Contraint, le Japon se tourne aussi vers l’énergie éolienne

Un consortium comprenant Marubeni, l’Université de Tokyo, Mitsubishi, Mitsubishi Heavy Industries, IHI Marine-United, Mitsui Engineering & Shipbuilding, Nippon Steel, Hitachi, Furukawa Electric, Shimizu et Mizuho a décidé de participer à un projet expérimental de parc éolien flottant – en mer – parrainé par le Ministère nippon de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie.

Le projet expérimental sera composé de 3 éoliennes flottantes ainsi qu’une sous-station également flottante située près des côtes de Fukushima. La première étape du projet devrait commencer en 2012 avec l’installation d’une éolienne flottante de 2MW, reliée par un câble sous-marin de 66 kV à la sous-station. Dans un deuxième temps, 2 autres éoliennes d’une puissance unitaire de 7 MW seront ajoutées au réseau entre 2013 et 2015.

La préfecture de Fukushima s’attend à ce que ce type de projet de démonstration ouvre la voie à une nouvelle industrie dans les énergies renouvelables avec à la clé, de nombreux nouveaux emplois. Cette initiative inédite vise aussi au rétablissement de la région de Fukushima qui a du faire face en 2011 à un séisme de magnitude 9.0 au large de la côte Pacifique du Tohoku au Japon, puis au tsunami qui s’ensuivit, faisant plus de 20 000 morts.

Contraint, le Japon se tourne aussi vers l'énergie éolienne

Avec ce projet expérimental, la préfecture de Fukushima espère également développer une industrie éolienne à grande échelle. Le consortium indique également qu’il travaillera de concert avec l’industrie de la pêche locale afin d’aboutir à une commercialisation de ce type projet de parc éolien offshore.

Contraint, le Japon se tourne aussi vers l'énergie éolienne

"Nous croyons que la création d’un modèle commercial de parc éolien à travers ce projet expérimental pourra conduire à la mise en place de grandes exploitations éoliennes flottantes à l’avenir" a affirmé le consortium dans un communiqué. "Profitant de l’expérience et des connaissances acquises par ce projet, l’activité pourrait être étendue à l’échelle mondiale et conduire ainsi à l’élaboration d’une nouvelle industrie d’exportation japonaise."

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

16 Commentaires sur "Contraint, le Japon se tourne aussi vers l’énergie éolienne"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Pastilleverte
Invité

on va nous faire encore longtemps le coup du “contraint, le Japon se tourne vers…” ENR1, ENR2. NR3 Mais puisque Greenpeace Japon nous a dit récemment ici même que tout se passe bien depuis l’arrêt de quasi toutes les tranches nuke nipponnes, où est la “contrainte” ?

yp
Invité

qu’ils choisissent Fukushima, tout un symbole. Le japon nous a déja montré sa capacité à se relever des coups du sort et de faire des bonds en avant inattendus par leur détermination, leur capacité de travail et leur efficacité technologique (plus un vrai sens de l’esthétique). C’est très intéressant qu’ils se lancent de cette façon dans l’éolien, c’est la certitude d’innovations technologiques futures pour tous. ps: Enerzine, ça serait vraiment bien que vous donniez vos sources

Vignette
Invité

Bravo Enerzine: aucune source, actualité datant d’il y a 5 semaines, …

Steph
Invité
Il n’est de pire aveugle que celui qui ne veut pas voire. Apres la Suisse, l’Autriche, la Suede, le Quebec qui nous prouvent qu’on peut avoir une part importante d’EnR dans son mix, voire meme 100% comme au Quebec, l’Allemagne qui nous prouve que les EnR peuvent progresser (4 a 16%) dans un mix electrique dont le volume augmente … et que dire de l’Espagne … a present le Japon s’implique dans un objectif de 100% d’EnR. Et en France ? Mais puisque qu’on vous que nos elites qui pensent pour nous ont decrete que le nuke est irremplacable ?!… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité
En effet, il n’est pas pire aveugle qui celui qui ne veut pas voir : “Apres la Suisse, l’Autriche, la Suede, le Quebec qui nous prouvent qu’on peut avoir une part importante d’EnR dans son mix” A-t-on dit le contraire ? RTE a simplement posé une limite à 38% dans le cas français, et ce au prix d’investissements lourds pour atteindre cette limite. “voire meme 100% comme au Quebec” La supercherie classique : je fais le compte des kwh produits et consommés à la fin de l’année, et j’oublie que je ne dois mon équilibre offre/demande qu’aux centrales nucléaires ou… Lire plus »
Rice
Invité

Particulièrement en forme Chelya aujourd’hui. Félicitations. J’ai lu avec plaisir le post sur le CSP indien et celui ci, où votre argumentation n’avait d’égal que le renvoi du Gang des Grille-Pains dans ses contradictions. J’ai d’ailleurs le net sentiment que leurs posts pathétiques traduisent la panique d’un secteur qui a bien vécu de ses mensonges et qui, confronté à la transparence des ENR, a du mal à rester “hautement compétitif”, surtout en hiver…. :). Et qu’en sera-t-il, quand les coûts cachés depuis 40 ans seront rendus publics ???!!! Merci et bravo pour vos dernières interventions.

Lionel_fr
Invité
France qui grogne est un signe de vitalité mais ne fait pas le bonheur. Et n’y contribue pas non plus. Bachou, les limites de 38% dans le mix s’entendent “toutes choses égales par ailleurs” Il n’y a plus aucun secret dans le fait que l’Allemagne prépare des investissement gigantesques dans l’hydrogène enfoui sous faible pression (33 bars) produit par PEM (membrane à échange de protons) dans un premier temps , l’H2 sera brulé dans des moteurs à combustion interne (cogénération) et transports puis dans des PEMFC réversibles. Un tel déploiment résout le problème de l’intermittence. Il faudra quand même atteindre… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité

“Dis le gars qui est obligé d’exporter 25% de son électricité à ses voisins pour réussir à tenir son réseau et importer de l’électricité d’Allemagne à chaque hiver et à chaque canicule…” On a déjà parlé de ça ici : “La raison pour laquelle nous avons fait appel à des capacités étrangères est qu’il est souvent moins cher d’importer que de démarrer les moyens de production ultime.” Vous avez encore une fois tort.

Aphi
Invité

“a present le Japon s’implique dans un objectif de 100% d’EnR. ” N’allons pas trop vite en besogne, le Japon tout comme la France ne peut se passer de l’energie nucleaire à court terme. Pour preuve la demande (aujourd’hui) du gouvernement japonais de reouvrir 2 reacteurs en 2012. Il n’empeche que la France comme le Japon doivent (et c’est ce qu’ils font, quoi qu’en disent les contributeurs qui aiment renvoyer dos à dos nucléaire et renouvelable) poursuivre le développement du renouvelable.

Pastilleverte
Invité
mieux vaut être un pays riche en possibilités hydrauliques, peu peuplé et pouvant compter sur ses voisins pour réguler sa production. Quelques reflexions supplémentaires (c’est vendredi on est ravis au lit) Philosophie des grille pain : ces engins marchent à l’électricité et il leur importe peu de savoir d’où elle provient. Chauffage électrique et précarité énergétique : pas de chance pour les “pauvres”, qui se sont vu imposer le chauffage électrique, moins cher côté installation, et qui vont se voir imposer une électricité tellement plus “propre” et tellement plus chère (mais c’est pour sauver la Planète… et ça leur fera… Lire plus »
einstein30
Invité

le Japon a encore un fort potentiel en energie nucleaire de disponible ; de plus ,il n’y a pas tous les ans un tremblement de terre associe a un tsunami pour “detruire” une centrale nucleaire ; le fait de vouloir faire de l’eolien comme ressource principale de production d’electricite me parait non conforme avec l’ideologie du Japon ,l’eolien etant une energie intermitente et d’un cout 4 a 5 fois superieur au nucleaire ,je suis sceptique ;

fredo
Invité

le lien fournit par Rouget sur projet allemand hydrogène:

Lionel_fr
Invité
Le lien du MIT et un bon point de départ. Rouget avait trouvé le doc du dept de l’energie allemand avec des schemas et des analyses critiques. Notamment les solutions qui n’étaient pas retenues quoique en cours de développement (Sabatier) Ce qui est amusant dans le MIT, c’est ce réflexe de parano compétitive. L’Amérique ne craint rien plus que de se faire “doubler” par les germains. Assurément ça ne sera pas le cas. L’industrie allemande pourra néammoins vendre des licences de brevets et sans doute pas mal de machines à l’oncle sam mais ce sera une course folle et le… Lire plus »
Lionel_fr
Invité

100% d’accord chelya. Le Japon a toujours dit être capable de fabriquer des engins nucléaires en quelques semaines mais refuser d’en posséder “prêt à servir” pour des raisons historiques évidentes. Ce qui nous ramène au “minimum d’activité nucléaire” dicté par le militaire, le médical et j’ajouterais le spatial où cette énergie n’a ni équivalent , ni problèmes de cohabitation avec le vivant comme on en a sur le plancher des vaches

Lionel_fr
Invité
C’est bien de ce document qu’il s’agit. merci pour le lien Je suis assez d’accord avec votre approche sur l’allemagne. Cela dit on entend dire la même chose sur les USA et pourtant , sans parler du retour de la France dans l’OTAN, on peut difficilement ignorer le rôle les Etats-Unis dans l’histoire des guerres qui ont façonné l’Europe et mis en jeu l’existance même de cette France hexagonale que nous connaissons. Les deux plus grandes puissances mondiales voyaient un découpage nord sud. Un seul homme ne voyait pas les choses comme ça … un certain Charles.. Siemens vise l’hégémonie,… Lire plus »
jmdesp
Invité

La première chose que remarque le MIT est que les deux-tiers de l’énergie sont perdus dans cet aller-retour, la membrane n’apportant que le fait de pouvoir fonctionner avec une source d’énergie intermittente, et pas vraiment un meilleur rendement. Ca fait donc *3 sur le coût de l’énergie éolienne, sachant qu’au cours des 6 dernières années, le prix des projets éoliens terrestres est en moyenne resté presque constant, ou en légère augmentation, aux US et an Angleterre. Cad sur l’éolien, nous n’avons plus de courbe d’aprentissage permettant une rapide baisse des coûts.

wpDiscuz