La relance du nucléaire contamine le Canada

"Malgré les défis de taille qu’il devra relever, le Canada compte parmi les 15 pays du monde qui envisagent la construction de réacteurs nucléaires pour relancer cette ressource énergétique qui connaît une croissance sans précédent depuis celle des années 1980" a déclaré Ernst & Young dans le cadre du Congrès mondial de l’énergie.

« L’Ontario, le Québec et le Nouveau-Brunswick investissent tous dans l’énergie nucléaire, et les provinces des Prairies y songent, malgré les défis qu’elle soulève, déclare Stephen Power, leader canadien du secteur de l’énergie et des services publics d’Ernst & Young. Cela dit, on observe une certaine réticence puisque ce type de projets dépasse assez souvent le budget et ne respecte pas toujours le calendrier. De plus, l’histoire nous rappelle que des accidents peuvent se produire. »

Selon une recherche récente effectuée par Ernst & Young, l’énergie nucléaire est sur le point de connaître une forte croissance à l’échelle mondiale. Un imposant total de 65 réacteurs sont en construction dans le monde, outre les 120 autres prévus, sans compter les réacteurs existants en voie d’être remis à neuf. Au cours des dernières années, la relance de cette ressource énergétique sans émission de carbone est principalement attribuable à la demande pour une source d’énergie propre et plus sécuritaire.

Le relance du nucléaire n'a pas la cote au Canada

À l’échelle planétaire, l’énergie nucléaire se présente depuis quelques années comme une solution de plus en plus viable pour le secteur de l’énergie, et cette tendance semble se maintenir. Néanmoins, des sources d’énergie de remplacement devraient également être envisagées.

« L’énergie nucléaire constitue une importante ressource énergétique propre, mais il ne s’agit là que d’une partie de la solution. Nous devons continuer à réfléchir aux énergies renouvelables et au repérage des sources d’approvisionnement, telles que les énergies éolienne, hydroélectrique et solaire, affirme M. Power. La mise en marche d’un réacteur nécessite un long délai de mise en œuvre. Les énergies renouvelables peuvent être plus rapidement utilisables et, selon l’aide et les programmes gouvernementaux disponibles, elles peuvent s’avérer rentables. »

Le relance du nucléaire n'a pas la cote au Canada

L’énergie renouvelable est importante pour le Canada, et elle reçoit de plus en plus le soutien des gouvernements provinciaux. Les propositions et politiques récemment annoncées d’un bout à l’autre du pays dans le cadre du virage vert canadien l’illustrent bien, tout comme la législation en vigueur en Colombie-Britannique, en Ontario et au Québec.

« Le Québec est très fort sur le plan de l’énergie renouvelable, en particulier avec l’hydroélectricité, et il se tourne maintenant vers l’énergie nucléaire propre également, déclare Patrick Bossé, associé, Services de certification d’Ernst & Young. Le Québec investit des milliards de dollars en énergie renouvelable et dans la remise en état de réacteurs, sans oublier les programmes d’efficacité énergétique. Ce sont là des indicateurs clairs qui témoignent de l’importance des sources d’énergie de remplacement, ainsi que de l’énergie nucléaire au Canada. »

Si le Canada continue d’informer la population sur les avantages de l’énergie renouvelable et de soutenir l’innovation et la technologie dans ce secteur, nous serons bien positionnés sur le marché mondial pour attirer les investissements et en tant que fournisseur de produits, de technologies et de savoir-faire.

Pour continuer sur sa lancée, le secteur de l’énergie doit conserver l’équilibre entre la technologie éprouvée de l’énergie nucléaire et les technologies renouvelables émergentes.

« Dès le départ, les sociétés d’énergie nucléaire doivent se consacrer à l’élaboration de projets d’énergie nucléaire plus solides et détaillés, qui respectent davantage les budgets et le calendrier, ajoute Sonia Lacombe, leader du marché des changements climatiques et du développement durable d’Ernst & Young. Une évaluation et une gestion des risques plus appliquées, ainsi qu’une meilleure gouvernance sont nécessaires pour éviter les erreurs et les pièges qui peuvent surgir avec la construction et la maintenance de réacteurs. »

Les investissements faits à l’heure actuelle par les gouvernements pour le développement des technologies durables doivent produire des revenus. Si ce développement est bien mené, le dynamisme du secteur canadien de l’énergie alimentera le pays en favorisant une approche énergétique fiable et propre, tout en créant des possibilités d’emploi, conclut Ernst & Young dans son rapport.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
35 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
michel123

c’est domage que cette filière qui a atteint sa maturité n’ait plus que 40 ans à vivre . Les ressources même en grattant partout et en comptant sur des réserves hypothétiques ne sont plus que de 40 ans. Pour prolonger la filière il aurait fallu investir dans les surgénérateurs il y a 30 ans , sachant que les premiers prototypes “commerciaux ” sont forcément des goufres financiers avec les retards et les surcoûts habituels à ce genre de projets. Les prototypes actuels sont en devenir et ne viendront à maturité que dans 20 ans au plus tôt tandis que la filière ne se lancera pas avant 30 ans dans le meilleur des cas . A moins qu’une filière renouvelable (éolien , solaire thermodynamique , géothermique haute énergie) ne réussisse à baisser les coûts de production en rendant inutile et non rentable le développement de la filière électronucléaire . Dans tous les cas l’affaire est trop grave pour notre indépendance énergétique : aucune piste ne soit écartée y compris la moins intéressante actuellement le photovoltaique qui peut cependant bénéficier d’avancées trés importantes dans le futur.

marcarmand

Je trouve étonnant qu’on ne compare ces 2 filières que sur le plan de la rentabilité, sans prendre en compte les nuisances à long terme provoquées par l’accumulation des déchets nucléaires.

Aurel

C’est dommage de comparer la rentabilité du nucléaire et celle des filières rnouvelables. Les déchets nuclaire, la polution et les risques d’éccident ne sont pas pris en compte dans cette “rentabilité”. A combien chiffrez-vous les malformations des enfants de Tchernobyl ?

jymesnil

en fait, si on met de côté les problèmes environnementaux, le nucléaire est une erreur stratégique et économique majeure ! les déchets sont ultimes, leur gestion et le coût de la gestion des déchets s’accumule année et près année, à un moment le coût des déchets et du démantèlement des très vieilles centrales dépassera le coût de production de l’électricité, et augmentera en flèche 🙁

Nini2

1) Dommage que cet article laisse croire, pour un lecteur non avisé, que la part du nucléaire dans l’approvisionnement énergétique mondiale va augmenter. Car si de nouvelles capacités sont mises en oeuvre (ce qui reste en partie incertain, cf seconde remarque infra), c’est pour pallier la fin de vie des centrales construites précédement (période 70-90. Il manque cruellement un graph qui nous montre l’évolution des capacités en service dans le monde (bilan fermetures/ouvertures), en valeur absolue, et en taux de couverture par le nucléaire de la conso énergétique totale. Rappelons ici que le nucléaire c’est actuellement moins de 3% de la conso énergétique finale mondiale, et qu’il y a bien peu de chances qui cela augmente sensiblement. 2) J’ai un peu de mal à comprendre, dans le premier graph, comment Ernst & Young peut annoncer, aujourd’hui, en 2010, des centrales en construction entre 2015 et 2019. Toute construction prévue dans le futur devrait être dans la catégorie “planned” (planifié). Il serait plus correct (honnête) de faire deux sous-catégories à partir de 2011 : – planifié avec de bonnes chances d’aboutissement (correspondant au projets post 2010 rentrant dans l’actuelle catégorie “under construction”) – planifié avec plus d’incertudes d’aboutissement (correspondant très vraisemblablement à l’actuel “planned” post 2011) 3) nucléaire “énergie propre”… Ca serait à hurler de rire si ce genre d’affirmation n’était pas tenue par une officine influente et soi-disant sérieuse telle que Ernst&Young.

michel123

il est curieux de voir que la pluspart des membres ici présents ignorent que les futures centrales à neutron rapides transforment les déchets dits ultimes en combustible par transmuttation. Le concept a été vérifié et validé dans la centrale phoenix ( le petit frère de superphoenix )qui a marché pendant 40 ans sans problème majeur. De ce fait il restera toujours un résiduel de déchets cette fois ci ultimes mais dont la durée de vie ne sera plusque de 300 ans au lieu de plusieurs millions d’années. Le coût de démantellement est bien connu car certaines centrales ont déjà été démontées , il est de 500 millions d’euro par centrale ce qui pour une centrale de 3 millions d’euro ne représente que 15 % du prix de la construction . Cet argent (20 milliards d’euro)avait d’ailleurs été mis de côté pour le démantellement ou la remise à neuf des vieilles centrales mais EDF au lieu d’investir en france l’a dépensé en investissements hasardeux en amérique latine(ils ont tout perdu ) ou pour le rachat de producteurs européens (angleterre par exemple)

Dan1

Imaginez cinq minutes que nos comptenpteurs du nucléaire se révèlent aussi imaginatifs et assidus vis à vis d’autres filières qui produisent quelques déchets et externalités négatives : nous aurions alors une avalanche de commentaires sur les fossiles. Rien de tout cela, ils sont trop spécialisés et ont une vision finalement assez étroite sur les problèmes de l’énergie. Le penser global n’est pas leur tasse de thé.

yp

de propragande à vocation persuasive dans cet article. C’est exactement le genre de baratin que servent les agences de notation boursière =) … ou comment se persuader qu’on lit l’avenir, hé regardez, je crois qu'”on peut dire que c’est un indicateur clair”. Comme la dinde inductive, chaque jour qui passe on peut constater la certitude de recevoir une poignée de grains pour affirmer que ce sera le cas tout les jours dans l’avenir et etre ainsi capable de prédire son futur.  Oui … Jusqu’au 24 déc. Bref, le monde va-t-il s’engager sur la voie du nucléaire, avec les dangers que cela comporte, conduisant fatalement aux supers générateurs et le superdanger qu’ils représentent, comme le souhaiterait les grand brasseurs d’argent de toute nationalité? Ou va-t-il enfin trouver le courage de dire non, on ne veut plus de ces dinosaures commerciaux, ces mastodontes à la cervelle réduite, qui par peur de leur propre mort souhaitent tuer dans l’oeuf l’énergie renouvelable que l’évolution et le bon sens favorise? Espérons

Envir5

Merci yp pour cette belle illustration de la poursuite des choix nucléaire via la dinde inductive. Espérons que les probabilités nous sauverons d’un 24 décembre Pour parler rentabilité il faut prendre en compte l’exhaustivité des coûts (et au moins les citer lorsque l’on de sait/peux pas les chiffrer) Les risques liés à l’utilisation des centrales nucléaires ainsi que ceux liés à la conservation de leurs déchets doivent être mis en perspectives si l’on veut vraiment argumenter sur le sujet, de même les coûts des prototypes et les développement amont (phénix, super phoenix, essais dans les attols du pacifique, conséquences de ces essais, frais de fonctionnement du CEA, moyens de protection de ces sites sensibles)  je ne vois pas en quoi les risques des énergies renouvelables puissent être comparables à ceux ci dessus (à part peut être pour le barrage des 3 gorges ou quelques installations similaires) Utiliser les technologies éprouvées du nucléaire pourquoi pas si l’on me démontre qu’il n’y a vraiment aucune autre alternative à court terme Mais pitié n’investissons pas vers de nouvelles versions moins fiables et toujours aussi couteuses et subventionnées, tournons résolument notre avenir vers le renouvelable sous toutes ses formes et elles sont nombreuses. Et réduisons nos besoins/gaspillages

edc10

Quel titre bizarre … michel123 et dan1: merci pour votre clairvoyance dans tout ce fratras.

Dan1

A tous ceux qui adore parler des déchets, je vais apporter de l’eau (un peu trouble) à leur moulin : Vous allez m’expliquer comment sont prises en compte ces “quelques” externalités négatives dans le coût du kWh ! En résumé : “Ou va-t-il enfin trouver le courage de dire non, on ne veut plus de ces dinosaures commerciaux, ces mastodontes à la cervelle réduite, qui par peur de leur propre mort souhaitent tuer dans l’oeuf l’énergie renouvelable que l’évolution et le bon sens favorise?” Qui tue les EnR dans leur petit oeuf ? Attention, cependant le rapport cité ne reflète peut être pas la vérité, je ne sais pas si on peut faire confiance aux auteurs.

Vesou

De toute façon le nucléaire est une source d’énergie seulement rentable grâce aux subventions et qui n’a plus de marge d’amélioration. Les énergies renouvelables sont pour l’instant rentables aussi grâce aux subventions mais elles ont une grande marge d’amélioration, sont facilement installables et ne laisse pas des déchets à gérer pendant des milliers d’années. Bref économiquement le nucléaire est une énergie non viable si les états ne sont pas derrière pour la soutenir…

Toubor

Le Nucléaire est parfaitement viable.IL a un très grand avenir,surtout avec la surgénération(4G)qui va prendre progressivement le relais tout au long de ce siècle et cela a été des milliers de fois démontré par des gens très crédibles(non,pas les crétins de greenpeace et ‘sortir du nucléaire’),contrairement aux bobards minables véhiculés par les adeptes sectaires et aigris des mouvements antinucléaires ringards qui polluent des centaines de forum sur internet.Nucléaire et énergies renouvellables se partageront intelligement l’avenir énergétique du monde.Ça ne déplaira finalement qu’aux organisations antinucléaires qui ne sont que Sectarisme,Intolérance,Régression,Propagande et Mensonge(et se croient à grand tord les “sauveurs de la Planète et du Monde”).

umwelt

J’ai toujours été amusé par le déchainement des passions autour de la filière nucléaire. C’est à se demander sur quelle planète vivent certains. Un petit retour à la réalité s’impose : Le nucléaire, c’est une densité énergétique 1 600 000 fois plus importante que le chimique (on compare ici 1 kg d’uranium 235 et 1 kg de CH4, soit le combustible fossile le plus propre qui existe). Chaque tonne d’uranium 235 consommé évite donc la combustion de 1 600 000 tonnes de CH4 et l’émission de 4 500 000 tonnes de CO2 dans l’atmosphère. Si on parlait de charbon au lieu de CH4, les chiffres seraient encore plus phénoménaux. Concrètement, il résulte de ces faits que le nucléaire est beaucoup dépendant des ressources, des transports, et que la masse des déchets est négligeable. Certes les déchets nucléaires sont dangereux, mais 4 500 000 fois moins lourds. J’ai l’impression que nombre des anti-nucléaires n’ont pas saisi ce que cela implique : il est beaucoup plus facile de stocker 1 tonne de déchets solides que 4 500 000 tonnes de déchets qui d’ordinaire sont gazeux. En plus, seule une faible fraction des déchets nucléaires est réellement dangereuse sur le long terme. Ici, je n’ai fait que parler du CO2 ; nous savons tous qu’il n’y a pas que ça comme nuisances. Vous parlez des déchets nucléaires ? Parlons des autres déchets du charbon, du gaz, du pétrole. Pluies acides, métaux lours, cendres, particules imbrulées, monoxyde de carbone, et même déchets radioactifs, figurez-vous ! Dans le pire des cas, si les déchets nucléaires venaient à interagir avec l’environnement (accident comme Tchernobyl, qui est, je vous le rappelle, le seul accident avec morts de toute l’histoire du nucléaire civil ; à comparer avec les autres sources d’énergie), la pollution resterait très locale et ne tuerait que les espèces les plus complexes, là où le changement climatique affecte toute la biosphère. Ces arguments suffisent pour enterriner la suprématie du nucléaire sur le charbon et le gaz. Pour ce qui est de la comparaison avec les énergies renouvelables, il n’a jamais été question de les opposer, mais un petit rappel s’impose, ici encore : les EnR ne sont pas propres par définition. Un barrage hydroélectrique n’est pas neutre en termes d’impact (on noie toute une vallée, on modifie un cours d’eau). Les biocarburants posent assez de problèmes au niveau médiatique pour que je m’attarde dessus. Les éoliennes, le PV, et leur caractère intermittent sont incompatibles avec les contraintes de stabilité de réseau, qui sont incompressibles. Bien sur, il existe des moyens de réduire cette contrainte (stockage d’énergie, réseaux intelligents), mais ils nécessitent de très lourds investissements, et ne sont certainement pas neutres pour l’environnement. A tous ceux qui attaquent le nucléaire, qu’avez-vous comme faits chiffrés à avancer contre ça ? Jusqu’à maintenant, même (surtout !) sur le site de Greenpeace, je n’ai rien trouvé de tangible (ie : autre que des slogans à la noix du genre “énergie du passé”, “lobby corrompu”, “danger pour l’humanité”) qui puisse contrecarrer les avantages du nucléaire que j’ai avancés plus haut (et qui ne sont bien entendu pas exhaustifs ^^).

meminick

Je suis rempli d’aise de constater un débat sur ce sujet. Il existe en Allemagne comme dans d’autre pays sauf en France. Pourquoi? commencer à répondre à cette question me semble une des clés aux discussions qui par moment sont stériles. J’ai l’impression d’assister aux discussions moyenageuses ou chacun s’invescive et utilise les chiffres qu’il a glané ici et là. L’opacité de tout ce qui touche au nucléaire ne plaide guère en sa faveur. ce qui ne dédouane absolument pas les autres sources d’énergie. Mais résumer le débat à la mesure de masses ou de volumes ne me semble pas à la hauteur des interlocuteurs de cette rubrique. 10 litres d’eau ou 1 g de cyanure chacun trouvera cette comparaison ridicule. J’attends en vain un vrai débat sur la politique énergétique en France mais aussi en Europe avec implication des citoyens et explication des avantages et risques de chaque option. avec bien sur accès à l’ensemble des dossiers (certains sont classifiés SD ou CD) et validation contradictoire des données. Car aujourd’hui nous sommes face à une oligarchie de “personnes initiées” qui préparent et mettent en oeuvre des décisions dont le gain pour le citoyen et utilisateur semble assez peu évident ( on peut ainsi citer le chauffage électrique qui est une parfaite ineptie) comment continuer dans ces conditions à faire confiance aux décideurs actuels.

Mamie nova

aux spécialistes du forum. quelle est la densité énergètique d’un kilogramme de photons ?

Einzwei

Il n’y a(et n’y a eu)aucun débat en Allemagne sur le nucléaire. Les grunen(verts allemands)sectaires et fanatiques ont imposé au sociaux-démocrates l’abandon du nucléaire,sans quoi ils ne leurs donnaient pas les moyens d’avoir une majorité pour gouverner.Les grunen ont passé leur temps à tricher,mentir,répendre la peur hystérique du nucléaire parmi les allemands pendant des nombreuses années et continues leur ignoble propagande. Ce sont ces sinistes hystériques VERTS-Allemands qui constituent une véritable oligarchie de personnes initiées sectaires qui préparent et mettent en oeuvre des décisions dont le gain pour le citoyen et utilisateur est l’usage prédominant du lignite et du charbon et plus tard,de plus en plus du Gaz naturel pour se substituer au lignite et charbon.L’éolien et solaire ne remplaceront pas le fossile en Allemagne et surtout pas le gaz naturel.L’éolien et solaire en Allemagne feront du complément et non pas la source principale d’énergie. Le prétendu débat sur le nucléaire en Allemagne,c’est du pipeau,de l’arnaque,de la propagande antidémocratique de pseudos écolos(les grunen et leurs amis)qui se plaisent à escroquer et manipuler tout le monde.A coté d’eux;le fameux “lobby nucléaire” est un petit bisounours.

Mamie nova

pour débattre en Allemagne ou en France d’ailleurs il n’est pas nécèssaire de pratiquer l’insulte envers ceux qui ne sont pas de votre avis. Merci et bonne journée.

Einzwei

Pratiquer l’insulte envers ceux qui ne sont pas de leurs avis est surtout,depuis le début du mouvement antinucléaire,l’activité favorite de ces pseudos écolos antinucléaires.Depuis des décénies,dans toutes les réunions publiques d’informations des citoyens,ils viennent hurler et calomnier tous ceux qui essaient d’informer honnetement les citoyens sur le nucléaire.Toute information,ou éducation,qui ne va pas dans leur sens idéologique antinucléaire est systématiquement décriée et calomniée comme étant de la propagande du “lobby nucléaire corrompu et corrupteur”.Et ils n’hésitent jamais dans ces réunions publiques à insulter(voir même à agresser physiquement) massivement et copieusement tous les gens qui ne sont pas de leur avis idéologique très sectaire.Alors pas de leçon sur l’insulte de la part des antinucléaires et de leurs complices;ils sont vraiment les plus mal placés pour ça.

Mamie nova

et si vous ne croyez pas à l’existence du “lobby nucléaire corrompu et corrupteur” ce n’est pas une raison suffisante pour perdre votre calme et tenter de faire passer votre propre idéologie en douceur.

Einzwei

Conseillez donc le calme aux excités antinucléaires hystériques qui envahissent tout le temps les réunions publiques d’informations des citoyens sur le nucléaire, pour faire passer avec chahut,par la menace et la force leur terrorisme idéologique antinucléaire,avec des slogans ridicules et éculés,genre: “lobby nucléaire corrompu et corrupteur”,”énergie du passé”,”danger pour l’humanité”…

Msqng2

La déclaration de Ernst & Joung dans le cadre du congrès mondial de l’énergie est totale contradictyion avec les dernières études d’Amory Lovins w.rmi.org/rmi/Library/2009-15_NuclearPowersCompetitiveLandscape

Finalsacre

Le nucléaire est l’énergie la plus puissant que l’humanité dispose pour le moment (vis à vis de la densité) ,cependant les réserves fissiles ou d’eau lourdes bien que très importantes sont limitées malgré tout . De plus l’énergie nucléaire est un énorme gâchis, on n’utilise que peu la matière et rien que le fait que l’énergie nucléaire soit seule sur ce schéma : montre qu’on est loin de la maîtriser . D’un autre côté il y a l’énergie renouvelable qui se disperse dans la nature qu’on la récupère ou pas . Alors pourquoi ne pas saisir ces énergies “gratuites” le plus vite possible au lieu d’utiliser des énergies dont les ressources sont assez limitées ? Pourquoi ne pas garder l’uranium ,le thorium ,le deutérium, le tritium,l’hélium 3 etc … pour le futur, pour le voyage dans l’espace ou la terraformation par exemple, là où les EnR ne pourront exister ? Je vois assez loin, sans doute trop, mais il faut garder à l’esprit qu’un jour la Terre ne pourra plus suffire et là si on a déjà consommé les énergies de très fortes densités énergétiques … Je suis pour ne pas construire d’autres centrales dans un futur proche mais de continuer la recherche et d’attendre qu’on maîtrise mieux cette énergie mère, fondatrice de toutes les autres (ou presque) .

Msqng2

La déclaration de Ernst & Joung dans le cadre du congrès mondial de l’énergie est en totale contradiction avec les dernières études d’Amory Lovins w.rmi.org/rmi/Library/2009-15_NuclearPowersCompetitiveLandscape

Envircinq

sans trop d’effort ci joint les autres décès “officiels” liés au nucléaire éaire c’est juste pour mémoire, il y a bien sur beaucoup de décès également avec d’autre sources d’énergies, mon but n’est pas de faire un palmarès mais de rétablir un peu de vérité

Dsvkgx

Un vieux idéologue antinucléaire éculé,reconverti dans le bon buisness très lucratif de “consutant en énergies renouvellables et MDE”,et conseiller de nombres d’entreprises en super Greenwashing pour leurs donner meilleures images auprés du public.Franchement je trouve qu’Ernst & Joung est beaucoup plus crédible que ce vieux écolo-escroc d’Amory qui est un vieux pote des Amis de la Terre et de Greenpeace.Les avis d’Amory lovins sur le nucléaire ne valent strictement rien.

Sicetaitsimple

Le vieil idéologue antinucléaire a quand même le mérite de rappeler à son pays que son potentiel de MDE et d’ENR on-shore est quand même le plus important du monde…Quand on consomme par tête de pipe environ 3 fois plus d’énergie qu’un européen moyen , ça vaut le coup d’y réfléchir…Après, qu’A. Lowins soit antinucléaire ou qu’il ne voit pas d’avenir au nucléaire est une autre question… Mais bon, il me semble quand même qu’il met les accents sur les bonnes priorités pour les US…

Denlaf

Je crois que les gens de chez Ernst&Young en ont fumé du bon. Ça ressemble plus à la propagande d’un lobby qu’à une étude. Le Canada n’est pas très chaud face à la relance du nucléaire et, de plus, il n’est pas question de gros investissements dans ce domaine. On dit qu’au Québec il y a des réacteurs nucléaires : en fait, IL N’Y EN A QU’UN et nous n’avons pas l’intention d’en construire d’autres. Cet article n’a aucune crédibilité. Le nucléaire présente trop de risques et on ne connaît pas encore la façon de disposer des déchets radioactifs de façon sécuritaire pour les générations futures.

Bigcanada

Notre pays ne va pas se contenter d’exporter bêtement toutes ses ressources fissiles sans en profiter lui même.Une partie de ses ressources fissiles servira pour nos excellents réacteurs CANDU et notamment pour notre nouvelle génération de réacteurs CANDU .Et ceux à qui ça plait pas chez nous,on s’en fous.

Bigcanada

Au XXIe siècle, tous les réacteurs nucléaires civils canadiens (au nombre de 22) sont de type CANDU. Vingt de ces réacteurs se trouvent en Ontario, un au Québec (à la centrale nucléaire de Gentilly) et un au Nouveau-Brunswick (à la centrale nucléaire de Point Lepreau).

dede29

Bonjour Pouvez-vous m’indiquer les principales différences de la nouvelle génération de Candu par rapport à l’ancienne ? Merci

Bigcanada

Énergie atomique du Canada limitée (AECL) met actuellement au point le réacteur CANDU avancé (ACR), qui utilise l’eau ordinaire comme caloporteur, mais continue à utiliser l’eau lourde comme modérateur et à permettre le rechargement de combustible en cours de fonctionnement. Il s’agit de la contribution du Canada aux réacteurs de puissance de la nouvelle génération qui seront bientôt proposés sur le marché mondial. L’utilisation de l’eau ordinaire comme caloporteur dans le circuit des tubes de force nécessite un combustible légèrement enrichi. Mais elle permet de réduire la taille du cœur du réacteur, d’en améliorer l’efficacité et de réduire d’environ 50 % le volume d’eau lourde nécessaire.

Bigcanada

Ces améliorations sont : • un coeur plus compact offrant une meilleure stabilité et un rendement plus élevé • un caloporteur à eau légère qui réduit des deux tiers l’inventaire d’eau lourde • l’utilisation d’uranium légèrement enrichi, que l’on trouve dans les grappes de combustible CANFLEX du réacteur ACR, qui permet une combustion améliorée et une faible réactivité cavitaire • une sécurité passive accrue • une résistance aux accidents et des caractéristiques de prévention de dommages au coeur du réacteur améliorées intégrant notamment un confinement à doublure d’acier • un aménagement optimisé • une capacité d’exploitation et de maintenance supérieure • une performance améliorée à l’aide de l’utilisation des systèmes d’information avancés en matière d’exploitation et d’entretien CANDU « Smart »

Bigcanada

Puissance possible: Jusqu’à 1200 MWe .

bmd

Mamie Nova, les photons n’ont pas de masse. 1 kg de photons, çà n’a donc pas de sens. Et,mais pourquoi donc faut-il sans arrêt le répéter, le solaire ne fonctionne pas la nuit et produit par m2 de panneaux en France 6 à 7 fois moins le jour du solstice d’hiver que le jour du solstice d’été. Même problème avec l’éolien, avec des variations très rapides d’un jour à l’autre, ou même dans la journée.ll faut donc compléter avec autre chose! Aimeriez-vous que lorsque vous prenez le train, ou que vous deviez vous faire opérer , on vous explique que cela n’est pas possible a parce qu’il n’y aura pas assez de vent cette semaine ou parce qu’on est en hiver? Si on complète avec du fossile, ce ne sera pas plus durable que le fossile. Si c’est du nucléaire surgénérateur, çà pourra durer des milliers d’années. Si c’est du fossile, c’est aussi bien plus polluant et bien plus dangereux pour la santé publique que du nucléaire. En Allemagne, il y a 10 000 morts par an à cause de la pollution atmosphérique des centrales à charbon, et chaque année des centaines de milliers de tonnes de déchets solides de ces centrales contenant des substances toxiques se retrouvent dans les sols et les eaux, ou plus hypocritement dans les matériaux de construction et dans le bitume des routes. Et ces éléments toxiques ont une durée de vie infinie, parce qu’ils ne sont pas radioactifs. Car le propre de la radioactivité, c’est de décroître avec le temps et d’autant plus vite que la substance est plus radioactive!. Côté nucléaire quelques morts par accident, comme dans toute industrie et un volume de déchets soigneusement sécurisés qui tient avec ses emballages dans un volume équivalent à celui d’une maison, pour toute la production des 40 dernières années! Mais personne ne parle de tout cela en Allemagne. S’il y avait un munimum d’objectivité chez les antinucléaires allemands, ils reconnaîtraient qu’il n’y a pas photo!Pourtant, c’est le nucléaire qui est taxé, pas le charbon, qui lui est subventionné. Trop d’antinucléaires donnent sur les forums l’impression d’être des bûches enrégimentées, qui ne supportent aucune discussion qui puisse contrarier leurs convictions, et qui n’ont pas de connaissances globales sur les problèmes énergétiques. Beaucoup sont très agressifs dans les réunions comme le soulignent quelques personnes sur ce forum. Certains n’hésitent pas à faire de faux témoignages, comme ce soi-disant physicien complaisemment filmé par un journaliste de télévision, qui montrait des images infrarouges du fameux train de déchets en partance vers l’Allemagne,en expliquant urbi et orbi qu’il s’agissait de radioactivité. Cette agressivité et ces mensonges permanents et sans justifications vont entraîner maintenant des réactions de plus en plus vives de gens qui en ont assez.Souvenez-vous:Qui sème le vent récolte la tempête.Tout cela est à l’inverse d’un débat sain sur nos problèmes énergétiques

35
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime