Le défi du recyclage des batteries de vélos & trottinettes électriques

Corepile l’organisme leader pour la collecte et le recyclage des batteries usagées, a pris en charge environ 100 000 batteries usagées de véhicules électriques légers depuis 2018. Le développement de la mobilité électrique constitue un véritable défi technique et environnemental pour la filière de recyclage des batteries. Pour anticiper et adapter les infrastructures de collecte et les moyens de recyclage aux futures batteries à recycler, Corepile a mené auprès des Français une enquête « mobilité électrique », dont l’éco-organisme publie les principaux résultats.

Le marché de la mobilité électrique est en pleine progression, il a atteint près de 1,3 million d’unités vendues en 2020 et prévoit 2,5 millions d’unités mises sur le marché en 2025. La récente crise sanitaire a fortement incité les Français à se tourner vers les véhicules électriques légers. En parallèle des ventes, la « filière mobilité de recyclage » poursuit son développement depuis 2018 : Corepile a pris en charge environ 100 000 batteries depuis le lancement de la filière collective et volontaire.

Sur la seule année 2020, la collecte progresse de 2 % pour atteindre 63,7 tonnes (environ 25 000 batteries). Le réseau de collecte de Corepile se développe au fur et à mesure de la constitution de stocks de batteries usagées par les consommateurs chez les revendeurs : indépendants ou réseaux multisports principalement. Pour anticiper l’afflux des batteries usagées qui arriveront dans les prochaines années, Corepile a mené une étude* pour décrypter l’engouement des Français pour ce mode de déplacement efficace, écologique et pratique.

Ventes records soutenues par les incitations financières

La crise sanitaire a très clairement accéléré l’acquisition de vélos et trottinettes électriques en France. Pour preuve 1 vélo électrique sur 2, et près de 2 trottinettes sur 3 ont été achetés au cours des 12 derniers mois.

On note que 84% de ces acquisitions concernent des produits neufs, et que l’achat d’occasion n’est pas encore répandu sur ce marché en plein essor.

L’achat « neuf » est également motivé par les aides financières proposées par l’État ou les employeurs, puisque 30% des nouveaux acquéreurs en ont bénéficié cette année. La récente « prime à la conversion », aux vélos à assistance électrique (VAE), va très probablement renforcer la tendance de ce nouveau mode de déplacement.

Les acheteurs d’engins de déplacement personnel motorisé

La mobilité électrique séduit des propriétaires au profil différent, selon les produits :

Le vélo électrique est majoritairement acheté par des hommes (59%), âgés de + de 50 ans (67%) et qui vivent très largement en province (80%)
La trottinette électrique est aussi majoritairement achetée par des hommes (64%), mais très largement âgés de - de 50 ans (76%) et qui vivent en zone urbaine.
Usages et distances avec nos engins de mobilité électrique

Près de 50% des déplacements des Français sont liés aux trajets qui relient le domicile au lieu de travail. Toutefois les utilisateurs déclarent que leur engin motorisé leur sert également à pratiquer du sport et à se balader. Les vélos et trottinettes sont donc aussi bien utiles qu’agréables pour les loisirs.

Chaque mois :

165 km sont parcourus en moyenne par les propriétaires de vélos électriques
93 km pour les détenteurs de trottinettes électriques

Les engins motorisés permettent aux utilisateurs un précieux gain de temps au quotidien :

36 minutes gagnées avec l’utilisation d’une trottinette électrique
29 minutes gagnées avec les vélos à assistance électrique

Les batteries de vélos et trottinettes électriques

Les propriétaires doivent régulièrement charger la batterie de leurs engins. 17% d’entre eux déclarent avoir déjà rencontré un problème de batterie mais ne comptent pas pour autant acquérir une batterie de secours.

Pour éviter ce type de déconvenue, 30% des sondés emportent avec eux leur chargeur lors de leurs déplacements.

Une fréquence de chargement variable mais qui reste élevée :

1/3 des propriétaires de vélos électriques chargent leur batterie : 4,4 heures et plus de 3 fois / semaine
Plus de 50% des propriétaires de trottinettes, rechargent leur batterie : 4,5 heures et plus de 3 fois / semaine

Jeanne Lepeintre, Directrice communication de Corepile indique : « Les résultats de cette enquête nous permettent de cerner les usages et les attentes des consommateurs en matière de mobilité électrique. Ils nous permettent d’ajuster nos actions de sensibilisation auprès des Français, en vue d’une meilleure utilisation des batteries pour prolonger leur durée de vie et que le recyclage des batteries devienne un réflexe ».

Le recyclage des batteries usagées

95% des propriétaires d’engins de mobilité électrique jugent « important », le recyclage de leurs batteries usagées. De même, 78% des consommateurs de ces équipements sont en attente de plus d’informations au sujet du recyclage des batteries. Même si les batteries des engins ne sont pas encore usagées car achetées récemment, leur recyclage est une préoccupation pour les consommateurs. La prise de conscience des utilisateurs est donc bien réelle et est un signe positif pour la filière de recyclage des batteries.

Dès 2018, Corepile, l’éco-organisme déjà agréé pour la collecte et le recyclage des piles et batteries, a lancé avec l’Union Sport Cycle, une filière volontaire et collective pour la prise en charge de ces équipements. A date près de 90 adhérents « fabricants / metteurs sur le marché » ont rejoint la filière et près de 1 500 adresses ont rejoint le réseau des points de collecte « Corepile mobilité ». Avec environ 100 000 batteries recyclées depuis 2018, le dispositif français se situe dans le trio de tête européen, derrière l’Allemagne et les Pays-Bas en matière de performances.

L’explosion des ventes de véhicules électriques légers constatée ces derniers mois, va également impacter les activités de collecte et de recyclage de la filière sur les prochaines années.

« La prise en charge des batteries usagées des engins de mobilité électrique est un véritable défi écologique. La durée des batteries est comprise entre 5 et 10 ans et varie en fonction de leurs caractéristiques techniques et de leurs conditions d’utilisation. Nos enjeux consistent à anticiper l’arrivée des batteries en fin de vie tout en structurant la filière française de collecte et de recyclage, dans la perspective des nouvelles réglementations françaises et européennes qui entreront en vigueur dans les toutes prochaines années », déclare Frédéric Hédouin Directeur général de Corepile.

Une fois prise en charge par Corepile et ses prestataires, chaque batterie est démontée, puis les dizaines de cellules qui la constituent sont extraites pour être ensuite broyées, afin d’en séparer les principaux métaux ou alliages dans des procédés éprouvés de pyro- ou d’hydrométallurgie. Ces derniers serviront à « refabriquer » des objets de la vie courante ou certains seront même réutilisés dans la fabrication de nouvelles batteries.

Partagez l'article

 

[ Communiqué ]
Lien principal : www.corepile.fr

Articles connexes

Souscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires