Renault coopére avec EDF dans la mobilité électrique

Carlos Ghosn, Président Directeur Général de Renault et de Nissan, et Henri Proglio, Président Directeur Général du groupe EDF, ont signé vendredi au Mondial de l’Automobile, des accords qui renforcent leur coopération dans le domaine de la mobilité électrique.

Les transports représentent 27 % de la consommation mondiale d’énergie et 61 % de la consommation de pétrole. Le développement de la mobilité électrique devient un enjeu majeur aujourd’hui tant sur les plans environnementaux, énergétiques que sociétaux. Aujourd’hui, la mobilité électrique est presque entièrement décarbonée grâce au nucléaire et aux énergies renouvelables qui produisent en France une électricité à 95 % sans émission de CO2.

Deux ans après la signature d’un accord qui visait à développer des offres de mobilité électrique, EDF et l’Alliance Renault-Nissan confirment et prolongent par ces accords leurs travaux dans notamment trois domaines essentiels au développement d’un marché du véhicule électrique de masse, à savoir :

  • travaux communs dans le domaine des batteries : tests, gestion de la première et la seconde vie des batteries
  • conduite d’expérimentations de véhicules électriques et d’infrastructures de charge innovantes
  • propositions d’offres de mobilité pour les clients de Véhicule Electrique.

Ainsi, dès 2011, le Groupe EDF et l’Alliance Renault-Nissan mettront en commun leur savoir-faire et leurs moyens pour faciliter l’accès à des équipements de recharge, simples, pratiques, et économiques.

Dans le cadre de cet accord les clients particuliers de Renault et Nissan seront mis en relation, lors de leur achat d’un véhicule électrique, avec des professionnels électriciens du réseau d’installateurs proposé par EDF. Ces derniers vérifieront l’installation électrique des clients en vue de sa mise en sécurité, conformément à la réglementation et aux normes, et procéderont à la mise en place du matériel recommandé par Renault et Nissan.

Les clients Entreprises et les Collectivités qui équiperont leurs flottes de véhicules électriques pourront être mis en relation directement avec EDF qui proposera une prestation de conseil portant notamment sur l’installation électrique de leurs locaux ainsi que, pour les clients d’EDF, sur leur contrat de fourniture d’électricité.

EDF proposera en outre à ses clients une adaptation de leur contrat de fourniture d’électricité afin de les aider à bénéficier au maximum des tarifs heures creuses, pendant lesquelles l’électricité est la moins chère et est aussi la moins carbonée.

Lors de la conférence de presse, Henri Proglio a déclaré que « par l’accord que nous passons aujourd’hui, EDF prend ainsi l’engagement d’accompagner les acheteurs de véhicules électriques Renault ou Nissan pour qu’ils profitent pleinement de leur nouvelle acquisition, avec un carburant électrique jusqu’à cinq fois moins cher au kilomètre parcouru que l’essence ou le gazole, en contribuant à la préservation des équilibres climatiques et sans émettre de bruit, de polluants ni d’odeurs. »

« Notre objectif commun est de faire du véhicule électrique une alternative rationnelle au véhicule thermique – de faire que l’automobiliste perçoive le véhicule électrique comme une solution respectueuse de l’environnement, économique, fiable, et simple à utiliser. Par ce partenariat, l’Alliance Renault-Nissan et EDF mettent en commun leur expertise pour faire de la mobilité électrique une réalité, et faire de la France un des pays pionniers pour le développement du véhicule électrique » a ajouté Carlos Ghosn.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

12 Commentaires sur "Renault coopére avec EDF dans la mobilité électrique"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
zelectron
Invité

En attendant, achetez, achetez, achetez, braves gens, lorsque vous aurez bien acheté, le collet se refermera sur votre cou… il faut bien que vos élus puissent se gaver sur votre misère (signé: la “Drôche” inamovible) A quand la multiplication par 5 ou 10 et + du prix de l’électricité? Les pertes pour la TIPP (Taxe intérieure sur les produits pétroliers) sont (en prévision) gigantesques pour le fisc…

trimtab
Invité

En attendant négawattez, négawattez citoyens. Au moins ça ‘leur’ donnera un peu moins de corde pour vous pendre, et moins de sous à vous taxer ! Et ……..A quand la multiplication par 5 ou 10 et + du prix de l’électricité?” ….. Vous dites. Et si avec mon intention de vendre que le SURPLUS de notre installation PV j’aurai quand même misé sur le bon cheval, malgré tous ceux les avis ‘comptables’ qui s’échinent à me prouver le contraire ? Un prix ‘fixe’ pour mes kwhs pendant 20/30 ans ? trimtab

Dan1
Invité

Perdre la TIPP (25 milliards d’euros par an) n’est pas forcément aussi grave pour la France et Bercy si on met dans la balance… la balance économique. En effet, les achats de pétrole et produits raffinés pour le transport routier déséquilibrent fortement notre balance commerciale d’au moins 40 milliards d’Euros. On voit d’ailleurs que notre déficit en 2009 correspond presque à notre facture pétrolière (43 G€ contre 46). Est-ce grave de perdre 25 G€ pour en gagner 40 ? Surtout qu’aujourd’hui l’électricté adoucie le déficit commerciale. A voir :

moise44
Invité
@Zelectron Je comprend que vous soyez exaspéré par les taxex et surtout par la TIPP, mais j’ai ecnore lu hier que même l’armée américaine admet que ceci est bien plus afficace pour le consommateurs que de ne rien taxer comme chez eux. Ils parlent de notre TIPP en exemple. Il faut aussi répondre a la question : Ou irait l’argent qi il n’y avait pas de taxe ? A mon avis, l’argent irait surtout dans les caisses des états producteurs. Comme en juillet 2008(147$/baril) Et pourtant ce n’est ni total, ni l’état qui s’est enrichi. ce sont bien les producteurs.… Lire plus »
Dan1
Invité

L’uranium n’est pas une ressource fossile car il n’a pas été fossilisé, il était déjà présent à l’origine de la terre. L’énergie nucléaire à fission est d’ailleurs la seule énergie (à part la géothermie profonde et l’énergie marémotrice) à n’être pas issue du rayonnement du réacteur nucléaire à fusion actuel (le soleil). Toutes les autres énergies renouvelables et fossiles proviennent plus ou moins directement de l’énergie de fusion.

Visite
Invité

il faut aller bien loin pour justifier l’utilisation de l’atome, c’est rassurant, ce manque d’argument fait espérer une fin proche L’énergie du désespoir ;-))

Visite
Invité

il faut aller bien loin pour justifier l’utilisation de l’atome, c’est rassurant, ce manque d’argument fait espérer une fin proche L’énergie du désespoir ;-))

umwelt
Invité
Vous avez parfaitement raison, le fait que le nucléaire soit une source d’énergie totalement décarbonnée et jouissant d’une disponibilité (en termes de réponse à la demande) ridiculisant le solaire et l’éolien vaut si peu de choses. Nous allons extrêmement loin pour trouver un argument aussi exotique. Rendez-vous compte ! On met en marche notre cerveau ! Nicolas Hulot l’a lui même dit : “Une éolienne sans vent, c’est rien de plus qu’une hélice de merde”. Plus en rapport avec le sujet, nos chers amis d’EDF ont-ils remarqué que pour continuer à nous alimenter en électricité tout en remplaçant le pétrole… Lire plus »
Visite
Invité

parl’paatoi pourquoi quand on parle au boucher c’est l’andoui… qui répond

M.arnaud
Invité
Notre stock français d’ uranium appauvri en U235 représente 5000 ans de réserves D’U238 fertiles qui seront transformés en Pu239 fissile dans les nouveaux surgénérateurs (réacteurs RNR 4 G(neutrons rapides)qui entreront en fonction à partir des années 2040-2050 issus des programmes Astrid et Allegro).Le parc actuel et les EPR ne sont pas surgénérateurs d’où les importations actuelles d’Uranium naturel que l’on enrichi à Tricastin. Quand aux déchets transuraniens,les actinides mineurs,ils seront fissionés et donc éliminés dans les RNR 4G.Les produits de fission,eux, décroissent suffisament au bout de quelques siècles pour rejoindre le niveau naturel de la radio-activité et peuvent donc… Lire plus »
M.arnaud
Invité
Après usage(5000 ans)de notre stock français d’ uranium appauvri.Il y a l’uranium du granit(50 grammes par tonne).Or le granit,c’est une grosse partie de la croute terrestre.A l’échelle de l’existence l’humanité,ça représente une ressource illimitée. Il y a aussi tout l’uranium contenu dans l’eau de mer qui représente aussi à l’échelle de l’existence l’humanité,une ressource illimitée.Enfin,on peut aussi exploiter le thorium 232 qui est fertile(transformé en U 233 fissile par neutronisation du thorium 232 ).Et le thorium,c’est 2 à 3 fois plus de ressources que l’uranium naturel.Encore plus illimité à l’échelle de l’existence l’humanité que l’uranium.Donc le nucléaire est une solution… Lire plus »
M.arnaud
Invité

De plus le granit contient environ 50 grammes par tonnes d’uranium + thorium.Le granit c’est une grande partie de la croute terrestre.Ressource illimité,donc. L’eau de mer contient des ressources représentant des millions d’années,au moins, de notre consommation actuelle de ressources fissiles.La surgénération de l’ uranium en plutonium 239 et du thorium 232 en U233 fissile représentent à l’échelle de l’humanité,une ressource illimité.Il est bon de ne pas l’oublier.Sans même parler de la fusion nucléaire qui représente des ressources encore plus considérables.Il n’est pas question de se priver d’une ressource aussi durable que l’énergie nucléaire.Et on ne s’en privera pas.

wpDiscuz