Système électrique : les énergies renouvelables montrées du doigt

Le Syndicat des Energies Renouvelables (SER) est monté au créneau suite aux conclusions d’un rapport relayé par la presse qui mettrait en cause les énergies renouvelables dans la sécurité du système électrique.

Les énergies renouvelables variables représentent aujourd’hui près de 5 % de la consommation électrique française. Selon le SER, "ces formes d’énergie sont largement réparties sur le territoire et ce ‘foisonnement’ leur permet, malgré les aléas météorologiques, de garantir l’apport d’énergie aux réseaux."

Par ailleurs ajoute le SER, le Réseau de Transport de l’Electricité (RTE) a mis en place, depuis plusieurs années, un outil (IPES) qui lui permet de prévoir à moins de 24 heures la production attendue des énergies renouvelables. Le RTE fonde également ses prévisions de l’équilibre offre/demande sur les trajectoires de développement fixées par les programmations pluriannuelles des investissements et décide de ses investissements en fonction de ces objectifs.

Le syndicat a souligné que contrairement à ce que laissent entendre certaines voix, la mise à l’arrêt de groupes thermiques, en particulier des centrales à gaz, résultent de deux facteurs : une conjoncture économique très détériorée dans laquelle la demande électrique stagne ; la compétitivité retrouvée du charbon due à la montée en puissance des gaz de schiste américains qui ont créé des surcapacités de production de charbon écoulées en Europe à un coût moindre que celui du gaz.

Le trop faible prix du CO2 ne constitue pas, à cet égard, un moyen d’écarter l’utilisation de cette énergie très polluante.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
23 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
gaga42

Merci de mettre un lien vers le rapport en question, en espérant qu’il apporte des arguments plus solides que ceux du lobby des énergies renouvelables.

s4m

@gaga42

s4m

@gaga42

sunny

Le scénario D “nouveau mix” du RTE montrer qu’avec un peu de volonté politique il est techniquement possible de réduire la part du nucléaire à 50 % et 40 % d’ENR dès 2030 p160 du rapport. Ce rapport pragmatique et non idéologique lève beaucoup d’idées reçues propagée par les pro nuke.

Bachoubouzouc

“Le scénario D “nouveau mix” du RTE montrer qu’avec un peu de volonté politique il est techniquement possible de réduire la part du nucléaire à 50 % et 40 % d’ENR dès 2030 p160 du rapport. Ce rapport pragmatique et non idéologique lève beaucoup d’idées reçues propagées par les pro nuke.” Mais personne n’a dit que c’est impossible techniquement. Les questions qu’on pose sont : “combien ça coûte de le remplacer par autre chose ?” et “est-ce que c’est souhaitable ?” Et le rapport de RTE se garde bien d’y répondre. Car ça n’est pas son rôle.

Bachoubouzouc

Par ailleurs, je constate que les scénarii C “Diversification” et D “Nouveau mix”, pour lesquels : – la part du nucléaire est la plus faible – le taux de couverture par les ENR est le plus élevé sont aussi ceux pour lequels les émissions de CO2 sont les plus élevées. C’est à se demander ce qu’on attend d’un mix énergétique… Le plus drôle : Dans le scénario B “consommation forte”, celui qui correspond le mieux à ce que “vend” EDF, avec plus de conso, plus de nucléaire et plus d’ENR, les émissions de CO2 sont divisées par deux. Et après on nous dit qu’il ne faut pas faire confiance aux spécialistes…

sunny

“les émissions de CO2 sont divisées par deux.” Vous vous emballez, passer de 29 à 19. ce n’est pas diviser par 2 Le scénario nouveau mix fait passer de 29 à 24. Mais vous savez que ce n’est qu’une étape, après il y aura 2050 et plus du tout de nucléaire et encore moins de fossiles, plus de déchets à gerer pendant des millénaires, plus de risques d’accident. D’après les proba, il y aura eu déjà deux nouveaux Fukushima dans le monde d’ici là. Si cela arrive en France, le désengagement pourrait être encore plus rapide, surtout si on arrive pas à résoudre ce problème de drones sur nos centrales vieillisantes, fissurées et non sécurisées.

