Les économies d’énergie à la loupe en Allemagne

Consommation d’énergie : sous quelles conditions sommes-nous susceptibles de changer nos comportements? Une alliance de recherche du Ministère fédéral allemand de l’enseignement et de la recherche (BMBF) mène actuellement 10 projets dans le but d’identifier des moyens susceptibles d’inciter les consommateurs à adopter des comportements plus économes en énergie.

Des études scientifiques ont montré que des événements importants de la vie tels que la naissance d’un enfant ou le déménagement dans une autre ville pouvait stimuler un changement de comportement en termes de consommation. La question est donc de savoir "Dans quelle mesure les événements de la vie constituent des opportunités pour basculer vers un modèle de consommation durable".

Dans un premier temps, l’alliance de recherche souhaite analyser de tels "stimuli" sociaux puis, en coopération avec des associations de consommateurs, l’industrie et le commerce, formuler des recommandations qui soient applicables au quotidien. En complément, une campagne de sensibilisation est prévue pour inciter à des comportements plus conscients dans l’alimentation, l’énergie ou l’utilisation des moyens de transport. 3 des 10 projets examinent le comportement des consommateurs. 6 autres étudient les manières de favoriser une meilleure maîtrise de l’énergie dans différents groupes sociaux. Le dernier se consacre à la question de savoir comment les établissements de formation peuvent stimuler chez les jeunes une prise de conscience de leur propre consommation.

Financés à hauteur de 9 millions d’euros par le BMBF, les 10 projets ont été sélectionnés dans le cadre d’un concours sur le thème "Du savoir à l’action – nouveaux moyens d’atteindre une consommation durable". Ils font partie du programme de recherche du BMBF "Recherche socio-écologique" (SOF). Les premiers résultats sont attendus pour 2009.

Bien que de nombreuses innovations aient vu le jour ces dernières années en Allemagne dans le domaine des énergies alternatives et des techniques respectueuses de l’environnement, beaucoup ne produisent pas l’effet escompté car elles ne sont pas appliquées au quotidien.

Si d’un côté, la demande de produits alimentaires biologiques a augmenté, les comportements dans d’autres secteurs de consommation, comme les textiles ou les véhicules, n’ont pas changé jusqu’à présent.

[src : BE Allemagne numéro 400 (27/08/2008) – Ambassade de France en Allemagne / ADIT – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/55748.htm]

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
fredhu

Tiens, le gouvernement allemand va m’imposer de financer une étude pour définir comment changer “nos” comportements …Faut-il qu’on élève un débat haineux sur le scandale du gâchis et de cette dépense supplémentaire que ces quelques centimes d’euros (voire ! des centaines d’euros, en calculant différemment !) va faire peser sur notre porte-monnaie ?Ben voyons, je prévoie beaucoup de fun, des chiffres, des études contradictoires, des prises de positions absolutistes, des “experts” appelés à la rescousses, une Vérité à demi-masquée, un beau débat !…En attendant, que ces euros (combien ? la réponse dans quelques mois minimum …) honteusement spoliés puissent servir à aider à … changer nos comportement (y’a du boulot !) et à nous faire prendre en compte le fait que nous pouvons vivre de la même manière en gâchant moins, et je suis heureux de les dépenser.Mais j’oublie … je paie mes impôts en Allemagne, vous n’êtes pas concernés, la France est au moins sauvée de ce nouveau péril financier, on peut continuer à discuter sur le VRAI coût de l’éolien et du nucléaire.Qui, en attendant, nous chauffent, font tourner nos ordis, nous éclairent , …

Remi8

Bonjour,comment peut-on identifier les secteurs clefs de “Négawatts” sans essayer de comprendre et de trouver des solutions sur les comportements des uns et des autres ?Ceci donc par des étudesles allemands sont comme tous criticables mais comme on dit, d’abord balayons devant notre porte. D’ailleurs en bâtiment avec les Suisses, qui fait mieux que les allemands ?je ne saisi pas trop l’aspect “cartésien” de ce post…

fredhu

C’est de l’humour ! Peut être pas du bon, mais c’est pour me moquer un peu des disputes d’apothicaires en cours sur d’autres sujets.Ou de l’ironie ……Pas cartésien, c’est sûr.Mais oui, balayons devant notre porte.Pour rebondir sur votre remarque concernant l’excellence des Suiises/Allemands en matière de batiment, ce n’est pas un paradis non plus …BIEN PLUS mieux qu’en France, mais toutes les nouvelles maisons construites ne répondent pas forcément aux meilleures règles et standards, loin de là.Minergie, KfW60 ou KfW40, PassivHaus, … les objectifs existent, mais il tiens à chacun de choisir ou pas de construire ou rénover selon ces standards.Sans incitation (obligation ?), les économies à court terme (ca coûte un peu plus qu’une construction pas très efficace énergiquement, faut pas le cacher) prennent le pas sur le confort et la sécurité (indépendance maximum !)  à long terme.L’avantage de “l’investissement” est un concept que peu prennent le temps de peser … même de l’autre côté du Rhin.Sinon, à 120% d’accord sur le concept de “Négawatts”, il peut s’appliquer partout, sans investissement énormes, … des petites gouttes qui s’ajoutent aux autres pour maitriser/réduire notre consomation globale.

3
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime