Véhicule hybride rechargeable: une économie de carburant moyenne de 46%

Le programme de démonstration de Véhicules Hybrides Rechargeables (VHR) lancé le 27 avril 2010 par Toyota, EDF, la Ville et la Communauté urbaine de Strasbourg est arrivé à son terme et nous livre ses premières conclusions.

Après trois ans d’utilisation, ce projet à grande échelle était destiné à rassembler des enseignements sur l’utilisation en conditions réelles des VHR de Toyota ainsi qu’à stimuler le développement d’un réseau d’infrastructures de charge dédiées.

Ce programme qui a couvert plus de 4.000.000 km permet au final de délivrer des données significatives sur l’efficacité de la technologie hybride rechargeable :

Ainsi, comparé à un véhicule essence de taille similaire, l’économie de carburant moyenne s’établit à 46% avec une fréquence de 1,1 recharge quotidienne.

L’étude confirme la corrélation entre la consommation de carburant et la fréquence des recharges en électricité : "plus le véhicule est rechargé fréquemment, plus l’économie en carburant est importante." Elle révèle également qu’une réduction de près de 70% de la consommation de carburant est possible lorsque le véhicule est rechargé plus fréquemment, en moyenne 1.6 fois par jour, (avec un ratio de conduite EV/HV de 60 % / 40 %). Pour l’usager, cela représente une économie de 7,1 euros /100km en frais d’utilisation, soit 1.400 euros /an pour un kilométrage moyen de 20.000 km/an. Le coût moyen d’un plein d’électricité est d’environ 30 centimes d’euros TTC.

L’expérience a permis de développer un réseau de 128 points de charge, dont 8 bornes en parking et 12 bornes sur l’espace public. Il s’avère par ailleurs que 60% des charges sont effectuées sur le lieu de travail et 37% au domicile des utilisateurs. Les bornes en voirie constituent donc un complément de charge apprécié par les utilisateurs. De plus, le décalage de la charge a permis de réduire les émissions de CO2 de 10 à 15 %.

En plus de ces avantages certains pour le consommateur, les effets sont bénéfiques sur l’environnement: "les émissions de CO2 sont considérablement réduites grâce à la portion importante de la conduite effectuée en mode électrique. On peut ainsi réduire les émissions de CO2 de 61 % par rapport à un véhicule essence de même taille."

"Grâce à la contribution des habitants de Strasbourg qui ont pris part au programme de démonstration, Toyota a pu recueillir un ensemble de données particulièrement utiles à intégrer aux futurs développements de la technologie hybride rechargeable" a déclaré Michel Gardel, Vice-President, Communications, External and Environment Affairs de Toyota Motor Europe.

Véhicule hybride rechargeable: une économie de carburant moyenne de 46%

Le Véhicule Hybride Rechargeable Toyota

Le VHR combine les avantages d’un véhicule électrique à ceux d’un véhicule "full hybrid". Il adopte le même système 100% hybride de la Prius classique, en y ajoutant une batterie plus grande qui peut être branchée et rechargée sur le secteur par le biais d’une prise standard à la maison ou au bureau. Sur des courtes et moyennes distances, le véhicule fonctionne en silence en mode électrique (EV). Pour les trajets plus longs, il fonctionne comme un véhicule "full hybrid" (HV) et présente de bonnes performances de conduite. Pour les consommateurs, les faibles coûts d’utilisation inhérents à la technologie hybride représentent également un avantage supplémentaire.

2012 : Lancement commercial de la Toyota Prius Rechargeable

Début 2012, Toyota a lancé la Prius rechargeable au Japon, avant de l’introduire en Amérique du Nord et en Europe. A ce jour, à peu près 31,100 Prius rechargeables ont été vendues, soit 1.5 fois le nombre de Prius vendue en 2000 lors de sa première année de commercialisation. En Europe, depuis le mois de septembre 2012 les ventes ont atteint 4,417 unités.

Dans la version commerciale, l’autonomie électrique a été augmentée de 25 % pour atteindre 25 km. Ce choix offre un meilleur compromis entre kilométrage, performances, encombrement, poids/prix de la voiture, et couvre aussi les besoins de transports quotidiens de 80 % des Européens.

Autre amélioration, il existe maintenant un bouton de sélection qui permet au conducteur de passer manuellement du mode HV au mode EV et vice-versa, ce qui peut s’avérer très pratique si l’on veut préserver l’autonomie de la batterie pour entrer en ville en mode EV après un trajet sur autoroute par exemple. L’absence de crainte quant à l’autonomie du véhicule, lorsque la batterie est déchargée et que le véhicule fonctionne en 100% hybride comme une Prius classique, est aussi un des avantages souvent cités par les utilisateurs de la Prius rechargeable.

L’utilisation du câble de charge a aussi été améliorée en réduisant son poids de 26 %.

Enfin, la capacité du coffre a été augmentée de 10 % pour atteindre le volume de la troisième génération Prius (443 litres au lieu de 403 litres pour le véhicule de démonstration).

Bilan des trois années pour les infrastructures de charge

Dans le cadre de cette expérimentation, EDF, avec l’appui de sa filiale Electricité de Strasbourg (Groupe ES) ont intégré des fonctionnalités à fort contenu d’innovation sur l’infrastructure de charge du projet. L’une d’entre elles a notamment permis de décaler automatiquement la charge dans le temps (heures creuses) pour bénéficier d’un coût optimisé. En complément, un service de suivi détaillé de consommation via internet permettait aux utilisateurs de vérifier que le prix moyen d’une recharge n’excédait pas 30 centimes d’euros.

Pour répondre à un objectif de facilité d’usage, EDF via sa filiale Sodetrel a mis à disposition des utilisateurs une application pour Smartphone permettant de géolocaliser les points de charge et de vérifier leur disponibilité.

Parmi les enseignements liés aux pratiques de la recharge, le principe d’un câble branché en permanence au point de charge du domicile ou en entreprise est apparu comme un facteur évident de simplification d’usage. Un deuxième câble est néanmoins souhaité pour les charges publiques occasionnelles.

"La richesse des données collectées auront permis au groupe EDF de structurer des offres et services de mobilité à forte valeur ajoutée en adéquation avec les attentes de nos clients" s’est félicité Michel Couture, Directeur Mobilité Électrique du groupe EDF.

Pour la Ville et la Communauté urbaine de Strasbourg

Depuis 3 ans, l’expérimentation menée en partenariat avec Toyota et EDF a permis à la Communauté urbaine de Strasbourg de bénéficier d’un retour d’expérience sur lequel elle peut s’appuyer pour développer son infrastructure de charge sur l’espace public. En effet, grâce à cette expérimentation, les véhicules électriques et hybrides rechargeables ont peu à peu trouvé leur place dans le paysage urbain. La mise en place de bornes de recharge sur l’espace public lève les craintes des utilisateurs et constitue un complément de charge indispensable. "L’expérimentation nous permet également de mieux connaitre les relations entre charge pour véhicule et tension sur le réseau."

Engagée dans le programme transfrontalier CROME (Cross Border Mobility for Electrical Vehicle), la Communauté urbaine de Strasbourg a déployé de nouvelles prises qui répondent au standard européen, dont certaines permettent la charge complète d’un véhicule électrique en deux heures. C’est ainsi l’ensemble des utilisateurs de véhicules électriques et hybrides rechargeables qui peuvent bénéficier de ces bornes.

"L’extension du réseau doit être une incitation, l’enjeu est d’arriver à un maillage dense et une rapidité de recharge afin que les automobilistes optent pour le mode de transport le plus pertinent et la voiture la moins polluante possible" a résumé Alain Fontanel, Adjoint au Maire de Strasbourg et Vice-président des Finances en charge de l’électro mobilité de la Communauté urbaine de Strasbourg.

         

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
38 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Jpm2

ça va dans le bon sens… maintenant, pour “mon besoin à moi” (70 km par jour), la zoe, c’est mieux. 100% d’économies en CO2!

Guydegif(91)

OK, bonne OP ! REX positif sur ces 3 ans! Et maintenant? La CUS et ses partenaires du VE continuent-ils? Le contexte de Strasbourg, sa proximité de l’Allemagne et de la Suisse, devraient favoriser une ADOPTION 100% de la MISE en PLACE d’un parc automobile tendant vers 100% VE/VH ! Tous les taxis en VE! tous les bus en VE! toutes les livraisons-dernier-km autorisées qu’avec des VE! Entrée dans zone urbaine possible sans péage pour VE/VH, mais AVEC PEAGE pour véhicules thermiques std ! Voilà qui pourrait être la suite d’une OP Toyota+EDF sur 3 ans avec REX positif! Comment ne pas promouvoir voire instaurer un environnement qui contribue à: ”… réduire les émissions de CO2 de 61 % par rapport à un véhicule essence de même taille.” En +, faire // pour d’autres villes serait un vrai + ! YA+KA! et ASAP! A+ Salutations Guydegif(91)

gp

Cette Prius Plug-in est incontestabelement une des meilleures voitures du moment. Elle est surtout une des très rares automobiles actuellement commecialisées à préfigurer ce que sera l’automobile du XXIème siècle : un mode de transport attaché à garder sa très grande polyvalence tout en réduisant drastiquement son impact sur l’environnement. Equipée d’une petite batterie Li-ion (moins polluante à fabriquer que les batteries Ni-MH de la prius classique), cette Prius Plug-in est un exemple à suivre pour les autres constructeurs. Son autonomie théorique de 25 km en tout électrique (à peine 20 km en réalité) est suffisante pou bien des automobilistes. Elle permet surtout de limiter la taille de la batterie et donc le prix final. Si tous les automobilistes qui achetent encore auj. des voitures à + de 30k€, pour l’essentiel des turbo mazout suprpuissants totalement surdimensionnées pour les besoin du quotidien), achetaient à la place ce genre de véhicules, l’environnement s’en porterait bien mieux. D’autant qu’en matière de fiabilité, la Prius, C du durable +++! Vive le futur sobre & intelligent! P.S : vivement que les crétins qui nous gouvernent harmonisent les taxes sur les carburants proportionnellement à leur densité énergétique et aux émissions de CO2 correspondantes…

chiedo

“la zoe, c’est mieux. 100% d’économies en CO2!” Disons plutôt 90% en France, attention électrique ne veut pas dire propre, il faut la produire l’électricité, en Allemagne rouler à l’électrique ça pollue autant qu’a l’essence, voir plus…

Pierrotb001

D’ou vient le contenu énergétique de Electricité de Strasbourg?

chiedo

C’est le groupe ES filiale de GDS qui sans occupe, il possède les droits d’accès a la production de la centrale de Fessenheim et à la centrale hydraulique de Strasbourg, c’est pas évidant d’avoir le détail.

Jpm2

@ chiedo: en Allemagne rouler à l’électrique ça pollue autant qu’a l’essence, voir plus.. pas quand on achète son électricité chez un fournisseur 100% ENR, ce qui est mon cas. Mon fournisseur: Energiedienst

chiedo

Peu être donnent ils l’explication sur leurs site, mais l’allemand et moi on se déteste. Donc je vous pause la question directement, Comment font ils pour avoir du 100% ENR ils vous fournissent du courant uniquement lorsqu’il y a du vent ? Quelles autres sources d’approvisionnement ont ils ?

Sicetaitsimple

Au-delà d’un résultat (de l’expérimentation) qui parait quand même prometteur (au fait, quelqu’un sait-il si un rapport un peu détaillé a été publié?), vous mettez sur la table l’excellent sujet des garanties d’origine… Personnellement, bien que n’étant pas chauffé electriquement, je souhaiterais un certificat “100% nucléaire” pour être sûr de ne pas contribuer aux émissions directes de CO2 (notamment en hiver) par mon electricité, surtout si un jour comme je l’espère j’ai un véhicule hybride rechargeable comme la Prius ci-dessus… Personne ne le propose sur le marché, alors qu’il faudrait ( en France) environ 4 fois plus de personnes comme moi que de personnes demandant un tarif “100% EnR”. Bref,le contrat “100% Enr” me parait quand même un luxe marketing accessible à une “élite” forcément limitée… Mais je n’ai peut-être rien compris.

Jpm2

100% Wasserkraft, ça veut dire 100% hydraulique. Energiedienst produit son courant aux centrales hydrauliques de Rheinfelden, Laufenburg, Wyhlen. La première de ces trois centrales a été rénovée en 2009-2011, on est passé de 25 MW de puissance installée à 100 MW; 600 GWh de production annuelle contre 185 avant. Les centrales hydrauliques fonctionnent 24 heures sur 24, donc aussi quand je rechargerai ma zoe (à partir du mois d’août). Cela dit, je la rechargerai quand même la nuit… même si je ne paie pas moins cher. Maintenant, si Energiedienst avait fonctionné sur du 100% éolien, votre argument “ils vous fournissent uniquement du courant quand il y a du vent?” ne fonctionnerait quand même pas: le stockage et le lissage des productions (en combinaison avec l’hydraulique, notamment), ça n’est pas fait pour les chiens! En achetant du courant 100% ENR, je ne demande pas que les électrons dans mes fils soient verts… mais seulement que la quantité d’électricité que je consomme ait été injectée “verte” sur le réseau, même en différé. Qu’une production éolienne “force au repos” une centrale au charbon ou une tranche nucléaire au moment où je consomme ou quelques heures après, ça m’est parfaitement égal, du moment que la substitution de production a effectivement eu lieu.

Jpm2

il faudrait ( en France) environ 4 fois plus de personnes comme moi que de personnes demandant un tarif “100% EnR”. Oui, si vous voulez ne rien changer… maintenant, si – ce qui me semble plus réaliste que votre projet – on trouve en France 4 fois plus de clients souhaitant du 100% ENR plutôt que du 100% nucléaire, eh bien “il n’y a qu’à” donner au client (le client est roi… n’est-ce pas? 🙂 ) ce qu’il veut, et à passer à un mix français 80% ENR 20% nucléaire… d’ici quelques années, on est d’accord! 🙂

Sicetaitsimple

dites-vous à Chiedo… C’est bien là qu’est le problème, un systême electrique ne fonctionne pas en différé….

Sicetaitsimple

sinon c’est que vous avez résolu à vous seul grâce à votre engagement à n’acheter que du courant vert l’ensemble des problèmes de stockage (plus généralement d’équilibre offre-demande) sans aucun surcoût pour la collectivité. Mon immobilisme (“oui, si vous voulez ne rien changer”) n’est rien comparé à votre ambition!

Jpm2

un systême electrique ne fonctionne pas en différé ça dépend… si j’ai une “wallbox” 7 kW, nécessitant max 3 heures pour recharger la zoe, ça m’est égal si elle est rechargée de 21H à minuit ou de 2H à 5H du matin. Ce n’est qu’un exemple, il y en a bien d’autres (chauffage électrique d’un ballon d’eau chaude, par exemple). vous avez résolu à vous seul grâce à votre engagement à n’acheter que du courant vert l’ensemble des problèmes de stockage Vous aimez caricaturer, sicetaitsimple! La problématique de l’équilibre offre-demande est complexe mais c’est un problème soluble, vous le savez très bien. Vous savez très bien, notamment, qu’on est très loin d’avoir fait tout ce qui était possible : 1) en matière de stockage; 2) en matière d’optimisation d’échange entre régions; 3) en matière d’action sur la demande pour l’adapter tant soit peu à l’offre (notamment en la différant, comme exposé ci-dessus, de quelques heures, ce qui est quand même souvent possible). sans aucun surcoût pour la collectivité Vous savez très bien, également, que tout est affaire de choix: entre deux coûts il faut bien choisir, l’électricité gratuite ça n’existe pas. Donc je préfère, pour ma part, payer un courant d’origine éolienne onshore à 4 ou 5 centimes le kWh, avec 1 centime en plus pour le stockage et le transport, que la même chose pour du courant nucléaire à 5800 milliards la catastrophe. Mais chacun est libre de son choix!

Sicetaitsimple

Je pousse peut-être un peu, mais si vous résidez en Allemagne je ne pense pas que vos 4 ou 5c€/kWh, même avec un c€ en plus pour le stockage, soit très représentatif de votre facture! C’est moins que l’EEG surcharge à elle seule. Je vous laisse nous dire si vous le souhaitez combien vous payez en moyenne pour un kWh. Que les gens aient des envies (du 80/20) au (20/80) est très bien, encore faut-il leur présenter la facture de leurs envies. Ceci dit, je vous félicite quand même pour votre choix d’un véhicule 100% electrique, j’espère que vous nous tiendrez au courant de votre retour d’expérience. Cordialement.

Jpm2

Pour ce qui est de ma facture: figurez-vous que, scandale, je ne sais même pas combien je consomme, ni le prix au kWh unitaire! … mais c’est plus de 20 centime le kWh, je vous le concède. Par contre, je sais quand même le montant mensuel: 90 euros pour 5 personnes. Et franchement, je trouve ça acceptable… Pour la zoe, je vous tiendrai au courant! Je vais reprendre celle d’une collègue qui part en Bulgarie cet été, et qui me la confiera donc… elle l’a depuis trois semaines, et en est enchantée.

Sicetaitsimple

Ah c’est sûr qu’à 90€/mois et les 5c€/kWh que vous évoquiez juste ci-dessus ( je n’ai rien inventé,”payer un courant d’origine éolienne onshore à 4 ou 5 centimes le kWh”), vous seriez très grave! Presque 2000kWh/mois en n’étant pas (je n’ose l’imaginer!) chauffé electriquement, vous seriez élu “honte d’Enerzine 2012″…. Les prix de marché( y compris négatifs) c’est très “rigolo”, mais ça ne s’applique pas au consommateur lambda, et même un peu plus que ça…C’est accessible à l’electro intensif doté d’une cellule de trading. Pour les autres, il y a des coûts fixes (transport, distribution,CSPE ou EEG, taxes diverses,….) qui font qu’aujourd’hui il ne faut pas réver sur des différentiels qui feraient que les comportements individuels permettraient de résoudre à eux seuls les variatons de la production intermittente.

Sicetaitsimple

En attendant, le financement du coût du stockage en Allemagne semble faire débat: Il y aurait donc un coût?

chiedo

“je ne demande pas que les électrons dans mes fils soient verts… mais seulement que la quantité d’électricité que je consomme ait été injectée “verte” sur le réseau” Dans l’idée c’est bien, mais dans les faits, ils n’ont pas construit ces barrages dans le but de réponde a une demande spécifique en ENR je suppose, donc il ne font que canibalisé une partie des ENR qui serais de toute façon redistribuer entre tout les usagés, surtout avec l’hydraulique sa coute pas chère c’est se qu’on fait tourner en premier. Si vous achetiez de l’éolien qu’ils auraient fait construire spécialement pour répondre à la demande de certains usagés je comprendrai, mais là c’est un simple transfère de bonne conscience, sur des électrons vert qui seraient de toute façon produits …

js

il y a quand même un truc qui me chagrine, il n’y a que des % !! on sait qu’à véhicule équivalent on peut réduire de 61% les émissions de CO2, mais à aucun moment il n’est fait mention de la consommation du véhicule, quelles émissions réelles de CO2 ont été émises ou évitées. On croirait un discours politique !! y’a til un site où l’on pourrait trouver ces indications ?

zelectron

Si vous croyez que les gouvernements successifs vont pouvoir se passer de leur bouclier de fonctionnaires/territoriaux vous vous faites des illusions la TIPP sera remplacé par une taxe sur l’électricité bien lourde pour se nourrir ainsi que leurs sbires !

Stephsea

L’énergie, c’est chère. Pourquoi le nier encore? Les pronukes sont des opportunistes qui vivent à crédit et se ferme soigneusement les yeux pour continuer de l’ignorer, aidés en cela par une propagande française sans limite, le résultat d’une alliance objective entre les fabricants de centrale, les exploitants, les fournisseurs de combustibles, les chefs d’état africains concernés, les syndicats de travailleurs spécialisés et l’état français sur plusieurs générations. On retrouve les même procédés sur d’autres thèmes dans toutes les grandes démocraties, bien sûr. L’idée est de continuer à faire croire aux gentils électeurs que leur surconsommation et le cout de l’énergie actuel sont des choses “normales et durables”. Dormez braves gens… @sicetaitsisimple Avec ce nom, on ne devrait pas pouvoir vous lire en soutient aussi “simpliste” au nuke. C’est une provocation évidement, mais il faudra équilibrer un peu votre sens du paradoxe, par souci d’honnetetée. 20cts du kw/h n’est probablement pas encore le vrai prix de l’énergie électrique. Jpm2, profitez en! Je ne m’avancerai pas sur des chiffres précis qui s’imposeront à nous, ce serait ridicule, et la fourchette est par nature assez large. Il faudra en effet payer une partie de ces dettes carbonne et nuke accumulées, le démontage des infrastructures et de nouvelles infrastructures, en plus du cout de production au temps T qui va exploser, probablement, et avec d’éventuelles difficultés de “trésorerie” en plus pour les états et grandes sociétés, donc un argent cher lui aussi. Rappelons le, tout ENR est un capital précieux, tout ce qui permet de produire du vrai renouvelable, tous bilans confondus, est un petit pas vers un avenir collectif acceptable. Reste évidement à ne pas se fermer les yeux aussi sur les bilans de rendement ou cycle de vie. La question est aussi posée sur le véritable rendement global des véhicule électriques. Le CO2 n’est pas produit pas le véhicule lui même, mais ailleurs, et peut être dans des quantités plus grande que pas nos vielles 4L et autres Saxo ou mobilettes (!) qui ont 300 000 km et qui durent encore, économisant ainsi des tonnes de CO2 (et autres matières) necessaires à la construction dde nouveaux véhicules… Le cycle de vie de ces produits est il si “vert” que ce qu’on souhaiterait nous faire croire? Qui va le vérifier scientifiquement, et quand?

Jpm2

ils n’ont pas construit ces barrages dans le but de réponde a une demande spécifique en ENR je suppose … En fait, si! la page mise en lien sur la centrale de Rheifelden l’explique: 1) la rentabilité d’un nouvel ouvrage (coût: 400 millions d’euros) n’était pas acquise: prévue en 1984, elle a été repoussée “suite à la libéralisation du marché de l’énergie”… et n’a été remise sur les rails qu’en 2000, au moment ou l’Allemagne a adopté la loi sur les énergies renouvelables (EEG). 2) en 1989, le conseil fédéral Suisse et la région de Freiburg ont eu à décider du renouvellement (pour une durée de 80 ans) de la concession accordée à l’entreprise productrice; ceci a été accordé sous condition d’une hausse de la production. Bref, en matière de production énergétique, les raisons économiques, c’est une chose; et les motivations politiques c’en est une autre; les deux sont en fait toujours liées. Dans le cas de Rheinfelden, le projet n’aurait sans doute pas vu le jour sans l’appui du “politique”; appui dépendant bien évidemment de l’appui des citoyens au projet considéré. J’imagine donc qu’en favorisant (avec des milliers d’autres) cette entreprise produisant du courant “vert” cela va augmenter les statistiques qui montrent que la demande d’ENR est forte… et donc que c’est cette demande que “le politique” dotit soutenir.

Jpm2

sicetaitsimple, vous avez fait une lecture apparemment assez curieuse de l’article que vous mettez en lien! Cet article dit que l’Allemagne va financer un programme de mise en place de stockage d’électricité photovoltaïque, il y a encore des incertitudes sur la date de démarrage et sur le mode de financement (mais ça va se faire, ils vont trouver une solution, comme d’hab); cela dit, le ministre exige que les choses démarrent au premier mai, et la parole d’un ministre (en Allemagne, en tous cas…) ça compte… et vous en déduisez qu’iy y a débat/ incertitude/ donc vous suggérez que le projet pourrait être abandonné/ qu’il n’a pas assez de soutien? Lecture très orientée… et doutes bien peu fondés!

Jpm2

nos vielles 4L et autres Saxo ou mobilettes (!) qui ont 300 000 km et qui durent encore, économisant ainsi des tonnes de CO2 (et autres matières) necessaires à la construction dde nouveaux véhicules… Tout à fait d’accord avec vous pour faire durer les vieilles voitures/ économiser sur les flux de matière; néanmoins: 1) je ne crois pas qu’il y a encore beaucoup de 4L sur les routes de France; 2) lorsqu’une voiture est mise à la casse, la matière qui la constitue est largement recyclée, sauf erreur de ma part; 3) N’oubliez pas non plus que les vieux modèles sont aussi souvent plus polluants et consommateurs que les nouveaux: j’envie tous les jours les possesseurs d’une voiture (relativement) récente qui roulent à 5 L aux 100, alors que moi et ma vieille essence on ne passe que difficilement sous les 7 litres, même en ayant le pied très léger. Pour ce qui est des bilans de rendement ou cycle de vie. La question est aussi posée sur le véritable rendement global des véhicule électriques; Bien évidemment, un véhicule électrique qui roule au charbon, ça n’a aucun sens. Et au nucléaire, ça ne m’enthousiasme pas plus que ça non plus. Mais un véhicule qui roule au solaire, à l’éolien ou à l’hydraulique, moi je trouve ça chouette. Et comme vous le savez, ces énergies sont en forte croissance; on n’est donc pas obligé d’attendre dêtre à un mix 100% ENR avant de basculer vers le véhicule électrique. Par ailleurs, ledit véhicule doit être testé à grande échelle, pour diminuer son coût de fabrication, faire l’apprentissage industriel correspondant. Il faut donc commencer dès maintenant, et encourager la démarche innovante de Renault dans ce domaine! Le cycle de vie de ces produits est il si “vert” Je n’ai pas de chiffre ou référence à vous donner, mais j’imagine que oui: 1) un véhicule électrique ne pollue pas l’air comme le fait un diesel; 2) il est massivement recyclable (et notamment les batteries le sont). 3) il a un rendement énergétique excellent: un véhicule électrique roule à 15 kWh aux 100 kilomètres, alors qu’un véhicule thermique roule à 60 kWh aux 100 (1 L d’essence = 10 kWh). Bref, je crois que vous l’avez compris: je suis POUR le véhicule électrique! L’électrique prolongé par du thermique (hybrides rechargeables) c’est déjà très bien; le 100% électrique… ça me semble encore mieux! Il y a un cap psychologique à franchir, certes… mais ça va se faire. Ma collègue qui a une zoe me dit qu’elle se fait souvent aborder sur les parkings à propos de sa voiture. Les gens sont plutôt enthousiastes , “c’est une vraie voiture!”. Et ce n’est pas elle qui freine leur enthousiasme… Par ailleurs, pour ce qui est de l’autonomie, le développement des bornes en accès libre me semble être une très bonne solution… et tout ça est en train de se faire.

Sicetaitsimple

Je trouve plutôt que c’est votre lecture de mon commentaire qui est curieuse! Je dis juste ” le financement du coût du stockage semble faire débat”. C’est juste factuel. A propos, vous dites “un véhicule électrique qui roule au charbon (ou nucléaire), ça n’a aucun sens.”. Et vous nous dites le contraire un peu après quand vous comparez les rendements…Même charbon+véhicule electrique est moins énergivore que moteur thermique.

Jpm2

charbon+véhicule electrique est moins énergivore que moteur thermique. Vous avez raison… avec une centrale au charbon performante à 50% de rendement et un moteur électrique à 80%, on est encore largement mieux qu’avec les 10-12% d’un moteur thermique en conditions réelles. Et si, en plus, l’usine au charbon est bien gérée, c’est à dire si ses fumées sont lavées et qu’elle ne rejette, en gros, que du CO2 et de l’eau, alors ça frise l’acceptable! Mais je préfère quand même une alimentation éolienne, PV ou hydraulique.. on ne se refait pas! 😉

Dan1

A Jpm2. “Et si, en plus, l’usine au charbon est bien gérée, c’est à dire si ses fumées sont lavées et qu’elle ne rejette, en gros, que du CO2 et de l’eau, alors ça frise l’acceptable!” Vous n’auriez pas oublié quelques produits au passage : – Mercure, – Arsenic, – Monoxyde de carbone, – Oxyde d’azote et de soufre, – Particules, – Plomb, – Cadmium – ….. Vous faites bien de préférer l’éolien le PV et l’hydraulique, mais outre-Rhin c’est toujours les FOSSILES qui sont majoritaires pour alimenté le réseau qui vous délivre les kWh dans la prise… les électrons ne sont pas verts.

Sicetaitsimple

Si le question est “préferez vous une énergie renouvelable, non polluante, sûre (en terme de disponibilité à chaque instant, tout au long de l’année) , et pas chère”, je pense que tout le monde sera d’accord avec vous! Malheureusement, je ne pense pas que le choix soit exactement celui-ci, autrement il aurait déjà été fait, non? Et très honnêtement, dire comme vous le faites “y compris en différé”, cad j’achete quelques MWh par an d’electricité à mon fournisseur “vert” en ignorant quand je consomme et quand il produit (ou achête) et regardant juste qu’à la fin de l’année il a produit (ou acheté) autant d’electricité verte qu’il a vendu à ses clients est juste un confort intellectuel,à savourer avec ses amis à l’apéro le Dimanche pour se ou les convaincre de notre verditude…

Jpm2

je ne pense pas que le choix soit exactement celui-ci, autrement il aurait déjà été fait, non? Le choix est pourtant celui-ci (je sais que vous ne serez pas d’accord, mais je vous provoque un peu), et pourtant il n’est pas fait. Pourquoi? La pesanteur des investissements du passé, tout simplement. Faisons un peu de politique(énergétique)-fiction: Supposez que, dans la nuit qui vient, toutes les centrales de France s’effondrent (sans le moindre rejet radioactif, un évènement quasi-surnaturel!) et qu’il faille, demain, reconstruire à partir de zéro une nouvelle infrastructure énergétique en France. Que ferait-on? On reconstruirait à l’identique? Vous savez bien que non. Le choix du nucléaire était un bon choix lorsque les éoliennes faisaient 10 kW l’unité. Mais aujourd’hui, une éolienne c’est 3 MW, soit 300 fois plus. Si aujourd’hui on devait tout reconstruire à zéro, on mettrait le paquet sur l’hydraulique et surtout sur l’éolien terrestre, tout simplement parce que c’est le moins cher (sans parler du risque industriel nul et de la pollution nulle de ces industries). Et pour régler le problème de l’intermittence, on mettrait le paquet sur les STEP françaises, qui peuvent sans doute faire l’équivalent de leurs homologues portugaises, à savoir assurer un taux remarquable de 70% ENR.

Jpm2

juste un confort intellectuel,à savourer avec ses amis à l’apéro le Dimanche Voyez en moi un bobo illuminé et marginal si ça vous fait plaisir. Je ne crois, cela dit, pas l’être. L’objectif 100% ENR toutes énergies comprises est l’objectif de pays entiers : Danemark, Allemagne (bon, 80% de l’électricité, au moins), donc c’est plus qu’un petit luxe de privilégié: ça peut être une ambition à grande échelle. J’aimerais bien que mon pays ait cette ambition. Maintenant, s’il n’en a pas envie/ pas le courage/ d’autres chats à fouetter… je m’adapterai!

chiedo

Et pendant que certain pays essai (ou le font croire) la France a et depuis des décennies une électricité très fortement décarbonné …. Âpres on peu dévier sur le débat des déchets, mais en attendant ils n’emmerdent personnes et ne pourrissent pas la vie des gens directement via la pollution, ou indirectement via le réchauffement. @Jpm2 : Cela dit je salut votre effort et le soutient que vous apporté au ENR en espérant que votre argent est réinvesti et ne se contente pas d’être encaisser sous prétexte d’électron vert, reprendre la concession d’un barrage c’est une chose, en faire d’autre (ou autres ENR) c’en est une autre.

Jpm2

reprendre la concession d’un barrage c’est une chose, en faire d’autre (ou autres ENR) c’en est une autre Vous avez raison: je ne suis d’ailleurs pas plus convaincu que ça qu’Energiedienst soit une entreprise “militante” des ENR. Il est tout à fait possible qu’elle utilise simplement le côté “vert” de son courant pour s’attirer une clientèle que cet aspect intéresse. Par contre, il existe en Allemagne des coopératives citoyennes, des “Bürgerinitiative”, qui font du développement des ENR leur objectif. Il y en a une dans ma petite ville. Moyennant une participation de 500 euros, on devient membre; la coopérative cherche des sites propices et y installe des nouvelles ressources, dont elle est propriétaire. Bref, les citoyens allemands s’approprient la production d’énergie… dans le sens qui leur convient.

Dan1

“Bref, les citoyens allemands s’approprient la production d’énergie… dans le sens qui leur convient.” l’esprit coopératif c’est bien, mais concrètement, ce type de production, ça représente quoi par rapport au poids lourds comme RWE, EON, ENBW, Vattenfall ? L’économie allemande tourne (comme la France) à près de 90% avec de l’énergie FOSSILE et FISSILE. On verra à quelle date cela descendra en dessous de 80%.

Stephsea

Non pas seul, cher Jpm2, certes un peu esseulé face aux contradicteurs pronukes récurrents, mais vous avez aussi échappé au pire… En résumé… On peut toujour s’appuyer sur une réalité défaillante, et c’est facile puisqu’elle l’est toujours d’une manière ou d’une autre, pour nier, balayer, piétiner les projets vertueux. On appelle ça insulter l’avenir. c’est une posture psychologique, qui peut d’ailleurs devenir un trait de personnalité, qui découle d’une difficulté – bien naturelle – à se remettre en cause, parfois d’un complexe de supériorité, souvent d’une baisse des facultés due au vieillissement. C’est un sentiment d’impuissance associé à de l’orgueil qui fait remonté une pointe de nihilisme et de paranoia, probablement à cause de l’anxiété face aux générations montantes. Elles pourraient s’avérer “dangereuses” parcequ’elle nous jugent et nsou remmettent en cause dans nos fondamentaux… Tout cela débouche sur un mouvement qui s’amplifie en Europe, le concervatisme réactionnaire, à mettre en parrallèle avec le vieillissement de la population. La préservation des acquis, des habitudes, des “valeurs” devient un projet d’avenir. N’est ce pas extraordinairement paradoxal? Et c’est purtant bien cela dont on nous fait la démonstration ici en niant systématiquement l’intérêt des tentatives actuelles de faire progresser les ENR, grâce à un sois disant réalisme qui n’est en fait qu’une acceptation de l’atat du monde. C’est donc un anti projet, une négation de l’avenir. Comme oon dit justement : Après moi le déluge. L’énergie du futur est un pure projet “révolutionnaire” par nature. Le présent est une faillite retentissante, faillite que nous ne mesurons pas encore à mon avis. On peut toutefois dire que la crise mondiale est avant tout une crise énergétique, ou du moins les prémisses de cette crise. Il n’y a aucun optimisme possible si les choses continuent comme elles sont engagées, et je ne parle que de la fourniture de l’énergie, oubliant volontairement les concéquences environementales de son mode de production actuel. Alors relevons nos manches, sans idéologie, sans religion, et creusons les sillons, creusons… Il faut tout essyer. Nous savons que la nature fonctionne ainsi et que du foisonnement d’idées foireuses sortira des solutions, si on nous en donne le temps toutefois. La voiture hybride est une de ces idées, les abonnement spécifiques ENR, une autre, et ainsi de suite. Ce qu’il faut éviter c’est les postures, les idéologies, les a prioris. Soyons un peu ouverts, imaginatifs et scientifiques.

jmdesp

Et si c’était nier avec une obstination totale les diffcultés et limites des EnR qui était réellement la posture psychologique niant l’avenir, et reflétant un fort complexe de supériorité ? Avec le fait de balancer un pavé sur le sujet en ne répondant rien aux aspects techniques. Pourtant ce n’est pas vous et vos discours théorique, qui allez être capable de fournir réellement l’électricité décarboné en question, mais bien les ingénieurs qui ont le mains dans la graisse. Et qui pour ceux qui ont le réalisme de lever les yeux du guidon, ne pas juste réclamer de plus en plus de budget pour s’amuser quels que soient les coûts à essayer de faire marcher le bouzin, qui vous disent qu’en fait au bout du compte, en faisant un bilan complet et pas focalisé juste sur les aspects les plus optimistes, avec les technos dipsonibles, ça marche pas.

jmdesp

Effectivement l’article se garde bien de donner des chiffres sur le nombre de litres. Pourtant le fait que l’économie soit donnée à 7,1 euros /100km pour 70% d’économie de carburant, indique qu’il en reste alors 30% à 3 €/100km. Soit un peu moins de 2l/100km (et l’hypothèse que le véhicule équivalent est à plus de 6l, ce qui est un peu généreux pour un gabarit type Prius, et sensiblement plus que le vrai chiffre de la Prius simplement en hybride). Ceci dit cela suppose presque 2 recharges par jour, donc une chez soi, une au bureau avec le besoin d’une station de recharge des 2 cotés, un investissement significatif sauf si elle peut se brancher sur une 220V standard.

Face2keu

« J’adore l’eau, d’ici 20 ou 30 ans y’en aura plus, j’espère pas … » JCVD

38
0
Laissez un commentairex