Enerzine

Provence 4 : la plus puissance centrale électrique biomasse de France

En projet depuis plus de deux ans, le Groupe E.ON va entrer dans la phase de mise en œuvre, en Provence, d’une centrale électrique fonctionnant à la biomasse.

Située sur les communes de Gardanne et de Meyreuil (Bouches du Rhône), Provence 4 Biomasse est, à ce jour, le plus grand projet d’unité biomasse en France.

D’un investissement de plus de 230 millions d’euros, la nouvelle unité biomasse sera issue de la conversion d’une tranche de production fonctionnant actuellement au charbon (Tranche Provence 4). Elle a pour objectif de pérenniser l’activité industrielle sur la centrale de Gardanne (13) pour une période supplémentaire de 20 ans, et d’y assurer le maintien de l’emploi direct, tout en participant à la structuration et au développement de la filière régionale bois-énergie.

D’une puissance électrique de 150 MW, Provence 4 Biomasse aura une production en base de plus de 7.500 heures par an jusqu’en 2034, ce qui correspond à la consommation annuelle électrique de 440.000 ménages (hors chauffage). Cet investissement contribuera à améliorer le bilan C02 régional de 600.000 tonnes par an.

E.ON annonce que les travaux débuteront cet été pour un achèvement prévu d’ici mi-2014 avec les premiers feux à l’automne 2014 et un démarrage de l’exploitation début 2015. Le chantier devrait avoir un impact économique régional non négligeable : "il emploiera 200 personnes en moyenne pendant 18 mois et jusqu’à 350 personnes en période de pointe dont une grande partie provenant d’acteurs industriels locaux comme ADF."

Provence 4 : la plus puissance centrale électrique biomasse de France

Provence 4 Biomasse contribuera également à l’essor de l’emploi indirect local par la structuration en amont et le développement de la filière « bois-énergie ». En effet, la biomasse permet de produire de l’électricité à partir de la combustion de différentes matières organiques (déchets verts, plaquettes, bois de récupération). Le mix combustible de la nouvelle unité Provence 4 biomasse sera composé à 90% de biomasse et à 10% de produits charbonniers (produits cendreux de récupération PCR). La centrale brûlera environ 850.000 tonnes de combustible biomasse par an.

– La biomasse issue du secteur forestier local, entrera pour près de la moitié dans le mix combustible de la centrale biomasse Provence 4. La zone d’approvisionnement couvrira les régions PACA et Languedoc-Roussillon, ainsi que les départements limitrophes, soit un rayon de 400 km.

– Les résidus verts provenant du nettoyage et du débroussaillage des forêts et des espaces verts publics et privés, fourniront à l’horizon 2025, 40 % du combustible biomasse locale. Aujourd’hui, cette ressource est largement sous-exploitée et le nouveau débouché offert par la centrale permettra en particulier d’améliorer le taux de réalisation des obligations de débroussaillage liées à la prévention des feux de forêts. Dans cette ressource figurent également les bois d’arrachage provenant des activités agricoles, vignes et arbres fruitiers.

– Une petite part du combustible local viendra aussi des bois de recyclage de classe A (palettes, bois d’emballage) ou B (issus de la démolition, de mobilier), triés et recyclés par des acteurs de la filière comme Sita et Veolia.

– Les produits cendreux de récupération d’origine charbonnière entreront pour 10% dans le mix combustible de la centrale, ils proviendront de gisements régionaux.

Comme la production de biomasse doit être gérée dans une logique de développement durable, E.ON a instauré une politique à moyen terme (10 ans) visant à un recours exclusif à de la biomasse certifiée pour les produits d’origine forestière. Le groupe fonde sa politique sur les dispositifs de certification internationaux (Forest Stewardship Council – FSC, Pan European Forest Certification – PEFC) existants. Chaque contrat d’approvisionnement comprend une annexe qui définit les exigences de certification requises.

