RWE, en route pour devenir leader européen de l’éolien

RWE concrétise ses objectifs de renforcement dans l’éolien annoncés en novembre dernier. Jeudi, c’est en vue d’une commande de 450 éoliennes que le groupe allemand a signé un accord préliminaire avec le fabricant REpower.

L’accord-cadre signé jeudi implique un volume de 1900 mégawatts : 250 éoliennes offshore de série 5M/6M (5 et 6 MW) devront être livrées dans un premier temps. Suivront environ 200 autres turbines onshore, d’une capacité unitaire de 2MW.

Les négociations devront être menées au cours des tous prochains mois, pour une livraison des éoliennes programmée jusqu’en 2016.

"L’énergie éolienne joue un rôle décisif pour le positionnement de RWE Innogy en tant que force motrice de la technologie de demain en Allemagne et en Europe", explique Kevin Mc Cullough, chef d’exploitation de RWE Innogy.

"Les parcs éoliens offshore requièrent la plus haute exigence technologique. Je suis certain qu’avec REpower, nous avons trouvé un partenaire solide pour faire avancer nos objectifs dans ce domaine."

C'est maintenant !
Fournisseur Total direct énergie

10% de remise sur le prix de votre consommation d'électricité et de gaz !

RWE Innogy est en train de négocier des accords similaires avec d’autres acteurs du marché de l’éolien.

Partagez l'article

 

         

Articles connexes

Souscrire
Me notifier des
guest
4 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Michel(Montreal

Bonjour, pourquoi parler de projet éolien onshore et offshore? pour faire joli? pour faire son initié par rapport aux ignorants? Mentionner parc éolien sur terre ou en mer ou au large des côtes serait déjà mieux. Merci.

Enerzine

L’emploi des termes ‘offshore’ et ‘onshore’ est certes regrettable, mais plus courant dans ce domaine particulier que l’usage de leur équivalent français. Sans doute en est-il autrement au Québec ?

Michel(Montreal

en effet il en est différent au Québec. Cétait une remarque générale qui vise surtout les français qui ont une nette tendance à truffer tout de mots anglais par snobisme pour impressioner leur entourage ou par volonté d’apporter une pseudo crédibilité scientifico-technique. Cela n’impressionne que les français d’ailleurs. Heureusement qu’on parle encore de ferme éolienne et pas de wind farm! Sans rancunes!

switcheole

Vous verrez que les problèmes “off” sont plus graves que les problèmes “on”