Le plus grand parc éolien nippon aura une capacité de 95 MW (2017)

Le groupe japonais Hitachi a annoncé fin décembre 2012 avoir reçu une commande de 40 éoliennes terrestres (HTW2.0-80) de C-Tech, une filiale de Chubu Electric Power afin d’étendre la capacité du parc éolien d’Aoyama-Kogen.

Situé entre les provinces Tsu, Mie et Iga, le parc éolien d’Aoyama-kogen comprend actuellement 15 MW de capacité installée. Une extension de 80 MW a été planifiée afin de porter le total à 95 MW. A ce stade, il s’agira du plus grand complexe éolien jamais construit dans l’archipel nippone.

La compagnie C-Tech prévoit de commencer le chantier avec l’implantation de 18 éoliennes d’ici à mars 2016, avant l’achèvement final qui devrait avoir lieu en mars 2017.

La technologie "Wind Down" utilisée par Hitachi permettrait de réduire les coûts initiaux en réduisant la charge du vent dotée d’un "effet girouette". Selon la société, la turbine éolienne réaliserait un rendement énergétique élevé même dans des zones à faible altitude.

En juillet 2012, Hitachi a repris la branche ‘éolien‘ à son compatriote Fuji Heavy Industries. Il a ensuite commencé le développement et la production des unités dans son usine d’Hitachi City. Ce dernier entend bien occuper une place prépondérante sur le marché japonais d’ici 2015.

            

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Samivel51

C’est la premiere fois que je vois construire des eoliennes “downwind” de grande taille. Par contre 95 MW, en 2017, pour le plus grand parc du Japon, c’est un peu ridicule. La transition energetique sera longue… On comprend que le nouveau gouvernement ressucite le nucleaire.

zoziau

La densité de population et la topographie du Japon ne permettent pas de réaliser de très grands parcs éoliens onshore comme aux USA ou en Chine.Toutefois cette énergie est mobilisable rapidement et sans investissements colossaux il faut donc en profiter dans le “mix transitionnel”. Par contre le pays dispose du troisième potentiel mondial en géothermie profonde, une énergie largement capable de prendre le relais du nucléaire pour la production d’électricité ou directement de chaleur. Mais là il y a une part d’investissements très fortes dans des forages préalables à plusieurs kilomètres de profondeur. Les politiques court-termistes et la “crise économique” qui frappe aussi le Japon sont sans doute peu propices à ces recherches en ce moment. A 10 kilomètres à l’intérieur de la croute terrestre, la chaleur de la terre c’est 50 000 fois plus d’énergie que toutes les réserves de pétrole et de gaz naturel mondiales…

2
0
Laissez un commentairex