bougres. Il semble qu’il y ait une limite “raisonnable” vers 25 à 30 %… Autrement dit à peine au dessus de l’objectif de la Commission de 20 % de renouvelables, et une limite absolue physique vers 50 %… Si vous trouvez un chiffre plus favorable merci de me le signaler. 3- Pour ce qui est des smarts-meters, les compteurs intelligents, c’est pas gagné non plus. A l’heure du P2P, des CPL et autres logiciels libres, personne ne semble en mesure d’intégrer ces technologies modernes, souples, flexibles et évolutives : on reste sur des modèles de développement descendants, avec les organismes de normalisation à la manoeuvre. Autant dire, qu’il y en a, à l’échelle européenne pour 20 ans de tergiversations, sauf si un acteur majeur décide de bousculer le marché, de s’asseoir sur la future norme, et d’emm… tout le monde au nom du fait qu’il est prêt d’abord… ou qu’il n’est pas européen. Tiens, je pense à Google… 4- Evidemment de la part de collègues chercheurs, et d’ingénieurs de développement, quelle conclusion finale attendre autre que : “la recherche avance, continuons à chercher”. Autrement dit, le déploiement c’est pas demain. Bref, j’en retiens qu’il y a une place pour ça (DER, V2G, effacement), mais pas de quoi aller vers l’annulation du charbon (ou du nucléaire).

Dan1

Pour Guydegif : nous sommes d’accord Quand je dis “la somme des égoïsmes…, c’est beau”, cela ne veut pas dire que j’adhère à la théorie. Je fais référence à la célèbre phrase d’Adam Smith : “Ce n’est pas de la bienveillance du boucher, du marchand de bière et du boulanger que nous attendons notre dîner, mais bien du soin qu’ils apportent à leurs intérêts. Nous ne nous adressons pas à leur humanité mais à leur égoïsme”. Fin de citation. J’écris simplement qu’une certaine école de pensée a théorisé le marché comme une fin qui devrait autoorganiser la société. Il suffit de laisser faire le marché. ce faisant on affaiblit l’Etat et la politique au profit de la seule économie que l’on s’interdit d’orienter et encore moins d’entraver. Je ne suis pas pour cette approche et le période actuelle nous montre que nous avons besoin de régulation puissante si nous nous maintenons des marchés de plus en plus ouverts. J’avais résumé cela (pour l’électricité et l’énergie) par : “nous n’avons pas besoin de moins de CRE, mais bien au contraire de plus de CRE”. Si le régulateur n’est pas crédible ou pas assez puissant, c’est la porte ouverte à la loi de la jungle et les Etats n’y pourront plus rien car trop affaiblis. Pour Chelya : j’attends avec impatience de voir concrètement comment les études EU-DEEP vont permettre à l’Europe de sortir du charbon et du thermique en général (charbon, lignite, pétrole et gaz). Rappel : il y a 1 450 TWh à prendre sur les 3 360 TWh produits annuellement dans l’UE 27

11
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime