Enjeux pétroliers et gaziers en Géorgie

Lundi, le cours du baril a gagné deux dollars dans la matinée. Un brusque sursaut dans un contexte de baisse générale des cours, directement attribué au conflit qui oppose la Géorgie à la Russie.

Si la Géorgie est pauvre en hydrocarbures, elle est située sur la voie des ressources extraites en Mer Caspienne, en Azerbaïdjan.

L’Azerbaïdjan a suspendu samedi ses exportations de pétrole via les ports géorgiens de Koulevi et Batoumi.

Par ailleurs, depuis le 7 août, la Géorgie a réduit de 30 % ses livraisons de gaz russes à vers l’Arménie. La compagnie arménienne ArmRosgazprom a indiqué ne pas avoir été prévenue par Tbilissi. Officiellement, cette baisse des livraisons a été justifiée par des "tests sur le gazoduc, nécessitant une hausse de la pression du gaz."

La Géorgie est traversée par le récent oléoduc BTC : Bakou-Tbilissi-Ceyhan.

Son déploiement, prévu pour 2009, ouvrira la voie au transit d’1 million de barils par jour sur une distance totale de 1 774 km. Samedi, Tbilissi a affirmé que la région avait essuyé des tirs de l’aviation russe, sans que l’oléoduc n’en soit affecté. L’information n’ a pas été confirmée.

[Cartes :  Diplomatie.gouv ; Wikipedia]

 

 

 

            

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
5 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Patrick25

Un autre grave problème ! Troisième guerre mondiale ou pas ? La guerre ne vient jamais du peuple mais d’une poignée de terroristes en cols blancs dont les enjeux financiers priment bien avant toutes vies humaines ! Pour recevoir la newsletter du R.E.C une fois / semaine ;patrick25 AT neuf.fr ou résumé sur http:/collectif-rec.20minutes-blog.fr    Brèves / En Ossétie du Sud, « Londres attise une troisième guerre mondiale » entre l’Europe et la Russie   Messieurs les Anglais, tirez (vous) les premiers !   Il est toujours difficile pour un profane de prendre position tant les situations sont parfois ambiguës. S’agit-il de déstabilisation pour éviter qu’ OBAMA ne devienne président ? S’agit-il d’enjeux pétroliers  ou de marchés Anglais de vente d’armes ? Toujours est-il que je demande à chacun des lecteurs, d’envoyer ce courrier à l’ambassade d’Angleterre en France et aux diverses adresses  E-mail ;     Ce qu’Eyal oublie de dire c’est que ce sera une troisième guerre mondiale, attisée par Londres et ses complices enkystés aux plus hauts niveaux des institutions européennes à Bruxelles    LaRouche : George Soros, le « parrain d’Obama », cherche à provoquer la 3e guerre mondiale dans le Caucase  11 août 2008 – – Lyndon LaRouche a mis en cause le rôle de l’agent britannique George Soros dans l’opération visant à provoquer une troisième guerre mondiale dans le Caucase. Or, Soros s’avère être « le parrain » à la fois du président géorgien Mikheil Saakashvili et du candidat à l’investiture démocrate américaine, Barack Obama. Le 7 août, lorsqu’en fin de soirée, le président Saakashvili termine son allocution à la télévision nationale géorgienne, faisant croire au monde qu’il cherche honnêtement une solution diplomatique pour résoudre la crise qui frappe la région autonome d’Ossétie du Sud, il vient en réalité de donner l’assaut contre des militaires russes faisant partie d’une mission de la paix mandatée par l’ONU et stationnée dans la région depuis 1994. Cette action irresponsable, si elle n’est pas arrêtée, risque d’attiser un nouveau conflit mondial, ce qui semble être la réponse de l’oligarchie financière à la faillite systémique d’un système financier qu’elle dominait. « Si vous voulez vous faire une idée de ce que seront les Etats-Unis sous le président Obama, regardez ce que vient de décider la Géorgie. Le président Saakashvili, autant que Barack Obama, partagent le même ‘parrain’ d’origine britannique : George Soros » « Est-ce que l’homme de Soros, Barack Obama, sera, une fois élu, un autre Dick Cheney ? » s’interroge LaRouche. En attaquant les troupes russes et en tuant des populations civiles en Ossétie du Sud, dont la plupart possèdent la double nationalité russo-géorgienne, les provocations incessantes de Saakashvili ont conduit la Russie à entrer dans le conflit pour défendre ses citoyens. Les Britanniques ont exacerbé la plupart des « conflits gelés » du Caucase depuis l’effondrement de l’Union soviétique. Ils ont armé les rebelles tchétchènes, ils « ferment les yeux » quand ces mouvements qui recrutent dans les mosquées de Londres et ils ont accueilli chez eux des oligarques de la mafia russe, comme Boris Berezovsky, grand mécène des opérations séparatistes et terroristes anti-russes dans le Caucase. Selon LaRouche, « C’est de ce point de vue qu’il faut regarder l’argent qu’injecte Soros dans la campagne d’Obama ». Soros est un agent britannique, sous le contrôle des services spéciaux et de renseignement anglais. Ils s’en servent. L’origine de ses fonds, à part ses premiers capitaux qui provenaient de la branche suisse du clan Rothschild, pour le moins, opaque. « Soros est au centre de la nouvelle guerre de l’opium anglaise – et il est quasiment le propriétaire du sénateur Obama. Il attise un conflit avec la Russie au moment même où je fais appel à ce pays, ainsi qu’ à la Chine et qu’à l’Inde pour qu’ils se joignent aux Etats-Unis pour réorganiser l’ensemble du système financier international, afin d’en finir avec la dictature de la finance folle, précisément celle de spéculateurs comme George Soros ». Guerre en Ossétie : la complicité de Javier Solana et Robert Cooper de l’UE 9 août 2008 (LPAC) — La plupart des pays européens étaient parfaitement au courant des préparatifs de guerre de la Géorgie contre l’Ossétie du Sud, une guerre qui entraînera l’Europe, et peut-être les Etats-Unis dans un conflit avec la Russie. En dépit du rejet du Traité de Lisbonne par le Non irlandais de juin, les idéologues d’une intégration militaire totale entre l’OTAN et l’Union européenne diront avec satisfaction que cette guerre vient à point nommé, puisqu’elle semble démontrer le bien-fondé de leurs arguments. Le 20 juin, Rachel Douglas, dans la revue internationale de Lyndon LaRouche, l’Executive Intelligence Review (EIR) observait que « les dirigeants de l’UE ont mis au pied du mur les intérêts russes, en affirmant leurs prérogatives d’action à l’intérieur même des frontières de l’ancienne Union soviétique. Avec ou sans le Traité de Lisbonne, les apôtres d’un empire libéral-impérial européen ambitionnent de faire de l’UE un arbitre en Europe centrale, outrepassant les Nations unies dans des endroits où l’ONU, ou la Russie sous mandat de l’ONU, a joué un rôle depuis les années 1990. » « Le résultat est une aggravation des tensions qui menacent sur le sud-ouest des frontières russes d’embraser toute l’Eurasie dans des guerres », écrivait-elle alors. Sous la direction de l’ancien secrétaire général de l’OTAN et membre du Club de Rome, Javier Solana, l’UE a mis sur pied un groupe de diplomates qui s’est fixé comme objectif de provoquer le « dégel » des « conflits gelés ». Ses représentants se sont rendus dans les régions autonomes de Transnistrie (en Moldavie), en Ossétie du Sud, en Abkhazie, etc. Ainsi, ils ont fait venir des dirigeants de ces soi-disant « républiques non reconnues » pour des rencontres en haut lieu à Bruxelles. Dans ce processus, l’Union européenne, tout comme les Etats-Unis, s’est associée avec le président géorgien Michael Saakashvili, un fanatique de la « Révolution des roses », qui n’a pas hésité à déclarer au mois de mai dernier : « Nous sommes la terre de bataille d’une nouvelle guerre mondiale ». C’est de ce point de vue qu’il faut comprendre la proposition géorgienne d’offrir le statut d’autonomie à l’Ossétie du Sud, puisque cette autonomie lui sera offerte selon les « critères européens », et bénéficiera de garanties européennes… Ce concept « d’autonomie à l’européenne » a été élaboré par un agent britannique notoire, Ivan Krastev, du Centre pour les stratégies libérales, très actif dans les Balkans et le Caucase. Entièrement dans la ligne de Robert Cooper, Krastev estime que « l’ordre européen post-moderne », fondé sur la dissolution des Etats-nations entrera fatalement en conflit avec la Russie, parce que la Russie « incarne la nostalgie pour les anciens Etats-nations européens, ainsi que la nostalgie pour l’ordre européen organisé autour du concept de l’équilibre des pouvoirs et la non-ingérence dans les affaires intérieures des Etats » * Etait-ce donc une coïncidence du calendrier que l’ambassadeur britannique en Géorgie se trouve en Ossétie du Sud le 6 août pour entendre son Président affirmer que l’Ossétie du Sud disposait des preuves irréfutables que le régime de Saakashvili en Géorgie préparait une opération militaire de grande envergure contre le pays ? “C’est la même chose que l’attaque sur l’Iran ! Exactement la même opération. Londres attise une troisième guerre mondiale, dénonçons-le ! ”   Citoyens anglais, débarrassez-vous de vos traîtres politico- lobbying ! Rendez-vous sur solidariteetprogres.org

Fan-d'obama

Patrick25. Je crois que 25, ce doit être votre âge. Et encore, la majorité des jeunes  ne  va pas aussi loin dans l’amalgame. Vous méritez une fessée ! Comment peut-on être aussi bête et raconter pareilles âneries. Croyez-vous que la politique étrangère des grandes puissances puisse être aussi enfantine et exiger de la part de dirigeant politiques chevronnés (au moins) aussi informés que vous et ayant des conseillers et des stratèges (au moins) aussi férus d’analyse politicostratégique que vous, des comportements aussi stupides qui ne mènent à rien de bon, ni pour eux mêmes ni pour leur pays. Ce conflit en Georgie et en Ossétie n’est qu’un jet de confettis et dans un mois il sera complèteent oublié. Quant à la 3e guerre mondiale… Allons, soyons sérieux ! Vous pensez vraiment que c’est ce qu’on recherche à Londres. Barack Obama, propriété de Georges Soros ! Et puis quoi encore ! En vous lisant, je pense à l’un de mes étudiants durant les années 90, qui avait tellement lu de documents d’analyse politicostratégique de toutes sortes, qu’il empestait continuellement durant mon cours, à échafauder toutes sortes d’analyses inédites pour faire sensation. A la fin, il nous retardait et agaçait tout le monde par ses remarques intempestives, truffées de références bibliographiques et de noms nouveaux, de stratèges militaires, de conseillers du Pentagone, d’agents secrets prétendûment membres de la CIA et que sais je encore. A la fin de l’année, il fut recalé et plus tard, j’appris qu’il faisait maintenant… du journalisme.

Obamamania

Patrick25. Je crois que 25, ce doit être votre âge. Et encore, la majorité des jeunes  ne  va pas aussi loin dans l’amalgame. Vous méritez une fessée ! Comment peut-on être aussi bête et raconter pareilles âneries. Croyez-vous que la politique étrangère des grandes puissances puisse être aussi enfantine et exiger de la part de dirigeant politiques chevronnés (au moins) aussi informés que vous et ayant des conseillers et des stratèges (au moins) aussi férus d’analyse politicostratégique que vous, des comportements aussi stupides qui ne mènent à rien de bon, ni pour eux mêmes ni pour leur pays. Ce conflit en Georgie et en Ossétie n’est qu’un jet de confettis et dans un mois il sera complèteent oublié. Quant à la 3e guerre mondiale… Allons, soyons sérieux ! Vous pensez vraiment que c’est ce qu’on recherche à Londres. Barack Obama, propriété de Georges Soros ! Et puis quoi encore ! En vous lisant, je pense à l’un de mes étudiants durant les années 90, qui avait tellement lu de documents d’analyse politicostratégique de toutes sortes, qu’il empestait continuellement durant mon cours, à échafauder toutes sortes d’analyses inédites pour faire sensation. A la fin, il nous retardait et agaçait tout le monde par ses remarques intempestives, truffées de références bibliographiques et de noms nouveaux, de stratèges militaires, de conseillers du Pentagone, d’agents secrets prétendûment membres de la CIA et que sais je encore. A la fin de l’année, il fut recalé et plus tard, j’appris qu’il faisait maintenant… du journalisme.

Bertrand

alors vous dés que vous voyez quelqu’un qui essaye de comprendre la réalité en sortant des sentier battus (plutôt des autoroutes en la matière), vous le traité de nul…vous ne faites pas honneur au corps enseignant!Est-ce que ce que les éléents que Patrick amène vous font peur???

Jijiwawa

Saakashvili, c’est qui ce valet ? Et le valet de qui, d’abord ?A part ça, oui, je crois que nos dirigeants, et peut-être même une majorité de baby-boumeurs (la génération terroriste ? quel nom en tous cas), sont prêts à risquer l’apocalypse plutôt que d’envisager sérieusement la vie avec beaucoup moins de pétrole. C’est vrai que sur le papier, l’armée américaine plus les autres de l’OTAN ont l’air vraiment plus fortes, mais cela c’est prendre les chinois pour des impérialistes démotivés de 1910 et les Russes pour des Soviétiques tout aussi démotivés de 1980.Je crois sincèrement que nos dirigeants, aidés en cela par leur miroir menteur – les médias, se croient encore les plus forts, mais quand on se croit trop fort …

5
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime