Méga-projet de gaz de décharge en Turquie

La Turquie a officiellement inauguré l’un des plus grands sites de gaz de décharge au monde situé à Istanbul.

Le projet de décharge a été développé dans le cadre d’une initiative nationale afin de réduire l’impact environnemental d’un certain nombre de filières de déchets solides tout en produisant de l’énergie électrique.

Situé sur deux sites à Istanbul (Odayeri et Komurcuoda), ces installations sont alimentées par les moteurs à gaz de décharge Jenbacher de GE Energy. Les neuf premières unités de moteurs à gaz ont d’ores et déjà été commandées et doivent être livrées en 2010. Une fois la phase finale achevée, les 23 installations d’une puissance totale d’environ 35 MW produiront suffisamment d’énergie renouvelable pour subvenir aux besoins mensuels d’environ 100 000 foyers moyens à Istanbul.

"GE Energy est ravi de collaborer avec la Turquie dans le cadre de cette importante initiative de développement des énergies renouvelables. En effet, le pays cherche à améliorer son indépendance énergétique et à soutenir les directives de l’UE qui visent à augmenter l’utilisation des sources d’énergie alternative", déclare Mete Maltepe directeur de GE Energy en Turquie.

Le gaz riche en méthane est produit lors de la décomposition progressive des déchets organiques. Ces décharges publiques font partie des plus importantes au monde puisqu’elles éliminent un volume total de 47 millions de tonnes de déchets, comprenant une moyenne d’environ 14 000 tonnes d’ordures ménagères quotidiennes. Afin de prévenir l’évaporation non contrôlée du gaz de décharge qui entrave la remise en culture programmée des sites et d’éviter les odeurs désagréables ou les feux couvants, le gaz est continuellement capté de manière contrôlée au moyen d’un conduit ou d’un système de tuyauterie. A l’aide d’un ventilateur le gaz est aspiré depuis les décharges, puis compressé, séché et introduit dans les moteurs à gaz Jenbacher de GE Energy. Ainsi, les installations de la centrale électrique génèrent une réserve d’électricité renouvelable et contribue, selon l’opérateur du projet, à réduire les émissions annuelles d’environ un million de tonnes d’équivalent CO2 (moyenne sur une période de 22 ans).

En raison de ses avantages environnementaux, ce projet postule aux standards de crédits carbone internationaux qui apporteront un soutien financier à l’opérateur et rendra le projet économiquement attractif.

         

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Mimidesimiane

Ah oui. nous en france on est vraiment trop nul. La seule chose qu’on a réussi à proposer et mettre en place pour traiter les déchets sur Marseille c’est un incinérateur!!!   Monsieur GAUDIN réagissez!! Laissez de coté les intérêts financiers et aau ravail!!!

moise44

Il faut choisir entre grande décharge et tous les PBs qui en découlent et l’incinérateur qui a aussi ses inconvénients mais pas les mêmes, et notament l’avantage du volume était sans doute visé par Mr gaudin ! Et puis, je suis originaire de laval, et je peux vous assurer que nous le faisons aussi en france. Mr séché le fait très bien a changé a coté de laval. J’ai eu l’occasion de travailler dans sa décharge “modèle” sur deux tableaux : le premier consistait simplement a décharger  les camions de cendres venat des incinérateurs de toute l’europe et de france. Il fallait aussi empaqueter les terres polluées et les résidus de peinture(particules seches) venant de l’industrie automobilen, après les avoir chauffées dans un four spéciale pour qu’elles se solidarisent au lieu de se diluer dans l’eau par exemple. Le deuxième a été de poser des conduites de plusieurs dizaines de mettre raccordées a des puits qui avaient été posé avant les déchets. Ainsi la montagne de déchets, aussi posé dans une cuvette plastifié des tous les cotés poduit du gaz (avec un certain poucentage de méthane sans doute). Cette décharge n’est pas sisible de la route puisqu’elle est couverte d’une couche de terre végétale ou des arbres sont aussi plantés (pour la stabilitée de la terre surla pente qui est forte sans doute même si ce n’est pas que pour çà non plus, on s’en doute). et tenez vous bien je posais ces conduites avec 3 intérimaires et un chaudronnier spécialiste de ce type de conduites juste avant noel en, décembre 2004 ou 2005…c’est loin ! En plus des tuyaux super lourds et super longs qu’il fallait monter en haut de la montagne de déchets en marchant dans un lit de terre végétale bien imbibé d’eau (imaginez au mois de décembre).A titre indicatif, je m’enfonçais jusqu’en dessus des chevilles au gré des pas de mes “compagnons de tuyatée” qui me faisait tantot avancer le tuyau de plastique souple en me tirant tirant vers l’vant d’un coup sec, tantot le baissait et appuyait sur mes bras et m’enfonçait encore plus ! Il fallait aussi monter l’appareil de soudure du chaudronnier qui faisait bien son poids aussi. Donc, je peux vous affirmer avec certitude qu’il n’y a pas que les turcs qui y ont pensé !

A mimidesimiane

Et vs. croyez qu’elle vient d’ou cette mirifique technologie qui va etre mise en place a Istanbul ? d’un centre turc de RetD  specialise la-dedans ?? Pour ce qui concerne l’incinerateur ” Gaudin ” , sachez qu’il est mis en // avec des biodigesteurs de la partie putrescible de VOS ordures marseillaises et autres ! …Un peu d’objectivite SVP …. et pas que des raleries et des Yaka ou Yakapa ds. ts. les sens et par ts. les temps et en ts. lieux ! Sachez que des DIZAINES de decharges francaises , comme europeennes et US sont depuis des annees equipees des dispositifs qui vont ( bientot ? ) equiper Istanbul … Ne vs. pensez donc pas tjrs. si nuls que cela , c’est faux !

3
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime