La Commission européenne planche sur la sécurité énergétique du continent

Achever le marché intérieur de l’énergie, réaliser des économies d’énergie, augmenter la production intérieure d’énergie et diversifier les origines, les parcours et les contreparties des importations d’énergie : ce sont là des moyens qui permettraient de réduire la dépendance énergétique de l’Union européenne.

Dans le prolongement du Conseil européen de mars, la Commission européenne réalise actuellement une étude approfondie sur la sécurité énergétique de l’Union Européenne. Elle présentera d’ailleurs dans un mois une stratégie de réduction de la dépendance énergétique de l’Europe lors du Conseil européen. Ce programme doit inclure une stratégie faisant état de la situation internationale du moment pour repenser la sécurité énergétique de l’Europe.

Aujourd’hui, l’UE importe 53 % de l’énergie qu’elle consomme. La dépendance énergétique a trait au pétrole brut (près de 90 %), au gaz naturel (66 %), et, dans une moindre mesure, aux combustibles solides (42 %) ainsi qu’au combustible nucléaire (40 %). La valeur des importations se situe à plus de 1 milliard d’euros par jour. En 2013, l’approvisionnement énergétique en provenance de Russie représentait 42 % des importations de gaz naturel de l’UE et 33 % des importations de pétrole.

Les énergies renouvelables sont en constante augmentation et, en 2012, leur part a atteint 14,1 % de la consommation finale d’énergie.

Aujourd’hui, plus de 50 % de la production électrique se fait sans émissions de CO2 (incluant tant l’énergie renouvelable que nucléaire).

Dans une perspective d’avenir, atteindre l’objectif de 20 % d’efficience énergétique en 2020 permettrait de réaliser 371 millions de tonnes d’équivalent pétrole (mtep) d’économies d’énergie.

"La crise ukrainienne confirme une nouvelle fois qu’il est de notre propre intérêt d’opter pour une voie vers une Union européenne à faibles émissions de carbone, concurrentielle et sûre sur le plan énergétique. Le renforcement de notre sécurité d’approvisionnement a été un objectif majeur des politiques européennes en matière d’énergie et de climat depuis des années, et il est à présent temps d’aller plus loin. C’est absolument crucial pour notre prospérité, notre puissance et notre crédibilité. Il nous faut donc prouver que la coopération et l’intégration européennes sont les bons moyens – les seuls – de relever ces défis. La Commission soumettra des propositions très précises lors du Conseil européen de juin, et la balle sera ensuite dans le camp des États membres" a déclaré le président Barroso.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

15 Commentaires sur "La Commission européenne planche sur la sécurité énergétique du continent"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Verdarie
Invité

Bonjour, Je suis porteur du projet d’un éco moteur universel qui pourrait intéresser tous les secteurs de l’économie.Je recherche des investisseurs intéressés par le développement de ce système.Pour en savoir plus vous pouvez consulter mon site sur Viadéo “Comment produire autrement de l’énergie verte” ou laissez moi un message et je vous recontacterai.

Samivel51
Invité

L’Europe produirait 60% de son combustible nucleaire?! Cela parait enorme. Comment est-ce possible? Peut-etre l’UE considere-t-elle que le MOX “produit” la Hague est un combustible made in Europe?

sunny
Invité

Vas t-on enfin passer à la vitesse supérieur en matière d’ENR? La géopolitique deviendrait-elle favorable aux ENR? Les quelques euros supplémentaires du MWh à payer dans la CSPE auraient-ils un sens? Mettre en place une grosse taxe carbonne pour favoriser les énergies pouvant être produit sur place? L’isolation des bâtiments serait-elle enfin devenu une priorité nationale? Pourquoi pas mettre en place un tarif d’achat sur la chaleur renouvelable, comme l’on fait les anglais avec leur RHI, financé par la chaleur “fossile” gaz et fioul?

Verdarie
Invité
Ce qui gêne le développement des énergies vertes c’est qu’elles doivent être financées par la consommation électrique qui elle même à un coût de production. Or si l’on ne veut pas réduire encore la croissance il est impératif de limiter ces coûts. Ce qui réduit d’autant les possibilités de développement de ces énergies. Si l’on faisait passer l’énergie verte dans le moteur de l’automobile on pourrait augmenter le nombre de contributeurs, tout en diminuant nos achats de pétrole et de gaz et ainsi augmenter l’emploi. Par cet apport financier on pourrait envisager de multiplier rapidement le développement de ces énergies… Lire plus »
gp
Invité
indépendance énergétique ou pas, de toute façon, 1/4 des français qui se sont déplacés hier dans les urnes ont exprimé leur refus de l’Europe. Ce que veulent ces français-là c’est pourvoir continuer à vivre dans le déni, la médiocrité (dans tout ce qu’elle a de pire), le repli sur soi, les solutions qui n’en sont pas… J’espère que les crétins FN qui prendront malgré tout leur 8500€ d’indemnités / mois à Strasbourg présenteront leurs propositions chocs face au défi énergétique à venir : fermer les frontières, stopper net les importations massives d’or noir et d’ Uranium made in Nigeria, etc…… Lire plus »
Homer
Invité
d’après gp si on est pas d’accord avec lui on est conet on “ne comprend RIEN à RIEN”. Peut importe ce que vous penser soit vous ête pour la démocratie et vous accepter les résultats des votes même si ça vous plait pas ou alors vous afficher clairement votre gout pour la dictature. ça me fait penser à ce cher Noël Mamère qui avait célébrer un mariage entre personne de même sex, alors que c’était interdit, parce que il considérait que la loi était homophobe (il a le droit de penser ce que il veut je ne le juga pas).… Lire plus »
Mickacka
Invité
@gp, Le principe de la démocratie est la gourvenance par le peuple. Et dans une démocratie représentative, il s’agit de la majorité, qu’elle soit “conne” ou non. Reste à savoir si le con est celui d’en face ou celui qui croit que celui d’en face est con, et réciproquement. Tout dépend du point de vue. Etant jeune, ingénieur et en efficacité énergétique, je côtoie des gens de toutes origines sociales, ethniques, idéologiques, etc. et je peux vous dire que chaque point de vue comptent et chacune de ces personnes se posent des questions et y apportent souvent des réponses beaucoup… Lire plus »
Au_secours
Invité
Je trouve incroyable qu’un jeune homme instruit, conscient des problématiques énergétiques, ouvert à ce qu’il dit, en vienne à défendre le Front National. Votre discours complotiste brun rouge à la Alain Soral me donne envie de baisser les bras… Le FN est depuis toujours extrèmement Libéral, et pour ce qui est de l’esclavage des peuples il ne me semble pas que Jean-Marie fesait partie des anti colonialistes… Je ne m’expliquerais jamais comment certains sympathisants de l’anticapitalisme peuvent céder aux sirènes de ces démagogues (sauf peut être à intéroger leur gout pour des solutions trop simples…) Regardez à coté de qui… Lire plus »
enerZ
Invité

Vous etes hors sujet. Merci de rester sur le thème de l’énergie. Le modérateur

gp
Invité
que nos élites aient lamentablement échoués depuis + de 20 ans à faire adhérer les citoyens de l’Europe à l’idéal européen qu’ils défendent, c’est une évidence impossible à nier. Maintenant, toutes choses étant égales par ailleurs, citez-moi une problèmatique complexe face à laquelle les partisans frontistes ont mis des propositions claires sur la table qui ne révèlent ni du populisme ni de la science fiction? Mon coup de gueule du jour vaut autant vis-à-vis des millions d’électeurs qui se laissent attendrir par les idées creuses du FN que par ses partisans les + médiatiques… Qu’il n’y ait pas qu’un seul… Lire plus »
Dan1
Invité

“On n’en a encore eu une sacré démonstration en puissance hier dans les urnes.” Quand le peuple “vote mal”, il faut changer le peuple. Les soviétiques ont voulu créé l’homo sovieticus, mais ça a mal tourné après 70 ans tout de même. Ceci est bien sûr hors sujet de l’énergie. Pour l’énergie, si le peuple vote “mal”, c’est peut être parce que les élites et les prosélytes verts ne sont pas aussi bons qu’ils le disent. Je note que le score d’EELV n’est pas aussi fameux que du temps de Dany.

Pastilleverte
Invité

gaz de shiste, oui oui oui ? Gaz de schiste, non non non ! Heureusement que le Soleil brille pour tous et que le vents souffle (parfois)…

alain38
Invité
Même si le combustible nucléaire, de part sa forte densité énergétique (1g d’U = 1 tonne de charbon) permet de faire des réserves de plusieurs années sur notre sol, la majeure partie est importée, c’est incontestable. La seule solution pour arriver à une quasi indépendance, c’est passer aux surgénérateurs et c’est prévu dès 2040 pour la France. Quant aux EnR elles utilisent des minerais (terres dites “rares”) essentiellement importées et qui deviennent de plus en plus …rares. Ces énergies sont donc soumises aux même limites d’indépendance que les autres, et au passage ne sont pas si “renouvelables” qu’elles le prétendent.… Lire plus »
gp
Invité
” il est par ailleurs inadmissible qu’une directive européenne impose aux pays membres de baisser leurs centrales quand les éoliennes ou le PV (allemand pour l’essentiel) produisent à leur maximum” Mon pauvre alain. Ce genre de commentaire fait vraiment peine à lire. Ne changeons surtout rien et continuons tout comme avant donc. De quel droit ces foutus ENR devraient elles être prioritaires sur le réseau alors qu’on a des bonnes vieilles centrales héritées du siècle dernier capable de rendre le même service au CO2 et autres cochonneries près?! Affligeant de lire des trucs pareils. P.S : et pour l’auto à… Lire plus »
Dan1
Invité

“il serait temps que la France et les autres pays limitrophes de l’Allemagne réagissent pour lui demander de stopper sa fuite en avant vers toujours plus d’EnR non maîtrisables.” L’une des solutions s’appelle transformateur-déphaseur et ça arrive aux frontières :

wpDiscuz