Peugeot-Citroën propose des voitures “plus propres”

Le groupe PSA Peugeot Citroën a présenté ses engagements de développement durable et son offre de mobilité décarbonée à l’occasion du Salon Planète Durable, qui se tient porte de Versailles du 25 au 28 mars.

Pour répondre aux évolutions des attentes des clients, le groupe propose une gamme de véhicules à l’impact environnemental réduit. Avec plus de 670 000 voitures émettant moins de 120 g CO2/km vendues en 2009 en Europe, PSA Peugeot Citroën se donne pour objectif d’en vendre plus d’un million en 2012.

Pour un usage urbain, la solution idéale semble être le véhicule électrique. Les premiers modèles, Peugeot iOn et Citroën C-ZERO, seront commercialisés en Europe dès la fin de l’année 2010. Après 6 heures de recharge sur une prise électrique classique, ils offriront une autonomie de 130 km.

Pour les déplacements nécessitant plus d’autonomie, le véhicule hybride diesel proposera une solution intéressante : zéro émission en mode électrique, pour les courses en ville par exemple, puis la même autonomie qu’un véhicule thermique traditionnel pour partir en week-end ou en vacances. Cette technologie HYbrid4 sera disponible sur les Peugeot 3008 et Citroën DS5 dès 2011.

En 2012, l’hybride diesel gagnera en autonomie électrique grâce à des batteries permettant de stocker plus d’énergie. Ainsi, en plus d’accumuler de l’énergie pendant les phases de roulage, il sera rechargeable sur une prise électrique classique, comme un véhicule électrique.

Enfin, les moteurs thermiques ne cessent de s’améliorer grâce notamment à la technologie micro-hybride e-HDi, dont le déploiement commence dès 2010 pour équiper progressivement l’ensemble des gammes Peugeot et Citroën.

Peugeot-Citroën propose des voitures "plus propres"

Sur le stand du groupe au Salon Planète Durable, il est possible de découvrir :

  • La nouvelle Citroën C3 émettant 99g de CO2/km grâce notamment à une motorisation diesel optimisée
  • Les véhicules électriques de nouvelle génération Peugeot iOn et Citroën C-ZERO, zéro émission en usage
  • Un vélo à assistance électrique Peugeot
  • Une borne de démonstration Mu by Peugeot lancée en février à Paris et déployée dans plusieurs grandes villes européennes.

PSA Peugeot Citroën présentera aussi ses efforts en matière d’éco-conception afin que l’impact de ses véhicules sur l’environnement soit réduit à chaque étape de leur cycle de vie, depuis leur conception jusqu’à leur recyclage.

Peugeot-Citroën propose des voitures "plus propres"

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
10 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
michel123

Ce qui nous manque c’est une voiture 100% électrique avec une petit générateur ( 10 à 15 KW) de trés haute performance (essence à injection directe haute pression) capable d’aider en route ou de travailler à l’arrêt pour prolonger l’autonomie dans les rares cas où il faut faire plus de 130 KM en une fois ou un aller retour de 200 km ou plus et que l’on ne veut pas courir la campagne pour trouver une prise accueillante. Tout ce qui nous est présenté ne correspond pas à ce besoin . MC

Idir

@michel123 Je ne serait pas si négatif à ta place, certes tes dires sont censé et ce cas particulier mérite attention. Cependant je note qu’on arrive tout doucement vers des solution plus respectueuse que ce que l’on a aujourd’hui. Laissons le temps a ses techno de s’amélorer, à nos mode de vie de changer également, les deux doivent avancer ensemble. Devant les multinationales qui ralentissent le développement des voitures éléctriques, je trouve que les choses bougent bien ces derniers temps. Je suis plutôt optimiste pour les 5 à 10 prochaines années. Reste à voir les tarifs de ces futures solution, il faudrait que cela soit acessible aux classes “moyenne” pour en assurer l’envol…

Pastilleverte

dans le cadre des “véhicules plus propores”, l’éco conception me semble une démarche bien plus intelligente et “productive” que la bataille des émissions de CO2 (super on est passé de 105g à 99g, vite allumons un cierge à saint Nicolas) Petite info : les premières Mitsubishi mères des Peugeot Li-on et Citroën C-zéro seront commercialisées en GB à l’équivalent de 40.000€, traduire 35.000€ après prime en France… no comment. Bien d’accord avec michel, le prolongateur est une escellente solution. Lotus (bureau d’études) a déjà fait des propositions innovantes et Audi a travaillé sur des Wankel (pas de vibrations). Tant il est vrai (?) qu’un moteur à combustion, essence ou diesel est plus efficace énergétiquement à produire de l’électricité qu’à convertir en énergie mécanique. Finalement, entre les chaudières mazout qui approchent de 100% de rendement, et les centrales électriques au fioul les plus modernes,les “meilleures” solutions énergétiques (au global) ne sont pas forcèment celles qu’on croit. (et je ne travaille pas chez un pétrolier, et n’ai pas d’actions d’iceux) Sans oublier qu’au niveau mondial, voire européeen, c’est la production d’électricité qui génère le premier poste d’émissions de CO2. Enfin, à mon avis une voiture “propre” est d’abord une voiture émettant le moins possible de NOx, particules, CO, suies, issue de l’éco conception et ayant optimisé son empreinte écologique, et pas seulement carbone, sur son cycle de vie.

marcob12

Vous êtes un peu pessimiste concernant le prix de vente probable de la version francisée de la I-Miev. Une analysei indique plutôt (la première année, avec une concurrence minimale et un début de production à petite échelle) un prix de vente probable (après déductions) entre 29 950 et 32 000 euros. Une jolie somme mais un calcul sur 10 ans promet des économies sur les carburants de l’ordre de 14 000 euros, sans compter une probable garantie prolongée pour ces tout premiers véhicules de nouvelle génération. Ceci si le coût du véhicule intègre le coût de la batterie (la sagesse voudrait que non pour les débuts de cette technologie, personne n’envisageant de changer un composant à plusieurs milliers d’euros au bout de 2 ans par ex…). Or on a peu de recul encore sur l’espérance de vie de ces batteries en conditions réelles de conduite sur des années. A la louche avec une autonomie réduite à 100 km on passe sous les 30 000 euros même en achetant le véhicule au complet, or qui fait plus de 100 km/jour régulièrement et n’a pas à sa disposition un second véhicule à moteur thermique pour les trajets exceptionnels ? Le gouvernement devrait faciliter l’obtention de prêts à taux zéro (pour quelques années) pour l’achat de ces véhicules (sinon le coût est bien sûr encore majoré), car pour nous c’est 36 fois la mise avec les surplus électronucléaires qui sont les nôtres. Il est probable que dans certains pays (chine par ex) les émissions de CO2 des centrales dépassent celles du parc automobile, mais  globalement on sait que l’effet “réchauffant” (forçage radiatif global) des transports est supérieur dans le monde à celui du secteur énergétique et cela au moins jusqu’en 2040 (dû au fait qu’à émissions de CO2 équivalentes les centrales ont des émissions d’aérosols qui contrecarrent les émissions de GES. La banquise arctique disparaît, il y a urgence (on le dit).

Pastilleverte

sur le marché Gb au prix de 38.699 LIVRES, soit au taux de change actuel, pas loin de 45.000€ (avant prime de 5000€), que j’ai déjà baissé de 5000€; Mais bien sûr le coût d’utilisation “carburant” est bien moindre ! Cela dit, c/tenu ultilisation plutôt urbaine sur base 10 000 km par an, l’économie, aux tarifs actuels du gazole atteindrait difficilement 10.000€ sur 10 ans, l’électricité ,’étant pas non plus gratuite.

marcob12

Le prix des voitures électriques sera élevé au départ pour des raisons trop évidentes pour que je vous les décortique. C’est néanmoins un “appareil” qui nécessite un budget “consommables” (lourdement taxés) et maintenance assez lourd et qui finit par constituer une fraction non négligeable de la valeur d’achat du véhicule. Or personne ne voit le prix du brut et le poids des taxes diminuer, ni le coût horaire de main-d’oeuvre chez les garagistes. Par ailleurs la montée en puissance des volumes de production (donc l’amortissement des unités de production), l’amélioration des technologies (je voyais des recherches sur la formule Al-air par ex) et le “plan mondial” de déploiement (tout le monde y voit une occasion de se relancer sur une nouvelle filière grand public) sont des motifs d’espérer une baisse des prix significative sur 5 et 10 ans. Egalement c’est une voie pour les Etats comme le nôtre pour diminuer leur dépendance énergétique, un élément décisif pour “subventionner” la filière (tout le monde y gagne). La voiture électrique existe depuis belle lurette et les batteries pour la faire réellement bouger depuis quelques années. Voilà pourquoi je suis optimiste. Nous verrons. Si c’est l’idée de mettre dans nos batteries de l’électricité électronucléaire qui vous chagrine, personnellement ne n’ai aucun état d’âme à ce sujet.

trimtab

Si effectivement, le ‘prix’ des ‘voitures’ électrques va surement être une barrière à une ‘diffusion massive’ dans un premier temps, la révolution de ‘l’électro-mobilité’ (et surtout des technologies batteries (comme dit marcob12) va inciter des ‘fabricants’ de toutes sorte à proposer des solutions ‘mutantes’ ou ‘intermédiaires’ entre deux et quatre roues, pour que chacun puisse trouver une ‘option’ qui corréspond a ses REELES besoins, contraintes et situation particulière de ‘mobilité’. Des UMP’s éléctrqiues de demain ne seront pas QUE des ‘voitures’ bis d’aujourd’hui . J’ai déja évoqué à plusieurs reprises : pour moi ça sera “trois ou quatre roues sous une parapluie !” trimtab

marcob12

Assez en phase avec ce que vous dites, puisque je vois des “promesses” de réalisations de ce type un peu partout et les réalisations commencent à arriver. Pour rester dans le ton de l’article, Nissan vient d’annoncer (je traduis un peu) que le coût d’achat de la “LEAF” au Japon sera équivalent (après les aides diverses) à 24 000 euros. Pas donné, mais pour un véhicule tiré à 6000 exemplaires au maximum en 2010 il faut un début et il me semble prometteur.

Pastilleverte

le prix du lithium ne s’envole pas, sans parler d’unéquivalent 1973 en Amérique de sud qu’on ne nous invente pas la TIPE (Taxe Intérieure pour les Produits Electriques), “réservée” aux véhicules électriques que la grande série EV devienne une réalité (mais voir autonomi, performances etc) que l’uranium ne sez raréfit tellement vite que le prix de l’électricité s’envole… même en France (ou que le ENR couvrent plus de besoins et ne soient plus subventionnés à 500% comme le PV

Dan1

Pour le prix de l’uranium, plus personne n’en parle contrairement au déchainement médiatique de 2007 et 2008, l’explication est peut être là : Pour le prix de l’électricité en France nous avons encore de la marge car rien qu’en récupérant l’électricité émise par la centrale nucléaire de Tricastin grâce à la nouvelle usine Georges Besse, nous avons de quoi alimenter 5 à 6 millions de véhicules électriques :

10
0
Laissez un commentairex