Réseau de stations GNV sur l’agglomération bordelaise

GNVert et Gaz de Bordeaux viennent de créer une filiale commune – GNV de Bordeaux – pour construire et exploiter un réseau de stations service GNV à destination des véhicules fontionnant au Gaz Naturel.

La 1ère station de « GNV de Bordeaux » (51% Gaz de Bordeaux / 49% GNvert) avait été ouverte par Gaz de Bordeaux en Novembre 2009, dans la capitale girondine. Située Quai de la Souys, elle se compose de deux pistes de distribution et est accessible aux véhicules légers, utilitaires légers et poids lourds.

La station du Quai de la Souys constitue le premier élément d’un réseau qui en comptera à terme cinq voire sept. L’objectif est de répartir les futures stations GNV sur l’agglomération bordelaise de manière à offrir aux utilisateurs un véritable réseau d’approvisionnement. Ces stations seront accessibles à toutes les entreprises et collectivités locales désirant renouveler leur flotte de véhicules légers utilitaires ou poids lourds en GNV afin réduire leur impact environnemental et leur budget transport.

Le GNV n’émet pas de particules (principales responsables des maladies respiratoires en zone urbaine) et permet de réduire jusqu’à 25 % les émissions de CO2 et de 80% les émissions d’oxydes d’azote par rapport à un véhicule équivalent à essence. Il permet également de diviser par deux le bruit émis par les véhicules. Enfin, le GNV est un carburant compétitif qui permet de réaliser jusqu’à 30 % d’économies par rapport au diesel.

« Nous souhaitons mettre en place sur un niveau local ce qui se fait déjà dans d’autres pays comme l’Italie ou l’Allemagne, c’est-à-dire permettre à un maximum d’entreprises et de collectivités locales de passer à un carburant plus responsable en mettant à leur disposition des infrastructures. Grâce au Gaz Naturel Véhicule, nous pouvons imaginer les transports de demain avec des carburants à la fois non polluants et économiques. », s’accordent à dire Karine Vernier, Présidente de GNvert et Eric Manzano, Directeur Général de Gaz de Bordeaux.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
fredo

Sauf erreur, le gaz naturel contient jusqu’à 97% de méthane (en Europe), dont le Pouvoir de Réchauffement global est 62 fois celui du CO² à échéance 20 ans, et 25 fois à échéance 100 ans. Affirmer que le Gaz Naturel Véhicule “permet de réduire jusqu’à 25 % les émissions de CO2” mérite donc au minimum d’être expliqué!

michel123

l’explication est simple . 1- Le méthane CH4 contient beaucoup moins de carbone que les hydrocarbures lourds à longues chaines dont la formule est CH2CH2CH2CH2CH2CH2CH2CH2CH2…… c’est à dire qu’il y a beaucoup plus d’hydrogène dans le méthane et moins de carbone . Il y a donc une production plus faible de CO2 et plus forte de H2o. 2- Le méthane n’et pas destiné à être relargué dans l’athmosphère (sauf accident ) La combustion des moteurs étant de meilleure qualité , il y a moins de particules cancérigènes (diesel ) et moins d’oxydes d’azote (trés toxique )dont le potentiel d’effet de serre est considérable ( je ne sais plus le coefficient) Celui du méthane n’est que de 25 et sa demie vie dans l’athmosphère n’est que de 10 ans , il y est oxydé en co2 au coefficient de 1 qui lui va rester au minimum 150 ans avant d’être absorbé par les plantes ( ce mécanisme est d’ailleurs en train de se détraquer et cette durée va surement devoir être réévaluée) 3- Dernier avantage la possibilité de brûler les biométhanes qui sont produits par la dégradation de la biomasse et qui s’échappent dans l’athmosphère en l’absence de captation . Le bilan est donc excellent à tous les niveaux Pourquoi le methane athmosphérique augmente t il et continue t il à augmenter depuis les années 1860 ? On ne sait trop , l’augmentation considérable du nombre de ruminants pour l’alimentation est une explication . Le relargage du méthane océanique qui était congelé sur le fond , particulièrement dans les zones arctiques et antarctiques sous l’effet du réchauffement climatique ( beaucoup plus net dans les zones froides que sous nos latitudes) ? Ce qui est sûr c’est que toutes les rétroactions sont positives y compris la vapeur d’eau qui est de loin le principal gaz à effet de serre : Plus la température augmente plus la quantité de vapeur d’eau contenue dans un M3 augmente et moins celle ci a tendance se recondenser en nuages pour retomber sur la planète: La condensation se produit soit lorsque la pression baisse soit quand la température retombe.

fredo

merci pour ces réponses qui vont au-delà de mes questions.J’en retiens notamment que comme pour le pétrole avec les biocarburants, il existe du gaz naturel vert qui améliore le bilan que vous décrivez.

3
0
Laissez un commentairex