Réduire de 60 % la consommation du bâtiment

Selon une étude du World Council for Sustainable Development (WBCSD), il serait possible de réduire de 60% la consommation d’énergie du secteur mondial du bâtiment d’ici 2050.

Le bâtiment compte aujourd’hui pour 40% de la consommation mondiale d’énergie. Leurs émissions de gaz à effet de serre sont supérieures à celles du secteur des transports, indique l’étude.

6 marchés ont été analysés : le Brésil, la Chine, l’Europe, l’Inde, le Japon et les Etats-Unis. A elles seules, ces régions représentent  les deux tiers de la consommation d’énergie du bâtiment.

L’étude a évalué des millions de bâtiments existant ou à venir, à partir d’un modèle informatique prenant en compte des facteurs tels que le climat et l’architecture des régions concernées. Les simulations ont permis de montrer quelles réponses le marché devrait apporter selon diverses combinaisons de moyens financiers, techniques, comportementaux, et des options politiques choisies.

A l’issue de 4 années de recherche, le Conseil est parvenu à la conclusion selon laquelle il est possible de réduire de 60% la consommation du secteur du bâtiment, à condition de suivre une feuille de route articulée autour de 6 recommandations :

  • Le renforcement de la réglementation et de l’étiquetage, pour une transparence accrue.
  • Le recours à des subventions et des incitations tarifaires pour stimuler les investissements en efficacité.
  • L’encouragement d’une approche intégrée au niveau de la conception.
  • La mise au point et l’utilisation de technologies avancées pour accompagner et encourager les comportements économes.
  • Le développement des formations et filières de compétences nécessaires.
  • Une mobiliation de la société autour d’une prise de conscience générale des enjeux des économies d’énergie

"L’efficacité énergétique est en train de devenir rapidement l’un des plus grands défis de notre temps", estime Bjorn Stigson, président du WBCSD, qui compare cette question à celle d’un "éléphant dans une chambre". "Les bâtiments utilisent plus d’énergie que tout autre secteur, et en tant que tel, sont un contributeur majeur au changement climatique."

"Faute d’une action immédiate, des milliers de nouveau bâtiments seront construits sans souci de l’efficacité énergétique, et des millions de bâtiments consommant plus d’énergie que nécessaires seront encore debouts en 2050" a-t-il ajouté.

"Le marché ne sera pas en mesure d’apporter les modifications nécessaires. La plupart des propriétaires d’immeubles et les occupants ne connaissent pas assez et se soucient insuffisamment de la consommation d’énergie. Cette inertie est renforcée par les hypothèses selon lesquelles les coûts sont trop élevés et la rentabilité trop faible."

"C’est pourquoi nous appelons à une grande coordination et à un effort mondial. Si nous pouvons créer cela, nous réduirons les émissions de gaz à effet de serre et stimulerons la croissance économique en même temps", a-t-il conclut.

Le rapport et la feuille de route sont consultables sur le site du World Business Council for Sustainable Development

 

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
8 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
dede29

J’espère qu’ils n’ont pas mis trop de temps pour écrire tout cela !

Lebandit

“A l’issue de 4 années de recherche…” C’est fou, ils ont pas honte quand même…

Guydegif(91)

Elle est où la feuille de route avec des étapes et des échéances et qui fait quoi qd par exemple chez nous, en France et dans l’UE ! 60% de dépenses d’énergie en moins, autant de GES en moins et des jobs en plus !! C’est beau ! YA+KA ! En plus de seulement inciter avec des mesures RT2005 un peu molles, va falloir IMPOSER ASAP certaines améliorations draconniennes dans les bâtiments comme par ex l’isolation par l’extérieur, ou solutions-murs-isolation-mini, etc….  La Planète, la Crise et nous tous en ser(i)ons bénéficiaires ! Aux Starting Blocks donc ASAP !  A+ Salutations Guydegif(91)

fredhu

Au lieu de chicanner sur le meilleur moyen de consommer plus, j’encourage les intelligences qui participent de près ou de loin à ce forum de se renseigner, encore et encore, sur ce qui ne représente qu’un pourcentage de la consommation d’énegie, mais que VOUS tous avez ou aurez à supporter (jusqu’à l’insupportable) financièrement: l’habitat. L’abritusme absolu de continuer à construire en appliquant aujourd’hui des recettes et méthodes de construction datant de l’après-guerre juste par (bien mauvaise) habitude devrait être éradiquée par intelligence citoyenne, plutôt que d’attendre que des experts pondent ce rapport, que ceux qui nous dirigent acceptent de s’écarter des pressions des lobbies et de chercher à vaincre les inerties, que le changement se fasse à l’échelle de trois générations … Les solutions, simples, (très) efficaces, existent: il suffit de googler “maison passive” pour découvrir autre chose que le parpaing (soi-disant “vert” …) et les 5 cm de polystirène à l’intérieur. Application existante: Eric est un architecte belge, a construit pour sa famille une maison fruit de son expérience et de ses convictions, et (lisez !) est récompensé par une dépense de 45€ de pellet de bois de chauffage d’appoint pour ce premier hiver … 45€ … J’admets (de nouveau) que l’effort pour réhabiliter l’ancien suivant ces standards est au dela du réalisable. Mais il est CRIMINEL de laisser construire de nouveau batiments et maisons sans intégrer un minimum de contraintes: 50 kW/m2/an, soit 5 fois moins que la moyenne francaise, et ce sans les exigences du label “Passif”. La RT2005 n’est pas seulement “molle”, elle est totalement dépassée. Il ne faut pas attendre les prochaines futures probables lois. Vous qui envisagez de construire, ne faites pas la co…rie de ne pas faire l’effort du changement. Vous qui envisagez d’acquérir en neuf, exigez que votre facture chauffage ne dépasse pas … 200€/an (cas c’est très possible en collectif) Car une fois que le pays sera lancé dans le mouvement de la modération énergétique pour l’habitat (au moins), on s’apercevra sans doute que le besoin en nuk et en ventilos se fera moins pressante …

Dan1

Il est effectivement important de revoir la conception de l’habitat et de le rendre moins énergivore. Cependant, si on envisage l’économie essentiellement sous l’angle thermique, je crains que l’on est encore pas mal besoin d’électricité, d’où qu’elle vienne. Lire à ce sujet la conclusion de l’étude REMODECE (page 78 et 79) : Je cite : “…..L’immense sujet de préoccupation de demain n’est donc pas le chauffage mais l’électroménager”.

Denlaf

J’ai déjà expliqué qu’on pouvait économiser 60% sur notre consommation domestique d’électricité. Alors, inutile de complètement transformer nos habitations, ni d’attendre 2050. Qu’est ce qu’on attend pour exploiter la thermopompe eau-eau ou eau-air pour retirer l’énergie de nos étendues d’eau avec une économie minimale de 60% sur la facture de chauffage et de production d’eau chaude. Le principe est simple : 1kWh d’énergie électrique investi dans la thermopompe permet d’en retirer 4 kWh d’énergie thermique. Davantage sur les énergies renouvelables, les économies d’énergie et le réchauffement climatique sur : http://www.denis-laforme.over-blog.com

Lievain

…Elle coute 10.000 € à 12.000 € par foyer de 3 à 4 Personne . C’est trop cher pour beaucoup de monde, rigolo!

Bocheran

Les thermopompes ne donnent le meilleur d’elles mêmes qu’à certaines plages de températures,sinon leur COP(Coefficient  Of  Performance) diminue de manière préjudiciable.On ne peut en mettre éfficacement et de manière vraiment rentable , que dans certains endroits de certaines régions. C’est donc loin d’être une quasi panacée comme a l’air de le croire naivement Denlaf . Pour ceux qui veulent des renseignements plus détaillés sur les pompes à chaleur , allez sur le site WIKIPEDIA (francophone) et tapez : “Pompes à chaleur” .

8
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime