La B Zero de Bolloré une électrique prometteuse

Enerzine s’est rendu mercredi au Mondial de l’automobile. Hier, nous vous avions présenté le trois roues "HYmotion3" de Peugeot. Aujourd’hui, vous allez découvrir le B Zéro, le véhicule tout électrique de Vincent Bolloré dessiné par le célèbre carrossier Pininfarina.

Le stand de Pininfarina a connu un joli succès… Côté design, on est loin de la Blue Car. Selon les concepteurs, cette citadine de quatre places et quatre portes, à transmission automatique ne sera pas un prototype. Elle sera produite en série, avec les premiers exemplaires fin 2009 et une montée en production régulière en fonction de la production des batteries.

Construite à Turin par la société commune Pininfarina-Bolloré, elle utilisera la technologie LMP pour s’alimenter grâce à des batteries et des supercapacités fabriquées dans les usines Bolloré de Quimper et Montréal.

Entièrement électrique, ce véhicule ne produit aucun gaz carbonique et a, dès l’origine, été conçu dans ce but. Ses batteries seront logées dans un emplacement spécialement conçu à cet effet, sous la voiture, centré entre les essieux, ce qui lui confèrera, grâce à son centre de gravité abaissé, une très bonne tenue de route.

La B Zero de Bolloré une électrique prometteuse

Sa batterie LMP pourra se recharger sur une prise standard, et lui offrira une autonomie de 250 km. En termes de performances, sa vitesse de pointe sera électroniquement limitée à 130 km/h, et ses accélérations seront plus qu’honorables avec 6.3 secondes pour atteindre les 60 km/h.

Enfin, des cellules photoélectriques présentes sur le toit et le capot contribueront à l’alimentation de ses équipements électriques.

La batterie est le coeur de la voiture électrique.

Grâce aux connaissances acquises dans les stockages de l’électricité et l’extrusion de polymère, Bolloré travaille depuis 15 ans, à travers sa filiale Batscap, à la mise au point d’une batterie solide à base de lithium polymère. Cette batterie stocke, à poids équivalent cinq fois plus d’énergie qu’une batterie traditionnelle et se recharge en quelques heures.

Ne nécessitant aucun entretien, elle a une durée de vie de l’ordre de 200 000 km et assure une sécurité incomparable. De plus, la voiture électrique n’émet aucun gaz, aucune particule fine. Les batteries LMP permettent ainsi de lutter contre la pollution de l’air. Enfin, les nuisances sonores, dégradant la qualité de vie dans les centres urbains, disparaissent elles aussi.

La B Zero de Bolloré une électrique prometteuse

Les supercapacités sont un autre composant de stockage d’énergie électrique développé par le Groupe Bolloré. Dans une voiture électrique, le rôle de ce composant est de récupérer et stocker l’énergie de freinage, puis de la restituer au redémarrage. Il en résulte des accélérations encore plus puissantes, une augmentation de l’autonomie et une durée de vie accrue pour la batterie. Les voitures électriques, alimentées par les batteries LMP et les supercapacités de BatScap assurent une autonomie de plus de 250 km. Elles sont rapides (leur vitesse est de 130 km/h), agréables à conduire, sûres et endurantes.

Les supercapacités, qui permettent de récupérer l’énergie de freinage et de la réutiliser sont un exemple de l’efficacité de ce concept. De même les cellules photovoltaïques couvrant le toit et une partie du capot alimentent certains équipements de la B0.

La B Zero de Bolloré une électrique prometteuse

Tous les matériaux utilisés pour la construction, la batterie et l’aménagement intérieur de la voiture sont recyclables ou valorisables.

Le groupe Bolloré étudie également la mise au point de simples portiques photovoltaïques qui pourront être installés chez les particuliers ou dans les lieux publics, assurant aussi une recharge totale ou partielle des batteries par la seule énergie solaire.

            

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
37 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0f92

et non d’achat… et la location serait de 500 e par mois!

Gp

prions pour que ce véhicule tienne toute ses promesses!! Une belle démonstration d’efficacité énergétique… tant qu’à être porteuse de valeurs futuristes, on aurait même pu réver à une auto-limitation à 110km/h… ce d’autant plus, que le terrain de jeu de cette auto géniale ne sera pas l’autoroute… L’erreur en effet serait de vouloir imiter à tout prix les véhicules thermiques et leur arrogante performance qui ne sera bientot plus qu’un mauvais souvenir espérons le…autonomie limitée (mais largement suffisante) et performance limitée pour maxi efficacité : voilà le créneau du VE! reste à convaincre les consommateurs, par encore tous convertis à enerzine.com loin de là!du pétrole et de l’électricité chers, vite!!!

Tas

Et si on pense au bonus de 5000 euros pour ce type de véhicule, cela devient trés intéressant! Si la limitation a été mis à 130 c’est justement pour les voies à 110, par souci de sécurité on peut être amené à dépasser la vitesse autorisée ponctuellement.

Fab

c’est remarquable…mais  il ne faut pas se voiler la face: d’ou vient donc l’électricité qui recharge les batteries? De la prise bien sur, mais regardons un peu plus en amont encore: ca serait pas du nucleaire ou du thermique qui se cache derriere tout ca!!Manquerait plus qu’on nous vende ca comme une voiture ecolo!!!

naratai

Je pense que sur ce forum  tout le monde sait d’ou vient l’electricité, mais il me semble aussi qu on commence a savoir faire de l’electricité avec le soleil ,  le vent, la biomasse, l’eau …Qu’il existe également des fournisseurs d’électricité renouvelable.C’est pourquoi je me demande quel est l’intérêt de cette remarque.

trimtab

Le dernière paragraphe me va droit au coeur:”Le groupe Bolloré étudie également la mise au point de simples portiques photovoltaïques qui pourront être installés chez les particuliers ou dans les lieux publics, assurant aussi une recharge totale ou partielle des batteries par la seule énergie solaire”……….Car il y a plus de 2 ans lors d’un contact par mail avec la société Batscap (fabriquant du batterie LMP) je leur ai demandé si la recharge par une installation photovoltïque était envisageable ? Leur réponse (à l’époque) a été ” la question n’as pas été etudié”.Je vois avec une satisfaction modeste que j’étais dans le mille ! L’idée à fait un bout de chemin depuis ! Aussi, comme à l’époque Mr Bolloré parlait de son projet BlueCar comme un concept ‘global’ et j’ai ‘sugéré’ que le concept sera encore plus ‘global’ si ‘l’offre’ du ‘package’ comprenait le véhicule ET sa station de recharge PV. Nous y sommes presque avec un ‘package global ‘ ‘clé en main’.Effet ‘trimtab’ ou simplement des (grands) esprits qui se rencontre ! Qui sait ?trimtab

Jeanvalery

Espérons une franche réussite pour ce véhicule et de bonnes retombées financières pour pininfarina, étant donné la merde financière sans nom dans laquelle ils se trouvent, il va falloir un bon coup de boost pour éviter le dépot de bilan si ça continue.

js

ne restera pas un concept car elle reponds de maniere pertinente à nos besoins (performances suffisantes, et bien dessiné). et meme si effectivement la production electrique française n’est pas neutre je pense que l’ecobilan lui est franchement favorable. Croisons les doigts !!!

wydocq

 Ben oui, actuellement l’élestricité en France c’est 80% du nucléaire!!! C’est pas vraiment écolo mais il n’y a pas d’émanation de CO², de plus il est clair que l’avenir est dans l’électrique, même nucléaire en partie, certainement dans une quantité égale ou supérieure mais aussi dans une proportion moindre car éffectivement il y a le solaire, le photovoltaïque, la biomasse et la maréemotrice mais ces technoques de production ne suffiront pas à elles seules de couvrir nos besoin de plus en plus gourmands (surtout avec la voiture électrique) il faut savoir accepter les progrés du moment et espérer mieux à l’avenir. Moi je dis bravo à cette initiative trés prométteuse, quelques regrets: Le prix n’est pas affiché.La limitation à 130 km:heure peut étre risqué pour un dépassement à cette vitesse (pourquoi réduire à 110??? il suffit d’étre maitre de son véhicule et responsable)L’accélération finalement myenne (en cas de reprise en avoir un peu plus peu étre aussi un agurment de sécurité contrairement à ce que certains s’imaginent)Et l’autonomie de 250 km qui est franchement correcte pour une citadine et la petite vie de tous les jours mais  j’espére qu’ils arriverons à des modéles qui permettrons de longs trajets (ce qui m’intérresse car je fais du déplacement et je suis conscient de ma consommation annuelle de carburants fossiles)

Alainr

et merci à Bolloré d’avoir confier son projet à Pininfarina, car le concept bluecar était loin de faire l’unanimité coté aspect!!la “jamais contente” première voiture électrique à dpasser les 100 km/h il y a 100 ans a enfin une digne héritière.Quant aux rebels écolos anti nucléaires, ils pourront toujours se payer le portique solaire à moins qu’ils rechignent encore et toujours à faire gagner de l’argent à Bolloré; sinon il reste la traction animale…

Gp

bien parlé alainr! … si on attend d’avoir la solution zéro défaut, qui soit dit en passant n’existe pas sauf à rester cloitrer chez soi ou à avaler de l’epo toute l’année pour faire 30 000km à 50km/h de moyenne (…), on risque d’attendre un moment!la voiture de M. Bolloré C un vrai pas en avant! pas de consommation d’énergie à l’arrêt, productrice d’énergie en phase de décélération, et partiellement rechargeable par le soleil avec l’option PV sur le toit et le capot : je met les maîtres motoristes de chez BMW au défi de faire aussi bien avec un moteur thermique d’ici à 2020, ca devrait les occuper un petit moment tout en engloutissant qlq milliards d’€…quant à l’origine de l’électricité qu’on ne peut pas oublier C vrai :~ 0 gr./km si éolien< 10 gr./km si nucléaire malgré un rendement énergétique bof bof…~ 50 gr./km si CCG à haut rendementbref, y a pas photo! Rappelons d’ailleurs que le jour où l’électricité sera réservée en priorité aux usages nobles à haut rendement, elle sera d’abord utlisée pour produire de la force motrice via des moteurs électriques avant de produire de la lumière fusse t-elle produite par les lampes basse consommation!vive le véhicule électrique! (surtout en France :p )  

Guydegif(91)

Bravo à V.Bolloré et ses équipes ainsi que celles de Pininfarina, ayant conçu et fait naitre cette B_zéro qui comporte une somme de Bonnes Idées et un max de Bonne Solutions !Dont:- ”…sera produite en série, avec les premiers exemplaires fin 2009”- rechargeable sur secteur, lors freinage et sur portque PvV à la maison ou ailleurs…- autonomie actuelle 250 kms- vitesse bridée à 130 km/h (pour éviter de chatouiller les radars)- last not least, au moins pour les premières années: louée 500€/mois ce qui n’est pas donné mais constitue Un Service pas un achat (comme voit.loc std) càd si pbs on doit vous Remplacer ce service par une autre B_zéro ou équivalent…Bonne continuation ! Bonne réalisation ! Bons tests sur flotte captive de test ! Bonne réceptivité aux sceptiques !A+ Salutations Guydegif(91)

matthieu

Au ton de l’article, on a l’impression que Bolloré  a carrément inventé ces batteries, mais ça fait bien dix ans que c’est commercialisé dans diverses applications !Pour répondre à la question de l’alimentation électrique, oui c’est une avancée de déplacer le problème carbone et pollution vers les centrales de production, car là il y a beaucoup plus de solutions que directement dans la voiture. Même cas que pour l’hydrogène. Restent les biocarburants, dont l’Huile Végétale Pure, qui me semblent encore les meilleures alternatives dans l’immédiat.

yp

d’abord, pis moi tant que ça vole pas ça m’intéresse pas

trimtab

Si les batteries Lithium-ION sont en effet ‘courantes’ depuis pas mal de temps et au centre d’autres projets de véhicules électriques, la technologie LMP ( Lithium METAL polymer) de Batscap, du groupe Bolloré, est une nouvelle approche presque ‘exclusive’  depuis acquisition par Bolloré du Canadien Avestor, qui travaillait sur la même technologie.

trimtab

« Le groupe Bolloré étudie également la mise au point de simples portiques photovoltaïques qui pourront être installés chez les particuliers ou dans les lieux publics, assurant aussi une recharge totale ou partielle des batteries par la seule énergie solaire »   Peut-on imaginer surtout en vue de ce dernier ‘élément’ concernant la recharge ‘solaire’, un ‘grand projet industriel’ donnant naissance à une certaine ‘synergie globale’ à travers ses différents acteurs, qui comprend déjà (ou pouvait comprendre !) :   Un grand groupe industriel – Bolloré (– maître d’œuvre du projet) Pininfarina (carrosier ‘artisan’ de renom mondial) BATSCAP (du groupe Bolloré ! – participation à 50% d’EDF !) batteries LMP Un grand fournisseur d’énergie – EDF (voir BATSCAP !) TENESOL (50% TOTAL – 50% EDF (encore eux ! ) fabricant de panneaux photovoltaïques.   Voilà donc qui pourrait être un ‘mariage de raison’ presque ‘diabolique’, chapeauté par un grand groupe industriel comprenant un ‘artisan’, le ‘roi du nuc’ (EDF) et ‘un des grands méchants loups’ du pétrole (TOTAL) pour nous proposer une solution ‘globale’ et ‘durable’ pour notre voiture de demain !!!!!   ‘Synergie’ économique ‘pragmatique’, assurant LEUR propre avenir et la NOTRE ? du Gagnant-Gagnant ?   Ou simplement ‘une grande tendance’ visible à tous ceux qui savent ‘penser hors de la boite’ (thinking outside the box) vers des solutions globales ?trimtab

Bob

Pact qui pourai sauver des emplois….Pourvu que le groupe Boloré rachéte Matra automobile Pinifarina qui été mis en vente par celui ci la semaine derniere.

Phild

Voilà que ressurgit le syndrôme de la EV1 Saturn, qui était elle aussi en location aux USA dans les années 90. Elles ont toutes été retirées à leurs propriétaires “manu militari” devant leur incroyable succès. De peur de déranger les pollueurs et les pétroliers, sans aucun doute…Tout ça est pitoyable, et révoltant. Je vous le donne en mille: la voiture electrique accessible à ceux qui en ont le plus besoin, c’est à dire les gens modeste, les classes laborieuses comme on dit, ne verra pas le jour avant 2030.Phil

r17777

C’est bien sympa de se perdre dans des débats “Nuclear  is good or not good?” en se basant sur le fait que 80% de l’élec nationale est d’origine nucléaire! Sauf que là vous confondez totalement la répartition (Nucl+CO2)  nationale annuelle qui du point de vue du besoin n’est qu’une moyenne  avec la vraie répartition (Nucl+CO2)  par type de besoin, créneaux horaire, et même secteur géographique!!! Ce seront des nouveaux besoins électriques massifs… donc majoritairement hors capacité nucléaire!!! Or si vous vous plongez un peu dans les bilans équilibre offre demande du RTE (notament le dernier en date de 2007), vous constaterez qu’il n’est pas fait état de nouvelle puissance nucléaire , mais bien d’un regain de centrale thermiques! le RTE émmets même des inquiétude à ce sujet vis à vis des Pompe à chaleurs!  alors que dire des puissance nécéssaire à la recharge en seulement 2h d’une telle voitures si petite et bien pensée soit elle???! De plus je rappelle que même si nous avions la puissance nucléaire disponible, la réactivité de se type de production n’est pas adapté à de telle variation de puissance sur les réseaux!   Bref! celà ne pourrat se traduire majoritairement que par de la grosse génération/aggravation de pointe de conso d’élec!  Et qd on connaît les dernier chiffres CO2/kwh élec de pointe calculés par le RTE et L’ADEME ( 500 à 600g/kwh) … donc de manière bcp plus indépendante du lobby nucléaire (CEA et EDF) comme ce fut le cas lors de la première évaluation du contenue CO2 du KWH élec de base (environ 40g) et de pointe (180g) comme ce fut le cas en 2005! Ces deux valeurs bidon sont encore celles retenue officiellement, notamment pour le calcul DPE des bâtiments!!   Autre effets rebond à prévoir: L’augmentation des trajets superflue à notre époque (loisirs, détours, remplacement du transport en commun par de l’individuel électrique) , à cause d’une énorme baisse des frais kilométrique … Hé oui Mr Dame! Une Sandéro Dacia pas chère à l’achat avec de gros frais de routes (conso de 6L/100km) incitera moins à rouler qu’une BO onéreuse  avec de très faible frais kilométriques, puisque le proprio de la BO voudra rentabiliser au max son investissement …. ça coule de source non?! qd à la solution B0 + portique solaire…. c’est une solution totalement coûteuse et élitiste qui risque encore de détourner nos finances et notre bon sens de bien d’autres priorités énergético-environnementale  … Y’a pas que le transport dans la vie amigos! Et y’a pas que les pays développé sur terre…y’a pas que des riches en france…Etc! Bcp de projets d’investissement (directe ou par près), individuels, collectifs , et/ou internationaux, pourraient permettre une meilleure amélioration des conditions de vie tout en ayant de meilleurs rentabilité éconologique! Donc prudence ! il ne faut certes pas jeter B0 avec l’eau du bain … mais il ne faut pas non plus vendre la peau de la pollution avant de l’avoir vendu! il faudrait donc une véritable évaluation indépendante du bienfait ou non de telle ou telle “solutions” environementale … et je pense que tout le monde sera au moins d’accord sur ce point ! sol(id)airement votre à toutes et tous… Erwann

r17777

C’est bien sympa de se perdre dans des débats “Nuclear  is good or not good?” en se basant sur le fait que 80% de l’élec nationale est d’origine nucléaire! Sauf que là vous confondez totalement la répartition (Nucl+CO2)  nationale annuelle qui du point de vue du besoin n’est qu’une moyenne  avec la vraie répartition (Nucl+CO2)  par type de besoin, créneaux horaire, et même secteur géographique!!! Ce seront des nouveaux besoins électriques massifs… donc majoritairement hors capacité nucléaire!!! Or si vous vous plongez un peu dans les bilans équilibre offre demande du RTE (notament le dernier en date de 2007), vous constaterez qu’il n’est pas fait état de nouvelle puissance nucléaire , mais bien d’un regain de centrale thermiques! le RTE émmets même des inquiétude à ce sujet vis à vis des Pompe à chaleurs!  alors que dire des puissance nécéssaire à la recharge en seulement 2h d’une telle voitures si petite et bien pensée soit elle???! De plus je rappelle que même si nous avions la puissance nucléaire disponible, la réactivité de se type de production n’est pas adapté à de telle variation de puissance sur les réseaux!   Bref! celà ne pourrat se traduire majoritairement que par de la grosse génération/aggravation de pointe de conso d’élec!  Et qd on connaît les dernier chiffres CO2/kwh élec de pointe calculés par le RTE et L’ADEME ( 500 à 600g/kwh) … donc de manière bcp plus indépendante du lobby nucléaire (CEA et EDF) comme ce fut le cas lors de la première évaluation du contenue CO2 du KWH élec de base (environ 40g) et de pointe (180g) comme ce fut le cas en 2005! Ces deux valeurs bidon sont encore celles retenue officiellement, notamment pour le calcul DPE des bâtiments!!   Autre effets rebond à prévoir: L’augmentation des trajets superflue à notre époque (loisirs, détours, remplacement du transport en commun par de l’individuel électrique) , à cause d’une énorme baisse des frais kilométrique … Hé oui Mr Dame! Une Sandéro Dacia pas chère à l’achat avec de gros frais de routes (conso de 6L/100km) incitera moins à rouler qu’une BO onéreuse  avec de très faible frais kilométriques, puisque le proprio de la BO voudra rentabiliser au max son investissement …. ça coule de source non?! qd à la solution B0 + portique solaire…. c’est une solution totalement coûteuse et élitiste qui risque encore de détourner nos finances et notre bon sens de bien d’autres priorités énergético-environnementale  … Y’a pas que le transport dans la vie amigos! Et y’a pas que les pays développé sur terre…y’a pas que des riches en france…Etc! Bcp de projets d’investissement (directe ou par près), individuels, collectifs , et/ou internationaux, pourraient permettre une meilleure amélioration des conditions de vie tout en ayant de meilleurs rentabilité éconologique! Donc prudence ! il ne faut certes pas jeter B0 avec l’eau du bain … mais il ne faut pas non plus vendre la peau de la pollution avant de l’avoir vendu! il faudrait donc une véritable évaluation indépendante du bienfait ou non de telle ou telle “solutions” environementale … et je pense que tout le monde sera au moins d’accord sur ce point ! sol(id)airement votre à toutes et tous… Erwann

Dan1

Dès qu’il s’agit de parler de l’énergie, on fait inévitablement ressurgir le spectre d’une énergie émettrice de CO2, même en France, car l’argument est que toute demande supplémentaire future d’électricité est automatiquement affectée exclusivement aux moyens de pointe très polluants.On parle alors de 180 g de CO2 par kWh voire 600 g dans certaines hypothèses.Ce raisonnement ne tient déjà pas vis à vis du chauffage électrique. EDF n’émet pas assez de CO2 pour tout ce que l’on veut lui imputer, et même en rajoutant la SNET et ENDESA, on a pas assez de CO2 en France.Je vous suggère de lire les arguments dans les commentaires de l’article suivant : plus, il faut bien considérer que si on devait alimenter massivement des voitures électriques (de 15 à 30 millions), il manquerait tout de même un peu de capacité et on serait de toute façon obligé de revoir notre outils de production notamment en base et pas seulement en pointe.Je vous suggère de lire l’argumentaire des commentaires de l’article suivant :   En résumé : il serait possible d’alimenter la totalité des véhicules particuliers légers (hors utilitaires et poids lourds), soit environ 30 millions de véhicules petits, moyens et gros avec environ 100 TWh d’électricité. Cela veut dire, qu’avec un peu moins d’1/5 ième de la production française actuelle on supprimerait 30 millions de pots d’échappement. Dit autrement, chaque TWh utilisé pour la voiture électrique supprimerait environ 300 000 pots d’échappement. Or cette électricité pourrait largement être consommée en dehors des périodes de pointes, notamment la nuit. Avec des systèmes d’effacement de pointe, il serait possible d’optimiser la production. On voit donc que l’électricité pour les voitures électriques n’a pas à être imputée exclusivement aux moyens de pointes. Le contenu carbone serait donc plus proche d’une moyenne que d’un extrême haut, d’autant que quand on part en vacances au mois d’août, on roule beaucoup mais on est plus dans les périodes de tension d’un hiver rigoureux.J’ai déjà indiqué que même en augmentant pas les capacités nucléaires actuelles (63 GW), on pourrait peut être quand même récupérer presque 75 TWh en améliorant les capacités de production des réacteurs existants pour arriver à 89 %, à condition que la demande soit plus régulière.

Rebelle

la voiture propre , le tout électrique,   super !  qui pourrait être contre ? Mais …que les citoyens ont la mémoire courte ! Tchernobyle c’était hieret pourtant la leçon ne semble pas avoir mis de plomb dans la cervelle des décideursde ce pays …toutes chapelles confondues !…et la cascade d’incidents récentsdans nos centrales bien françaises, biens gérées, bien entretenues non plus !!il en va du risque nucléaire comme du risque sur la route ou ailleurs; plus il ya de véhicules en circulation et plus il y a d’accidents!…et lorsqu’il y aura 10 000 centrales nucléaires en service sur la planète, il y aura potentiellement un facteur de risque inacceptable pour les populations! et je ne parle pas que  de risque terroriste ou du fait que des centrales puissent être gérées par des des pays ne disposant  pas d’encadrement technique adapté mais aussi du fait qu’inévitablement il arrivera un jour que la technologie nucléaire sera aux mains de gouvernements instables politiquement,  etc…alors la voiture électrique oui , mais seulement losqu’on sera capables de la recharger exclusivement à partir d’énergie renouvelable!!   à quoi bon le “pas d’émission de co2” lorsque la planète sera inhabitable!!  songez-y!!

Dan1

Vous avez raison, avec 10 000 réacteurs nucléaires la planète deviendrait peut être inhabitable et de toute façon ça fait un peu trop d’électricité pour l’instant. Il faudrait que 9 milliards d’habitants atteignent le niveau de vie occidental pour avoir besoin 10 000 réacteurs moyens produisant annuellement 8 TWh. Aujourd’hui, le monde “tourne” avec un peu moins du quart c’est à dire moins de 20 000 TWh dont 4 000 TWh pour 300 millions d’américains, 2 600 TWh pour 460 millions d’européen et probablement plus de 3000 TWh pour 1,3 milliards de Chinois.Et puis, il faut bien laisser peu de place au charbon et aux EnR.    De toute façon, il est totalement impossible de disposer de 10 000 réacteurs à l’échelle du 21ième siècle puisqu’il faudrait en construire 9 561. Or sur Futura 24, vous apprendrez que le monde n’est pas capable d’en construire suffisamment pour seulement maintenir la part actuelle du nucléaire dans la production électrique (entre 14 et 16 %) et peut être même pas pour maintenir la puissance actuelle installée.Maintenant, le nucléaire étant la pire des choses à l’exception du reste, il me semble que nous devrions être capable de rendre, à moyen terme, la plante inhabitable sans avoir recours au nucléaire. Normalement, en se débrouillant bien nous devrions y parvenir assez rapidement avec le pétrole et le charbon !Si nous attendons de pouvoir recharger exclusivement les voitures électriques avec des EnR… nous n’aurons pas de voitures électriques et… nous aurons quoi à la place ? des pots d’échappement évidemment alimentés avec des Mtep d’énergie primaire (une cinquantaine en France) ayant un rendement finale inférieur à 20 % (pire qu’une centrale nucléaire). Je répète que 100 TWh électriques pourraient faire rouler 30 millions de véhicules.Même avec l’électricité allemande, 8 fois plus chargée en CO 2 que l’électricité française, il me semble que la perspective de supprimer des dizaines de millions de pots d’échappements est plutôt enthousiasmante, puisque, comme chacun sait, le traitement d’une grosse pollution très concentrée est plus facile qu’une myriade de petites pollutions diffuses. Cerise sur le gâteau, on nous promet le captage du CO2 pour demain… ou peut être après demain.         

Cramelas

Il est impensable d’avoir 10000 réacteurs nucléaires sur terre, car on en arrive à l’épuisement de l’uranium. Il y a déjà longtemps que la France doit importer de l’uranium (ce qui me fait rigoler quand on dit que le nucléaire assure l’indépendance énergétique de la France), et il est très probable que les réserves mondiales d’U soient épuisées avant celles du pétrole. A part ça, j’aimerais qu’on m’explique comment une voiture électrique, qui est essentiellement un véhicule urbain, peut être rechargée quand elle est utilisée par une population urbaine qui vit en appartement et gare sa voiture dans la rue ou dans un parking la nuit…

stef

Dan1, je vous remémore le fait que les 500 à 600g de CO2 par kWh annoncés sont pour les nouveaux usages, et non pour les anciens. Raconter qu’EDF ne produit pas assez de CO2 n’a donc pas de sens…Par ailleurs vous écrivez : “il faut bien considérer que si on devait alimenter massivement des voitures électriques (…) on serait de toute façon obligé de revoir notre outils de production notamment en base et pas seulement en pointe”Et donc on ferait quoi ? une relance du nucléaire dans tous les pays d’europe (du monde ?) pour recharger ces belles voitures ? J’imagine que non puisque vous écrivez plus loin que “le monde n’est pas capable d’en construire suffisamment pour seulement maintenir la part actuelle du nucléaire dans la production électrique (entre 14 et 16 %) et peut être même pas pour maintenir la puissance actuelle installée”.Quelle solution alors ?

Dan1

Dire que les nouveaux usages seront à 600 g de CO2 par kWh n’a pas plus de sens qu’affirmer qu’il seront à 5 grammes car alimentés exclusivement par l’énergie nucléaire ou par l’éolien.Relisez bien mon analyse sur le chauffage électrique et les notes ADEME. La conclusion est qu’à vouloir absolument charger le chauffage électrique en CO2, on s’oblige à sous estimer le contenu en CO2 des produits bruns types téléviseurs (grand écran LCD par exemple) qui sont pourtant majoritairement allumés pendant les heures de pointe et jours de pointe.Comme vous l’aurez compris, puisque vous avez lu mes précédents commentaires, je ne considère pas que futura 24 détient la vérité et je pense que, économie ou pas, tous les moyens de production de masse en base vont encore se développer au premier rang le charbon et en second le nucléaire.Voir l’article : “AIEA : Le nucléaire connaît un regain d’intérêt” publié le 12 septembre 2008. Je ne prône pas une relance du nucléaire à tout prix, je fais simplement remarquer que la France pourrait faire rouler tous ses véhicules particuliers à moyen et long terme en augmentant sa production  d’électricité de seulement 20 %. Si cette électricité était uniquement nucléaire, elle représenterait 8 réacteur EPR pour supprimer 30 millions de pots d’échappement et économiser un peu plus de 50 % du pétrole que nous importons. Cependant nous pouvons aussi essayer de faire en sorte que cette électricité ne soit pas seulement nucléaire, du moment que la source fournisse le service attendu.Est-ce que cette perspective de long terme ne vaut pas une reconsidération du dogmatisme : électricité = nucléaire donc voiture électrique = nucléaire donc évitons la voiture électrique et… conservons le moteurs thermiques.  

stef

Vous trouvez que le contenu en CO2 des produits brun est sous estimé ? Pour vous, 600 à 700g de CO2 par kWh, c’est sous estimé ? Pouvez vous argumenter ?Par ailleurs, je ne vois pas en quoi dire que les nouveaux usages de chauffage élec seront à 600g de CO2 par kWh n’a pas de sens. C’est pourtant bien la réalité. Pour l’instant, au vu des moyens de production actuels, c’est bel et bien le cas.Quant à la relance du nucléaire, l’AIEA a beau annoncé une relance du nucléaire, elle annonce de puis des années, sans que cela ne se passe…. Mais un organisme qui existe pour promouvoir le nucléaire n’a pas le choix, il ne peut annoncer son déclin. Dans les faits on voit bien, dans les centrales prévues en construction, que le nucléaire ne va pas être masivement relancé.

Dan1

L’argumentaire complet a déjà été développé dans les commentaires de l’article : « Des hydroliennes en France au large de Paimpol en 2011 » publié le 16 juillet 2008. Je ne vais pas faire un copié/collé d’autant que vous l’avez manifestement déjà lu. Simplement une conclusion : si vous imputez 600 g de CO2 au chauffage électrique qui consomme 65 TWh par an, vous lui imputez au total 39 millions de tonnes de CO2 par an. Or, en 2007, les centrales thermiques fossiles ont produit en moyenne 6 TWh par mois d’octobre à avril (période de chauffage) et quand même 2,6 TWh par mois de mai à septembre (on doit pas chauffer beaucoup), le différentiel mensuel hiver/été est donc de 6 – 2,6 = 3,4 TWh par mois éventuellement attribuable au chauffage électrique. Sur 7 mois cela donne = 23,8 TWh. Cela veut dire que 65 – 23,8 = 41,2 TWh sont produits par autre chose que les centrales thermiques (nucléaire, hydraulique ou autre EnR). Dans ces conditions, les émissions de CO2 ne pourraient en aucun cas dépasser : 206 000 tonnes pour les 41,2 TWh (5 g/TWh) + 23,7 millions de tonnes pour les 23,8 TWh (production intégralement charbon à 995 g/kWh) soit au total = 23,9 Mt pour 65 TWh ou 368 gCO2/kWh. Si vous avez dépensé tout le CO2 français émis par les centrales électriques (39 millions de tonnes par an) pour l’affecter au chauffage électrique, il ne vous reste plus rien à affecter aux autres applications (principe d’additivité et la raison du 180 g CO2/kWh). Alors, vous êtes obligé de conclure que les produits bruns sont alimentés au nucléaire et à l’hydraulique avec environ 5g de CO2/kWh et qu’ils ne participent nullement aux appels de puissance en pointe où l’on démarre les centrales à gaz TAC et centrales à fuel et autres moyens pas neutres en CO2. Si vous admettez que le chauffage électrique émet 368 g/kWh, c’est mieux car il vous reste 15 millions de tonnes de CO 2 à affecter aux autres applications, mais cela reste très insuffisant. Si vous admettez que le chauffage électrique émet 180 g de CO2 / kWh vous pouvez alors affecter 100 g à l’éclairage (tout de même assez saisonnier) et 60 g aux usages intermittents pour une moyenne française d’environ 75 g de CO2 par kWh (42 g pour EDF seul). Même avec 180 g, vous êtes obligé de dire que les usages intermittents émettent moins de CO2 que la moyenne nationale toute utilisation confondues, ce qui est tout de même assez surprenant. Comment pouvez vous affirmer que 600 g est le reflet de la situation actuelle alors que ce résultat est issu d’une approche marginale qui, selon la note ADEME-RTE du 08 octobre 2007, ne peut s’appliquer qu’à l’avenir, je cite : « L’approche marginale cherche en priorité à évaluer les conséquences de décisions qui peuvent être prises au cours des années à venir. » en revanche, la première méthode donnant 180g et intitulé « contenu moyen par usage sur la base de l’historique » est sensée refléter le passé et le présent ?  Pour ce qui concerne l’avenir du nucléaire, je vous suggère de lire les deux articles publiés par Enerzine aujourd’hui.

stef

Je n’ai jamais dis que les 600g de CO2 étaient pour l’ensemble du parc de chauffage élec… J’ai bel et bien écris (tout comme je l’avais déjà écris dans les commentaires sur les hydroliennes au large de Paimpol) que ces 600g sont pour les nouveaux usages. Quand je dis que c’est le reflet de la situation actuelle, je parle de la situation actuelle des moyens de production électrique en pointe qui sont saturés en France, et donc tout nouveau chauffage électrique fait appel de temps à autre à des puissances installées chez nos voisins ! D’où les 600g.Multiplier le nombre de TWh consommés par le chauffage élec par 600g de CO2 n’a donc pas de sens…

stef

J’ai oublié de vous répondre sur ce sujet….Ce n’est pas deux articles d’Enerzine sur le développement d’Areva qui montrent que le nucléaire va bel et bien garder sa part de marché au nivau de la production mondiale d’électricité. J’espère bien (et je n’en doute pas) que votre analyse ne se base pas uniquement sur des effets d’annonce, mais bien sur des faits réels de réacteurs en construction ou réellement programmés (pas des réacteurs que l’on nous annonce depuis des années sans qu’il y ait réalisation par la suite).

Dan1

C’est très bien de reconnaître que les 600g ne s’appliquent à la situation passée et actuelle, tout le monde n’a pas cette honnêteté. Dans ces conditions, nous verrons bien si nous sommes contraint d’y arriver en France et en Europe. En attendant, je vous suggère de lire le bilan prévisionnel de l’équilibre offre-demande d’électricité en France (RTE édition 2007). A la page 63, vous y trouverez la projection à 2015 des émissions CO2 de la production électrique. Et là, pas de chance, nous passerions de 34,7 millions de tonnes de CO2 pour 547,6 TWh (63,4 g CO2/kWh) en 2006 à 26,6 MtCO2 pour 584,2 TWh (45,5 g/kWh). Le plus “grave” est que les moyens thermiques produiraient quasiment autant de TWh (56) mais moins de CO2 à cause du développement du gaz par rapport au détriment du charbon. A ce rythme là on arrivera jamais aux 600 g par TWh pour le chauffage électrique, sauf… à importer massivement d’Allemagne de l’électricité garantie d’origine lignite !Ceci dit, cela n’empêche pas la France d’avoir un souci à régler avec les appels en pointe, pas seulement à cause du chauffage, même il est en partie responsable. Il faut d’ailleurs noter que les pointes sont en grande partie gérées avec nos moyens hydrauliques, dont une partie est appelable au coup de sifflets (lire les bilan RTE heure par heure, notament en hiver).Si on gère intelligemment les effacements et qu’on réussi à augmenter légèrement la capacité hydraulique, c’est probablement jouable.Avenir du nucléaire : au-delà des effets d’annonce, il commence à y avoir du concret. Cependant, vous aurez remarqué qu’Enerzine et la presse en générale sont remplis d’effets d’annonce sans lendemain, que direz vous du photovoltaïque à 1 dollar le Wc ?

stef

Si RTE annonce à la fois que tout nouvel appareil de chauffage électrique possède un kWh fortement carboné, de l’ordre de 500 à 600g, et qu’il annonce également ce que vous annoncez, il y a peut être une raison non ? Peut être que le raisonnement n’est pas aussi “simpliste” que ce que vous annoncez ? Sinon, pourquoi cette différence ? Certains chez RTE travaillent dans l’ombre avec l’Ademe pour sortir des données erronées ???Pour ce qui est des effets d’annonce, je suis entièrement d’accord. Cela n’est pas propre au nucléaire. Pour le pv à 1 dollar le Wc, on en est encore loin. Cela dit les coûts du pv baissent continuellement…. On verra bien d’ici quelques années si on arrivera au pv à faible coût !

Dan1

Vous avez peut être raison, RTE a ses raisons de faire des annonces contradictoires.Personnellement, je ne sais pas lesquelles. Est-ce pour culpabiliser le particulier qui fait construire ? Espérant secrètement qu’il ne choisira pas le chauffage électrique et qu’ainsi les effets de pointes hivernales seront limités et que la stabilité du réseau sera mieux assurée ??Proposez moi une explication rationnelle SVP.  

Arpagon

MAGNIFIQUES COMMENTAIRES  BEAUCOUP DE CHIFFRES … TRES BIEN. MAIS QUEL EST LE PRIX DE CETTE VOITURE ? ET QUAND SERA T ELLE COMMERCIALISE . JE CROIS QUE MADAME COURREGES A BEAUCOUP FAIT POUR LA REALISATION DE CETTE AUTO , BRAVO ! ..

dede29

  Quelqu’un peut-il m’indiquer l’automomie de cette voiutre  ,plein phare  ,essuies-glace  et chauffage en service  ? Cela nous arrive de voyager de nuit ,quand il pleut et fait froid ! 

Newjulien

Je suis super content que Bolloré est pris le risque de faire cette voiture, car il répond à un vrai besoin d’indépendance des gens face au pétrole et puis surtout de santé publique ! Le smog des grandes villes c’est quand même plus néfaste que l’enfouissement des déchets nucléaire non? Asthme, maladies pulmonaire, cancer etc… Mais également le bruit, la ville dans l’imaginaire collectif c’est le bruit et la pollution, mais avec les bluecar tout ça sera du passé ! silence, air pur, et un tas d’économie pour la sécurité sociale, pour les mairies et les propriétaires di’mmeuble qui payent des fortunes à netoyer les façades noircit… Une qualité de vie ! Par contre, les imbéciles d’écolos qui n’ont pas misé sur la technologie mais sur une réduction drastiques des voitures et ont stoppé les infrastructures routière dans 10 sans morderons les doits quand à nouveau le perif sera bouché ou les centres ville… à la simple différence que sa sera des embouteillage silencieux et propre. Dubai avec sa 2 fois 8 voie ou los angeles avec des big autoroutes pourront respirer, Paris sera embouteillé mais débarrassé de son smog qui est responsable de bien plus de mort que les tué de la route… J’ajoute que cette voiture est certes révolutionnaire car beaucoup plus performante que ces anciennes voitures éléctrique mais surtout presque obsolète puisque dans 4 à 5 ans les nanocondensateur vont voir le jour se qui signifira qu’avec la révolution des nanotechnologie dans les batteries, les capacités de stockages seront multiplié par 10 et le temps de rechargement divisé par 10. On pourra ainsi parcourir 650 km avec une recharge de moins de 1H… un rêve qui deviendra bientot réalité, mettant le cout de grace aux sale voiture thermique !!! BON DÉBARRAS ! et lobby pétrolier bah i ziront pleurer dans les jupes de leur mere et les constructeurs automobile classique qui ont largement contribué au ralentissement de ce changement bah seront dégouté aussi bienfé pour eux, et vive Bolloré qui a crevé l’apsé

Franckdp

il faudrait le coupler avec un moteur diesel ou essence afin de recharger et alimenter le moteur electrique , on pourra faire ainsi 600km comme la cleanova de dassault

37
0
Laissez un commentairex