Iran : plus de 17 kilos d’uranium enrichi à 20%

Le responsable du programme nucléaire iranien Ali Akbar Salehi** a indiqué mercredi que l’Iran avait produit à ce jour "plus de 17 kilo d’uranium enrichi à 20%", avec une capacité de production de 5 kilos par mois.

Et d’ajouter "nous adapterons notre production en fonction des besoins de l’unité de production des plaques de combustible" pour le réacteur de recherche nucléaire de Téhéran.

La dernière estimation de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), en date d’avril 2010, faisait état de 5,7 kilos la quantité de combustible généré par l’Iran, depuis le lancement du processus d’enrichissement à 20%, en février. Ce taux à 20% reste nécessaire selon les autorités iraniennes pour faire fonctionner son réacteur de recherche médicale de Téhéran.

De son côté, la communauté internationale redoute que Téhéran ne cherche à produire suffisamment d’uranium hautement enrichi pour se doter à terme de l’arme nucléaire.

Le 16 juin dernier, l’Iran avait indiqué être capable de produire "d’ici septembre 2011" tout le combustible nécessaire, après une série de tests qui devraient intervenir à partir de mars 2011.

** Cité par l’agence Isna

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
marcob12

On en est là (si pitoyable que soit la situation) mais il y a effectivement déjà tout un arsenal d’armes nucléaires sur place ,  construit en violation des accords internationaux par un Etat belliqueux en état de conflit permanent et qui a déjà frappé et annoncé son intention de le faire encore (au tire de frappes préventives). Ce n’est pas l’Iran mais bien Israel et les inspecteurs de l’AIEA étaient manifestement occupés ailleurs. Le sujet avait été évoqué déjà et la seule évolution est du côté des gesticulations de l’administration US pour interdire à tout Etat de la région de faire ce qu’à fait Israel. Sachant qu’une armée va être démobilisée à quelques encâblures de là (l’Irak voisin) un petit détour avant le retour au pays est envisageable. L’AIEA pourrait-elle nous renseigner sur l’arsenal nucléaire Israelien si elle ignore où vont les Iraniens ?…

Julien21

C’est vrai qu’Israel menace depuis qu’il a la bombe (40 ans) de l’employer tout le temps c’est pour çà qu’en 67, en 73 au Liban et à Gaza Israel a envoyé ses soldats se faire tuer plutot que de l’utiliser voir n’a rien fait du tout quand il recevait des missiles de l’ami saddam…… apres tout utiliser tout ce qu’on a femmes enfants et aussi gaz moutarde missiles c’est bien une tradition dans la région “de la religion de paix “?? non ? Je comprend donc très bien tes peurs mais Israel malgre ton empressement n’est pas encore sous la coupe de la grande “religion de paix” donc soit rassuré.

Informateur

Le chargement des 163 barres de combustible dans le coeur du réacteur, sous la supervision de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), devrait s’achever vers le 5 septembre. Il faudra ensuite environ deux mois pour que la centrale de 1.000 mégawatts (MW) puisse être raccordée au réseau électrique fin octobre ou début novembre, selon le porte-parole de l’OIEA Ali Shirzadian. L’accession officielle de l’Iran à l’énergie atomique intervient alors que la République islamique est sous le coup de six résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, dont quatre assorties de sanctions, contre son programme nucléaire soupçonné, malgré ses dénégations, de dissimuler des objectifs militaires. Ce succès technologique et politique de l’Iran est «une arête en travers de la gorge de ses ennemis», a souligné M. Salehi à la veille de l’opération. Il intervient 35 ans après le début des travaux de la centrale, entamés par l’Allemagne à l’époque du Shah avant d’être interrompus par la révolution islamique de 1979 et la guerre contre l’Irak, puis d’être repris par la Russie en 1995. Pour obtenir de l’ONU que Bouchehr échappe à l’embargo international contre tout transfert d’équipements ou technologies nucléaires vers l’Iran, la Russie s’est engagée à fournir pendant dix ans le combustible nécessaire à son fonctionnement et à le récupérer après usage pour réduire les risques de dissémination du plutonium contenu dans les déchets. La centrale va par ailleurs demeurer plusieurs années sous le contrôle conjoint de techniciens russes et iraniens. Bouchehr «est totalement protégée de tout risque de prolifération», a affirmé le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov a pour sa part estimé «garanti à 100%» que la centrale serait utilisée uniquement à des fins civiles. Les besoins futurs de la centrale en combustible ont toutefois à nouveau été évoqués vendredi par M. Salehi pour justifier la poursuite de l’enrichissement d’uranium par l’Iran, qui inquiète particulièrement les Occidentaux et dont le Conseil de sécurité de l’ONU réclame en vain la suspension depuis 2006. «L’enrichissement (d’uranium) pour produire du combustible pour la centrale de Bouchehr et d’autres installations continuera», a-t-il dit à l’agence officielle Irna. Téhéran affirme vouloir produire à terme 20.000 MW d’électricité d’origine nucléaire. «Nous comptons utiliser la centrale de Bouchehr 40 ans. Supposons que nous achetons du combustible durant dix ans à la Russie. Qu’allons nous faire pour les années suivantes?», a expliqué M. Salehi, en réponse aux déclarations occidentales estimant que la livraison du combustible par Moscou rendait l’enrichissement sans objet.

3
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime