“Le captage du CO2 peut permettre à l’UE d’atteindre ses objectifs”

Si le monde continue à brûler des combustibles fossiles, les températures mondiales pourraient atteindre des niveaux dangereux, ont averti les experts. Le député démocrate libéral britannique et rapporteur du dossier Chris Davies s’est exprimé sur le captage et stockage de carbone.

Capter les émissions de CO2 avant qu’elles n’entrent dans l’atmosphère et les stocker sous terre pourraient réduire le risque, mais les progrès dans ce domaine ont été lents.

Prix attractif avant introduction !
Merchant Token

Investissez dans le token (jeton) MTO avant son lancement sur le marché ! La révolution du paiement sécurisé décentralisé pour les commerçants arrive. (BONUS : 20 phases supplémentaires)

Prix attractif avant introduction !
Merchant Token

Investissez dans le token (jeton) MTO avant son lancement sur le marché ! La révolution du paiement décentralisé pour les commerçants arrive.

Le captage et le stockage du carbone pourraient contribuer à réduire les émissions de CO2 et l’Union européenne a montré un grand enthousiasme pour le développement de cette technologie il y a quelques années. Jusqu’à présent, nous avons peu de résultats. Pourquoi ?

Des objectifs spécifiques ont été fixés pour le développement des énergies renouvelables et de généreuses subventions ont été fournies en soutien.

On a supposé que l’investissement dans le captage et le stockage du carbone (CSC) proviendrait uniquement du prix du CO2 à travers le système d’échange de quotas d’émission et de la motivation des producteurs d’électricité d’éviter d’avoir à payer le coût élevé des quotas de CO2.

Cependant, l’effondrement du prix du CO2 a détruit ce modèle et supprimé la raison commerciale de l’investissement dans le CSC.

Alors pourquoi l’Union européenne ne devrait-elle pas juste abandonner le captage du carbone ?

Si l’Union européenne veut atteindre ses objectifs de décarbonisation au moindre coût, le CSC a un rôle majeur à jouer.

Il peut permettre la poursuite de l’exploitation des combustibles fossiles et est le seul moyen de traiter les émissions de CO2 des grandes installations industrielles telles que celles du secteur de l’acier, de la chimie et du ciment.

Chaque État membre doit élaborer des stratégies à long terme de réduction d’émissions de CO2. Si le CSC a un rôle à jouer dans ceux-ci, il aura besoin d’un soutien financier du même ordre que celui donné aux énergies renouvelables. Dans de nombreux cas, il se trouve être beaucoup moins cher.

Partagez l'article

 

         

Articles connexes

Souscrire
Me notifier des
guest
3 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Guydegif(91)

OK, soit, mais stockage CO2 pas tj évident et souhaitable ! En alternative, mettre en oeuvre le CSC et après captage du CO2, appliquer VGV, (Volts-Gas-Volts), càd appliquer Méthanation, en mariant le CO2 avec le H2 généré par Electrolyse de l’eau à partir des kWhs en excédent et aléatoires, (quitte à utiliser les derniers progrès”électrolyse” de l’EPFL, objet d’un autre article Enerzine ce jour). Le CH4 issu de la Méthanation pourra être, dans un 1er temps, stocké dans les réseaux-gaz ou autres lieux de stockage (cavernes, pores, comme CH4 fossile), puis utilisé en co-génération à la demande. Voici une autre… Lire plus »

Pastilleverte

Même si le captage du CO2 ne résoudra pas ou tellement peu la question (if any) “climatique”, si l’UE souhaite se lancer dans ces projets très couteux, autant utiliser le CO2 capté pour en faire… des carburants synthétiques, en récupérant par ailleur l’H2 par électrolyse, soit via les heures creuses des centrales nuke, soit selon ces nouveaux procédés “magiques”, voir post de ce jour sur stockage H2 et PV.

Triniko

Il ne faut pas oublier aussi que cette technologie engendre une réduction du rendement des centrales à charbon. Reste alors à convaincre les producteurs d’électricité d’investir dans cette technologie coûteuse (énergie et money)