Quels sont les atouts de la méthanisation ?

D’ici 2020, le nombre d’unité de méthanisation devrait passer d’environ 250 à près de 1.500, une progression considérable pour les installations agricoles : de 90 installations sur le territoire aujourd’hui, on en comptera près d’un millier en 2020.

Qu’est-ce que la méthanisation ?

C’est un processus de dégradation de la matière organique, dans un milieu sans oxygène, due à l’action de multiples bactéries. Elle peut avoir lieu naturellement dans certains milieux, tels que les marais, ou peut être mise en œuvre volontairement dans des unités dédiées grâce à un équipement industriel.

Cette dégradation conduit à la production d’un gaz, appelé biogaz, qui peut être transformé directement en électricité, en chaleur, en biocarburant ou alors être injecté dans le réseau de gaz naturel. Elle produit également un résidu, appelé digestat, qu’il est ensuite possible de valoriser comme fertilisant pour l’agriculture. La méthanisation est donc à la fois une filière alternative de traitement des déchets organiques et une filière de production d’énergie renouvelable.

Quels sont les déchets permettant la production de biogaz ?

Les matières organiques pouvant être traitées par méthanisation sont les déchets agro-industriels (déchets carnés, graisses de restauration, etc.) ; les déchets agricoles (lisier, fumier, résidus de récoltes, etc.) ; les déchets des collectivités locales (boues de stations d’épuration des eaux urbaines, ordures ménagères, tontes de pelouse, etc.)

Quels sont les atouts de la méthanisation ?


Comment le biogaz peut-il être valorisé ?

Composé principalement de 50 à 70 % de méthane (CH4) et de 20 à 50 % de dioxyde de carbone (CO2), le biogaz est une source d’énergie intéressante puisqu’elle peut être valorisée de différentes manières :

– par la production simple de chaleur qui sera consommée à proximité du site de production ;
– par la production combinée d’électricité et de chaleur (cogénération) par combustion dans un moteur ;
– par l’injection dans les réseaux de gaz naturel après une étape d’épuration (le biogaz devient alors du biométhane) ;
– par la transformation en carburant sous forme de gaz naturel véhicule (GNV).

Le biogaz permet-il de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) ?

L’utilisation du biogaz permet de brûler le méthane produit lors de la fermentation des déchets et d’éviter ainsi que ce gaz à effet de serre à très fort pouvoir réchauffant ne soit libéré dans l’atmosphère ; Elle représente une source d’énergie renouvelable puisque son contenu en carbone est exactement égal à celui qui a été absorbé naturellement dans l’atmosphère lors de la production de la matière organique. Il peut remplacer d’autres sources d’énergie fossiles, plus polluantes.

A titre d’exemple, une unité moyenne de méthanisation agricole permet, uniquement grâce au traitement d’effluents d’élevage, une réduction des émissions de GES de près d’un millier de tonnes équivalent CO2 par an.

Quels sont les atouts de la méthanisation ?

Comment l’État soutient-il la filière ?

La méthanisation se caractérise par une très grande disparité des coûts d’investissement et des coûts de fonctionnement d’un projet à l’autre. Ils sont extrêmement variables selon la taille de l’installation, des déchets utilisés, des contraintes territoriales du lieu de production et du mode de valorisation choisi. En conséquence, le dispositif de soutien mis en place par l’État articule des aides fixées à l’échelon national (tarifs d’achat garanti en fonction de l’utilisation, aide à l’investissement) et des aides distribuées à l’échelon territorial.

Quels objectifs de production de biogaz en France ?

La France s’est fixé des objectifs ambitieux qui prévoient sur une dizaine d’années la multiplication par quatre de la production d’électricité (625 MW en 2020) et de la production de chaleur (555 ktep en 2020) à partir de biogaz par rapport à 2010. Le biogaz permettra d’alimenter l’équivalent de 800.000 foyers en électricité renouvelable (hors chauffage) et de produire l’équivalent de 555.000 tonnes de pétrole en chaleur renouvelable.

En 2011, la production d’électricité à partir de biogaz a dépassé 1 térawatt-heure (tW – milliers de milliards de watt). C’est l’équivalent de la consommation moyenne de plus de 200 000 foyers (hors chauffage) sur une année. La production de chaleur à partir de biogaz a été d’environ 1,1 térawatt-heure, soit 89 ktep.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
9 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Guydegif(91)

Bonnes perspectives ! Joli challenge pour la France ! Il faut relever le gant et y aller franco ! YA+KA ! ASAP ! …en espérant que les administrations jouent le jeu de ”ne pas confondre Rigueur et Rigidité !” A+ Salutations Guydegif(91)

fnavette

Et pourquoi pas ds la foulee faire en sorte que toutes les communes soient raccordees a un systeme tout a l’egout lui meme raccorde a une station de traitement des eaux pratiquant la methanisation. On incite egalement les particuliers a amener leur dechets de tontes a ces methaniseurs. Ce Biogaz produit est injecte ds le reseau de distributions de gaz et/ou on cree des stations de distributions de GNV en local ( creation d’emploi), cela diminue notre importations de gaz fortement voir la supprime, calcul a faire. Entre nos 65 Millions de concitoyens, les env 100 millions de touristes, les exploitations agricoles et les dizaine d’usines alimentaires, il doit bien y a voir moyens de produire une grosse partie de notre consommations annuelles de gaz. Mais bon c’est n’est malheureusement qu’une utopie ds un pays ou nos politiques (pour la plupart) ne veulent pas changer de maniere de voir ou de faire.

Sicetaitsimple

“cela diminue notre importations de gaz fortement voir la supprime, calcul a faire. ” Bah oui, calcul à faire! Allez-y…. D’ailleurs, il serait mieux de faire le calcul avant de dire que c’est la faute des politiques.Il y certainement bien d’autres choses à leur reprocher que celle-ci…..

fnavette

Je n’ai pas les connaissances necessaire pour faire ce genre d’evaluation mais si vous me fournizzez les donnees je suis pret a essayer. Avant de critiquer, aider. Pour votre info: – j’ai equipe tout mes eclairages de Led, – J’ai refait toute l’isolation de ma toiture (+20 cm d’isolant) et de mes murs malgre que ceux ci soit de 40cm en briques – je me chauffe (jamais plus de 20 degrees) grace a une chaudiere a bois dechiquete (la seule de l’oise pour un particulier), – j’ai fait poser des panneaux PV et thermique (qui me chauffe mon eau sanitaire de Mars a Octobre). Donc oui je considere que je peux me permettre de les critiquer apres mes efforts consentis pour reduire mes factures globales Et non c’est vrai que ce n’est pas la seule chose que l’on ait a leur reprocher mais ils pourraient faire preuve d’un peu de volontarisme a ce niveau la. CDT

Sicetaitsimple

Vos efforts d’économie d’energie sont très louables, félicitations. Maintenant, le sujet que vous avez mis en avant n’a pas grand chose à voir. Ce qui arrive dans une station d’épuration, c’est de l’eau plus ou moins chargée en matière organique, mais c’est avant tout de l’eau. Je n’ai pas besoin je pense de vous aider à imaginer ce qui sort de votre lave-linge, lave-vaisselle, douche, et cuvette de WC…C’est ce mélange qui globalement arrive dans une station d’épuration, hors effluents industriels. Bref, c’est un effluent à traiter avant rejet, mais son potentiel energétique est quasi nul, d’autant plus qu’un traitement anaérobie ( qui produit du méthane) nécessite de chauffer l’effluent. Bref, aucun potentiel énergétique ou presque. Bien sûr, il est souhaitable par ailleurs d’un point de vue qualité de l’eau des rivières qu’un maximum d’effluents domestiques soient collectés et traités avant rejet. Cdt.

fnavette

OK alors expliquez moi cela: les déchets des collectivités locales (boues de stations d’épuration des eaux urbaines, ordures ménagères, tontes de pelouse, etc.). Il me semble que la station d’epuration d’Acheres (78) produit du biogaz et fait tournee une centrale de chauffage urbain grace aux eaux usees, ainsi que la ville de St Brieux, c’est de ce genre d’initiatives dont je parle.

Sicetaitsimple

des liens avec des chiffres SVP… Vous ne parliez pas d’ordures ménagères auparavant, c’est effectivement différent.

fnavette

les liens les voici: Quand a ce qui est en gras, je n’ai fait que reprendre un phrase de l’article au dessus. C’est aussi pour cela que j’ai parle des dechets de Tontes, il est vrai que j’ai oublie de parle des ordures menageres mais c’etait sous-jacent. Si nous pouvions inserer tous nos dechets organiques ds des unites de methanisations je pense que cela pourrais etre tres productifs

Sicetaitsimple

Vos liens n’ont pas grand chose à voir avec le sujet que vous avez mis sur la table, “Et pourquoi pas ds la foulee faire en sorte que toutes les communes soient raccordees a un systeme tout a l’egout lui meme raccorde a une station de traitement des eaux pratiquant la methanisation. On incite egalement les particuliers a amener leur dechets de tontes a ces methaniseurs. Ce Biogaz produit est injecte ds le reseau de distributions de gaz et/ou on cree des stations de distributions de GNV en local ( creation d’emploi), cela diminue notre importations de gaz fortement voir la supprime, calcul a faire.” C’est juste, mais comme souvent dans le domaine de l’énergie, un phantasme que de penser qu’il y a un potentiel important dans nos “eaux grises”, de même pour les ordures ménagères. Ca n’empêche bien sûr pas d’essayer de trouver les meilleurs traitements, mais dans le but de minimiser l’impact sur l’environnement et si possible de récupérer un peu d’énergie, laquelle est le plus souvent largement auto-consommée dans le process de traitement lui-même.

9
0
Laissez un commentairex