Enerzine

La Feuille de route énergétique de l’UE 2050 a été adoptée

Partagez l'article

La Commission européenne a adopté jeudi matin, après plusieurs jours de négociation, la feuille de route "Energie 2050", décrivant ses scénarios pour l’avenir énergétique de l’Union Européenne.

Cette feuille de route indique que le modèle énergétique de l’Europe se focalisera à l’avenir de plus en plus sur l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables.

Si la volonté politique n’est pas encore totalement présente au sein de la Commission, les prévisions et les calculs sont encourageants afin de sortir du statu quo énergétique.

Pour le groupe des Verts/ALE, ce travail de la Commission perpétue un certain conservatisme concernant le rôle de l’énergie nucléaire et de la capture et le stockage du carbone.

L’eurodéputé Yannick Jadot, (Europe Ecologie – Les Verts), et membre de la commission chargée des questions énergétiques (ITRE) a commenté ces propositions :

"La feuille de route proposée par la Commission (Energy Roadmap 2050) est encore insuffisante pour véritablement mettre l’Europe sur la voie d’un avenir énergétique sûr et durable. Sur les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, les bases de réflexion de la Commission restent bien trop pessimistes. Prisonnier des carcans de la vieille économie, et ignorant les récentes difficultés financières des grands groupes comme Areva, le Commissaire Oettinger persévère dans le conservatisme énergétique et industriel, et continue aveuglément de promouvoir l’énergie nucléaire.

Cependant, les estimations de la Commission soulignent très clairement par leurs calculs, que les énergies renouvelables et des économies d’énergie seront le cœur du futur modèle énergétique européen, et indispensables pour atteindre les objectifs énergétiques et climatiques qui sont fixés pour l’Europe.

Les investissements des dix prochaines années seront décisifs pour déterminer le futur du secteur énergétique européen. La Commission doit s’atteler à fixer des objectifs contraignants en matière d’énergie renouvelable pour 2030, année cruciale pour l’Europe de l’énergie, après le message fort envoyé par le Parlement européen vers un objectif contraignant pour 2020.

Des scénarios crédibles existent et montrent que, combinées à des mesures d’efficacité énergétique, les énergies renouvelables peuvent contribuer jusqu’à 45% du mix énergétique de l’UE en 2030 (et non pas 30% comme proposé obstinément par la Commission), sur la voie d’une économie 100% renouvelable. Les économies d’énergie, les énergies renouvelables, la politique climatique et la modernisation des réseaux d’électricité doivent devenir des priorités européennes, afin de modifier en profondeur nos modes de production. S’ils rejettent aujourd’hui ces leviers, les dirigeants européens devront assumer, devant les citoyens, le gaspillage de milliards d’euros, d’un million d’emplois, l’affaissement de notre industrie et des factures énergétiques qui explosent"


Partagez l'article

 



                

    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    53 Commentaires sur "La Feuille de route énergétique de l’UE 2050 a été adoptée"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Pastilleverte
    Invité
    c’est bien d’avoir réussi à placer le mot « climat » et ses dérivés dans la politique énergétique. D’habitude c’est l’inverse on disait parler du climat, alors qu’on parlait énergie; Bon, la « feuille de route », très beau jargon technocrato-politique est établie. (par un groupe de travail réuni après que le comité adhoc ait déposé des objectifs clairs, réalistes et électoralo-compatibles). L’avenir est rose (enfin vert), les ENR « peuvent contribuer jusqu’à 45% du mix énergétique », rien que ça ! Déjà elles arriveraient à 30% en moyenne sur l’année de la production électrique européenne, on serait très satisfait. Au fait côté nuke (vous savez… Lire plus »
    irisyak
    Invité

    Très heureux de voir qu’ils en sont enfin là. Il nous faut appuyer sur cette affaire car les résistances sont encore là. 100% c’est non seulement possible mais plus que souhaitable ….

    Tang'
    Invité

    « 100% c’est non seulement possible mais  » … en êtes-vous bien sûr ??? Quelle étude sérieuse, chiffrée et présentant toutes les conséquences sur la vie de tous les jours aboutit à cette conclusion ? Nous vivons dans un société très avancée, technologiquement. Il est important de savoir analyser avec objectivité une situation et ses évolutions potentielles. On ne parle pas de politique, ou de débat d’idées, mais de faisabilité et d’études d’impact.

    you38
    Invité
    Oui pour développer les énergies renouvelables mais attention tout de même : – transformer la france en champ d’éoliennes et de panneaux solaires, n’a rien de bien valorisant et c’est un aspect important à considérer. (D’ailleurs peu de personnes ne souhaitent avoir une éolienne dans leurs cours) – la france n’a malheureusement pas une industrie réellement compétitive dans le domaine des énergies renouvelables. D’ailleurs, pour le PV, on achête de plus en plus de panneaux en provenance de chine. Les créations d’emplois ENR mis en avant par les verts ne correspondent qu’à des postes de commerciaux et d’installateurs. Or le… Lire plus »
    Nicias
    Invité

    Bravo a EELV pour avoir réussi à disserter sur l’énergie sans prononcer les mots charbon et gaz. Cela tient plus de l’exercice litteraire que de la politique responsable.

    gypse
    Invité
    Afin de vous renseigner sur les ENR, voici quelques éléments : – pour produire l’équivalent de ce que sortent nos centrales nucléaires, il suffit de couvrir 3% de la surface agricole utile en panneaux solaires. On est loin de transformer la France en champ de pannneaux ! Il serait naturellement plus judicieux de couvrir les surfaces urbanisées qui couvrent 8% du territoire, voir article – si la France n’est pas compétitive aujourd’hui (et encore moins depuis le moratoire), c’est simplement parce que nous avons plusieurs années de retard. Faut-il pour autant renoncer à se mettre à niveau sur ce qui… Lire plus »
    Bachoubouzouc
    Invité
    « pour la gestion du réseau, de nombreuses solutions de stockage sont opérationnelles » Ce n’est pas les quelques GW de barrages installés, stockant quelques GWh, qui vont être utiles face aux centaines de millier de GWh qui seraient nécessaires pour passer l’hiver sans nucléaire ou charbon dans le mix ! « géothermie et biomasse peuvent ainsi compléter avantageusement le solaire et l’éolien. » Je sais que les anti-nucléaires n’aiment pas trop les chiffres, mais où donc allez vous trouver les GW de géothermie à installer ? Les centaines de TWh de biomasse à brûler ? Cela ne vous surprend pas que l’Allemagne remplace… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    « pour produire l’équivalent de ce que sortent nos centrales nucléaires, il suffit de couvrir 3% de la surface agricole utile en panneaux solaires. On est loin de transformer la France en champ de pannneaux ! » Ben YAKA et YSAURAIDU ! Sauf que voilà ce que donne 19,7 GW de panneaux photovoltaïque en Allemagne aujourd’hui : Evidemment au mois de juin c’est beaucoup plus ! Par contre hier, les Allemands pas trop stupides avait 12 GW de nucléaire toute la journée + 14 à 15 GW de lignite + 3,5 à 10 GW de charbon + 1,3 à 4,8 GW de… Lire plus »
    De passage
    Invité

    sur les motivations journalistiques très bobos: 3 ligne sur le contenu de lafauille de route de l’Europe, de plus en oubliant l’essentiel, Plein de paragraphes pour les critiques des verts. Bravo pour une (dés)information pas même cachée !!!

    you38
    Invité
    Merci pour ces informations, j’avoue ne pas tout savoir… Cependant, je ne suis pas complètement convaincu ! Pour les problématiques techniques de gestion du réseau, je rejoins un peu Bachoubouzouc… Que se passe t’il en hiver s’il n’y a pas de soleil pendant 3-4 jours ! La majorité les sites pouvant acceuillir des STEP sont déjà utilisés… Et leurs capacités restent limiter (6GW de STEP pour un total de 21GW d’hydraulique)! Ou trouver la puissance nécessaire en heure de pointe l’hiver (90GW peuvent être requis) s’il n’y a pas de soleil et peu de vent ? Certes, on espère que… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité

    J’ajouterais même ILSUFFIDE…..(sic).

    Dan1
    Invité
    Merci rouget, ce document est effectivement intéressant car il montre la difficulté de guérir de l’addiction au fossile… même avec une volonté de fer. Examinons le scénario C, le plus EnR, en 2022 Demande = 550 TWh Pic = 83 GW Capacités de production : Nucléaire = 0 GW Thermique à flamme = 69,3 GW Autres = 13,1 GW Total « contrôlable » = 82,4 GW Hydraulique au fil de l’eau = 4,6 GW Eolien terrestre = 69,9 GW Eolien en mer = 18 GW Photovoltaïque = 46,8 GW Autres = 10,7 GW Total renouvelable = 150 GW Total installé = 232,4… Lire plus »
    edc10
    Invité
    C’est terrible comment la pensée « primaire » en kWh a atteint les esprits. Un peu de pédagogie avec une « preuve » ici : on a donc 2MWh/an pour 15m² (~ 2KWc). Avec ça, annuellement, on obtient bien 700TWh (grosso-modo la production française). Ca nous fait 350 GWc, ce qui fait grosso modo un carré de cellules photovoltaïque d’une surfce de 70 kmx70km. Sauf qu’on ne sait pas stocker ce qui est produit en été pour l’hiver (enfin je parle d’éléctricité … pour ce qui est de faire du gras, les être vivants savent faire) … En janvier, avec une production /3 et… Lire plus »
    Guydegif(91)
    Invité
    Voila le maitre mot à viser en France: re-équilibrer le MIX-énergétique, à commencer par: 1) Efficacité Energétique à tous points de vue, tous les endroits et toutes applications: 1-1) bâtiments au niveau isolation et moyens de chauffage. D’autres solutions à préconiser: qd applicable, càd en habitat groupé, préférer un chauffage collectif_bois-énergie ou _biomasse équiper des filtres ad hoc et avec réseau de chaleur plutôt que du poêle à bois individuel plus polluant en particules. 1-2) Véhicules plus légers, plus petits, plus adaptés donc moins gourmands en utilisant des bio-composites là où possible, tout en restant sûr (crash box), avecmotorisation ad… Lire plus »
    Gil
    Invité
    Quand je lis tous ce « charabia » sur le Forum je suis saisi d’angoisses devant ce tripatouillage de chiffres et la confiance folle de certains dans les énergies renouvelables. Voici mon humble expérience: Ingénieur de formation et intrigué par les énergies renouvelables, j’ai acheté des cellules « silicium » au US, c’est pas cher et j’ai assemblé mes panneaux solaires, 100W au M2 (environ) pas mal, je stock dans des batteries au plomb à décharge lente et génère du 220V; Jusque là je suis dans la norme. L’été j’ai 4 à 5 heures de production par jour avec un rendement correct, mais l’été… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité

    Votre expérience est intéressante :la »grotte » (l’auto-suffisance energétique à l’échelle d’un particulier, d’une communauté ou d’une entreprise) ce n’est pas simple ni certainement « pas cher ». Un certain nombre sur ce forum parlent de la grotte sans jamais évoquer son coût, C’est tellement facile. La grotte, faut aller au bout, pas compter sur les autres en cas de problème (pas de soleil par exemple, ce qui arrive assez souvent), Sinon, on parle dans le vide, à coup de tarifs d’achats totalement irraisonnables, mais qui peuvent effectivement donner bonne conscience à ceux qui s’accordent bonne conscience assez facilement….

    Dan1
    Invité
    A Gil. Bien évidemment tout le monde sait qu’il y a beaucoup moins d’énergie solaire disponible en hiver (enfin sous nos latitudes ou plus haut). Par exemple aujourd’hui, les Allemands ont eu droit à une production totale de 11 547 MWh concentrée sur 7 heures avec un pic à midi : Sachant qu’il y a une capacité de production de 19 760,3 MW, cela nous fait un facteur de charge moyen de 2,43 % sur la journée. Ca ira mieux en juin. Heureusement que l’éolien fait un score honorable. Mais bon avec un MIX très robuste incluant charbon, lignite, gaz… Lire plus »
    Gil
    Invité

    Pour l’instant je produit de l’hydrogène sous pression directement dans des bonbbones de gaz butane vides classiques avec de l’aluminium et de l’hydroxide de sodium, mais quand jaurai assez de cellules PEM je pourrai les utiliser en mode reverse pour produire de l’hydrogène avec l’électricité des panneaux solaires, et ainsi avec un mix solaire et un peu d’aluminium j’espère avoir mes 10KW jour avec régularité et à pas cher, mais il faut malheureusement tout faire soit même pour que ce soit rentable, car EDF fourni le KW à seulement 10 centimes d’euro.

    Galdour
    Invité

    Bien vu monsieur De passage .Cette promotion honteuse des opinions et propagande de l’antinucléaire eurodéputé Yannick Jadot, (Europe Ecologie – Les Verts),est vraiment symptomatique de motivations journalistiques très bobos.Avec les journalistes d’Enerzine,on est vraiment chez les bobos de « chez bobos ».Terriblement révélateur

    airsol
    Invité

    Le solaire continue a faire son petit bout de chemin, diminuant ses coûts (ce n’est pas le cas de toutes les energies) Bien sûr, ce ne sera pas  » l’energie unique », mais c’est une energie avec plein d’avantages et facilement decentralisable.

    Sicetaitsimple
    Invité

    « pour produire l’équivalent de ce que sortent nos centrales nucléaires, il suffit de couvrir 3% de la surface agricole utile en panneaux solaires. , » Soit 1 million d’hectares, soit environ 350GW installés. Ce que ne nous dit pas Gypse, c’est ce qu’on fait de la production de ces 350GW en milieu de journée en été…alors que la puissance appelée est de 40 ou 50GW. C’est simple , yaka stocker pour l’hiver, car malheureusement même ces 350GW installés vont être bien insuffisants à ce moment là.

    Bachoubouzouc
    Invité
    « c’est une énergie avec plein d’avantages et facilement décentralisée. » Décentralisée, on n’entend que ce mot là dans la bouche des écologistes en ce moment. Par contre ils ne nous ont toujours pas expliqué comment des ENR pouvaient être décentralisées alors que pour répondre à la demande des clients elles nécessitent un réseau centralisé renforcé, des STEP centralisées et/ou des centrales fossiles centralisées. Ils ne nous ont toujours pas expliqué non plus en quoi la décentralisation représentait un avantage. Moins d’économies d’échelle et donc plus d’emplois redondants peut-être ? Moins d’efficacité et donc plus de marché potentiel ? Sérieux les verts… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    L’emploi a beaucoup de succès en ce moment… campagne oblige. S’agissant du photovoltaïque, je vais reposer une question importante à mes yeux : Je reprends le texte : « Prenons l’exemple du photovoltaïque. Cela engendre beaucoup d’emplois pour construire et installer les panneaux soit… mais après. Si le système installé fonctionne bien et longtemps que font les travailleurs… ils regardent les rayons du soleil produire des électrons ? » Ma question est de savoir si d’éventuels dizaines ou centaines de milliers d’emplois créés pour mettre en place un grand système photovoltaïque en France seraient pérennes. En effet, si le photovoltaïque est aussi… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    C’est bien de prôner l’énergie décentralisée pour éviter le recours au réseau, mais ça ne marchera pas comme cela. Si vous voulez que les EnR aient une place plus que symbolique voire carrément significative dans le mix, il faudra un renforcement plus que symbolique voire carrément significatif des réseaux européens. C’est d’ailleurs l’objet de la discussion d’aujourd’hui grâce aux documents cités par rouget dont le schéma décennal de RTE que revoici : Il ne faut pas oublier que la plupart des moyens de production EnR qui vont arriver par GW sont des moyens dit « non contrôlables » et qu’il faudra bien… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité
    Vous avez tous les deux raison mais ne parlez simplement pas de la même chose. Airsol pense ( si j’en crois ce à quoi il réagit depuis un certain temps déjà sur Enerzine) PV de petite puissance ( typiquement le particulier) réparti. Dans ce cas en effet, au delà des coûts de raccordement, cette production ne génère pas vraiment de surcoûts réseaux, voire même selon la particularité locale améliore les choses. Dan1 ( et moi-même) pensons aux grandes installations éoliennes on ou offshore, aux grandes installations PV dans certains pays,..etc…Et là, dès maintenant dans certains coins et de plus en… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    Nous n’éviterons pas le renforcement du réseau et les investissements de dizaines de milliards sur 10 à 20 ans. Voici ce que dit RTE (pages 5 et 6/185) : « Ce schéma décennal traduit les orientations de la Programmation Pluriannuelle d’Investissements de Production en vigueur. Le paquet Energie Climat de l’Union Européenne, comme les lois déclinant le Grenelle de l’Environnement, posent notamment les bases d’une profonde mutation du paysage énergétique : aux mesures de Maîtrise de la Demande en Energie (MDE) s’ajoutent des incitations aux transferts d’usages des énergies fossiles vers l’électricité (pompes à chaleur, transports électriques…), et la mise en… Lire plus »
    airsol
    Invité

    si l’on encourage la productiion PV des particuliers en Bretagne, pensez vous qu’il faudra renforcer pour cela le reseau ou que cela evitera dans une certaine mesure un appel de puissance sur des lignes? Il estr évident que des grosses puissances demanderont une renforcement du réseau . Des petites puissances réparties peuvent au contraire soulager ponctuellement ce reseau. Et si on veut faire 100 % en PV, alors qu’on n’en est pas à 1 %, c’est mettre la charrue avant les boeufs

    airsol
    Invité

    post croisés Effectivement « décentralisé » pour moi signifie petite puissance

    Dan1
    Invité

    Je veux bien qu’aujourd’hui des petites puissances (2 à 3 kWc de PV) ne nécessitent pas de renforcement réseau car elles sont noyées dans la masse, mais je ne suis pas sûr que la généralisation du PV résidentiel ne provoque pas quelques problèmes d’évacuation de puissance. Imaginer la surproduction d’un quartier intégralement équipé en juillet-août quand la consommation est au minimum et une partie des habitants absents. Si tous les panneux se mettent à produire plein pot à midi… qui consomme dans le quartier ? Faut-il évacuer la puissance du quartier ou mettre les panneux sur off ?

    Sicetaitsimple
    Invité
    Je ne pense pas que ça pose de réel problème tant que la puissance installée est raisonnable vis-à-vis de la « consommation » installée. Chelya nous avait dit un jour que contrairement aux saumons, les electrons ne remontaient pas vers l’amont, mais je crois me souvenir que vous et moi avions exprimé une opinion différente! Ca peut devenir différent en effet si les puissances installées sont sans rapport avec la consommation prévisible, et que des « ménages » se mettent à installer 20 ou 30kW. Tant que ça reste de l’installation sur toiture, je pense que le risque de problème est quasiment bnul. Si… Lire plus »
    airsol
    Invité

    « faut-il évacuer la puissance du quartier ou mettre les panneux sur off ? » si la puissance installée ne depasse pas la consommation de pointe d’un quartier, pourquoi faudrait-il renforcer? Je ne suis bien sur pas specialistes des reseaux, je ne parle pas de RTE mais des syndicats departementaux exemple:SIEML qui a étudié aussi l’interêt des ENR et MDE pour soulager le réseau local

    Dan1
    Invité
    Je reprends un vieux commentaire de 2008 (attention au coût du Wc !) : La limite se situe là, avec 2 000 Wc par maison, on atteint déjà 30 GW qui est le minimum d’appel en puissance en été pour toute la France (résidentiel + tertiaire + industrie + transport…). A ce niveau là, on ne peut déjà plus se contenter de consommer sur place si on veut tout utiliser. Avec 3 000 Wc c’est carrément trop. Or le PV produit plus en été qu’en hiver. Et pourtant, ce système ne produirait qu’environ 30 TWh soit un plus de 5%… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité
    Vous connaissez mon opinion sur le PV subventionné, donc nous pouvons parler en toute bonne foi. On oublie CSPE et crédits d’impots, on admet qu’un jour ( qui n’est pas demain) le PV devient réellement compétitif en dehors de toute aide pour un particulier par rapport à l’électricité qu’il achête à son fournisseur préféré, électricité transportée et distribuée par les GRT. Bref, le Graal ( la parité réseau) est atteinte, notre francais devient producteur d’électricité dans un marché compétitif! Bien sûr (nous sommes je pense d’accord là-dessus pour en avoir déjà parlé), ça va avoir quelques impacts sur le Turpe,… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    Je laisse les lecteurs apprécier la nature de la production décentralisée instalée chez deux agriculteurs cités dans le document du SIEML : 7. PRODUCTION DECENTRALISEE 4 Groupes portables pour les matériels intermittents et très perturbateurs 1 Groupe EJP 40 kVA sur un élevage porcin Donc grosso EDF a proposé des groupes électrogènes : « Et surtout M Leau apprécie l’arrivée du groupe électrogène mobile : “ Il me permet de basculer lorsque je suis en EJP. Je m’en sers également pour souder et je suis plus autonome, surtout s’il devait y avoir une tempête ou un événement grave sur le réseau”.… Lire plus »
    Guydegif(91)
    Invité
    Voici maintenant mon iD qui a muri dans mes neurones pendant mon jogging dominical de ce jour: Ce n’est pas les Centrales NUC qu’il faut arrêter qd arrivées à l’âge limite, mais c’est la partie  »bouilloire » comme on l’appelle parfois ! – En effet, pourquoi ne pas valoriser toute la partie aval des GV (générateurs de vapeur), le circuit secondaire vers la turbine, le générateur, etc… ! Cette partie n’est généralement pas critique au niveau risques et durée de vie, même si là aussi il y a de la maintenance prédictive, préventive et curative à prévoir. – Il suffirait donc… Lire plus »
    Guydegif(91)
    Invité
    Voici maintenant mon iD qui a muri dans mes neurones pendant mon jogging dominical de ce jour: Ce n’est pas les Centrales NUC qu’il faut arrêter qd arrivées à l’âge limite, mais c’est la partie  »bouilloire » comme on l’appelle parfois ! – En effet, pourquoi ne pas valoriser toute la partie aval des GV (générateurs de vapeur), le circuit secondaire vers la turbine, le générateur, etc… ! Cette partie n’est généralement pas critique au niveau risques et durée de vie, même si là aussi il y a de la maintenance prédictive, préventive et curative à prévoir. – Il suffirait donc… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité
    Il y a un hiatus à toujours vouloir transposer les analyses au niveau national. Il est évident que les problèmes de Pornic ne sont pas les mêmes que ceux de Paris. La Bretagne n’a pas suffisament de lignes HT pour faire face aux pointes hivernales certes mais elle possède un grand littoral qui lui permet beaucoup de choses : 1. Le Gaz Liquéfié dont les américains ne veulent plus car ils ont leur gaz de schiste, est bradé sur la zone atlantique ce qui fait bien les affaires des centrales au gaz Bretonnes. Lesquelles centrales au gaz s’accomodent bien d’une… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    Certains « écologistes » professionnels gèrent tout simplement des priorités. Et la priorité numéro 1 fondatrice de l’identité de certains mouvements, c’est l’éradication du nucléaire. Une fois acquise, ils pourront passer à autre chose voire à faire de l’écologie. Comme, ils ne vont visiblement pas y arriver aussi vite en Europe, on pourra attendre encore de nombreuses années pour voir le combat se réorienter contre les fossiles. Cependant, certains d’entre eux étaient plus pressés et radicaux, voire pragamtiques. Par exemple, comme l’a très bien dit et écrit le comité STOP-NOGENT : il est tout à fait possible de sortir du nucléaire grâce… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité
    C’est effectivement un moment d’anthologie, que vous nous aviez déjà rappelé mais dont on se lasse pas! A airsol: je suis d’accord avec vous, d’ailleurs je le disais plus haut, le jour ou le PV devient moins cher que l’electricité distribuée, beaucoup de choses changent. Ce n’est pas près d’être le cas en France ( env120€/MWh livré pour un particulier), c’est peut-être plus proche en Allemagne ( je crois 220/230€/MWh livrépour le même particulier). Ce sera certainement un laboratoire, oserais-je dire qu’il n’y a pas vraiment besoin de multiplier les laboratoires si on est sûr qu’il y en a un… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    A Airsol. Par rapport à l’exemple que vous citez (des agriculteurs en bout l’hiver), je ne crois pas que le PV soit la solution pour fiabiliser l’alimentation. J’ai la faiblesse de penser que pendant les jours EJP, le PV n’est pas forcément à son maximum. L’agriculteur veut une garantie de service pas une production globale annuelle garantie à vendre à EDF. Un bon vieux GE (diesel dit-il) est alors assez efficace. Mais là où vous avez pleinement raison et que nous sommes d’ailleurs nombreux à avoir dit, c’est les EnR intermittentes et aléatoires ne pourront jouer dans la cour des… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    Juste un ordre d’idée sur le prix du PV. Malgré une chute vertigineuse du Wc, le prix à payer reste élevé. La CRE nous dit que pour 2012 les charges de la CSPE liée au PV en zone interconnectée (hors les DOM-COM) se monte aux chiffres suivants : Quantité prise en compte = 3 025 GWh Coût d’achat pour EDF = 1 475 millions d’Euros Coût unitaire = 487,5 euro / MWh Si on veut faire une comparaison avec 2010, on a : Quantité prise en compte = 380 GWh Coût d’achat pour EDF = 204 millions d’Euros Coût unitaire… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité

    Il est fait état dans la doc. sur les batteries d’un nombre de cycles de 1500 ( à 80%). Concernant du solaire, j’imagine que les cycles sont quotidiens? Ca ne fait pas 20 ans, où alors il faut avoir un stockage surdimensionné pour éviter de trop le décharger, ce qui n’est pas le but…. Pas évident….

    Tech
    Invité
    sujet: feuille de route, votre post: critique en règle des EnR ! contre vulgate que vous pourrez méditer: à en croire certains, le nucléaire serait durable le nucléaire ne serait pas pas dépendant de matériaux rares (prenez un bout de tole standard et faites vous un chaudron nucléaire!) les anglais viennent de mettre 4 ans vour examiner la fabrication d’une pièce forgée pour l’EPR!!!) bien sur le nucléaire n’utilise pas d’électronique! ils se servent encore de bouliers dans les centrales ;o) les coûts d’échelle je dirais plutôt la concurrence fera baisser les prix, dans le nucléaire quand on voit des… Lire plus »
    Tech
    Invité
    la mise en place des tarifs aidés et de la CSPE est bien sur très criticable, mais je souhaitais mettre dans le débat, 2 nouveaux points. I. EDF paye l électricité photovoltaïque 9 mois à 1 an après le début de production (dans le meilleur des cas!) donc la CSPE est effectivement prélevée, mais pas « redonnée » aux producteurs immédiatement. pendant ce temps cet argent « travaille » il n’est pas perdu pour tout le monde! II. à quoi sert le coût et le niveau de l’abonnement actuel (bien plus que la CSPE!) le poteau en pin et le fil qui m’amène le… Lire plus »
    Tech
    Invité
    merci pour votre prompte réaction (si j’ose dire!) mais permettez-moi de maintenir mes contre-critiques. oui les matériaux pour le nucléaire sont sophistiqués, chers car justement utilisés en petite qtés (l’inconvénient des avantages!) on travaille de nos jours beaucoup avec les simulateurs pour vérifier les durées de vie! vous vous en rendez certainement compte quand vous devez changer votre réfrigérateur ou votre télé au bout de 10 ans, c’est prévu et voulu par le marketing! les centrales nuc, n’étaient pas prévues pour 50 ans par chance vu que les ingés de l’époque avec des outils de simulations moins puissants (règles à… Lire plus »
    Nicias
    Invité
    vous confirmez que plus la centrale est prolongée, plus elle se charge du plus près du combustible au plus loin et que ces déchets seront plus dangereux à gérer manipuler. je n’ai rien compris à cette phrase. Néanmoins je maintiens l’essentiel de ce que je voulais dire: Bravo à vous d’avoir rapidement évolué, d’être cordial et plus compréhensible, dela donne confiance dans le genre humain. EDF paye l’électricité photovoltaïque 9 mois à 1 an après le début de production Pourriez vous sourcer sur les délais de paiement d’EdF ? à quoi sert le coût et le niveau de l’abonnement actuel… Lire plus »
    Tech
    Invité
    est-ce nicias qui répond pour rouget? êtes vous la même personne avec 2 pseudos? je rephrase, plus les matériaux sont proches du combustible, et plus longtemps ils y restent plus ils se « chargent » et donc plus ils sont dangereux à gérer. paiement de l’edf, c’est du vécu! contrat avec paiement à 6 mois (ou 1 an), mais après les 6 mois il leur faut le temps de signer 2 contrats (allers retours AR!)(bien que d’autres contrats aient déjà été signés!) et leur envoyer une facture, qu’ils ne payent qu’au bout d’un mois! Pendant ce temps là nous payons notre facture… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité

    « et pour relativiser on parle de: 3 tWh par rapport aux 500 produits consommés annuels ». Vous avez bien raison, il s’agit de 1,5Md€ par an pendant 20 ans pour environ 3 TWh/an, si on en reste là! Relativisons, certes, mais quand même! PS: avec plus d’un Md d’arriéré de paiement de CSPE, ce n’est au moins pas EDF qui bénéficie de « cet argent qui travaille ».

    Nicias
    Invité
    Je ne suis pas Rouget… paiement de l’edf, c’est du vécu! Ok mais la sincérité ne remplace pas un lien hypertext, navré. Pendant ce temps là nous payons notre facture edf à chaque relevé estimé(souvent majoré!) C’est du vécu pour moi aussi, vous marquez un point. de mon coté, c’est votre dernière phrase que je ne comprends pas L’abonnement paye RTE (et son homologue pour les lignes basses tension), c-a-d le réseau (avec son entretient, le coût de son enterrement … etc …), et non le MWh au prix de gros, vous sous entendez que RTE surfacture le réseau pour… Lire plus »
    Nicias
    Invité

    avec plus d’un Md d’arriéré de paiement de CSPE, ce n’est au moins pas EDF qui bénéficie de « cet argent qui travaille » D’après la CRE, Edf est dédomagé pour de cet « cet argent qui travaille », reste a savoir avec quel taux d’intèrêt. Je concède a Tech que ce n’est pas le cas lorsque Edf surestime votre consomation et peut être est ce le cas pour les achats d’EnR.

    wpDiscuz