EDF se prépare au passage de l’hiver

Pour faire face à la période hivernale où le réseau français d’électricité devrait connaître des pics de consommation, EDF a annoncé mercredi que ses équipes disposaient de moyens de production complémentaires.

Parmi ceux-ci, on trouve bien évidemment les centrales nucléaires qui assurent la production d’électricité en base, puis les centrales à charbon, les cycles combinés gaz et les turbines à combustion en périodes de pointe.

EDF indique par ailleurs qu’elle possède à sa disposition différents leviers d’action :

– l’organisation du planning de maintenance pour optimiser la disponibilité des centrales nucléaires pendant la période hivernale ;
– la gestion fine des stocks d’eau dans les barrages ;
– l’achat de volumes d’électricité additionnels sur les marchés européens ;
– les effacements contractuels préalablement négociés avec certains clients industriels ou particuliers permettant de limiter la demande d’électricité.

Le producteur d’énergie rappelle que ces différents leviers pourront être activés en fonction de l’évolution des conditions météorologiques (consulter l’article sur le rapport prévisionnel du RTE pour l’hiver 2011-2012). Par ailleurs, l’allégement du réseau passe aussi par une meilleure maîtrise de la consommation d’énergie. C’est pourquoi, quelques gestes simples à destination des consommateurs sont préconisés par EDF :

► chauffer efficacement les pièces en diminuant d’1 degré la température, c’est environ 7 % d’énergie consommée en moins sur leur facture d’électricité ;

► ne pas laisser les appareils électriques en veille pour économiser jusqu’à 10 % de sa consommation d’électricité ;

► optimiser l’éclairage en utilisant par exemple des lampes à basse consommation. Leur consommation d’électricité est 4 fois inférieure à celle d’une ampoule classique avec une durée de vie 8 fois plus importante ;

►dégivrer régulièrement les réfrigérateurs et les congélateurs. Leur consommation d’énergie est doublée à partir d’une épaisseur de 4 cm de givre.

            

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
10 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Nature

Remarquons l’absence significative de la fameuse production éolienne dans ce tableau prévisionnel. Les adorateurs du vent vont se montrer amers.

Babase

Et si on interdisait les décorations de noel électriques ? Et les panneaux publicitaires, affiches, enseignes….

renewable

Et remplacer progressivement le chauffage électrique par de la biomasse/géothermie/solaire thermique/PAC/isolation passive…

Reivilo

EDF ne parle pas de l’éolien car il a peu de centrales éoliennes qui lui appartiennent. Par contre RTE en parle car la production éolienne doit être intégrée dans l’équilibre offre/demande du réseau. Cette production est prévue heure par heure à J-1 et ajusté à J et s’intègre dans l’ensemble des moyens de production d’électricité. En France la production éolienne est sensiblement plus forte l’hiver que l’été, voir les bilans électriques mensuels du même RTE qu’on retrouve ici.

jl06

Je reste surpris – le mot est faible – de constater que les mesures de réduction de consommation électrique proposées restent aussi modérées. Gérer le pic de consommation électrique – c’est à dire, dites-moi si je me trompte, la forte demande entre 18:00 et 20:00 les jours de grand froid – n’est-il pas tout à fait faisable avec des mesures plus fortes: éviter d’utiliser tous les appareils de forte puissance électrique c;est à dire pour les ménages radiateurs, plaques de cuisson, four, chauffe-eau, pompes… Ce n’est pas beaucoup demander (en moyenne, en tout cas) si la contrepartie permet d’éviter un délestage ou un black-out! Même les sites EcoWatt Bretagne et Provence me paraissent bien peu ambitieux. Peut-être est-ce suffisant, mais il me semble que l’implication des ménages est bien trop faible alors que le potentiel pour gérer les pics momentanés mais aussi pour diminuer la consommation annuelle est remarquable. Diminuer l’appel de puissance dans le bâtiment résidentiel de 30 à 50% sur quelques heures ça ne doit pas être hors de portée. Pourquoi EcoWatt reste-t-il aussi modeste dans ses recommandations? Quant à la baisse de consommation annuelle, on peut atteindre au moins 10% et parfois plus de 30% en règlant les appareils existants (ex.: eau chaude sanitaire) et en modifiant ses comportements (ex.: température de confort de 19°C, éco de 16°C ou 17°C). Si on ajoute les remplacements d’appareils arrivés en fin de vie (réfrigérateur, chauffe-eau…), les ampoules basse consommation, les veilles etc. on peut atteindre entre 30 et 50% avant même de passer aux EnR. La communication sur ce sujet me parait tout à fait inadaptée si le but est de réduire la consommation…

trimtab

Vous avez raison, les efforts pour diminuer la DEMANDE sont bien modestes, aussi bien pendant l’hiver que le reste de l’année, car des ‘incitations’ pour le faire ne sont pas assez ‘dissausives’. Comme j’ai fait remarquer ici: il faut comprendre que ‘il faut être prèt à payer plus pour dépensé moins !’ Et j’ajouterai, concernant la possibilité de réduire la consmmation au niveau domestique de plusieurs dixaine de % sur l’année. C’est tous a fait possible. Sur 8/10 ans, en tant que TEMPOISTE et Ecowatteur ‘averti’, j’ai pu divisé par 2 mes kwh annuels, avec quelques choix de ‘bon sens’, comme vous dites (et sans ‘militantisme’ particulieère !) ayant profité des ‘reflexes conditionnés’ acquises pendant la période hivernale, et des prix ‘dessausives’ que TEMPO imposent, pour ‘reflechir’ le reste du temps sur le quand, comment, et combien on consomme. trimtab

jl06

Bravo! Précurseur et persévérant à la fois, avec des chiffres qui sont remarquables dans l’absolu, compte-tenu du logement qui n’a pas été construits selon les pratiques BBC, RT2012 ou BePos. Le plus important je crois, c’est que votre démarche vous convient, qu’elle est cohérente avec vos choix de vie. Vous démontrez que l’individu peut de lui-même réaliser ce qui semble n’être qu’un idéal futur – vous pensez, diviser par deux sa consommation! Je suis moi-même bien au dessus de ces chiffres. Mais le premier pas, quelle que soit sa propre consommation, c’est de se rendre compte qu’on peut la diminuer fortement sans grands frais ni boulversements. Vous l’avez fait il y a longtemps et vous avez réussi à conserver les gains. Je pensais l’avoir plus ou moins fait comparé aux standards environnants et me voilà à 40% de moins sur un an – hors EnR! Le message que je voudrais passer, c’est que le gisement de ce qu’on appelait gaspi jadis ou négaWatts aujourd’hui est non seulement important et inexploité aux échelles régionales, nationales, européennes, mondiales, mais il est tout à fait accessible dans une proportion tout à fait significative au regard des stratégies énergétiques constinentales ou régionales. Pour le matérialiser, il faut aussi savoir être tolérant. 2900 kWh/an pour un, peut-être encore moins pour un autre et 3 fois plus encore ailleurs. Mais si la consommation des ménages baisse en moyenne de 10, 20 ou 30% par rapport à la consommation actuelle, si les pics sont maitrisés par les initiatives et les choix humains, (tout cela quasiment du jour au lendemain et sans gros investissement supplémentaire), quelle stratégie peut-on envisager avec plus de réalisme pour demain? Ceci dit, même l’annonce de 40% de réduction (sur une maison tout électrique) ne semble pas susciter beaucoup d’intérêt. Comment rendre la démarche attrayante pour un plus grand nombre?

Dan1

Bravo pour trimtab d’être passé en dessous de 3 000 kWh/an. A mon niveau, je ne suis pas très loin non plus et je suis à moins de 10 kWh/jour, ce qui me fait aux alentours de 1 Euro/jour tout compris. Ceci dit, je formulerai deux remarques : De l’électricité à l’énergie : Les records d’économies d’électricité sont louables mais ne doivent pas éclipser l’enjeu majeur qui est globalemnt l’économie d’énergie. L’un peut aller avec l’autre mais pas forcément. Par exemple 10 kWh par jour ça correspond à la quantité d’énergie disponible dans 1 litre de carburant ou 1 m3 de gaz naturel. Par exemple un ménage qui consomme 3 000 kWh d’électricité mais parcourt 20 000 km par an et se chauffe avec 2 000 m3 de gaz, consomme en plus 10 000 kWh de carburant (5l/100) et 20 000 kWh de gaz. ce cas de figure est loin d’être une exception. Une fois que l’on est arrivé à descendre en dessous de ce seuil dans le domaine de l’électricité, il faut regarder ailleurs pour voir si la démarche est cohérente. De la télévision : trimtab dit qu’il n’a pas d’écran plat dernier cri. Là, je ne suis pas sûr que ce soit aussi rentable, car les écrans plats LCD viennent de faire des progrès intéressant avec le rétroéclairage LED et les veilles basse consommation. J’aurai donc tendance à penser qu’il faut réexaminer le cas du téléviseur avec les produits disponibles depuis 2010, car on peut améliorer le confort en diminuant la consommation… à condition de ne pas multiplier la surface de l’écran par 5 ou 10 !

trimtab

D’abord merci à vous et jl06 pour vos encouragements, et oui Dan, vous avez raison: “Les records d’économies d’électricité sont louables mais ne doivent pas éclipser l’enjeu majeur qui est globalemnt l’économie d’énergie”….. Car, en effet, depuis belle lurette je suis ‘chasseur de gaspis et ‘économies globaux’ à toute les étages (sans pour autant être ‘intégriste obsédé’ par la chose), car des ‘reflexes conditionnées’ acquises en chassant des kwhs, (et les coûts de beaucoup de gestes quotidiennes – voir plus bas – rasage !) me pousse aussi à ‘ratisser large’ au quotidien, en adoptant un comportement plus raisonné dans d’autres domaines ‘énergétiques’. Exemples: Avec ma PETITE voiture, je roule ‘plus cool’ (eco-conduite ?), moins souvent, moins loin (que 5,000 kms en 2010 !) …….je mange presque plus de viande de boeuf……..je met moins de bois dans mon poêle (et même depuis 1 hiver, j’experimente du buche ‘compacte recyclée’ d’une usine de menuiserie par trop éloigné….)….. j’essaie en fait de nous ‘sevrer’ ou au moins réduire d’une manière ‘non négligable’, lentement et modestement de nos ‘addictions énergétiques carbones’ , et de changer quelques comportements et ‘habitudes’ au quotidien qui ‘vont dans le bon sens’ (bien que j’ai un peu de mal avec ma ‘dépendance’ à ‘la feuille de nicot !’) ……. Nous devons tous vivre avec nos faiblesses et contradictions ! Il est difficile d’être ‘vertueux’ à tous les étages, mais ce n’est pas une raison de ne pas mener la bataille du ‘toujours moins’ de ‘l’élegance frugale’ avec pragmatisme et détermination. Et voilà aussi quelques 40 ans que je me rase au blaireau avec du savon de marseille, et seulment les jours ou je travaille ! No work no shave ! Toute un symbole de cette élegance frugale qui me guide depuis (presque) toujours, bien avant que ça s’appelé ‘bilan carbone’, ‘chasse au gaspi’ et d’autres ‘facteur 4’ du ‘sustainable development’ d’aujourd’hui ! Faut dire que j’avais ‘connu’ Bucky à 18 ans et ça m’a beaucoup fait réfléchir ! trimtab

De passage

et c’est pourquoi EdF souhaite réduire les pics de consommation. Mais avec un bébé au bain, pas question de couper mon convecteur rayonnant spécial. Si l’on veut vraiment écraser la pointe, EdF n’a qu’à faire des tarifs chers en pointe et normaux ailleurs, le citoyen ne comprenant que les émotions de son porte-monnaie. Besson me fait rigoler avec ses “1600MW supplémentaires, en partie éoliens”: Où trouvera-t-il les MW de son éolien les jours de très grand froids où il ne peut y avoir de vent? Dans sa poche? Pour mettre tout le monde d’accord sur des faits, je suggère qu’un Organisme quelconque mais contrôlé, accumule mensuellement les émissions de CO² des unités de production thermiques (charbon, fioul et gaz) et les publient. On comparera cela annuellement avec l’énergie qu’elles produisent et nous auront le suivi du contenu CO² des sources en question. Il devrait lentement baisser du fait du retrait du charbon. Ensuite on cumulera leur production avec celles de l’éolien et PV: On en déduira de suite le contenu CO² moyen du kWh. Ce taux devrait baisser d’année en année du fait de la part croissante de la partie sans CO² (éolien+PV) et il est totalement indépendant de la cosommation totale du pays. Mon pari? Ce taux cumulé ne va qu’augmenter (ref la Hollande et Texas)

10
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime