L’obsolescence programmée, fléau de notre société de consommation ?

Dans les années 1920, des industriels américains ont trouvé la formule magique pour soutenir la consommation : l’obsolescence programmée. Fini les bas en nylon qui résistent à tout et les ampoules qui durent 1000 ans, "un bon produit est un produit jetable".

Tourné aux quatre coins du monde, Prêt à Jeter est une enquête sur les bases de notre économie moderne – consommation, gaspillage et pollution.

Dans une société où la croissance est tirée par la consommation, les produits durables sont une catastrophe ! Et c’est une constatation qui ne date pas d’hier. Dès 1928, on pouvait lire dans une revue spécialisée, "un produit qui ne s’use pas est une tragédie pour les affaires".

Pour rentabiliser les machines et soutenir la consommation, on a contraint les ingénieurs à réduire la durée de vie des produits.

Les consommateurs, à la fois victimes et complices, n’ont pas d’autres choix que d’entretenir ce système court-termiste et gaspilleur. La preuve, quand un produit tombe en panne, la réparation coûte plus cher que de racheter du neuf. Mais une fois hors d’usage, les produits ne se recyclent pas aussi facilement. Alors que deviennent-ils ?

"À l’époque, le développement durable n’était pas au centre des préoccupations", rappelle Warner Philips, arrière-petit-fils des fondateurs de la marque du même nom. Mais alors que les ressources de la planète s’épuisent, l’industrie semble engoncée dans ses principes. Pourtant d’autres modèles économiques existent, plus durables. Ils sont présentés dans Prêt à jeter- comme une invitation à la réflexion et au changement.

 

Le cas de l’ampoule électrique :

Le filament de l’ampoule à incandescence a été conçu par Adolphe Chaillet. Comment ce produit simple est ‘il devenu la première victime de l’obsolescence programmée ?

Extraits :

"AL'obsolescence programmée, fléau de notre société de consommation ?u début, les fabricants cherchent à produire des ampoules de longue durée ‘grâce à un filament particulièrement stable’… Les premières ampoules de Thomas Edison commercialisées en 1881 avaient une durée de vie de 1.500 heures. En 1924, quand le Cartel Phoebus fut fondé, les fabricants annonçaient déjà des durées de vie de 2.500 heures et insistaient sur la longévité de leurs ampoules."

C’est à partir de 1925, que le Cartel a pensé à limiter la durée de vie à 1.000 heures par des moyens techniques.

"En 1929, une liste indique les amendes (en Francs Suisses) payés par le cartel si par exemple leurs ampoules dépassaient 1500 heures."

"Avec la mise en place de l’obscolescence programmée, la durée des ampoules a chuté. En seulement 2 ans elle est passé de 2.500 h à moins de 1.500h. Dans les année 1940, le cartel a atteint son but. La durée standard d’une ampoule est désormais fixée à 1.000 heures."

"General electric a produit un film éducatif pour expliquer aux consommateurs que la durée en vigueur était la meilleure."

La publicité est assez explicite : "Regarder ce filament ; La durée de vie dune ampoule dépend grandement de la température du filament ; Des échantillons de toutes les usines sont testés dans un souci de qualité."

"En 1942, le Cartel est découvert et le gouvernement américain porte plainte contre GE et d’autres fabricants d’ampoules. On les accuse de fixer le prix, de concurrence déloyale et de limiter la durée de vie des ampoules à incandescente. Après 11 ans de procès, la cours prononce son jugement en 1953. GE et ses associés sont contraints en autres, de lever leur restriction sur la longévité des ampoules".

"En réalité, ce jugement n’a eu que trés peu d’effet, les ampoules ont continué à durer 1.000 heures". "Dans les décennies suivantes, des centaines de brevets de fabrication d’ampoules ont été déposés, dont une, pouvant durer 1000 heures. Aucune d’elle n’est jamais parvenue sur le marché."

Prêt à jeter, raconte également l’histoire de la Centennial Light. Installée en 1901 dans une caserne de pompiers en Californie, cette ampoule brille encore aujourd’hui. D’ailleurs vous pouvez la voir en direct à l’aide de la webcam (cliquez sur ce lien >>>> ici).

 

Interview de Philippe Frémeaux :

Philippe Frémeaux est éditorialiste et président d’"Alternatives Economiques". Dans un article consacré à l’obsolescence programmée, il est revenu sur le fonctionnement de notre économie moderne. Selon lui, les industriels sont tout à fait capables de créer des produits durables et réparables quand cela est dans leur intérêt. Mais tant qu’ils ne seront pas contraints d’assumer le gâchis entraîné par une production accrue de biens rapidement obsolètes, l’obsolescence programmée perdurera. Il étaye ici son propos, développant notamment la notion de recyclabilité, selon lui "au coeur du problème"

L'obsolescence programmée, fléau de notre société de consommation ?

[ Accéder à l’interview : ICI ]

 

A voir ou à revoir :

Le reportage "Prêt à jeter" a été diffusé ce mardi 24 janvier sur ARTE. Il est intégralement visualisable gratuitement via internet : http://www.arte.tv/fr/3714422.html

 

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
26 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Commentreparer

Réparer, acheter durable, changer nos comportements… des solutions pour agir :

Samivel51

C’est triste, mais effectivement les entreprises qui font des produits durables souffre plus. Leica, par exemple, a fait faillite parce que leurs appareils photos ne sont jamais ni en panne ni obsoletes. Donc les acheteurs les leguent a leurs enfants et leurs petits enfants, et Leica n’en vend plus. Evidemment, un tel modele economique pourrait quand meme marcher si le nombre de clients de Leica s’elargit. Il y aussi une part de responsabilite des consommateurs qui veulent un produit moins cher a l’achat. Ma grand-mere dit souvent: “Je n’ai pas les moyens d’acheter bon marche”. C’etait une autre epoque: elle a 98 ans… Les distributeurs aussi ont une part de responsabilite: Darty, But et autres Boulanger ont dereference les aspirateurs Dyson parcequ’ils etaient garantis 5 ans par le constructeur, ce qui les empecher de fourguer au client leur arnaque d’extension de garantie. Enfin les fabricants ont aussi leur part de responsabilite, puisque meme les marques les plus cheres refusent generalement de garantir leurs produits plus de 2 ans. Et souvent leurs produits ne durent effectivement pas plus longtemps que les autres…

Samivel51

Tiens! Quand je serai President, j’interdirai les piles jetables. Puisque les piles rechargeables marchent tres bien et reviennent in fine moins cher au consommateur, rien ne sert de garder les piles jetables.

maxxxx

le jour on verra des piles rechergeables 1,5 V à faible autodécharge dans les supermarchés, rien ne servira de garder les piles jetables.

Energiestro

On prétend que les fabricants limitent volontairement à 1000 h la durée de vie des lampes à incandescence pour en vendre plus ! C’est une légende urbaine. La durée de vie de ces lampes résulte d’un compromis économique en faveur des consommateurs. En effet, une ampoule qui dure plus longtemps a un filament plus froid, et son rendement lumineux diminue considérablement (il n’est déjà pas fameux). Il faut plus de lampes, donc plus d’électricité, pour arriver au même éclairement. Or dans la fonction d’éclairage l’énergie coûte bien plus cher que la lampe ! Ce n’est donc pas l’intérêt du consommateur d’augmenter la durée de vie de ces lampes. On trouvera plus de détails sur l’article de Wikipédia sur les lampes à incandescence.

Radulph

A proprement parler le problème du Leica, a existé au moment ou le numérique est apparu, et l’entreprise a eu du mal durant quelques années à s’adapter à ce marché, au moment ou cette entreprise était quasimment en faillite, ellea été rachetée pour un €uro symbolique, actuellemment , entreprise toujours Allemande, ils ont repris le haut du pavé en travaillant avec certains appareils qui vont jusqu’a 50.millions de pixels, evidemment les prix vont de pair avec la qualité.

Flanby

C’est vraiement lourd ces théorie du complot relayées par Arte. Quand bien meme il y aurait eu des soit disants accords dans le passé, rien ne pourrait arrété un inventeur/chercheur à vendre un produit concurent si IL EST REELLEMENT PLUS INTERESSANT. Le reste c’est du blabla pour se la raconter BOBO ECOLO dans les diners en ville 😀

Lionel_fr

Il n’y a qu’un seul problème dans ce deal. J’accepte depuis longtemps qu’il vaut mieux remplacer un produit pour payer les chaines de fab qui le rendent si bon marché. Financièrement parlant, on peut dire que le coût est égal à un objet qui dure une vie mais coute plus cher. On gagne au passage les mises à jour (il n’y a pas que le software qui ait des versions) et le neuf a des avantages. La faille du système est le recyclage des matériaux non renouvelables. Si mon telephone mobile dure 3 ans , c’est dommage mais dans 3 ans la batterie sera morte, l’écran sera rayé , il sera tombé 2 ou 3 fois et la mémoire flash demandera plus d’énergie dans ses cycles d’écriture. En plus j’aurai un meilleur écran (regardez l’écran de vos portables de + de 2 ans) , un processeur 4 fois plus rapide qui dissipera 2 fois moins d’énergie. Mais comment récupère-t-on le gramme d’étain, le cuivre, les 50 mg d’indium, les 2 mg d’or plaqué sur le cuivre ? On peut bien bruler les plastiques si ça ne produit pas de PCB mais les métaux ? Le manganèse des piles, le lithium des accus, les µgrammes de métaux précieux sérigraphiés dans les puces. Comment récupère-t-on tout cela à un prix acceptable ou faut-il stocker les déchets en attendant les pénuries inéluctables qui rendront leur recyclage rentable ? Le tungstène des filament d’ampoules, le cuivre du culot et l’étain des soudures ont-ils fait l’objet d’une récupération aussi soigneuse que le processus requis par leur fabrication ? Et si le recyclage coute maintenant 1000 fois le prix de matières premières récupérables , comment fera-t-on quand le prix de ces matières aura multiplié par 1000 ? Que restera-t-il alors de ces vieilles carcasses du bon vieux temps de l’abondance ?

jihemnet

On ne parle pas de complot quand il s’agit d’intérêt économique, collusion, entente illicite, voir abus de confiance, l’obsolescence programmée est enseignée dans les bonnes écoles d’économie et fait partie du quotidien des ingénieurs, designers…

bolton

Flamby dit “c’est du flan” !!! Merci pour cette bonne tranche de rigolade ^^

Nicias

… en mars 2011 (c’est pas du neuf ce documentaire) par Econoclaste: Le mythe de l’obsolescence programmée.

jihemnet

Est-ce qu’il vous arrive d’évoquer une opinion personnelle que vous soyez capable d’argumenter sans aller chercher dans la pire des références du web. Econoclaste, c’est la version comique des neo-conservateurs qui se prennent pour des libéraux.

Samivel51

Il y a une confusion dans le titre et dans l’article entre obsolescence et panne/fin de vie du produit. Certains produits deviennt vite obsoletes car une nouvelle version sort (avouez que vous avez un iphone 1, un iphone 2 et un iphone 3 qui dorment dans un tiroir depuis que le 4 est sorti!). Dans ce cas, rien n’empeche l’utilisateur de continuer a utiliser son produit. Le cas de l’ampoule qui grille au bout de mille heures est evidemment tres different, et ce n’est pas de l’obsolescence mais de la panne definitive.

richelieu

je cherche un site ou les internautes pourraient poster leur idée pour lutter contre l’obsolescence programmé, j’ai un peu cherché sur le net et j’ai rien trouvé si ils y en a qui en connaissent un je suis preneur ? j’ai déjà un premier poste à leur proposer ps: ça marche pas avec radin.com

Gnagnagna

Ca dégouline de démagogie tout ce cinéma. Au lieu de faire les pleureuses, acheter ou fabriquer donc des ampoules qui durent 50 ans, et on en reparlera lool. Ps: pour info le seul exemple sur lequel s’appuit l’article et qui sert de généralisation démagogique à tout va, est une ampoule de 4 watt qui n’éclaire rien du tout depuis 100 ans au fon d’un hangar, bref on voit que c’est une affaire très sérieuse LOOL! Pour conclure je dirais: La critique est facile, mais l’art est plus difficile.

jihemnet

Si ces entreprises indiquaient clairement la durée de vie programmée de leurs appareils, le consommateur pourrait choisir en connaissance de cause. Comparer à données comparables et déterminer lui même à quelle fréquence il souhaite remplacer ses appareils, c’est le cas avec les abonnements téléphoniques, la durée d’engagement conditionne le prix de votre abonnement, mais c’est totalement transparent, vous avez le choix.

Nicias

J’ai eut à la lecture de l’article quelques idées personnelles, puis, le sujet m’étant étranger, je suis immédiatement parti chercher celles des milliards d’êtres humains qui écrivent sur le net. Au final, je n’en avais plus aucune qui soit personnelle mais j’y voyais beaucoup plus clair. En l’occurrence les idées personnelles d’éconoclaste sont nombreuses et bien argumentées ce qui m’épargne du travail grace à un lien. Qu’ils soient neo-conservateurs, libéraux ou démocratophobes m’importe peu lorsque l’on parle de la durée de vie d’une ampoule. Avez vous quelques chose de pertinent à dire sur leur post ?

jihemnet

Ni sur leur travail, ni sur leur site, le relent de guerre froide façon 20ème m’horripile, démontrer son attachement au libéralisme en reprenant les bonnes vieilles rengaines anti-communistes est un peu surfait.

Pastilleverte

… logie ou la palissade ? société de consommation // obsolescence (programmée)

airsol

En fait il faudrait prendre exemple sur les fabricants de panneaux PV: 25 ans de garantie ! Seul problème: quelle entreprise a une visibilité sur 25 ans?

Rice

@ Rouget : non, les industriels ne regardent les les besoins des consommateurs que lorsqu’ils ne peuvent pas leur en créer (cf. APPLE et l’IPad dont on sait pertinnement que cela ne sert à rien en dehors d’un classement social…) @ Rouget : oui le consommateur n’a que ce qu’il mérite quand il achète son IPad : prix de revient ridicule (sur le dos des travailleurs chinois) et prix de vente prohibitif (au plus grand profit de feu Steve Jobs). Ainsi va la société de consommation lorsque la cupidité de certains l’emporte sur les réels besoins des autres…

Nicias

Aurait dit Akerloff Fonder une nouvelle économie sur la connaissance et la qualité au lieu de s’abreuver de conchonneries pas chères. Voilà une vraie utopie. Et j’y crois assez ! Les problème d’asymétrie d’information existeront toujours. Pas tant parceque l’information n’est pas disponible, mais parcequ’elle est coûteuse en temps. Un prix sur une étiquette, c’est moins long à lire que les avis des consommateurs sur un forum. Quel acheteur a lu les centaines de pages de la notice explicative accompagnant son produit titrisé blindé de subprime ?

Sand

alors js je suis pas du tout d’accord. Mon iphone 3Gs a pas duré plus de 2 ans quand un nokia est increvable. Et plus que l’obsolescence du composant electronique, apple est surtout champion de l’obsolescence mentale en imposant tout les ans “le nouveau gadget” qui (ipad2, iphone4, etc), et en mettant en scene les sorties via des con-sommateurs gogos qui demultiplient le buzz. Sans parler des mass media stupident qui en relayant “l’information” font une publicite gratuite pour la firme. Lionel_fr résume parfaitement le probleme en ce qui concerne le HW. L’exemple des terres rares est édifiant. Malgré leur prix prohibitif, il n’y a toujours pas de méthode rentable pour récupérer les pouillemes de grammes qui sont sur le Milliard d’iphone(ou équivalent) qui finiront au rebus dans .. 2-3 ans maxi.

jihemnet

Lionel_fr a vu juste comme souvent et vous avez résumé 30 années de consumérisme à outrance.

Tech

pour informer les lecteurs d’enerzine, permettez-moi de vous relater un cas concret. fin 2009 j’achète une imprimante HP multifonction avec la particularité de pouvoir se connecter sans fil via WIFI. elle fonctionne a peu près comme prévu pendant 1 an1/2 puis des pannes intermittentes sur l’impossibilité de se connecter au réseau , pour finir fin 2001 avec une incapacité à se connecter au routeur. je regarde sur les forum support HP et je découvre qu’une ribambelle de client ont subit les meêms pannes , soit entre 1 an et 2 ans après l’achat pour unegarantie constructeur qui n’était que de 1 an! la solution de dépannage pourrait exister, c’ est une carte qui coûte aux états unis moins de 20 dollars, mais quand vous contactez la maintenance HP, ceux ci ne la propose pas et commmencent par vous dire vous êtes hors garantie, puis vous proposent un échange à plus de 80 euros garanti seulement 3 mois! cette carte radio qui tombe en panne entre 1et 2 ans, c’est au moins autant un défaut de conception qu’une obsolescence programmée. et c’est une honte. c’est doublement une honte quand HP refuse de reconnaitre leur erreur ou leur qualité médiocre. Le coût du transport aller reotur coûte même plus cher à tout le monde, que l’envoi d’une petite carte via un acha web! un solution chère, avec une piètre garantie, sans parler bien sur du coût des cartouches d’encre qui sont aux imprimantes, ce que les lames sont aux rasoirs! si vous devez choir une imprimante, pensez-y, je croyais en HP, je suis plus que déçu (et pas le seul au vu des forums)

Rice

La question est de savoir à partir de quelle durée de vie, un appareil cevient un problème pour son fabricant. En clair : l’imprimante fabriquée à des millions d’exemplaires est vendue excessivement peu chère… Si elle durait longtemps, très longtemps (…) il s’en vendrait moins et donc leur prix de revient augmenterait. Question, en dehors de toute innovation sur le produit (ex les ordinateurs ou les TV de plus en plus plates…), quel est le point d’équilibre entre satisfaction du client qui peut compter “durablement” sur un matériel et la satisfaction du fabricant qui voit ses chaines en perpétuelle activité ? La société “moderne” (… à vérifier), ne nous oblige-t-elle justement pas à consommer en permanence de manière à alimenter la machine et procurer de l’emploi ? emplois nécessaires pour vivre et… consommer et faire tourner la machine pour procurer… et ainsi de suite…

26
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime