Se chauffer au déchet végétal devient possible avec Zeta Pellet

La PME antiboise ZETA Pellet a inauguré la semaine dernière, sa première unité de fabrication de pellets 100% issus du recyclage, des combustibles solides à haut pouvoir calorifique capables d’alimenter les chaudières biomasse.

La construction de cette nouvelle unité constitue la première étape de la politique d’implantation locale de ZETA Pellet, alors que 5 autres sites sont déjà en cours de construction et verront le jour d’ici 1 an et demi. L’objectif pour la PME est de proposer une énergie alternative ‘vertueuse’ et 60% moins chère que les combustibles fossiles.

Cofinancement public-privé

Démarrée en 2010, la construction de la nouvelle unité installée sur un terrain de 10.000 m2 et d’une surface couverte de 1.000 m2 – a nécessité un investissement de 2,7 millions d’euros. L’autofinancement porte sur 1 million d’euros via une levée de fonds auprès de l’investisseur Starquest Capital actif dans le secteur de l’efficience énergétique et qui gère plus de 50 participations. Le SIVED (Syndicat Intercommunal pour la Valorisation et l’Elimination des Déchets) a – par le biais d’une convention de partenariat – financé à hauteur de 1,7 millions d’euros la construction de la plateforme de valorisation.

La convention partenariale implique pour ZETA Pellet de traiter les déchets verts collectés par le SIVED (regroupant 16 communes du centre Var) pour les transformer en combustibles destinés au chauffage des collectivités et des particuliers des 16 communes environnantes. Le nouveau site de ZETA Pellet va générer 10 emplois dont 3 dès le premier mois d’activité. L’entreprise prévoit un CA d’1 million d’euros la première année d’exploitation.

Une énergie à portée de mains

Cette entreprise française de 5 salariés, fondée et dirigée par Etienne FRANK, vient de lancer sur le marché une innovation majeure dans le domaine des énergies renouvelables. Son "pellet" – combustible servant à alimenter les chaudières – est au sens originel du terme une énergie propre. Issus du recyclage des déchets verts (branchages, feuilles, gazon…), les combustibles sont obtenus à partir d’un broyeur fonctionnant sur un principe de frottement mécanique et sans ajouts d’autres substances. Le process est réalisé en une seule phase, sans passer par l’étape séchage qui est elle très énergivore.

Gisement de 7 millions de tonnes

"Chaque année, près de 7 millions de tonnes de déchets verts sont générés par les particuliers et les collectivités. Plus de la moitié se retrouve incinérée ou enfouie, le reste étant destiné au compost. Notre ambition est d’exploiter ce gisement perdu et redonner une nouvelle vie à ces déchets". Le constat établi par Etienne FRANK est d’autant plus probant que la collecte des déchets verts est déjà bien en place pour la grande majorité des 36.000 communes de France, notamment au travers de l’intercommunalité. Une chance pour ce natif de l’Est de la France dont le parcours professionnel est intimement lié à son histoire : "je n’ai pas le souvenir qu’une poubelle ait existé dans mon enfance. Nous recyclions tout : les papiers à journaux, les épluchures, le bois, etc.". Aime à rappeler le fondateur et président de la société ZETA Pellet. Pour parvenir à déployer sa technologie à l’échelle nationale, ZETA Pellet entend privilégier la mise en place de partenariats avec les collectivités assurant la collecte de ces déchets verts.

7.000 tonnes de pellets pour chauffer 2.350 foyers français

Avec une capacité de production annuelle estimée à 7.000 tonnes, le nouveau site de ZETA Pellet est en mesure d’alimenter 2.350 foyers français. Les combustibles sont destinés à chauffer les bâtiments publics et privés (administration, entreprises, sites industriels mais également les particuliers) des communes avoisinantes dans un rayon de 30 kms. "Notre volonté est de définir un circuit de commercialisation court et de proximité" précise Etienne FRANK. Qu’il s’agisse d’immeubles d’habitation, de maisons individuelles, de bâtiments tertiaires, industriels, les pellets fabriqués sont utilisables dans de nombreuses configurations.

5 nouveaux sites en cours de construction

A l’horizon 2014, une nouvelle unité de production sera opérationnelle à Gençay, près de Poitiers. L’usine, répartie sur 2 bâtiments, représente une surface d’environ 1.000 m2. Pour assurer le recyclage des déchets, un partenariat avec un syndicat intercommunal de traitement et de valorisation a été mis en place. 4 nouveaux sites de production verront également le jour d’ici le début d’année 2015. "Nos unités locales ont des capacités de production de 15 000 à 20 000 tonnes, la collecte étant assurée dans un rayon de 30 kms autour du site", rappelle M. FRANK.

** Les pellets commercialisés sont certifiés EN 14 961 (combustibles solides), tandis que les chaudières bénéficient de la certification EN 303-5 et EN 485.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Se chauffer au déchet végétal devient possible avec Zeta Pellet"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
irisyak
Invité

Il est dit dans l’article que les pellets sont obtenus sans chauffage .. Je serais heureux de savoir comment ils font! Il n’y a pas 36 solutions pour extirper l’eau: le chauffage ou la compression! Pour la deuxième solution il faut presser très fort! Dans ce cas le produit aura du mal à brûler .. Que faire?

oeildecain
Invité
. Nous l’avions réalisé sur un essai à base d’aiguilles de pin des landes : après broyage, il faut passer directement dans la granuleuse, et repasser plusieurs fois dans la granuleuse jusqu’à la siccité voulue … en général 4 à 5 passages étaient suffisants … La granulation est une mise en pression qui fait énormément monter la température et dégage beaucoup de vapeur : il suffit de continuer jusqu’à quasiment plus de vapeur … Il y a une usure prématurée des rouleaux, mais une meilleure sécurité … L’idéal restant le séchage statique, mais plus cher à cause des manutentions …… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

mais rien ne se crée non plus…. Avec votre système de passages successifs, selon que votre granuleuse est electrique ou à moteur thermique, vous avez inventé le séchage de la biomasse à l’electricité ou au gazole. Super écolo comme système…

airsol
Invité

Un granulé à fort taux d’humidité ça existe? Sinon, effectivement, il y a un besoin de sechage, d’une manière ou d’une autre Ce sechage peut etre realisé avec une partie du granulé produit (le plus rentable)

wpDiscuz