Les éoliennes géantes … c’est encore plus ‘green’

Avec la tendance actuelle à se diriger vers la construction et le déploiement d’éoliennes géantes, des scientifiques de l’ETH Zurich ont conclu dans une étude que plus le diamètre de la turbine était grand et plus "verte" était l’électricité qu’elle produisait.

Leur rapport a été publié dans la revue ACS Environmental Science & Technology .

Marloes Caduff et ses collègues ont d’abord souligné que les éoliennes constituaient une source productrice d’électricité de plus en plus populaire. Elles fournissent aujourd’hui près de 2% de l’électricité dans le monde entier, un chiffre qui devrait avoisiner les 10% en 2020.

La taille des turbines est également en augmentation. Une étude montre que la taille moyenne des turbines commerciales a été multipliée par 10 au cours des 30 dernières années, passant d’un diamètre de 15 mètres en 1980 à près de 150 mètres aujourd’hui. A terme, on devrait voir apparaître des turbines géantes qui avoisinent les 300 mètres de diamètre. Aussi, les auteurs de l’étude ont voulu déterminer si la construction de grandes turbines rendait l’énergie éolienne, plus ou moins respectueuse de l’environnement.

Les éoliennes géantes ... c'est encore plus green


Leur étude a montré que les grandes turbines produisaient plus d’électricité "verte" – pour deux raisons principales
.

Premièrement, les fabricants ont maintenant la connaissance, l’expérience et la technologie pour construire de grandes éoliennes avec une meilleure efficacité.

Deuxièmement, les matériaux et la conception de pointe permettent une fabrication optimale des pales qui exploitent davantage les vents sans toutefois subir une augmentation proportionnelle de leur masse. Le même schéma s’applique également à la tour et à la nacelle abritant le générateur. Cela signifie au final plus de puissance renouvelable, sans devoir augmenter la quantité de matériaux nécessaires à la construction ou de carburants pour le transport.

            

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
21 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Avenir12

Le problème dans ces grandes machines c’est acceptabilité des projets. Plus les machines sont grandes et plus les projets sont contreversés. En fait il faudrait des machines rabatables les plus grandes possibles. Oui, c’est vrai, je sais que cela n’est pas facile techniquement.

Marcuse02

Absurde, monstrueux et inutile. Pourquoi pas des machines de 1000 m de haut aussi ? L’éolien est un non sens économique, écologique et technique qui sous prétexte d’écologie défigure des territoires entiers. Vestas annonce aujourd’hui l’abaondon de plusieurs projets. Espérons que c’est le chant du cygne pour l’ensemble de cette filière ce dont on ne peut que se réjouir.

Pastilleverte

Premier argument , en gros, le progrès technique/technologique améliore les rendements. Bien ! Ainsi, les chaudières à mazout de dernière génération ont un rendement proche de 100%, en sont-elles plus “vertes” pour autant ? (incontestablement… oui, selon le crotère cité dans l’article). Deuxième argument, la rédaction n’est pas claire : Que des “économies d’échelle” fassent que la masse naugmente pas dans la même proportion que la puissance installée, d’accord. Mais que “au final plus de puissance renouvelable , sans devoir augmenter la quantité de matériaux nécessaire à la construction ou de carburant pour le transport” ??? Les quantités augmentent moins, mais elles augmentent ! Quant à l’économie de carburant pour le transport, le delta est minime sur la durée de vie de l’éolienne, que ce soit sur terre ou en mer. Et puis quoi qu’on en dise, des pales e plus en plus grandes, même en maitrisant toujours plus la technologie des matériaux, il y a des limites de poids/encombrement/ torsion/vitesse en bout de pale de même que pour le coup le transport jusqu’au site de production. Quel convoi routier va transporter un élément de 150m de long ? YAKA les tronçonner et les remoter sur site, mais alors, bonjour les qualités physiques de résistance des matériaux !

Lionel_fr

L’éolien est une grande réussite que les géants nucléaires n’avaient pas du tout anticipé. Les moulins des esquimaux faisaient bien rire nos élites il y a seulement 10 ans. Aujourd’hui elles forcent les centrales à faire du suivi de charge à la baisse. Et ce n’est pas fini. Effectivement le génie des matériaux et simulations numériques permettent désormais de concevoir des pales structurées dont les contraintes mécaniques sont prises en charge par la structure creuse (merci Catia) Economiquement parlant, les machines 750kw de 2001 permettaient d’entrevoir une parité réseau à terme – lorsque les investissements seraient amortis. Mais la montée en puissance unitaire n’a fait qu’ abaisser le coût du kWh ce qui permettra au cout de l’electricité éolienne d’être le plus bas de toutes les technologies disponibles. Désormais , le PV augmente sa capacité plus vite que l’éolien et l’arrivée de ces gW intermittents ainsi que l’hydrogène en 2015 nécessitent de repenser les réseaux en synergie avec tous ces développements. Cela ne sera ni rapide ni facile mais effectivement, on finira par se débarraser de quasiment toutes les technologies du 20eme siecle comme on s’est déjà débarrasé du fuel pour une majorité de la production electrique. Restent les fous de dieu de Vent de Colère… Bien qu’ils aient une utilité : préserver les zones habitées, leurs méthodes et leur radicalisme sont tels que même les pro-nukes n’osent pas trop leur adresser la parole.. D’ailleurs le gouvernement Ayrault vient de donner des garanties au secteur éolien quelle que soit l’issue de la ridicule action en justice de l’association contre les tarif d’achat basée uniquement sur un vice de forme et aucunement sur un quelconque problème technique ou économique lié à l’éolien… Mais attention quand même , la migration au renouvelables ne sera pas une promenade de santé. Beaucoup d’écueils attendent encore ces techniques dés qu’elles commenceront à produire +20% de la consommation.

Peeka

Pour les problèmes de manutention / transport des pales, les constructeurs commencent aussi à trouver des solutions. L’espagnol Gamesa a reçu en avril le prix JEC de l’innovation pour ses futures pales “Innoblade” qui seront livrées en 2 parties pour assemblage sur site. Plus d’infos ici: et une petite video pour la route (voir vers 6:20) Quand on veut….on peut!

gaga42

Il me semble que les “fous de dieu” (dont je ne suis pas, mais je n’apprécie guère les insultes dans ce genre de forum) demandent simplement que l’acceptabilité des éoliennes soit posée aussi sur le plateau de la balance. Et 5 éoliennes de 45 m sont beaucoup plus acceptables qu’une de 150, avec il est vrai un rendement économique légèrement inférieur, mais c’est “la balance” qui doit trancher. Par ailleurs, il est malhonnête de comparer le coût kWh d’une énergie intermittente et celle d’une production de fond. Que devient la parité réseau si on intègre le coût du doublement du réseau THT (nécessaire si développement massif éolien + PV), ainsi que celui des moyens de stockage (STEP etc…)?

einstein30

depuis des annees ,dans certaines regions , les ecolos se battent contre l’installation des pylones a ” haute tension” a cause de la pollution visuelle ,ce qui a conduit a l’enfouissement des lignes pour une facture x 10 et pourtant les pylones ci-devant cites sont statiques , ils se sont pas munis de pales ;

bolton

Pour ma part, je trouve les éoliennes bien plus agréables à regarder que des pilone de lignes haute tension…

Jean-jean

est ce qu elles sont comptatibles avec le « WindFloat » de Principle Power (support flottant) ?

Papoumontchat

On aimerait en savoir plus car l’effet du vent sur les structures pales puis mât agit sous forme d’un moment qui n’a rien de proportionnel à la hauteur du mât ni à la puissance nominale Dans les conceptions modernes des grandes éoliennes à entrainement direct, quelles sont donc: – la courbe des ratios kg acier/kW de mât en fonction de la puissance en MW nominal – la courbe des ratios kg structure mixte/kW de pale en fonction de la puissance en MW nominal – la courbe des ratios kg acier/kW de nacelle en fonction de la puissance en MW nominal – la courbe des ratios kg acier/kW de générateur et annexes en fonction de la puissance en MW nominal Le bilan carbone en découle ensuite assez facilement pour dire que c’est plus (ou moins?) vert Il reste ensuite bien sur les coûts de fabrication au MW en fonction de la puissance ; mon opinion est que la courbe n’est pas de forme hyperbolique mais plutôt parabolique avec un optimum entre 5 et 10 MW ce qu’on constate aujourd’hui; au-delà le surcoût du à l’utilisation de matériaux de plus en plus chers au kg moyen risque de ne pas être compensé par le surplus de puissance obtenu. Même plus “vertes” (?), je crains de ne jamais voir des éoliennes de 300ml à cause du coût.

Bionico

Il est dommageable que le débat éolien/nuke finisse systématiquement sur la table. Le travail des développeurs éoliens est systématiquement contrôlé et freiné par des administrations qui sont loin d’être complaisantes, les permis ne sont délivrés qu’à contrecoeur, et les recours portent plus souvent sur un vice de forme que sur des critères techniques. Quant à l’argument paysager, les gens devront un jour comprendre qu’il n’est pas raisonnable de faire entrer des arguments ÉMOTIONNELS dans un débat RATIONNEL : l’avenir de l’énergie ! Oui il faut encadrer les choses et imposer une certaine cohérence, mais interdire l’éolien pour la “préservation des paysages” n’est pas un argument rationnel ! L’argument de l’intermittence est quant à lui un simple contre-sens, quand on sait qu’une éolienne tourne 80% du temps pour produire -en moyenne à l’année- à plein puissance environ 30% du temps. A comparer avec le nucléaire qui consomme 1/3 de sa propre énergie pour refroidir ses réacteurs (je ne parle pas du rejet des eaux “non polluées” dans les cours d’eau), et pas loin de 15% supplémentaires sous formes de pertes électriques dûes au système centralisé qu’il implique nécessairement !! L’éolien est un must dans notre mix électrique du futur…

gaga42

Monsieur Bionico, c’est vous qui mettez sur la table le débat éolien/nuke dans un débat qui était, jusqu’à votre intervention 100% éolien et 0% nuke. Je vous soupçonne fortement de penser que toute personne qui n’est pas un gentil et ardent défenseur du tout éolien n’est qu’un horrible représentant du lobby de l’atome, voilà qui donne une idée de votre bonne foi. Quand à accuser les soi-disants anti-éoliens, et donc pro-nuke, d’utiliser des arguments émotionnels, c’est l’hopital qui se fout de la charité, nous avons bien vu pendant et après Fukushima de quel coté était l’émotionnel. Pour ce qui est de vos arguments techniques concernant l’intermittence, le refroidissement et tutti quanti, … du GRAND n’importe quoi… Je n’ai pas la patience de développer. Je n’approuve finalement que votre dernière phrase. Salutations.

Lionel_fr

Vent de colère frappe de toutes part : il semble maitriser l’aspect économique, technique et politique et fait un grand mélange de tout cela. Si on a un problème territorial avec des éoliennes , cela ne veut pas dire qu’elles sont une aberration économique. Le simple fait d’agir sur les deux tableaux relève du conflit d’intéret de façon évidente. Leur méthode n’est pas discutable elle est nulle ! Arrètez de crier à l’insulte, il n’y a d’insulte que dans cet interlocuteur qui use d’une violence verbale où la menace physique est à peine voilée. C’est un language de secte que personnellement je ne peux pas inclure dans quelque argumentaire que ce soit y compris quand il y a de vrais problèmes. On est contraint de faire avec ce genre de colère, calculée, théatrale et non-fondée, ne souffrant pas la moindre contradiction. Quand ils auront fini de se discréditer en racontant des cracks et en l’avouant dans la même phrase , on en reparlera car ils deviendront un interlocuteur sérieux. Ce n’est pas le cas actuellement. Entre 3 éoliennes de 45m et une de 150, le rendement économique n’est pas “légèrement différent”. Dans les faits, il est très important. Cela n’empèche pas la question de l’acceptabilité de jouer un rôle décisif, notamment en réduisant la taille si nécassaire. Mais de là à protéger les talus d’autoroute comme si c’étaient des réserves naturelles classées au patrimoine de l’humanité, il y a un cap. Quant à l’intermittence , est-ce moi ou on en entend moins parler ces derniers temps ? J’y suis peut-être pour quelque chose : l’intermittence est partout y compris dans les centrales à flamme mais moins critique car on peut augmenter leurs coûts (faire du suivi de charge) jusqu’à un certain point sans trop de dégats économiques. De toutes façons , la gestion de l’intermittence n’est pas que le fait des éoliennes … c’est une contrainte absolue pour tous les réseaux du monde et on ne la résoudra pas en satanisant une technologie, qu’il s’agisse de nuke, d’éolien ou de PV. L’intermittence fait déjà l’objet d’une R&D acharnée

Nature

Il est assez banal de constater que pour les esprits utilitaristes le rationnel se limite aux phénomènes physiques, les problèmes de la production de l’énergie par exemple. C’est limiter singulièrement le champ de la raison ,les aspects psychologiques de la vie ne se mesurent pas comme l’électricité, pourtant ils nous gouvernent . On connait la phrase de Le Dantec : “l’intelligence cette misérable petite chose, nous sommes avant tout des êtres affectifs “Si une machine est intolérable pour l’équilibre d’un site,et ceux qui y vivent, sa légitimité économique s’efface devant le vécu. Mais pour comprendre ce type de proposition il faut une certaine sensibilité,et on ne la rencontre pas chez tous les individus;elle n’est pas malheureusement universelle.

Lord predator

1000 metrés de haut ? Je pREND =) x) Bref, gardez votre “on” pour vous, vous semblez bien seul à défendre une position absurde et sans intérét, et je m’en veut chaque seconde d’avoir accordé cet importance à votre com Absurde, monstrueux et inutile. Cordialement,

Lord predator

1000 metrés de haut ? Je pREND =) x) Bref, gardez votre “on” pour vous, vous semblez bien seul à défendre une position absurde et sans intérét, et je m’en veut chaque seconde d’avoir accordé cet importance à votre com Absurde, monstrueux et inutile. Cordialement,

gaga42

Vent de colère contre vent de folie? Il semblerait que l’on aille vers cette alternative…

Pastilleverte

Certes ça coute (dites-vous) X10 fois plus cher, mais l’interêt principal est sur le ong terme, car une ligne enfouie est, a priori, peu sensible aux événements climatiques “extrêmes”, qui, paraît-il d’après le catéchisme du GIEC ne vont que croître et (se) multiplier. Voir les tempêtes depuis 1999 : quel coût humain et économique pour réparer les dégats ? Alors si, en plus, les lignes THT/HT disparaissent du paysage (c’est à dire ce qui a été façonné par l’Homme, et de fait la majorité du territoire français), ne resteront plus que les ventilateurs géants, avec leur beauté intrinsèque, la langueur (et la longueur !) de leurs pâles en matériaux composites hyper sophistiqués et hyper chers, démontables pour le transport, leur vue panoramique au sommet (prévoir un ascenceur pour les touristes) let le doux bruit de leur “flop flop”, bien plus musical que le “bzzzzz” des lignes THT.

Lionel_fr

Heu , je suis allé au peid d’une 15aine de types d’éoliennes et n’ai jmais entendu quelque chose qui ressemble à “flop flop”… Le bruit des machines récentes ressemble plutot à celui d’une vitre electrique en voiture avec un spectre plus large et une amplitude plus étouffée. Si les pales étaient moins bien conçues, on entendrait un sifflement accordé au rythme des rafales mais certainement pas à la rotation du rotor. Bien sûr, les pales sont conçues pour l’éviter car un tel son trahirait une mauvaise conception aero avec une perte de rendement dû aux turbulences. Je suis assez bien placé pour parler des fréquences induites car c’est exactement le point sur lequel j’ai travaillé. Les nuisances sonores ne sont qu’une contrainte parmi d’autres : les bruits nuisent au bon fonctionnement de la machine. En outre, toutes les machines du marché possèdent un système d’analyse vibratoire en temps réel qui stoppent la machine en cas de panne ou de casse. Comme la vibe est le précurseur des phénomènes acoustiques, on peut dire que l’éolienne s’arrète quand elle devient plus bruyante que précisé dans son cahier des charges. Pour le guide touristique , les pâles pèsent chacune de 6 à 17 tonnes et sont constituées d’une résine à fibre minérale (verre souvent) creuse et sur lesquelles on doit souvent apposer des “rustines”, ce que la maintenance execute en rappel (au bout d’une corde), une fois le rotor immobilisé avec la pale à réparer pointée vers le sol. Une éolienne de 2.3MW en France produit l’équivalent de ~500kg de charbon par heure (moyenne lissée sur l’année)

gaga42

On pourrait p’tet enfouir les éoliennes aussi? 😉

einstein30

a quand les eoliennes geantes a axe vertical

21
0
Laissez un commentairex