La filière éolienne espère un redémarrage du secteur en 2013

Alors que le Sénat examinera les mesures d’assouplissement de la réglementation pour l’éolien fin octobre après le vote de l’Assemblée nationale*, 55% des entreprises de la filière jugent que la modification du cadre juridique est une priorité, selon une enquête réalisée par GreenUnivers et France Energie Eolienne à l’occasion du colloque national éolien, ce 18 octobre à Paris**.

La suppression des zones de développement de l’éolien (ZDE) a déjà été annoncée par le Gouvernement. En tête des mesures additionnelles les plus attendues, la révision de la règle des 5 mâts – qui oblige à installer des parcs d’au moins 5 turbines – est demandée par 76% des dirigeants. Son abandon a été voté à l’Assemblée nationale, mais doit encore être entériné par le Sénat. Juste derrière, 74% des dirigeants demandent à passer d’un régime d’autorisation ICPE à un régime de déclaration.

Par ailleurs, la sécurisation du tarif d’achat de l’éolien terrestre, actuellement en suspens, est aussi demandée par 82% des entreprises.

Si 2011 et 2012 sont des années de crise pour l’éolien terrestre français, avec une diminution des nouvelles installations (1.150 MW raccordés au réseau en 2010, 875 MW en 2011 et environ 700 MW estimés en 2012 par France Energie Eolienne), les entreprises de la filière espèrent un redémarrage du secteur en 2013 grâce aux assouplissements en cours d’adoption.

Alors que 50% des dirigeants indiquent que leur chiffre d’affaires a baissé en 2012, 37 % estiment qu’il augmentera en 2013 contre 34% qui pensent qu’il va baisser et 29% qu’il restera stable.

Enfin, 37% des entreprises prévoient une hausse de leurs investissements en 2013, 34% estiment qu’ils seront stables et 29% en baisse. En termes d’emploi, la prudence règne : 66% anticipent une stabilité en 2013.

(1) Dans le cadre de la proposition de loi sur la tarification de l’énergie.
(2) L’enquête a été réalisée entre le 20 septembre et le 9 octobre 2012 par questionnaire envoyé aux adhérents de France Energie Eolienne.

         

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
23 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Jp l

Si on demande aux industriels ce qu’ils pensent des règles qui encadrent leurs activités ils sont tous pour les faire disparaitre. Par contre Ceux-la même qui disent que le prix de l’éolien arrive à parité du réseau demandent un nouveau tarif garanti. Contradictoire. F.E.E ,après avoir fait passer ses desiderata à l’assemblée nationale, demande encore la fin des l’ICPE à autorisation. Tant que ça passe faut en profiter. On réfléchira après ! Si les schémas régionaux éoliens deviennent les nouvelles ZDE, alors 80% du territoire pourra être impacté par les machines et sans l’aval des élus locaux.

Ambiel

On en est arrivé à du grand n’importe quoi dans les procédures administratives, un projet éolien en France c’est 6 à 12ans contre 2 à 4ans partout dans le monde. Donc oui il faut assouplir les ICPE même si ce ne sera jamais fait (pourquoi classer une éolienne en ICPE??). Et oui il faut virer les ZDE qui bloquent de nombreux projets. Ou alors faut dire qu’on ne fait pas de développement éolien en France. Mais un truc de sur, on a réussi à décourager tout constructeur complet d’émerger en France. Il faut 5 à 10ans pour amortir une usine de fabrication, comme le cadre a changé plusieurs fois chaque année, la visibilité est inexistante et a plombé le développement industriel que nous aurions pu avoir alors même que l’éolien se développe depuis 10 ans en France. Quand aux 80% du territoire, c’est n’importe quoi, rien que les contraintes réglementaires (aviation, radars, faisceaux hertziens, limite des 500m aux habitations) excluent plus de 80% du territoire. Si on ajoute le paysage, l’avifaune, la faune, la flore, les zones humides, la loi littoral, les élus opposés, les sectes type FED ou vent de colère, les zones UNESCO, les monuments historiques, les installations Seveso, les gazodus, oléoducs, les lignes électriques (distances reglementaires), les routes (distances reglementaires), les forêts protégées, les zones pas suffisament ventées, les zones sans raccordement possible, etc…. Il reste à peine 2/3% du territoire utilisable.

Aj33

@ Jp l sans vouloir remettre en cause vos dires il me semble qu’en France toues les sources de production d’électricité ont un contrat d’achat de l’électricité produite avec EDF que le production soit EnR, nucléaire ou thermique non? Donc dans ce cas cette demande me semble normale non? Vous parler de demande de fin d’ICPE et moi je lis passer du niveau autorisation au déclaratif mais je lis peut être mal. Concernant la suppression des ZDE je pense que c’est une bonne chose de les supprimer car cela va simplifier légèrement toute la lourdeur des procédures administratives d’un projet éolien qui doit donc aujourd’hui être dans une zone favorable des schémas régionaux, être en ZDE, avoir l’autorisation ICPE et avoir un permis de construire en gros il faut aujourd’hui 8 ans pour sortir un projet éolien ce qui me semble quand même très long. Et je ne vois pas en quoi la suppression des ZDE fait que les élus n’ont pas leur mot à dire vu que pour travailler sur un terrtoire les opérateurs ont beson de l’aval des élus, de plus le maire donne son avis sur les permis de construire mais je me trompe peut être. Mais effectivement sans ZDE les opposants auront une chose en moins à attaquer…

Nature

La suppression des ZDE fait passer au Schéma régional la délimitation des secteurs dits favorables à l’éolien industriel. Dans notre département ce sont 76 % des communes ainsi désignées ! On ne sera pas étonné de voir les mouvements de défense des sites . PS à Ambiel – M. Décidément vous ne pouvez vous défaire d’un vocabulaire agressif : “sectes” ? Ouvrez votre “Robert .”

Ambiel

Je me trouve très ligth sur la réalité de ces groupuscules d’illuminés à fort potentiel de temps libre pour nuire. Et si 76% (dans certaiens régions) des communes sont en zones favorables ça ne veut pas dire grand chose si ce n’est que les élus concernés veulent de l’éolien. Après il faut lever les contraintes suivantes : (aviation, radars, faisceaux hertziens, limite des 500m aux habitations) excluent plus de 80% du territoire. Si on ajoute le paysage, l’avifaune, la faune, la flore, les zones humides, la loi littoral, les élus opposés, les bisounours (c’est mieux?) type FED ou vent de colère, les zones UNESCO, les monuments historiques, les installations Seveso, les gazodus, oléoducs, les lignes électriques (distances reglementaires), les routes (distances reglementaires), les forêts protégées, les zones pas suffisament ventées, les zones sans raccordement possible, etc…. Il reste à peine 2/3% du territoire utilisable.

Irene

Bonjour, Je fais partie de ces illuminés.Effectivement, je refuse de voir notre ciel illuminé de feux d’artifices permanents.C’est bon pour Roissy ou Orly, pas pour les campagnes.

Jp l

à AJ33: “il me semble qu’en France toues les sources de production d’électricité ont un contrat d’achat de l’électricité produite avec EDF que le production soit EnR, nucléaire ou thermique non? Donc dans ce cas cette demande me semble normale non?” Oui mais ils ne sont pas garantis sur 15 ans ni au dessus du prix du marché d’échange. Les ENR deviennent le premier poste de la CSPE (Dixit Mme Batho) “Vous parler de demande de fin d’ICPE et moi je lis passer du niveau autorisation au déclaratif mais je lis peut être mal.” A autorisation ou rien c’est pareil. “Et je ne vois pas en quoi la suppression des ZDE fait que les élus n’ont pas leur mot à dire vu que pour travailler sur un territoire les opérateurs ont besoin de l’aval des élus, de plus le maire donne son avis sur les permis de construire mais je me trompe peut être.” Comme vous le dites les maires donneront leur avis au moment des Permis de C., et non pas leur autorisation. Pour les études : il n’y aura pas besoin de l’autorisation des collectivité , le schéma prévalent. Les maires ont d’ailleurs donné leur avis sur les schémas régionaux, ce qui n’a eu aucune conséquence sur les décisions déjà prises en aval.

Reluit

J’espère que ces Illuminés s’éclairent à la bougie : il faut qu’il soit logique, si ils ne veulent pas d’éoliennes, alors ils arrêtent de consommer de l’électricité (et qu’il jette leur ordinateur). C’est trop simple de dire : “je consomme mais je veux que cela soit produit à coté de chez moi” J’aimerais bien qu’il passent autant d’énergie à encourager les mesures d’économies d’énergie : comme ca opn aura moins besoin d’éoliennes ou de nucléaire.

Nature

Au modérateur Ce site apporte des informations et des points de vues utiles et de qualité; En revanche il semble inutile , et de mauvais aloi ,d’y trouver des expressions déplacées et souvent agressives. Ne peut-on exiger des intervenants un minimum,ou plutôt un maximum de bonne tenue ?On peut exposer ses arguments sans dériver vers l’insulte, voire la diffamation. merci de votre attention.

Ambiel

Je suis désolé mais leur propagande anti-éolienne est basée sur un certains nombre de mensonges répétés et répétés sans logique. Il n’y a pas de discussion rationnelle possible, on tombe tout de suite dans le passionnel. Dans chaque commune vous avez quelques personnes qui ont un problème avec la société, leur voisinnage, qui voient des complots partout ou tout simplement qui s’ennuient. Ils trouvent une cause commune et ils se jettent de toutes leurs forces dedans. C’est aussi le cas pour plein d’autres projets (usines, centrales électriques de tout poil, autoroutes, etc) mais sauf que dans le cas de l’éolien c’est bien plus virulent, relayé et ça bénéficie d’un soutien fort de personnes très rationnelles que l’on peut classer en 2 catégories : les “vielles france” qui ont un problème avec le changement et qui sont parfois restés bloqués en 1789 et les retraités du nucléaire qui pour certains ont peur de voir apparaître un début d’alternative à l’effort de leur vie dans l’opinion et qui ne le supportent pas. @Irène : le problème du balisage est réel, même si cela a beaucoup progressé et que les éoliennes depuis quelques temps n’ont plus de flash la nuit et une intensité lumineuse bien moindre et de couleur rouge. Ce n’est pas le cas dans la plupart des pays européen ou l’aviation militaire impose bien moins d’éclairage (1 à 2 ou 3 lumières par parc). En France c’est sur quasi chaque éolienne et c’est assez vilain. @Jp l : Sur l’ICPE le régime déclaratif modifie 2 choses : le délai et le provisonnement de garanties. les recours sont toujours aussi contraignants avec le déclaratif. Mais de toute façon ce ne sera pas modifié donc l’éolien devra faire avec. ça va couler les petites PME et ça ravit les grands groupes, donc ça va contre la logique de décentralisation de la maîtrise de la production mais si c’est un des moyens de faire mieux accepter l’éolien… C’est un succès à mettre directement au compte de la FED et de vent de colère ainsi que de lobbying d’EDF et GDF et après tout c’est aussi ça la démocratie. A quand le même traitement pour le nucléaire avec constitution des garanties AVANT la mise en serice? Jamais c’est le contribuable qui assure. Dans l’éolien du coup c’est compris dans le prix du MWh. Sur les consultation des élus, c’est le cas à 3 moments différents (SRCAE, ICPE et permis de construire). Et allez essayer de faire un projet sans le soutient du maire… les cas sont rarissimes et les préfets ont quand même plus tendance à écouter le maire d’une commune qu’un affreux opérateur éolien (sauf s’il s’agit d’un très gros).

Jp l

Ambiel dit : Sur les consultation des élus, c’est le cas à 3 moments différents (SRCAE, ICPE et permis de construire). Et allez essayer de faire un projet sans le soutient du maire… les cas sont rarissimes et les préfets ont quand même plus tendance à écouter le maire d’une commune qu’un affreux opérateur éolien (sauf s’il s’agit d’un très gros). On est bien d’accord il sagit de consultation uniquement alors qu’avant les ZDE ils devaient donner leur accord. Pour le SCRAE c’est déjà fait et il n’y a aucune étude assortie. Pour l’ICPE et le Permis c’est déjà la fin du process et c’est le préfet qui décide.

Ambiel

Maybe, mais dans les faits impossible de faire un projet sans l’accord du maire. par contre s’il change d’avis après là oui le projet peut quand même se faire. Pour les ZDE c’est pareil, si le maire change ou s’il change d’avis il est difficile de s’opposer au projet un fois la ZDE approuvée. Mais dans le fond le vrai problème c’est de savoir s’il est logique qu’un projet éolien mette 8/12 ans à sortir alors que dans le reste du monde c’est 2 à 4ans. Et franchement, entre l’ICPE, le PC et les SRCAE plus les schémas départementaux on a quand même une sacrée énorme couche administrative et un encadrement qui n’a rien à rougir de celui qui entoure le nucléaire en France. Au moindre problème, un riverain peut désormais vous envoyer les agents chargés de l’ICPE pour un contrôle et vous faire stopper ou modifier le fonctionnement des machines. Après il faut savoir ce que l’on veut, Ollier (député UMP) est un anti-éolien primaire et c’est lui qui a mis en place tous ces dispositifs, son but étant de condamner l’éolien en France. Il a réussi, seul 197MW ont été raccordés au 1er semestre, 800 l’année derniere contre 1100 en 2012. Mais le gouvernement actuel et l’opinion veulent développer les ENR. Soit on met un cadre stable et contraignant sans excès pour arriver à 25 000MW d’éolien et permettre à des acteurs industriels d’avoir la visibilité suffisante pour installer une filière, soit on décide de ne pas faire d’éolien du tout. Comme la décision actuelle c’est d’en faire, autant qu’en plus ça permette la mise en place d’une filière industrielle forte. D’autant plus que l’éolien en France est au quasi équilibre, contrairement à ce que la FED veut faire croire (ou croit?) avec 950millions à l’export et 1050millions à l’import. Malgré 10ans de stop and go et un nombre incalculable de projets industriels abandonnés grace à la FED ! Sans ces nuisibles la France pourrait être largement exportatrice et n’aurait pas lâché les différents constructeurs/brevets et industriels du secteur.

Ambiel

Et vous croyez que ça se passe comment pour une centrale nucléaire, une installation de stockage de déchets radioactif, la THT du futur EPR? Le maire il peut pisser dans un violon si l’état a décidé c’est fait quoi qu’il arrive.

enerZ

Merci de modérez vos ardeurs. Je l’ai déjà dit, et je vais donc le répéter pour les nouveaux venus. Ce forum n’est pas un champs de bataille… La courtoisie doit rester de mise … surtout que pour la plupart vous commentez en mode invité. A lire >>>ici Le modérateur

Jp l

Ambiel :D’autant plus que l’éolien en France est au quasi équilibre, contrairement à ce que la FED veut faire croire (ou croit?) avec 950millions à l’export et 1050 millions à l’import. Malgré 10ans de stop and go et un nombre incalculable de projets industriels abandonnés grace à la FED ! Sans ces nuisibles la France pourrait être largement exportatrice et n’aurait pas lâché les différents constructeurs/brevets et industriels du secteur. C’est possible avec les chiffres de l’année dernière car il y a eu peu de mise en service en France. Si ce chiffre augmente la balance penchera encore plus du mauvais côté car nous importons les machines finies avec une grande valeur ajoutée. Mais j’aimerais bien voir le détail des chiffres). On sous-traite certainement mais combien d’entreprises dédiées à l’éolien à part les bureaux d’études? Le SER cite 5000 emplois directs, 180 entreprises sous-traitantes. FEE dit 11000 (en prenant le nb d’employés des sous-traitants?). Plus vous citerez la FED plus vous lui rendrez service en alimentant les moteurs de recherche. Merci au modérateur pour son intervention. Argumenter ne nécessite aucune violence verbale. On ne convainc personne à coup de marteau.

Sicetaitsimple

En France toutes les sources de production d’électricité n’ont pas systématiquement de contrat d’achat de l’électricité produite avec EDF. C’est uniquement le cas dans les DOM et en Corse ou EDF a le statut d’acheteur unique. Bien sûr, elles ont toutes un contrat de racccordement avec selon le cas RTE, ERDF ou une ELD.

Ambiel

Je les connais très bien ceux de la XXX d’ou mes constatations sur ce qu’ils sont. Je n’en démordrai pas. Sur la structuration de la filière, vous serez par exemple très surpris de voir d’ou viennent les pièces des éoliennes. Sur de la Vestas ou de la Repower ou de la Gamesa, 20 à 40% des pièces sont fabriquées en France, envoyées en Allemagne au Danemark ou en Espagne ou elles sont assemblée (quasi0valeur ajoutée pour les assembliers) et réenvoyées en France. Les pales (vraie valeur ajoutée à la fabriquation et poste avec le plus de main d’oeuvre) sont par contre faite le plus souvent hors de France. Mais par exmple le n1 mondial de la fabrication de roulement éoliens (Defontaine : pales-pitch et nacelles) est français et équipe 40% des éoliennes installées en Europe, 25% de celles installées en amérique du nord et 15% de celles installées en Asie…. Le tout avec des usines en France et quantité de sous-traitants. Tous les composants d’une éoliennes (même les pales) sont fabriqués par des entreprises distinctes en France. Il manque un seul truc : un ensemblier. Mais après 10ans de politiques stop and go, c’est déjà un miracle qu’il y ait un tel tissu dans la filière éolienne, la disparition des ensembliers comme Jeumont et l’absence d’appartition n’est pas étonnante. Alstom fait des éoliennes terrestre mais ne croit pas au marché français et développe ses nouvelles usines pour le terrestre en amérique du sud. Quand aux chiffres sur l’import export ils sont de 2010 ou plus de 1100MW ont été installées, en 2011 c’est surement moins dans les deux colonnes car seuls 800MW on été installés et cette année ce sera encore plus minable avec 400 à 500MW prévus. En 2013 on sera sans doute dans le même peu d’installations (400 à 600MW) donc ça ne va pas encourager les industriels à investir en France. Les allemands on un secteur très importants avec 110 000emplois directs alors même que leur marché n’est que de 2000MW annuels. Nous pourrions très bien avoir la même chose, avec moins d’emplois par contre car nous ne pourrions sans doute pas prendre autant de part de marché que ne l’on fait les allemands. Mais l’éolien est toujours un secteur en pleine croissance et les marchés à prendre sont gigantesques. Il a fallu 20 ans pour installer les 10premiers GW en Europe et seulement 10ans pour installer les 90GW suivants (dont 50 sur les 5 dernières années). Dans le monde on a dépassé les 200GW, et il s’agit d’un marché ou le renouvellement commence à prendre une part de plus en plus importante, ce qui en fait là aussi un marché renouvelable…. Que nous en France nous avons décidé de mépriser, du haut de notre toute puissance mono-énergétique.

Jp l

Pourquoi vestas licencie à tour de bras si le marché est porteur? Nous ne pouvons être en France les seuls responsable vu le peu de dynamique du secteur ici. Les gens de la xxx ne sont-ils pas des membres d’assos ayant été soumis à des projets éoliens et qui ont décider de se fédérer. Ou est le rapport avec le nucléaire. Areva se lance bien dans la partie et est membre de F.E.E, ou je me trompe?

Ambiel

Vestas a été le seul constructeur parmis les 20 premiers mondiaux à ne pas voir venir la catastrophe aux US… Ils ont ouvert leurs usines en trop grand nombre alors qu’il s’agit du marché politique le pire, les républicains sont viscéralement opposés à l’éolien et veulent revenir au gaz+pétrole+charbon, et aussi un peu de nucléaire. Sauf que ce marché tirait la croissance de Vestas et ils ont investi beaucoup trop alors que tout est en train de s’arrêter aux US. Du coup ils n’ont pas fini de galerer, et le pire pour Vestas est à venir. La faillite est même possible, s’ils n’arrivent pas à s’allier avec un groupe industriel solide. Les gens de la XXX sont pour partie comme vous dites, mais ils ont le fort soutien de gens divers et variés, de la CGT-énergie, retraités du nucléaire,des asso vieille france du patrimoine, etc… Et bien évidement le nucléaire n’explique pas à lui seul la présence de la XXX, la défense du paysage est légitime, la lutte contre certains opérateurs crapuleux aussi, la défense d’un modèle ou l’énergie serait uniquement développée pa rla puissance publique est aussi légitime. Mais les méthodes et les mensonges répétés, l’oportunisme de certains pro-nucléaires qui s’immiscent la dedans est assez insuportable. Ok pour que les gens trouvent l’éolien affreux, certaines compagnies à proscrire ou luttent pour le communisme, mais que ce soit sur ces bases et pas sur les mensonges véhiculés par XXX. Areva n’est évidement pas membre de la FEE. Par contre Areva Renewable est membre du SER qui est un syndicat “tenu” par EDF et GDF. Mais ça ne les empêche pas de défendre les ENR, pour Areva ils sont présents sur deux filières : éolien off shore et solaire. Mais pas dans l’éolien terrestre. Et chez EDF il y a de plus en plus de schizo, entre les faits économiques qui font qu’EDF EN est très rentable et en pleine croissance et EDF canal historique qui voit comme une remise en cause de son monde l’arrivée des vilains petits canards des ENR. C’est assez marrant vu de l’intérieur.

Jp l

Ambiel à dit : Areva n’est évidement pas membre de la FEE. Pourtant je lis bien AREVA dans la liste des adhérents de FEE :

Ambiel

Il y a eu un peu de nouveau entre 2011 et 2012, mais c’est un peu normal que vous n’ayez pas suivi la cuisine interne des asso ENR. La FEE était la partie éolienne du SER, donc AREVA en tant que mmebre du SER était membre de droit de la FEE. Mais cette année il y a eu séparation entre les 2 et le SER a créé sa propre partie éolienne. Séparation sur demande de 70/80% des adhérents lassés de la main mise d’EDF/GDF/AREVA sur le SER, justifié ou non. Du coup la FEE 2012 ne comporte plus AREVA dans son équipe.

Gf

Les éoliennes ne sont pas des objets innocents que l’on peut installer n’importe ou et laisser fonctionner sans controle. Elles induisent des nuisances et des dangers réelles pour les riverains, sans compter la perte de jouissance et de valeur pour tous les résidents proches. Tout ces posts proéolien qui précédent ne visent qu’à justifier l’industrialisation sans controle des campagnes, sans payer le juste prix des contraintes imposées aus riverains. Du capitalisme pur et dur, pollution ds cadres de vie sans contreparties.

Ambiel

Quelles nuisances avec la reglementation actuelle? Quels dangers avec la reglementation actuelle? Quelle perte de jouisance? Quelle perte de valeur? Quelle pollution? Quelle industrialisation des campagnes?

23
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime