Antarctique : un pont de glace de 40 km s’est rompu

Le pont de glace de 40 km de long qui stabilisait le plateau Wilkins et qui n´avait plus que 500 mètres de largeur à son point le plus étroit, s’est rompu samedi.

"La façon dont la glace s’est brisée est stupéfiante. Voici deux jours encore, elle était intacte", explique à Reuters David Vaughan du British Antarctic Survey.

Les températures de la péninsule Antarctique ont monté d’environ 0.5 degré Celsius en 50 ans, soit le rythme le plus rapide de réchauffement dans l’hémisphère austral. Des images prises par satellite depuis 1992 par l´Agence spatial européenne attestent cet état de fait.

Les plateaux de glace jouent un rôle important car ils stabilisent et amassent les glaciers de l´intérieur de l´Antarctique. La disparition des plateaux aurait comme conséquence une accélération de la disparition des glaciers de l´intérieur de l´Antarctique qui glisseraient dans la mer.

La disparition même partielle des glaciers de l´Ouest-Antarctique entrainerait une augmentation du niveau de la mer et menacerait les Etats insulaires du Pacifique et de grandes métropoles côtières. Et si la totalité des glaces de l’Antarctique fondait, le niveau moyen des mers du globe monterait de 57 mètres !

 

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
8 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Brandon

et pendant ce temps là, lantarctique bat des records d’englacements encore une fois, apres avoir connu un englacement record durant les deux dernieres années. actuellement l’excedent est de 900000 km2 comme on peut le voir sur le site de la nasa cryosphere qui se base sur les relevés quasi infaillibles des satellites. quand vous aurez fini de manipuler les gens avec l’arnaque du rechauffement climatique qui est la plus grosse imposture du siècle… vous etes tous plus lamentables les un que les autres :

Brandon

on nous parle du glacier wilkins qui fait quelques milliers de km2 alors que l’excedent au meme moment est de UN MILLION DE KM2. Question de qui se fout on de la gueule?? ca commence à bien faire maintenant. Surtout que le volcanisme sous marin ca existe dans l’antarctique et que tout les ans on nous on parle, et tout les ans l’antarctique bat des records d’englacment depuis le debut des relévés satellites en 1970 alors hein pouet pouet maintenant et que les neo mondialistes arretent de manipuler les gens pour instaurer le nouvel ordre mondial a l’aide de l’escrologie

Brandon

Comment les mers pourraient elles monter alors que le bilan des glaces est pisitif sur le globe? en plus c’est completement faux ces données. Quant à la fonte de larctique et de l’ouest de l’antarctiuqe c’est uniquement a cause des courants marins : 04 octobre 2008 :Ce sont les courants marins, naturels et décennaux qui ont provoqué la fonte des glaciers Arctique et Antarctique Ouest et non pas le réchauffement climatique, affirment plusieurs articles scientifique récents… Nous poursuivons dans la série des articles rafraîchissants sur le devenir des pôles et notamment sur celui du pôle Nord Arctique ainsi que sur la péninsule Ouest de l’Antarctique, en rapportant aujourd’hui sur un article (signé par Richard Kerr) paru dans le dernier numéro de la revue Science (3 oct 08). Cet article est, en fait, une brève revue du contenu de deux papiers parus récemment, l’un dans Nature Geoscience (1, 659 – 664 (2008), published online: 28 September 2008 ; doi:10.1038/ngeo316) et l’autre dans Geophysical Research Letters (VOL. 35, L18602, doi:10.1029/2008GL034939, 2008). Les deux articles en question sont relativement techniques. Celui de Kerr est plus abordable. Voici donc une traduction fidèle des principaux extraits du texte de Kerr dans Science : Texte original en anglais: ” The surge of glaciers draining both the Greenland and West Antarctic ice sheets has alarmed scientists and the public alike. Global warming appeared to be taking an early toll on the planet’s largest stores of ice while acceleratingthe rise of sea level. But two new studies point to random, wind-induced circulation changes in the ocean—not global warming—as the dominant cause of the recent ice losses through those glaciers.” ” La déferlante des glaciers qui s’écoulent aussi bien du Groenland que des surfaces glacées de la péninsule Ouest de l’Antarctique ont alarmé les comme le grand public. Le réchauffement climatique semblait avoir effectué un prélèvement anticipé sur la plus grande réserve de glace de la planète tout en contribuant à une accélération de la hausse du niveau des océans. Cependant, deux études récentes montrent que des changements aléatoires de circulation des océans, dus aux vents, sont la cause principale -et non pas le réchauffement global- des pertes récentes enregistrées sur ces glaciers.” (Lettres en gras et grands caractères du traducteur). “Au Groenland, au moins, vous allez avoir des problèmes pour attribuer cela au réchauffement climatique” déclare le glaciologue Richard Alley de l’Université de Pennsylvanie (Collège d’Etat).” L’article se poursuit en expliquant en substance que faute de données suffisamment détaillées obtenues par les océanographes sur le comportement des océans dans cette région : ” …L’océanologue physicien David Holland de l’Université de New York et ses collègues, se sont tournés vers des scientifiques d’une autre spécialité : les chercheurs des pêcheries, lesquels ont enregistré les températures des eaux profondes près de la côte Sud-Ouest du Groenland en étudiant la population des crevettes de 1991 à 2006. Hollande et ses collègues rapportent cette semaine dans Nature Geosciences qu’un influx d’eau chaude et plus salée en 1997 a “coïncidé précisément ” avec l’amincissement rapide et l’accélération de l’avance subséquente du glacier Jakobshavn Isbrae, le glacier le plus prolifique en fuite de glace du Groenland. “… ” Je pense que c’est fantastique, déclare Bindschdler. Ils avaient ça, inscrit dans le Groenland”. “Holland et ses collègues ont remonté la piste de l’influx de la chaleur océanique jusque dans l’atmosphère au dessus de l’Atlantique Nord.Un affaiblissement brutal des vents, du à un phénomène atmosphérique naturel, appelé l’Oscillation Atlantique Nord (NDLR : NAO en anglais) a apporté plus d’eau de la mer d’Irminger, près de l’Islande, jusqu’à l’extrémité du Groenland, jusqu’au massif sous-jacent et sous la glace.” “Un processus identique peut avoir été à l’oeuvre dans le récent accroissement des pertes de glace de la péninsule Ouest de l’Antarctique, comme les chercheurs l’ont rapporté dans le Geophysical Research Letters du 18 septembre. Le modélisateur des glaciers Malte Thomas de l’Institut Alfred Wegener pour les recherches polaires et marines de Bremerhaven (allemagne), et ses collègues, incluant Holland, n’avaient pas non plus de données sur les températures marines à cet endroit mais ils disposaient des données sur les vents. Quand ils introduisirent ces données dans les modèles océan-glace, les vents changeants emmenèrent des eaux plus profondes et plus chaudes dans les modèles, jusque la plaque continentale et sous la glace, dans les milieu des années 1990 de telle façon que les glaciers qui drainent la couche de glace de la partie Ouest de l’Antarctique se sont mis à accélérer leurs pertes….” ______________________________ Et pourtant, une fois encore, que n’avons nous pas entendu et lu dans les médias au sujet du réchauffement climatique qui, soi-disant, faisait fondre les glaciers des pôles, “plus vite que prévu” ? Comme je l’ai toujours dit, les progrès de la recherche finiront par percer, peu à peu, découverte après découverte, la croûte épaisse de cet imbroglio politico-économico-pseudo-scientifico-médiatique. Ce qu’il faut noter, parce que c’est amusant et révélateur de ce qui se passe dans les publications de ces braves chercheurs, c’est que le deuxième article se termine par une phrase du genre : “Mais ça ne veut pas dire qu’il faut cesser de s’inquiéter”. Pardi ! Comme l’a pointé l’éminent climatologue américain du MIT, Richard Lindzen (ici), c’est la phrase magique et obligatoire pour qu’on continue à leur donner des crédits et que l’article soit accepté pour publication. Je parierais volontiers qu’on n’entendra jamais parler ces articles rassurants qui nous disent que la fonte des glaciers Arctique et Antarctique (Ouest) n’a rien à voir avec le réchauffement climatique, ni sur France-Info, ni sur France 5, ni dans le Monde, ni dans Libération, ni dans le Figaro, ni d’ailleurs dans aucun média français… D’ailleurs, les “journalistes scientifiques” de ces même médias s’étaient bien gardés de mentionner l’article de Novembre 2007 relatif à une annonce de la NASA qui, déjà, disait exactement la même chose que les articles ci-dessus.. Voici un extrait de l’annonce de l’article du 15 nov. 2007 ( source) et rapport détaillé ci-dessus (ici) :” La NASA a annoncé mardi qu’après des années de recherche, une équipe de scientifiques ont rassemblé des observations montrant que des évolutions normales et décennales de l’Océan Arctique sont largement responsables des changements climatiques de l’Arctique observés depuis plusieurs années.” aussi ces découvertes scientifiques dans le contexte de la visite du 10 septembre 2007, de notre Ministre Jean-Louis Borloo à Ilulissat (glacier Kangerlua) au Groenland, en Airbus présidentiel, accompagné de la cohorte habituelle des “sommités de la climatologie française” et de quelques incontournables personnalités médiatiques, pour la photo. Le but était de sensibiliser notre Ministre aux dégâts provoqués par le réchauffement climatique en contemplant le glacier proche d’Ilulissat (qui déverse de la glace depuis les années 1800 ) et qui est considéré comme ” le plus grand fournisseur d’icebergs de l’hémisphère Nord (source)” (NDLR : le scientifiques (voir ci-dessus) nous disent que c’est le glacier Jakobshavn Isbrae, le plus grand fournisseur d’icebergs, mais bon, il faut impressionner le lecteur… on n’allait quand même pas déplacer tout ce monde pour un glacier de seconde zone). Ci-contre, à droite : Le Ministre J-L Borloo et l’expert J-L Etienne à Ilulissat. Avec le recul, le compte-rendu du journal le Monde, par Laurence Caramel, vaut son pesant d’or. En voici un extrait (paru ici) : “Ilulissat, municipalité de 4 600 habitants de l’ouest du Groenland, avait jusqu’à présent pour seule notoriété d’avoir été classée, en 2004, par l’Unesco au Patrimoine de l’humanité pour la beauté époustouflante de son paysage glaciaire, le plus vaste de l’hémisphère Nord. Pas de quoi faire l’ouverture des journaux télévisés. Mais les choses sont en train de changer. Les hommes politiques de tous bords s’y pressent pour voir de leurs yeux l’impact du réchauffement climatique. Les plus sceptiques en reviennent, dit-on, convertis. Les autres plus convaincus encore qu’il est urgent d’agir. ” Convaincus ? Il est urgent d’agir ? Non, pas exactement. Il est surtout urgent que nos “hommes politiques de tout bord” lisent (ou fassent lire par des gens compétents et non orientés) la littérature scientifique sur ce ce sujet afin d’éviter de se faire ridiculiser et intoxiquer par certains activistes environnementalistes… Tels que, parmi bien d’autres, l’article de Paris Match du 08 sept 2008, où l’expert de Nicolas Hulot, JM Jancovici, affirme que “La fonte accélérée du Groenland est une très mauvaise nouvelle” parce qu’elle est due au réchauffement climatique anthropique, bien entendu. Suite à la parution des ces articles scientifiques, il a été demandé à Connie Hedegaard, la très convaincue ministre du climat et de l’environnement Danois qui organise les expéditions touristiques aux glaciers du Groenland (21 responsables politiques auraient déjà fait le voyage), de faire des excuses auprès de ses visiteurs induits en erreur… La réponse de la ministre est étonnante : peu importent les résultats de la recherche, elle va continuer (Source en Danois, traduit par Google) ! Une seule question se pose : Est-que 4 articles scientifiques concordants, dont 1 dans Science , 1 dans Nature et 2 dans Geophysical Research Letters, écrits par une vingtaine de spécialistes reconnus qui affirment et expliquent que cette fonte des glaciers est parfaitement naturelle et n’a rien à voir avec le réchauffement climatique provoqué par les activités humaines, valent la parole des “experts” de Mr Hulot ou les déclarations de la ministre Danoise ? Aux yeux des médias et des politiques, scientifiquement incultes : Hélas, certainement pas ! D’ailleurs, ils les ignorent. Nous vivons une curieuse époque : Une époque dans laquelle la Science apporte la légitimité à ceux qui ne lisent (ou ne comprennent) même pas les articles écrits par les scientifiques authentiques. Quant aux politiques, sans doute aveuglés par les flash des médias, leur confiance est bien mal placée…

pierrotb

Que des gens puissent encore dire que “le réchauffement climatique est la plus grosse imposture du siècle ” me fait doucement rigoler… Le dernier rapport du GIEC est même dépassé le réchauffement mondial et la fonte de l’arctique prévues sont encore plus importants que lors de ces simulations.

Meunier

pierrotb,vous ne faites que des affirmations gratuites.vous répétez des “on dit”.vous êtes un perroquet ,rien d’autre .

pierrotb

Allez, encore un autre défenseur d’Allegre et de la théorie du complot svp.

Aumert

…C’est surtout chez les militants écologistes particulièrements bornés,qu’ on en trouve le plus !

Brandon

il faut surtout s’inquieter du refroidissement climatique qui va arriver car le soleil entre dans un minimum extremement imortant comme durant la periode du petit age glaciaire “le minimum de maunder”. aucune tache n’a été encore observé pour le mois d’avril et cela fait bienot 5 ans que le soleil est appru pour la premiere fois sans taches solaire. C’est tout bonnement le minimum solaire le + important depuis un siecle et ca va continuer. En attendant l’antarctique continue de croitre et la banquise a plus de un millions de km2 d’excedent (deux fois la france)

8
0
Laissez un commentairex