Provence 4 : la plus puissance centrale électrique biomasse de France

Selon E.ON, l’approvisionnement sera en priorité constitué de biomasse forestière locale, dans la limite des ressources disponibles, et ce sans concurrencer les usages actuels de la forêt. Il offrira un débouché supplémentaire pour la ressource forestière régionale qui est abondante. En effet, le plan d’approvisionnement a été élaboré en étroite collaboration avec les acteurs locaux de la filière forêt-bois, sous l’égide des pouvoirs publics. Il nécessitera notamment la création d’une plate-forme biomasse qui servira d’aire de préparation et de stockage du bois sur le site de Gardanne. L’approvisionnement de la nouvelle unité sera assuré dès sa mise en service opérationnelle début 2015 à 60% par de la ressource régionale et à 40% par des produits d’importation. A l’horizon 2025, 100 % de l’approvisionnement proviendra de la ressource biomasse locale.

Une partie de cet approvisionnement sera réalisée avec l’aide de la Société Forestière de la Caisse des Dépôts dans le cadre d’un partenariat innovant et original visant prioritairement les gisements forestiers aujourd’hui non mobilisés.

Sur la période 2008-2015, l’objectif d’E.ON en France est de réussir à passer d’un parc de production à 98 % charbon et 2 % éolien en 2008, à un parc à 52 % charbon, 36 % gaz, 7,5 % biomasse, 4 % éolien et 0,5 % photovoltaïque en 2015, tout en maintenant la puissance installée.



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    35 Commentaires sur "Provence 4 : la plus puissance centrale électrique biomasse de France"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    gp
    Invité
    Oser la production d’énergie centralisée avec des énergies renouvelables décentralisées, il n’y a que les multi-nationales pour oser des aberrations pareilles! Bilan énergétique et écologique minable. Seuls les actionnaires y trouvent un intérêt. Pitoyable. La biomasse, c’est très prioritairement dans les territoires à dominante rurale qu’il faut la promouvoir. Là où la ressource est « abondante », tout du moins en phase avec les besoins. Plutôt que de cramer du fioul dans des chaudières du siècle dernier ou de promouvoir les PAC qui obligent à de couteux renforcement de réseaux électriques. Preuve encore une fois qu’il ne faut pas attendre grand chose… Lire plus »
    Tagerman
    Invité
    il me semble que vous avez une profonde méconnaissance de ce projet… D’une part la centrale de Gardanne n’a jamais bruler du fuel dans des centrales obsolètes, car il sagit d’une centrale relativement récente avec la construction du 5e groupe qui remplaça les quatres premiers, et la construction d’une cheminée de 300 m, cela dans les années 80. Cette centrale brulait essentiellement de charbon de type lignite, extrait dans le sous sol de ce site. Les mines fermèrent et le charbon local fut remplacé par du charbon d’importation, au prix de revient moins cher. Aujourd’hui, un projet est en phase… Lire plus »
    Peg1516
    Invité

    @ badrien Sans aucun jugement sur ce projet, ce qui me choque c’est votre raisonnement. Ca me désole de voir des gens juger et ne pas comprendre la différence entre puissance et énergie. 150MW(puissance)x7500h=1 125 000 MWh produits par an (énergie) La consommation moyenne d’un ménage étant de 2500 kWh (énergie), ca fait bien 450 000 ménages…

    Verdarie
    Invité

    A propos de la biomasse,je vous invite à regarder le documentaire Allemand passé sur Arte le mardi 14 mai 2013 à 20h50. Vous y découvrirez comment le lobby énergétique utilise notre argent pour détourner des sommes considérables,notamment avec les droits de polluer, sans atteindre les objectifs fixés.Pire même en augmentant la pollution en accordant des droits frauduleux! Pour l’instant,je suis seul à proposer une véritable solution écologique respectueuse de la qualité environnementale pour produire de l’énergie. Malheureusement, n’ayant pas les moyens et dépendant de la vitesse de réaction de l’administration,je ne peux pas faire grand chose sans aide ?

    Bob1
    Invité

    car vous semblez confondre puissance et énergie 150MW*7500h=1.125GWh par an En prenant une consomation moyenne de 3000kwh/an pour un menage on tombe sur 375000 ménage, pas si loin de leur estimation « Répétons que pour le moment l’électricité se stocke très mal. » C’est tout l’avantage de la biomasse, ca se stocke ! Mis a part ca, je suis assez d’accord sur le fait que c’est une unité trop grosse !

    gp
    Invité
    On s’est mal compris. Lorsque j’évoque les chaudières à fioul du siècle dernier ou les PAC qui obligent à de couteux renforcement de réseaux électriques, je parle évidemment de ce qui vaut auj. dans des centaines de territoires ruraux où la biomasse « moderne », i.e. des petites chaufferies locales de qlq dizaines de MW par exemple, aurait tout à gagner à se substituer au fioul ou à l’élec. (que ce soit au plan environnemental, social ou économique vu que biomasse = emploi local). Dans le cas présent, utiliser 850 000 tonnes (!!!!) de biomasse pour produire de l’électricité uniquement, est juste… Lire plus »
    jean-do
    Invité

    Il est vrai que 400 km à parcourir pour aller chercher la biomasse ça fait loin, mais il faut voir le bilan global car d’un autre côté les centrales de puissance importante ont un meilleur rendement, ce qui peut compenser la perte d’énergie due au transport de la biomasse. Une installation à turbine à vapeur de quelques MWe a un rendement électrique de l’ordre de 25% alors qu’une grosse installation atteindra plus de 40%.

    climax1891
    Invité
    – 1.125 GWh d’électricité avec 2,412 GWh de biomasse, cela fait un rendement de 46%. C’est beaucoup plus que la moyenne européenne. En 2007, 30,5 millions de TEP de biomasse ont été utilisées en Europe pour produire 102 TWh d’électricité. Soit un rendement d’environ 29%. – Contrairement à de nombreuses petites centrales biomasses, cette centrale posséde un puissant système de filtration des fumées. – Cette centrale est à moins de 80 kilomètres du Rhône, donc la biomasse peut être transportée par péniches. – A Gardanne, l’énergie solaire incidente sur le plan horizontal est, supérieure à 1 760 kWh/m2/an. Avec quelques… Lire plus »
    gaga42
    Invité

    Si ce n’est fait, consultez ce terrifiant documentaire diffusé cette semaine sur Arte, et déjà cité ici: Où l’on montre que l’enfer est pavé de bonne intentions, qu’une fillière de « bio EnR » initialement prévue pour traiter des déchets agricoles (en tous cas présentée comme telle), et massivement subventionnée par l’Europe a très rapidement divergé et est devenu une monstuosité emettant plus de CO2 que l’équivalent fossile, et est toujours largement subventionnée…

    Tardif
    Invité

    Ce projet prévoit d’aller s’approvisionner en bois jusque dans les Cévennes (!) où les infrastructures routières actuelles ne permettent pas une telle exploitation industrielle (à moins, bien entendu, de goudronner la forêt. Mais qui payera ces routes ? L’argent public, bien sûr !). Ce projet ne présente par ailleurs absolument aucune garantie concrète que l’exploitation forestière sera durable. Il n’est accompagné d’aucun plan de replantation, et donc ne dit pas un mot de qui replantera et qui financera l’opération.

    Herve
    Invité
    Badrien se plante car l’article parle de valeur moyenne mais il a raison sur le principe. C’est l’erreur que font tous les défenseurs des ENR: croire que la conso s’adapte a la production. C’est en grande partie faux. Badrien ecrit que cette centrale pourra fournir 400W simultanément aux 450000 menages (s’ils consomment tous en même temps ça peut pas aller au delà). Et il a raison, c’est trés peu. En France on a a peu prés 100Gw pour 25millions de ménages, soit environ 4000Wc disponibles à tout moment par ménages. Et il est rare que la conso chute en dessous… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité

    Cette centrale est une conversion d’une centrale des années 70, elle va donc conserver des caractéristiques de vapeur de cette époque, ce qui devrait faire un rendement dans tous les cas inférieur à 40% (au mieux 37/38). L’article est trop imprécis pour calculer à partir des chiffres cités (et par ailleurs vous avez oublié les 367GWh/an de PCR, mais ça ne fait pas le compte).

    Lionel_fr
    Invité
    Je vous trouve un peu dur avec ce projet qui a le mérite d’exister là où il manque clairement de la production électrique. Je suis parfaitement d’accord avec le besoin en petites unités réparties. Mais pour prendre les chose dun peu plus haut, le cas par cas est aussi une manière de répartition. Ici il faut de la chaleur , ailleurs de l’electricité , et c’est vrai qu’il est plus rentable d’installer une dépollution des fumées sur une grosse installation. Pour le transport de biomasse , outre qu’on peut se le faire traditionnel avec une bète ligne de chemin de… Lire plus »
    Tardif
    Invité
    Pardon ?! Qu’est-ce que c’est que cette plaisanterie ? L’un parle d’acheminer ce bois par la voie fluviale (le Rhône) depuis les Cévennes et la Haute-Provence (comme le prévoit ce projet) ?! A-t-il regardé une carte de géographie ? L’autre évoque le chemin de fer. Par les lignes qui existaient jadis, mais ont été toutes fermées et démontées depuis ?! Et pourquoi pas le cheval, dit l’autre?! Eh ! On parle de dizaines de milliers de tonnes là ! Quand on aura conclu que la seule vraie « solution » envisagée par ce projet, ce sont des poids lpurds par dizaines sur… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité

    Le rendement ça s’optimise… Bof, de quelques dizièmes de points peut-être, mais quand les conditions de vapeur sont fixées (pression, température), ça ne peut pas être beaucoup plus… « Il manque clairement de la production electrique ». Non, pas du tout à cet endroit là, avec 4 cycles combinés entrés en service ces dernières années. Ou de la production electrique serait interessante, c’est à l’Est de PACA ( Nice, Monaco, vous voyez?) Quant à l’électricien national, vous avez dû mal lire, il s’agit d’un projet d’EOn.

    climax1891
    Invité
    La tranche 4 dispose d’une chaudière à ‘Charbon propre’, de type à lit fluidisé circulant (LFC) depuis 1995. Le système LFC permet de réduire d’environ 95 % les émissions de SO2 , et les poussières sont captées avec une efficacité proche de 99,9 % dans le dépoussiéreur électrostatique. Cette tecnologie offre un rendement net maximun de 45% pour une centrale au charbon. Or le rendement net d’une centrale dépend aussi de la consommation d’électricité de la centrale (filtration des fumées..). Celles-ci sont peut-être moins importante avec de la biomasse. Source Centrale au charbon de Gardanne (13) : bientôt au bois… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité

    Un rendement de 45%, on en a déjà parlé ( même recemment à propos d’un projet abandonné d’EON à 50%), ça correspond à des températures de vapeur supérieures ou égales à 600°C. Là on doit être plutôt à 540°C, techno de l’époque. Et comme c’est un retrofit, il n’est pas imaginable, sauf à refaire une centrale neuve, de modifier ces caractéristiques.

    jmdesp
    Invité

    150 MWth c’est déjà un peu trop gros probablement. L’unité biomasse de Metz-Chambière est un bon exemple de centrale de taille raisonnable, 45 MWth, alimenté à partir des déchets et de la production de bois locale (100km), et qui aussi et peut-être surtout récupère la chaleur en alimentant un réseau de chauffage urbain. C’est presque cela le plus choquant dans Provence 4, le fait que toute la chaleur est jetée au lieu d’être utilisé, rien n’est prévu pour la cogénération.

    climax1891
    Invité

    Petite correction, cette centrale fonctionne avec 90% de biomasse et 10% de charbon cendreux. 1.125 GWh d’électricité avec 2,412 GWh de biomasse et 367 GWh de charbon cendreux, cela fait un rendement de 40%.

    xamnter
    Invité

    La biomasse, c’est très prioritairement dans les territoires à dominante rurale qu’il faut la promouvoir. Là où la ressource est « abondante », tout du moins en phase avec les besoins. Plutôt que de cramer du fioul dans des chaudières du siècle dernier ou de promouvoir les PAC qui obligent à de couteux renforcement de réseaux électriques.

    dogmatique
    Invité

    Ce qui fonctionne bien en région PACA pour le chauffage, c’est la clim réversible. La mienne n’est pas trop sollicitée. Serait-il rentable de la remplacer par du chauffage urbain? Je ne sais pas.

    Lionel_fr
    Invité
    Ok , faire des moyennes donne des chiffres complètement faux qui énervent les ingénieurs mais qui conviennent pas trop mal aux managers. C’est une vieille histoire ! Donc , la principale question est : je m’adresse à qui ? La question corolaire est : quand j’écris un « article pour le peuple » , dois-je considérer mes braves lecteurs comme des ingés ou des managers ? C’est vrai que cette centrale devrait plutôt fonctionner en pointe qu’en base et que cette confusion est soit un erreur de spec, soit un gros maquillage de chiffres, soit un technico-commercial zélé qui a fait des… Lire plus »
    chelya
    Invité
    Le problème avec les puristes c’est qu’il sont tellement tributaires de la forme que leur avis n’a strictement aucune importance et qu’à part donner l’impression d’être un perpetuel aigri ont voit mal ce qu’ils ont à gagner avec cette attitude… Les études d’IBM ont montré que le consommateur type n’a aucune idée de ce qu’est un kWh et encore mois de sa facture électrique. Donc faire un parallèle entre ce que le citoyen lambda . Et le citoyen lambda possèdant rarement une fonderie d’aluminium il est tout à fait acceptable de considérer que la consommation d’un foyer n’est pas à… Lire plus »
    Jyf
    Invité

    En parlant de RER, on rame pas mal pour essayer de faire oublier qu’on a confondu l’inconfondable….

    Sicetaitsimple
    Invité
    C’est certzs une unité non scientifique, mais on peut reconnaitre qu’elle est de plus en plus souvent utilisée, même si le « foyer francais étalon » n’est certainement pas près d’être exposé au pavillon de Breteuil. Contrairement à ce qu’affirme Chelya, son utilisation lea plus courante est celle de la mesure des performances des énergies renouvelables, encore plus quand elles sont intermittentes. Il arrive qu’elle soit utilisée aussi ( mais à tort et à travers) pour des centrales gaz « modernes », à tort et à travers parce que personne ne peut présumer de la durée d’appel de ces centrales Siemens et EOn avait… Lire plus »
    Dan1
    Invité

    A propos d’EON et de cette centrale à biomasse, nous avions déjà parlé des fameux foyers : Je redis qu’il est normal qu’un exploitant de centrale thermique à flamme parle … de « foyer », tout comme cela ne choquera personne si je redis que le parc nucléaire français alimente 185 millions de foyers !

    Sicetaitsimple
    Invité
    Au-delà des discussions interessantes sur le « foyer francais » et de la poussée incontrolèé et non documentée de la natalité en France que vous souligniez dans l’article que vous citez, il avait (l’article) aussi été l’occasion de faire quelques calculs de coin de table interessants sur la substitution de la biomasse à de la production dans les centrales thermiques et nucléaires. Extrait: « Je maintiens donc qu’une tonne/seconde de biomasse bois permet de produire environ 5000MW d’électricité et qu’il suffit juste pour ça d’avoir un semi-remorque de 30t déchargé toutes les 30s à Gravelines ou Paluel reconfigurés. Fastoche donc.Mais si vous le… Lire plus »
    Tech
    Invité

    un rayon de 400kM !!! soit un diametre de 800km jusque là j’ai bon non ;o) soit en gros la largeur de la france ou les 3/4 de la france du nord au sud donc 2 centrales de ce type max si chacune rafle toute la biomasse dans sa zone! combien de camions roulant au gasoil? ces grosses centrales sont des aberrations. la biomasse doit être utilisée localement pas plus de 40km de rayon soit 10 fois moins et je dirais même moins !

    Lionel_fr
    Invité
    Ma télé ancien LCD fluo 19 » consomme 20w, une grande 46 » à led consomme 105w, le décodeur entre 5 et 10w, la techno plasma est progressivement abandonnée – tout ceci est ridicule La majorité de PC sont des portables sont les TDP approchent les 15w, les desktop consomment à la prise une centaine de watts en moyenne, le trend en matière de hardware est de faire des APU càd des CPU avec un processeur graphique et une partie du chipset intégré pour une consommation identique à la génération précédente. Si vous jouez à Crisys avec 6 écrans de 24 », à… Lire plus »
    Herve
    Invité
    @ Lionnel Vous avez raison pour l’avenir concernant l’audiovisuel, mais la pluspart des TV à eclairage CCFL sont encore en service et consommant facilement 200 à 300W ce qui fait que les chiffres de Badrien sont loin d’être bidonnés . La conso de l’informatique,TV,… quand vous avez des enfants Geek c’est rapidement plus de 500W . Chez ma frangine, les 3 neuveux + leurs potes, 1000W un diamnche aprés midi. Aprés avoir cherché ou passait tout ce jus, force est de constater qu’il n’y avait que l’audiovisuel qui tournait (2 fixes, 2TV, deux consoles et trois portables. Pour rappel, le… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité
    Ok Badrien, 320 w/foyer ne suffisent pas ! Vous êtes plus dispendieux que moi en electronique de loisir , je ne vais pas en faire une tartine. Les engins devront être remplacés avant de profiter des efforts des constructeurs en matière de consommation. En général les composants électroniques bons marché sont consommateurs .. Peu importent tous ces trucs , l’électricité ne manque pas en europe mais l’art et la manière de la produire et de la bruler évoluent. Ici , on a un exemple de ce qui se faisait il y a 5 ans. Dans un contexte de monopole décidément… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité
    Je reconnais que vous ne « voulez pas » que le monopole et son cortège de détails diaboliques fasse la loi dans votre quartier comme je l’ai écrit un peu vite. Je suis juste un peu horrifié par les neveux d’Hervé, ses deux TV 46 » fluo qui fonctionnent en même temps + 2 desktops ventilos à fond ( monter le son pour couvrir le bruit des ventilos) + deux laptops (sous skype?) et put être les mamans dans la cuisine, gateau au four et les quatre feux de la cuisinière …. aah Rien de grave, j’assume Difficile de dimensionner un système en… Lire plus »
    Lionel_fr
    Invité
    Imaginez votre consommation si vos deux écrans étaient des 20 » CRT … Le passage aux écrans plats a réduit la consommation IT de moitié. Les processeurs Ivy bridge font 20% mieux que la génération précédente surtout sur portable où le GPU intégré assure l’utilisation ordinaire (type bureautique) tandis que la puce Nvidia ou Radeon n’est activée que lorsque de l’affichage rapide est requis , je ne parle même pas de l’utilisation des mémoires flash à la place des DVD ou disque dur (SSD)… L’amélioration est énorme et les anciens devices sont tellement dépassés (quelqu’un cherche un disque dur 40MB neuf… Lire plus »
    Herve
    Invité
    Je partage tout à fait les avis de Badrien. Les TV a tube consommaient entre 30 et 70W, rarement plus. La TV led a taille égale est plus performante mais la mode du grand écran fait que la TeleVision doit consommer plus qu’avant actuellement, même en LED. Il est vrai que compte tenu du niveau culturel des émisions actuelles,une simple tablette serait largement suffisante,(enfin c’est juste mon avis…) Sinon ils s’agit d’une TV CCFL de 32″, Les PC sont relativement récents et peu bruyants. Pas d’appareils de cuisson ou d’electroménager (quand c’est le cas, ça monte souvent à prés de… Lire plus »
    Herve
    Invité
    Je n’avais pas vu votre dernier Post. Oui l’informatique a fait (et va encore faire) des progrès. Par contre la lutte contre l’usage de l’élecrtricité est une pour moi une abérration. Je vous rejoins tous sur le fait qu’il faut lutter contre les gaspillages. Mais pour sortir de l’ère du pétrole, il va falloir passer à l’ère électrique. La priorité est de développer les solutions qui sont efficaces et rentables, répondre aux besoins et souhait des gens tout en travaillant en R&D tout azimuth. Faire fausse route en développant massivement des solutions chères, peu performantes et trop contraigantes tuera tout… Lire plus »
    wpDiscuz