Lancement de l’Institut pour la transition énergétique Efficacity

Alors que les engagements européens et nationaux prévoient, d’ici à 2020, de réduire de 20 % les consommations d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre de la ville, le Gouvernement a décidé de soutenir le programme de recherche sur la performance énergétique des villes de demain « Efficacity ».

En effet, pour atteindre ces objectifs, des politiques de renouvellement urbain doivent être engagées à différentes échelles, et cela afin d’améliorer l’efficacité énergétique globale des villes, de réduire leur empreinte carbone tout en améliorant la qualité de vie et le confort des citoyens.

Financés par l’État dans la cadre du programme Investissements d’avenir à hauteur de 15 millions d’euros, les travaux de recherche d’Efficacity viennent d’être lancés. Ils visent à développer des outils permettant d’améliorer l’efficacité énergétique et l’empreinte carbone de la ville à ses différentes échelles urbaines (bâtiment, quartier, ville).

Ce projet rassemble des compétences interdisciplinaires dans le domaine de la ville :

► 6 industriels leaders dans leur domaine : EDF R&D, GDF Suez, RATP, Veolia Environnement, Vinci Construction France, Compagnie IBM France ;

► 7 sociétés d’ingénierie : ABMI, Arcadis, Assystem, Ingérop, Safege, SETEC et BETEREM Ingénierie ;

►  15 structures académiques d’excellence : ARMINES, Centre Scientifique et Technique du Bâtiment, Ecole des Ingénieurs de la Ville de Paris, Ecole Nationale des Ponts et Chaussées , Ecole Nationale Supérieure d’Architecture (Paris Belleville, Marne la Vallée, Paris Malaquais), ESIEE, Ecole Spéciale des Travaux Publics, du Bâtiment et de l’Industrie, IFSTTAR, Institut national de l’information géographique et forestière, Institut National de la Recherche en Informatique et Automatique, Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne, Université Paris-Est Marne-la-Vallée regroupées autour du Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur de l’Université Paris Est.

Efficacity sera installé au cœur de la Cité Descartes, lieu de l’excellence scientifique et technique et des éco-technologies, situé à Marne-la-Vallée.

D’un point de vue scientifique et technique, il s’agit d’élaborer les outils nécessaires à une réponse cohérente sur les grandes étapes du cycle de vie des composants urbains (depuis leur conception jusqu’à leur exploitation) en termes d’efficacité énergétique.

Inscrit dans le cadre des travaux du Grand Paris, l’enjeu de ce projet est de conforter une filière française dans le domaine des travaux de construction et de la rénovation urbaine.

[ Photo : école d’architecture – Cité descartes ]

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Lancement de l’Institut pour la transition énergétique Efficacity"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Pastilleverte
Invité

Tout ce qui concerne l’efficacité énergétique, surtout “intelligente” est bon à prendre. espérons seulement qu’on a pas créé un “machin” de plus, créditivore, réunionitivore ou énergétivore …

sprol
Invité
Les grandes villes se sont engagées dans d’ambitieux programmes énergétiques à l’instar du “Plan Climat” de la Ville de Paris ou de Lyon. A point nommé le Gouvernement français vient donc de lancer ce nouveau projet de recherche en matière efficacité énergétique comme outil d’aide aux villes dans la réalisation de leurs Plans Climat. Une grande part des objectifs des Plans Climat des villes concerne l’assainissement énergétique des immeubles, ce qui pose un gros problème de faisabilité tant pour les délais et les coûts d’une mise en oeuvre “individuelle” (immeuble par immeuble donc sans économie d’échelle) que de la difficulté… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
Votre concept est sur le papier interessant, mais j’ai bien peur qu’il ne soit irréaliste dans la majorité des situations existantes. Si par contre il est intégré dès le départ ( intégration intelligente de la (des) station(s) de production d’eau potable, des sources de chaleur “fatales” et du réseau de distribution d’EP), pourquoi pas. Bref plutôt pour une ville nouvelle. Maintenant, combien ça coute, combien ça rapporte et qui paye sont d’autres questions certes terre-à-terre mais bien réelles.A ce propos, vos 5 à 10% d’économies me paraissent bien optimistes, sauf si vous voulez parler des usages “thermiques” d’eau potable et… Lire plus »
sprol
Invité
Merci pour vos remarques/questions au sujet du procédé corsaire! Infrastructure: Pourquoi limiter le procédé CORSAIRE aux villes nouvelles ? Généralement, les infrastructures de production d’énergie ou autres sources industrielles de rejets de chaleur, ainsi que de production d’eau potable, sont situées en périphérie des villes, parfois même à proximité l’une de l’autre. Comme d’écrit dans l’article, le procédé corsaire nécessite un minimum d’infrastructure: une pompe, une conduite d’adduction d’eau industrielle caloporteuse a basse température (sans isolation) et une Station d’Echange Thermique (SET) située entre la source des rejets thermiques et la sortie de la station d’eau potable. La distribution finale… Lire plus »
wpDiscuz