GE teste un prototype d’éolienne “intelligente” aux Pays-Bas

General Electric (GE) a annoncé en fin de semaine dernière, la mise en service sur son site d’essai de Wieringermeer, aux Pays-Bas, un prototype d’éolienne de grande puissance dit « intelligente » qui augmente la production électrique.

Annoncée en janvier dernier, l’éolienne 2.5-120 va désormais tirer profit de la puissance de l’internet industriel pour analyser des dizaines de milliers de données par seconde, permettant ainsi de gérer des sources d’énergie éolienne variables afin de garantir une production électrique prévisible et constante.

La turbine peut intégrer en effet un système de stockage d’énergie et des algorithmes avancés tout en communiquant avec les turbines voisines, les techniciens de maintenance et les opérateurs.

La 2.5-120 devient la première éolienne à allier une efficacité unique et une production électrique optimisée sur des sites peu venteux, avec selon GE, "une augmentation de 25 % de l’efficacité et de 15 % de la production électrique par rapport au modèle existant de GE." Ces caractéristiques devraient permettre aux opérateurs de parcs éoliens d’accroître leurs rendements sur les sites peu venteux.

Les contrôles sophistiqués de l’éolienne, son rotor de 120 mètres, la hauteur de la tour, dont le moyeu peut culminer jusqu’à 139 mètres, ont été étudiés pour les zones boisées, en Europe et au Canada notamment.

Toutes ces nouvelles technologies sont validées par ECN, un institut de recherche néerlandais indépendant spécialisé dans les énergies renouvelables. D’ailleurs, le prototype 2.5-120 sera testé et contrôlé, jusqu’à l’automne 2013, conformément aux normes de GE et du secteur de l’éolien.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
5 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Yoda

…avec les turbines voisines permettent d’augmenter la production électrique ? Mais voila surement l’avenir avec un système de stockage qui permet de lisser les courbes de production et rassurer les gestionnaires de réseaux.

Pas naif

En Europe, les lois imposent l’achat de toute énergie EnR erratique, donc vu du côté propriétaire d’un parc éolien, ce système garantit que 100% de l’énergie productible est instantanément achetée. Un rendement ne peut dépasser 100% bien sûr: De là mon apostrophe “vent” Maintenant, comme les vent a tourné à contre en Hollande (réduction drastique des subventions gouvernementales, il reste possible qu’actuellement les acheteurs d’EnR ne soient pas forcés d’acheter toute l’EnR sans discuter (c’est le cas en Espagne, pour protéger le réseau national). Donc les achats d’EnR pourraient ne pas être automatiquement de 100% du productible. Cela laisserait une porte ouverte pour une meilleure offre de puissance de la part des parcs éoliens, réduisant les crêtes inutiles au profit d’un profil moins cahotique. Mais toutes améliorations cumulées ne jourront jamais retrouver le diktat des 100% traditionnels. On attend des infos plus précises de là bas.

Tech

votre myopie anti enr vous empêche de lire “un système de stockage d’énergie” élément que vous oubliez systématiquement dans vos critiques sur les ENR si j’avais un reproche à faire au “press release” de GE repris par la presse, quasi in extenso, et sans analyse, c’est par exemple la taille du stockage .

Sicetaitsimple

Le communiqué de GE, y compris dans sa version anglaise, est effectivement nébuleux. Alors une interprétation qui n’engage que moi: Le temps du “je produis ce que je veux ( je peux) quand je veux (je peux)” aura forcément une limite, et en tout premier lieu dans les pays où la pénétration éolienne est importante ( Allemagne, Danemark, Espagne,…), et ce sera encore plus renforcé avec le développement des grands parcs offshore. Il va forcément arriver un moment où les exploitants de parcs éoliens vont être responsabilisés sur un programme de production déclaré en J-1 ( a minima) et pénalisés en fonction des écarts par rapport à ce programme. C’est le lot de l’ensemble des producteurs “classiques”, à partir du moment où le “passager clandestin” qu’est l’éolien devient un acteur majeur dans le mix d’un pays, il va bien falloir qu’il se soumette aux mêmes rêgles, et être, comme les autres, pénalisé s’il est en écart par rapport à son programme prévisionnel. C’est à mon avis ce que cherche GE et certainement tous les autres, être capable, au niveau d’un parc, de suivre au mieux un programme de production prédeterminé, quitte eventuellement à perdre quelques MWh de production. La ” production constante” doit s’entendre au pas d’une demi-heure, ce qui est la norme pour l’ensemble des centrales “classiques” D’où les notions de stockage ( certainement limité), de communication entre éoliennes voisines,.etc…..

Turbinator

En même temps, installer des éoliennes sur des sites peu venteux, ce n’est pas juste complètement une perte d’argent ?

5
0
Laissez un commentairex