Bachoubouzouc

“Vous vous emballez, passer de 29 à 19. ce n’est pas diviser par 2” Vous vous trompez : Le scénario B “consommation forte”, dont je parlais, engendrerait d’après RTE 15,4MtCO2 par an. Voir p 147 du rapport. Et je vous l’accorde, passer de 29,2 à 15,4 n’est pas exactement diviser par 2, mais ça reste tout de même une assez bonne approximation. J’avais bien raison sur le fond “Le scénario nouveau mix fait passer de 29 à 24.” Oui, des quatre scénarii c’est le deuxième plus polluant, après le scénario C. Bref, c’est exactement ce que je disais. Vous ne faites que reformuler ces faits de manière à éviter les comparaisons gênantes. “Mais vous savez que ce n’est qu’une étape, après il y aura 2050 et plus du tout de nucléaire et encore moins de fossiles” Et après il y aura la Saint Glinglin. En attendant, la priorité immédiate est de réduire nos émissions de GES. Pas en prenant le deuxième scénario le plus polluant. “plus de risques d’accidents, plus de risques de mettre la France économiquement à genou (cf rapport cour des comptes).” C’est quoi, d’après vous, le risque en 2050 avec un parc nucléaire constitué uniquement d’EPR ?

sunny

Mea culpa, Ce scénario me parraissait tellement irréaliste, que j’étais passé à côté. 7,1 millions de véhicules électriques, efficacité énergétique minimum et surtout forte croissance économique et reprise inespérée de la natalité. Et plein de petits EPR, ….

sunny

“Et après il y aura la Saint Glinglin” Il semblerait que la Saint Glinglin soit prochainement fêté en Belgique et en Allemagne.

Dan1

Et sunny écrit d’abord : “Ce rapport pragmatique et non idéologique lève beaucoup d’idées reçues propagées par les pro nuke.” Là, c’est quand ça l’arrange. Puis il écrit 3 heures plus tard : “Ce scénario me paraissait tellement irréaliste, que j’étais passé à côté.” Là, c’est quand ça l’arrange plus ! Au moins, laissez un peu plus de temps entre les “180°”. Même “madame Michu” l’aurait relevé. Quand on dit qu’ils n’ont pas de colonne vertébrale !

sunny

Grain de sel L’analyse du RTE sur l’analyse de l’évolution des consommations électrique par secteurs est particulièrement didactique, pragmatique et non ideologique. Il rappelle (ce n’est pas nouveau mais cela devient problématique) les problèmes qu’apporte le chauffage électrique sur le plan de la gestion du réseau. Après les scénarios c’est ce qu’en feront les politiques. Pour l’instant c’est 50 % du nuke.

Dan1

A sunny “L’analyse du RTE sur l’analyse de l’évolution des consommations électriques par secteurs est particulièrement didactique, pragmatique et non idéologique.” C’est vraiment très gentil à vous de me rappelez ce que je ne cesse de dire depuis 2008 ! Vous en avez d’autres comme ça ? Vous allez finir par me vendre ce que je vous aurais donné ! Ce n’est pas le premier bilan de RTE que je lis, que je cite et que je commente. Mais, dans ce bilan, vous aurez sûrement lu : “À l’heure où de nombreux acteurs ferment certains de leurs moyens de production électrique faute de rentabilité économique, notre analyse montre, dès l’hiver 2015-2016, un déficit de capacité de 900 MW pour respecter le critère réglementaire de défaillance, déficit qui s’accroît à 2 GW à l’hiver 2016-2017.” Question à court terme : Comment pallier ce déficit de 2 GW à partir de l’hiver 2016 – 2017 ?

Sicetaitsimple

“Le scénario D “nouveau mix” du RTE montre qu’avec un peu de volonté politique il est techniquement possible de réduire la part du nucléaire à 50 % et 40 % d’ENR dès 2030 p160 du rapport.”. Le scénario D “nouveau mix” montre surtout que le patron de RTE tient à son poste et qu’il était inenvisageable de sortir un le bilan présisionnel sans un scénario ( le 4eme et dernier) qui n’essaie pas de coller avec la loi de transition énérgétique, elle même correpondant à une promesse de bistrot ( euh, de campagne, excusez- moi). Vous remarquerez que ces impertinents personnages ont quand même pris la liberté de s’accorder 5 ans ( 2030 au lieu de 2025) par rapport à la fameuse promesse.

lr83

Dan1 a écrit : “Question à court terme : Comment pallier ce déficit de 2 GW à partir de l’hiver 2016 – 2017 ?” Moi, moi, je sais : on construit un EPR. A merde, c’est vrai, ça coûte 10 milliards et faut au moins 10 ans pour le construire. Autre solution, on installe 5 GWc de PV, ça coute moitié moins et réalisable en 2 ans. Ah, zut, j’ai oublié que le solaire c’est de la merde d’après les pro-nuk. Ben, y a pas de solution à part la bougie 🙂

sunny

Pour ma part très content que ce type de scénario validé par le RTE commence à sortir. Dans le rapport, j’ai aussi aimé le passage sur l’autoconsommation photovoltaïque. Autoconsommation qui va dans le sens de l’efficacité énergétique car elle responsabilise les gens sur le plan de leur consommation.

Sicetaitsimple

Elle responsabilise certainement sur le plan de la consommation, mais elle responsabilise surtout sur un dimensionnement adapté de la production à la consommatiion qui est “dessous”! Ce qui bien entendu n’est pas le cas des tarifs d’achat, encore moins quand ils sont “en totalité”. Donc premiere étape, “vente des surplus” et uniquement eux obligatoire, deuxième étape vente des surplus toujours mais au prix de marché ( ou plutôt à un tarif représentatif des prix de marché moyens pour faire simple).

Sunny abroad

Donc pas de barrieres à l’autoconsommation, ni pour les particuliers, ni pour le tertiaire, ni pour l’industrie. En Allemagne, cela fait deja plus de 10 % de la production totale en quelques années seulement (1 à 2 % de PV). Pour le réseau, le tarif d’achat PV (via appel d’offres) c’est presque déjà de l’histoire ancienne. On est à 80 euros du MWh en France et cela va continuer à diminuer grâce à l’expansion du marché international et à l’essor de nouvelles technologies PV.

Sicetaitsimple

“le tarif d’achat PV (via appel d’offres) c’est presque déjà de l’histoire ancienne.” C’est (peut-être) le décalage horaire (si vous êtes “abroad”) qui vous fait raconter n’importe quoi?

Sunny abroad

Pardonnez mon impatience! Bonne soirée!

Sandine

Tient, voilà un sujet économique intéressant. Je lis “On installe 5GWc en 2 ans, pas cher…”: pouvez vous svp indiquer combien ça coute à cout actualisé sur 40 ans (remplacement et fiscalité comprise) ? La question économique de l’intégration ENR reste présente, et il faut veiller à ne pas avancer des arguments sans les qualifier dans la durée, et je n’évoque pas ici l’équilibre du système mais uniquement l’intégration, renouvellement, et raccordement réseau. Une vision globale des analyses couts bénéfices ne me semble pas aussi rapide que ‘c’est moins cher’…

Dan1

Je vais donner la réponse à la question que j’ai posée le 30 octobre dans le cadre bilan prévisionnel de RTE : “Question à court terme : Comment pallier ce déficit de 2 GW à partir de l’hiver 2016 – 2017 ?” En retardant la fermeture (ou l’arrêt) de 2 GW de nucléaire (Fessenheim) ou autre. Donc dans l’immédiat, il n’est pas nécessaire de se lancer à corps perdu dans la construction de nouveau moyens de production, mais il serait bon de ne pas “casser” ce qui existe. Et le photovoltaïque ne me paraît pas être le meilleur candidat pour pallier le déficit hivernal annoncé par RTE. Le PV en hiver, c’est grosso modo 10h00 – 16h00… quand il fait soleil. Je ne vois pas bien ce que 5 GW de PV peuvent faire d’utile dans ce cas là ? Ce n’est pas d’abord un problème de coût mais un problème de capacité à rendre le service attendu à l’heure dite. En revanche, je dois reconnaître que le PV possède une certaine aptitude à couvrir les pics de climatisation à midi en été… reste à développer la climatisation en fonction des “besoins” de développement du photovoltaïque !

etehiver

Une solution simple fonctionnelle sans aucune inconnue technologique majeure pour ne plus faire de CO2 du tout, 100%solaire, sans aucun problème d’intermittence, car contrôlable pour les pics de nuit !!. Le solaire à concentration ou avec tour solaire peut être conservé sous terre (en chaleur à des centaines de degrés ) comme renouvellement de géothermie profonde, qui autrement s”épuise irrémédiablement !!! Cela permet d’avoir une énergie électrique solaire fonctionnant 24h sur 24 et 365 jours par an, sans aucun CO2, sans inconnue technologique (la géothermie et le solaire à concentration fonctionnent bien ) en combinant les deux, solaire à concentration et stockage souterrain un peu profond !! Il est effarant qu’aucun projet même simple ne combine les deux, alors que c’est une source d’énergie solaire renouvelable sans aucun problème d’intermittence contrairement au photovoltaïque ou le vent et sans aucune inconnue technologique majeure, sans aucun CO2. Sans aucune pompe à chaleur, on peut se chauffer en conservant la chaleur solaire sur les toits en été, sous terre, pour se chauffer l’hiver, comme fonctionnel depuis 2007 à ww w.dlsc.ca expliqué sur http :// fr.wikipedia.org/wiki/Communaut_solaire_de_Drake_Landing chauffage solaire de l’été pour l’hiver à 1000m d”altitude et des -30°C en hiver !! A l’usage c’est gratuit, perpétuel, sans la moindre pollution, pas même de pompe à chaleur à énergie nucléaire, très utilisée en France. Cela ressemble à une géothermie solaire, mais c’est plutôt la forte chaleur solaire d’été stockée sur 4 à 6 mois à faible profondeur sous terre géothermiquement, avec juste des fins tuyaux enfilés sous terre à 2 m de distance. La principale différence est qu’au lieu de refroidir la terre (de 10°C à 0°C environ) en hiver avec une pompe à chaleur, on chauffe la terre en été (50°C) avec des capteurs solaires pas chers ( simples tuyaux sous membranes transparentes ), pour utiliser cette chaleur conservée dans la terre pour se chauffer en hiver avec échangeur sans aucune pompe à chaleur. Il est absurde d’ignorer cette solution de chauffage, gratuite, sans aucun CO2 ou pollution nucléaire, inusable, car sans aucune pompe à chaleur à durée de vie finie et à électricité nucléaire, utilisable sur des vieilles maisons impossibles à reconstruire, juste avec la surface suffisantes de capteurs solaires sur les toits, garages et parkings. Les professionnels sont bien placés pour la développer et l’adapter en France, mais ils semblent l’ignorer totalement, alors que les forages sont similaires. Je refuse les pompes à chaleur qui sont des pompes à fric, à changer souvent, en plus d’être des pompes à énergie nucléaire, jusqu’au prochain Fukushima en France, inévitable tôt ou tard, vidant toute une région inhabitable, où alors il n’y aura plus d’électricité du tout pour se chauffer !! Le solaire thermique peut être conservé sur des mois en terre avec un simple tuyau plastique pas cher (30€ les 100m ) enfilé dans la terre, tous les 2m (100m2=10×10 avec 5×5=25 tuyaux fins enfilés à 12m de profondeur tous les 2m ) Le même type de tuyau noir sur le toit sous un plastique en été va chauffer cette terre qui redonne sa chaleur en hiver dans un tuyau dans la maison, dans un échangeur usuel. On peut faire plus simple qu’à dlsc.ca ou pour une serre https ://intraweb.stockton.edu/eyos/energy_studies/content/docs/FINAL_PAPERS/4A-2.pdf sans stockage dans un tampon d’eau. voir : en .wiki pedia.org/wiki/Seasonal_thermal_energy_storage complètement ignoré par la France nucléaire. Au lieu de pompe à chaleur on utilise de simples circulateurs et thermostats. Je ne fais que mentionner ce qui existe et fonctionne. Le principe est très ancien, car les romains, d’il y a 2000ans, conservaient la glace de l’hiver pour l’été, sans aucune consommation d’énergie ni CO2, dans des caves en terre. On peut climatiser ainsi sans énergie avec le froid de l’hiver conservé pour l’été, aussi !! .

23
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime