USA : forte mortalité des chauves-souris à cause des parcs éoliens

Une nouvelle estimation sur la mortalité des chauves-souris causée directement par les éoliennes conclut que plus de 600.000 de ces mammifères sont probablement morts de cette façon en 2012 dans les États-Unis contigus*.

Pour réaliser cette estimation – publiée dans la revue BioScience -, les chercheurs ont utilisé des techniques de statistiques avançées. Ils ont déduit le nombre probable de décès de chauves-souris dans des installations de parcs éoliens à partir d’une population observée dans 21 régions aux États-Unis.

Les chauves-souris, bien qu’ayant mauvaises réputations, jouent un rôle important dans l’écosystème des insectivores, et aussi dans la pollinisation des plantes. Elles sont tuées par les éoliennes non seulement par des collisions avec la pale des turbines en mouvement, mais aussi par le traumatisme résultant de brusques changements de pression d’air qui se produisent à proximité.

USA : forte mortalité des chauves-souris à cause des parcs éoliens

L’article écrit par Mark Hayes exerçant à l’Université du Colorado précise que 600.000 reste une estimation prudente, et que le chiffre réel pourrait avoisiner les neuf cents mille, soit une augmentation de 50%. Même si le chiffre annoncé rejoint certaines études déjà réalisées précédemment, il reste tout de même plus élevé dans la grande majorité des cas. Les données analysées suggèrent également que certaines régions du pays pourraient connaître des taux de mortalité de chauves-souris beaucoup plus forts près de certains parcs éoliens : dans cette analyse, ce sont les Appalaches qui possèdent les taux les plus élevés.

USA : forte mortalité des chauves-souris à proximité des parcs éoliens

 [ Par exemple, l’estimation probable qu’une turbine tue 10 chauves souris, par MW, par an se situe environ entre 20 et 24. ]

Les conséquences de la mortalité des populations de chauves-souris touchant les parcs éoliens restent encore très difficiles à évaluer, car il n’existe pas d’estimations précises de la taille des populations de la plupart des espèces de chauves-souris en Amérique du Nord. Toutefois, Mark Hayes explique que les populations de chauves-souris sont déjà sous pression à cause notamment du changement climatique et de certaines maladies, comme celle du syndrome du nez blanc (White-nose Syndrome**).

Cette nouvelle annonce se révèle donc assez inquiétante, d’autant plus que les populations de chauves-souris ne se développent que très lentement. Pour la majorité des espèces, les femelles mettent bas à un seul petit par an.

** Le WNS est provoquée par le champignon Geomyces destructans, qui se manifeste par un anneau blanc autour de la bouche et du museau des animaux contaminés.

* Le terme États-Unis contigus fait référence aux 48 Etats américains et au district de Columbia situés en Amérique du Nord, entre la frontière avec le Canada et la frontière avec le Mexique

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
41 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
christophe1007

Il faut les détruire, et surtout, dés maintenant, cesser de les subventionner à coup de milliards ! On est censé vivre en économie libérale, sans subventions qui faussent l’équilibre du marché.

fredo

vous avez raison faut tout pèter !!! vous êtes breton ? le point du ministère sur les chauve souris:

fredo

vous avez raison faut tout pèter !!! vous êtes breton ? le point du ministère sur les chauve souris:

gaga42

Je ne suis pas un “ardent défenseur” des éoliennes, comme peuvent en témoigner mes réactions passées. Mais l’argument des “pôvres zanimaux” me parait un peu léger: l’article ne précise pas si les espèces sont en danger, ni et surtout les effectifs… Et il y d’autres causes de mortalité “anthropique” bien identifiées et probablement plus importantes dans le lien donné par Fredo (notamment pesticides mais aussi lignes électriques etc…). Personne n’a jamais remis en question l’existence des routes pour sauvegarder les hérissons…

Enpassant

. Vous avez raison, les éoliennes sont nuisibles… pour les promoteurs des énergies fossiles et fissiles. Par contre, pour lutter contre le réchauffement climatique, elles semblent bien appréciées. D’ailleurs, si vous suiviez un minimum l’actualité (mais j’avoue en douter un peu), vous n’auriez pas manqué de remarquer que le rapport du GIEC de septembre dernier, alertait (… une fois encore !) sur l’urgente nécessité de limiter les G.E.S. et un recours massif aux ENR… Mais, bon si vous ne voulez pas vous instruire un peu, nous n’y pouvons rien… PS : parlez donc du réchauffement climatique aux Philippins… 🙂

Bob1

“Il faut les détruire, et surtout, dés maintenant, cesser de les subventionner à coup de milliards ! On est censé vivre en économie libérale, sans subventions qui faussent l’équilibre du marché.” 8ctskWh en tarif d’achat pour l’éolien, j’apelle pas ca “subventionner à coup de milliards” Puis bon, c’est vrai, c’est quand même mieux d’aller dynamiter des montagnes au Niger ou du Khazakstan, la bas au moins les chauves-souris se plaignent pas et y’a pas beaucoup d’imbéciles qui vont avoir l’idée de faire des études d’impact

trimtab

Minute papillon…! Avant de crier à tue tête la chanson ‘haché menu les petites bêtes’, soyant d’abord un peu ‘informé’ et en suite agir: Vu la ‘mortalité’ des oiseaux: 1: Il faudrait déjà enlever tous vos vitres ! 2: Arreter de conduire ! 3: Ne plus consommer de l’électricité ! 4: Et manger plus rien qui a été traité avec des pesticides ! 5: Et bien sur convaincre tous ses amis chasseurs…de ne plus chasser…! Après on s’occupe des grands méchants moulins à vent…? Pour les chauves souris c’est un peu plus complexe: Car il y a aussi une histoire de ‘barotrauma’ en plus des collisions ‘haché menu’, mais on essaie de trouver des parades à ce problème, et même c’est des français qui s’y colle: “…..Le problème de la mortalité des chauves-souris autour des éoliennes est connu depuis plusieurs années. Une société française, Biotope, a mis au point un programme d’interruption à distance des éoliennes en période de forte activité des chauves-souris, qui réussit apparemment à réduire jusqu’à 74 % la mortalité chez ces chiroptères, avec un impact minime sur la production d’électricité. Le système a été implanté dans plusieurs parcs éoliens en France……” Et d’une façon générale soyons claire concernant les ‘nuissances’ de l’ensemble des technologies d’ENR – chacune a ses avantages et ses inconvients, qui faut mesurer avec pragmatisme, pour en encourager ‘les moins pires’, sans se perdre dans l’emotionnel à fleur de peau de ‘sauvons des petites bêtes’ et ‘nos paysage’; qu’ils sont beaux les lignes hautes tension qui tue aussi les oiseaux et achinime le jus jusqu’a chez vous…! Pour Eole…..qui nous donne actuellement +/- 5% de notre/votre jus…pensez vous réduire de 5% votre consommation….pour qu’on aura plus besoin…..? Ou même, action au combien ‘radicale’, rendre votre compteur à EDF/ERDF en protestation de tous le ‘mal qui nous font’ sur tous les fronts pour produire et acheminer ce jus jusqu’a nous….que nous consommons….presque sans états d’âme…? trimtab

Nature

On lit une fois de plus l’écart culturel entre ceux qui sont prêts à accepter tous les dommages à nos valeurs culturelles et naturelles et les tenants d’une énergie considérée comme l’alpha et l’omega de notre société.

chelya

Pas certain que ce soit les éoliennes qui embêtent le plus les chauve-souris dans les appalaches… mais contrairement à l’industrie éolienne vous ne verrez jamais l’industrie du charbon financer une étude sur ses impacts…

sophie34

‘est vrai que le nucléaire n’a pas été subventionné. il est sorti tout seul, sans que l’Etat, donc le citoyen mette la main à la poche, facile. A moins qu’on considère les 300 milliards d’euros que nous, citoyens français, avons payé depuis les années 70 pour financer cette énergie mortifère. Ouvrez les yeux Monsieur, nous n’avosn pas fini de payer le nucléaire, et surtout ses externalités, et encore moins le stockage et le démantèlement à venir ….

nrjlibre

bonjour J’ai entendu dire qu’un avion avait avalé une mouette ! Il faut détruire, que dis-je, exterminer tous les avions !! Yes ! C’est bon de sentir qu’on est dans le juste combat, hi hi ! bonne journée

Bachoubouzouc

que tout retombe sur le nucléaire ???? @ sophie34 “il est sorti tout seul, sans que l’Etat, donc le citoyen mette la main à la poche, facile. A moins qu’on considère les 300 milliards d’euros que nous, citoyens français, avons payé depuis les années 70 pour financer cette énergie mortifère.” Sophie, ce n’est pas parce que quelqu’un ose émettre une critique contre votre précieux éolien qu’il faut vous mettre à délirer complètement : Le programme électronucléaire français tout entier (Areva compris) a coûté 228 milliards d’euros (cf p275 du rapport de la CDC) et non 300 milliards. De plus, l’immense majorité de cette somme a été payé grâce aux factures des consommateurs et non aux impôts des citoyens. Et quant à “énergie mortifère”, c’est un peu fort de chocolat dans la mesure où vous avez plus de chance d’être frappé par la foudre que de mourir par un accident nucléaire ! Je vous tiens le pari que, dans vingt ans, on se sera rendu compte que le photovoltaique tue 100 fois plus que le nucléaire (à cause des incendies) !

Nicias

Mark Hayes explique que les populations de chauves-souris sont déjà sous pression à cause notamment du changement climatique Je flaire l’activiste écologique (scientiviste). Domage, je suis anti-éolien, j’ai failli le croire. I assumed that the bat fatality rates per megawatt were stable from year to year (i.e., that the fatality rates per megawatt were not decreasing Bon ben si c’est vrai, alors la population de chauves-souris ne diminue pas ! L’étude est ici:

Claire28

Pour mettre tout le monde d’accord, il suffirait de remettre l’électricité éolienne sur un circuit économique normal. Comme les autres productions industrielles, que la production éolienne soit vendue au prix du marché international de l’électricité. Sortis de la spéculation financière, seuls les projets utiles résisteront.

gaga42

Pour rebondire sur la réaction (justifiée) de Bachoubouzouc, on devrait inventer l’équivalent de la loi de Godwin (loi de Godnuke?) pour le domaine de l’énergie, par exemple: “« Plus une discussion en ligne sur n’importe quel thème plus ou moins proche de l’énergie dure longtemps, plus la probabilité d’y trouver des post anti-nucléaires s’approche de 1. »

fredo

“Je vous tiens le pari que, dans vingt ans, on se sera rendu compte que le photovoltaique tue 100 fois plus que le nucléaire (à cause des incendies) !” comptez-vous ou non dedans les ouvriers qui extraient l’uranium ? vous voulez parler de morts français uniquement?

s4m

Quelques chauves souris valent bien des millions de tonnes de CO2 dans l’atmosphère (qui, soit dit en passant, les auraient peut être tué elles, parmis d’autres). @Sophie34 Et les plus de 20Mds d’€ versés par EDF depuis 2005 à l’Etat en guise de dividende ? Et les 60% de CA réalisé par AREVA et EDF à l’étranger (avec une majorité d’emploi et d’impôts payés en France) ? Et les factures (parmis) les plus faibles d’Europe ? A propos des déchets, l’ANDRA et CIGEO sont financés à 95% par des taxes payées par les exploitants (les 5% restant sont destinés à la mission d’inventaire et à assurer les risques en cas de responsable non identifiable). Il y a certes les recherches financées par l’Etat, mais cela reste un financement indirect (on peut alors aussi comptabiliser les routes empruntées par les salariés ou la formation des ingénieurs) et dans une mesure assez faible, au regard des points que j’ai mentionnés ci dessus (c’est également l’une des conclusions de la CDC). Le mythe du nucléaire financé par le contribuable est faux ! @gaga Je complèterais : « Plus une discussion en ligne sur n’importe quel thème plus ou moins proche de l’énergie dure longtemps, plus la probabilité d’y trouver des post anti-nucléaires pestiférant contre le nucléaire payé par le contribuable s’approche de 1. » 😉 @fredo : match bétise/bétise ? Autant l’argument de Bachou est un peu tordu, autant le vôtre l’est tout autant ! Le nuclaire est une industrie, comme toutes les industries, elle comporte des risques pour les salariés. Il faut diminuer ce risque (d’énormes progrès ont été faits dans toutes les industries depuis les années 70-80) et en cas de défaillance, le(s) responsable(s) doi(ven)t être condamné(s). Il faut cependant rester très prudent sur ces décisions, comme l’affaire récente où EDF a été condamné suite au décès d’un salarié (fumeur notoir) d’un cancer des poumons et ce, malgré les doses relativements faibles reçues par le salariés (2mSv/an). Il s’agit en l’occurence davantage d’une interprétation du droit du travail qu’une réelle reconnaissance de causalité entre l’industrie nucléaire et du décès de ces personnes.

En re-passant

Les eoliennes, ne sont que les symboles imposants de l’impuissance de l’homme à maitriser son avenir Leur utilité: divertir voire endormir l’opinion publique en lui donnant une conscience visible… tout en faisant un baroude d’honneur inutile. pour 3% de notre conso d’énergie et comme toute activité humaine , les conséquences restent désastreuses pour l’environnement, mais l’essentiel est bien que ça fasse du fric non, seul véritable intérêt de l’histoire et de ses défenseurs. les eoliennes ne sont pas une solution dans le drame philippin, ( vos gueules ) mais l’assureur fait toujours bien peur avant de proposer son contrat n’est il pas ?…

meneux

l’ handicap fondamental de l’éolien est la légéreté du fluide appelé air (800 fois moins que l’eau),ainsi il en faut de gros volumes en mouvement pour obtenir une énergie significative;de ce point de vue avec l’autre handicap qui est l’intermittence,les eoliennes actuelles sont insuffisantes et sans avenir sérieux. c’est en mer pourtant que le vent est le plus interessant à exploiter,et là il n’y a pas de chauves souris,mais des oiseaux à écarter par des signaux sonores;et aussi il faut être très loin des cotes, avoir une technologie d’éoliennes flottantes ; et enfin produire sur place à partir de l’électricité venant de l’eolienne, un carburant propre (hydrogène) qui transporté sur terre pourra lors de sa combustion propre,restituer de l’electricté. la ressource vent est inepuisable et si on lui en prend une partie, peut-être les supertyphons ,ces bébés monstrueux du réchauffement climatique ,redeviendront de simples bébés.j’ai décrit sur ce site et sur le web un concept d’eolienne appelé “fujinemachine” qui developpe ces idées; si on veut du propre, du renouvelable universel,il faudra, volens nolens,passer par les fluides en mouvement,l’air et l’eau, et pour faire simple,l’air en mouvement ne manque pas audessus des océans

Droitdereponse

Cher Christophe, De quelle subvention parlez-vous pour l’éolien aux Etats-Unis, où il est en compétition avec le gaz naturel, dans une économie parfaitement libérale? Renseignez-vous (et éclairez-nous, vous semblez si bien informé). Merci d’avance.

Nicias

La “compétition” aux USA est “libéralement” contractualisée entre les Etats (mais pas toujours) et des fournisseurs privés via des PPA dont voici le formulaire type: POWER PURCHASE AGREEMENT Executed by the UNITED STATES OF AMERICA, DEPARTMENT OF ENERGY acting by and through the BONNEVILLE POWER ADMINISTRATION and (__________ Wind Project) Il y a bien sur un chapitre “Obligation to Sell and Purchase Energy Output”. Globalement tous ces contrats sont “libéralement” autorisés par les “State Commission” c’est à dire les CRE locales qui veillent à ce que la douille ne soit pas trop élevée pour le consommateur. Bien sur il y a tout un tas de subventions dont je ne peux pas faire la liste pour chaque Etat mais par exemple on a celle-ci au niveau fédéral: Companies that generate wind, geothermal, and “closed-loop” bioenergy (using dedicated energy crops) are eligible for a Production Tax Credit (PTC), which provides a 2.2-cent per kilowatt-hour (kWh) benefit for the first ten years of a renewable energy facility’s operation.

Jms

Comment peut-on sortir des chiffres pareil 600.000 chauves-souris serais morte aux pieds des éoliennes! Faut s’appeler scientifique pour sortir des ânneries pareille! Ces sacrée petites bêtes on mit au point un fameux système de sonar qui fonctionne vraiment bien et je doute vraiment qu’elles en arrivent à se petter la troche sur les éoliennes. Sa devrais faire un fameux monticule de cadavres, je demande à voir! ce qui est sûre (pour avoir habité dessous quelques années) c’est que les lignes hautes tensions sont bien plus mortel pour les pigeons par exemples, qu’on à rammasser en grand nombres par temps de brouillard. M’étonnerais pas qu’ils soit payer par les gens du nucléaire ces scientifique. Tiens à propos vous saver qu’ils y a depuis quelques semaines une fuite radioactive sous la central nucléaire de TRICASTIN qui est en train de polluer toute la nappe phréatique, les puits environants et le Rhône. A ces bonnes veilles centrales toujours prêt à nous jouer des farces! Mais c’est pas grave… c’est diluer dans la Méditérranée après, dormer tranquille brave gens.

Tech

je eux vous dire que j’ai observé une chauve souris dans une chambre avec un gros ventilo au plafond, jamis, jamais elle ne l’a frolé, on mettrait l’équivalent de leurs SONAR sur nos voitures, couplés aux feeins, on aurait bien moins d’accident! à la vitesse de rotation des pales, qui est vraiment très lente, ce sont vraiment les chauve souris malades ou dont le sonar est défaillant qui se cognent, et alors elle serait aussi bien morte contre un immeuble ou un camion citerne ! et on ne vas pas alors attribuer a l’industrie pétrolière la mort de cs petites bêtes. cet article m’a tout l’air orienté et de la pseudo science!

Sicetaitsimple

je n’y connais rien à titre personnel, mais je comprends que le problème n’est pas vraiment la collision, mais les variations brutales de pression de l’air au voisinage des eoliennes qui provoquent les “explosions” des poumons des “bats”. Taper “bats windfarm” pour en savoir plus.

Bachoubouzouc

“comptez-vous ou non dedans les ouvriers qui extraient l’uranium ? vous voulez parler de morts français uniquement?” Ca commence à devenir un classique chez les antinucléaires de chercher à faire peur avec des armées de spectres ouvriers nigériens irradiés dans des mines d’Areva. Et comme ils ne trouvent nulle trace de ces morts dans la presse internationale (où pourtant ça aurait bien du finir par se savoir, depuis le temps), ils se rabattent comme vous sur des condamnations en France, imputables au nucléaire. Rappelons qu’en France, la preuve pour les procès de maladies professionnelles est la charge de l’employeur. Et vu qu’il est impossible de prouver quoi que ce soit dans ce domaine, cela aboutit en France à des vagues de condamnations, parfois ubuesques (l’exemple de la condamnation d’EDF pour le cancer du poumon d’un salarié fumeur).

Sicetaitsimple

je n’avais pas vu le post de trimtab de ce matin qui est bien plus détaillé que le mien sur le sujet. Sorry my friend.

Carbone a ras

Quelques posts plus bas vous trouverez ceci: “Pas certain que ce soit les éoliennes qui embêtent le plus les chauve-souris dans les appalaches… mais contrairement à l’industrie éolienne vous ne verrez jamais l’industrie du charbon financer une étude sur ses impacts…”Src : hampshirereview.com/wp-content/uploads/2013/10/1030ANN-PANCAKE-landscape.jpg Non seulement les éoliennes détruisent la biodiversité mais en plus le harbon américain importé en Europe en remet une couche ! Et un charbon qui avec lignite et gaz compense l’incapacité à produire des éoliennes et panneaux photovoltaïques . Les pôvres Z’ÂNEmaux ce sont les HUMAINS !!!

Carbone a ras

Ce charbon qui exporté en Allemagne complète pour 75 à 80 % les productions aléatoires des éoliennes et à 90 % celles des panneaux photovoltaïques… CQFD

trimtab

Fichre alors ! Déjà 31 commentaires pour un chauve souris qui accouche d’un montagne de commentaires qui, comme l’a fait remarqué gaga42, partent en live dans tous les sens….! Et le même jour, (par exemple) un bref sur les ‘hot rocks’ au mexique, bien plus intéressant pour faire tourner nos ‘bouilloires éléctrogènes’……..nada….! A croire que nos ‘sonars’ de ‘chercheurs de vérité’ est bien détraqué, est ne détecte plus l’essentiel……! trimtab

Stephsea

Mais où sont elles? Ou sont les cadavres? Ca fait quelques tonnes de chauve souris, probablement plusieurs kg par éolienne. Facile à compter et à mesurer, plutôt que de se perdre en conjectures vaseuses et statistiques. Et admettons que les éoliennes tuent des chauve souris aujourd’hui, combien en sauvent t’elles à terme en luttant contre le dérèglement climatique? On peut donc dire tout et son contraire quand on ne voit que la moitié des choses… C’est ainsi que Claire 28 nous dit : “Pour mettre tout le monde d’accord, il suffirait de remettre l’électricité éolienne sur un circuit économique normal.” Mais l’énergie fossile et fissiles sont jsutement sur un marché totalement anormal. Si le pétrole était à son vrai prix, le litre d’essence serrait à plus de 100€. Si le nucléaire était à son vrai prix, il serrait interdit, tout simplement. Alors, constatons simplement que les invocations du marché pour qualifier ou disqualifier telle ou telle énergie sont largement outrancières. Et constatons aussi que le progrès technologique ne s’embarrasse par de quelques sacrifices…

Dan1

A Stephsea. “Si le nucléaire était à son vrai prix, il serrait interdit, tout simplement.” Ah bon. Admettons que le vrai prix du nucléaire soit exorbitant (ce qui reste à prouver), admettons que le consommateur doivent payer ce “vrai” prix. Pourquoi, donc faudrait-il alors interdire le nucléaire ? … puisqu’il ne serait plus économiquement viable et ne serait donc plus en mesure de produire. Bizarre, cette manie de manier les interdits ? Pourtant, l’esprit de mai 68 était bien résumé par “il est interdit d’interdire”. Mais mai 68 c’est loin.

Carbone a ras

Si l’on veut croire qu’il n’y a pas de mortalité chez les chauve-souris, alors pourquoi des gens sérieux qui travaillent en collaboration avec des organismes d’Etat et des promoteurs éoliens annoncent-ils avoir un matériel qui évite tantôt 74 % , tantôt 90 % de la mortalité des ces insectivores. Et comment eux-mêmes ont-ils fait leurs estimations, ils annoncent des pourcentages ( très différents ) mais pas de chiffres, y aurait-il plus de mortalité que ce que l’on veut bien nous dire ??? ” Applications de Chirotech© “ChiroTech© permet d’optimiser l’intégration des éoliennes tout en limitant leur impact sur la biodiversité : • L’arrêt momentané des pâles des éoliennes durant les phases où le risque de collision avec les chauves-souris est le plus élevé, il est constaté une réduction de la mortalité des chauves-souris de plus de 90% ; • Sans remettre en cause la rentabilité de l’activité car l’impact sur la production d’électricité demoins de 0,3% ; • Un système qui fonctionne aussi bien sur les parcs existants que sur les futures machines.”

Carbone a ras

“Le problème de la mortalité des chauves-souris autour des éoliennes est connu depuis plusieurs années. Une société française, Biotope, a mis au point un programme d’interruption à distance des éoliennes en période de forte activité des chauves-souris qui réussit apparemment à réduire jusqu’à 74 pour cent la mortalité chez ces chiroptères avec un impact minime sur la production d’électricité. Le système a été implanté dans plusieurs parcs éoliens en France.”

Tech

une étude du camp adverse, qui dit le contraire, la dépression serait trop faible pour causer la mort!

Manfredamoureux

Pour avoir eu l’occasion de travailler sur le problème, je peux apporter des éléments de réponse : Oui, les éoliennes peuvent induire une mortalité sur les chauve-souris et dans une moindre mesure être nuisible au reste de la faune volante (les oiseaux – essentiellement en leur demandant l’effort d’éviter l’éolienne). Les chauve-souris disposent certes d’un sonar mais celui-ci les fait confondre l’éolienne avec une sorte d’arbre géant où elles penseraient trouver des proies. Elles peuvent être lésées voire tuées, essentiellement non pas par une collision avec les pales qu’elles évitent la majorité du temps, mais par le barotraumatisme lié au passage de celles-ci. Toutefois, les solutions existent. Les chauve-souris ne sortent pas par tous temps, mais dans des conditions horaires et météorologiques données. Plusieurs sociétés travaillent sur le sujet. Entre autres, la société française BIOTOPE a mis au point le système Chirotech permettant de prévoir le risque de présence des chauve-souris sur un parc éolien et d’arrêter celui-ci pour éviter les problèmes. Ils arrivent à des réductions de mortalité de l’ordre de 90% pour des pertes de productible de 2%. Ils ont aussi mis au point un radar 3d spécifique pour la faune volante et espère coupler les systèmes dans les prochaines années et ainsi réduire encore les pertes.

Manfredamoureux

Pour avoir eu l’occasion de travailler sur le problème, je peux apporter des éléments de réponse : Oui, les éoliennes peuvent induire une mortalité sur les chauve-souris et dans une moindre mesure être nuisible au reste de la faune volante (les oiseaux – essentiellement en leur demandant l’effort d’éviter l’éolienne). Les chauve-souris disposent certes d’un sonar mais celui-ci les fait confondre l’éolienne avec une sorte d’arbre géant où elles penseraient trouver des proies. Elles peuvent être lésées voire tuées, essentiellement non pas par une collision avec les pales qu’elles évitent la majorité du temps, mais par le barotraumatisme lié au passage de celles-ci. Toutefois, les solutions existent. Les chauve-souris ne sortent pas par tous temps, mais dans des conditions horaires et météorologiques données. Plusieurs sociétés travaillent sur le sujet. Entre autres, la société française BIOTOPE a mis au point le système Chirotech permettant de prévoir le risque de présence des chauve-souris sur un parc éolien et d’arrêter celui-ci pour éviter les problèmes. Ils arrivent à des réductions de mortalité de l’ordre de 90% pour des pertes de productible de 2%. Ils ont aussi mis au point un radar 3d spécifique pour la faune volante et espère coupler les systèmes dans les prochaines années et ainsi réduire encore les pertes.

jmdesp

les pro énergies renouvelables nous expliquer qu’il ne faut surtout pas “se perdre dans l’émotionnel à fleur de peau”, mesurer avec pragmatisme pour en encourager ‘les moins pires’, mettre en doute des études en considérant qu’elles peuvent succomber au catastrophisme et derrière une annonce tonitruante ne pas avoir en fait évalué les effets si rigoureusement que cela. On aimerait bien voir cette attitude plus souvent et sur tous les sujets. Plus sérieusement c’est bien d’avoir un système Biotope pour limiter les pertes, mais quels sont les incitations des exploitants pour le mettre en place ? (et mesurer sur chaque parc l’impact réel). Comme le phénomène concerne surtout les petits heures de la nuit, on a au moins l’avantage que c’est le moment où l’électricité généré par les éoliennes est la moins indispensable et on a donc le moins de conséquences négatives à subir (en particulier financières) si on doit réduire en partie la production.

climax1891

Entre 2004 et 2012, le monde a dépensé environ 1 150 milliards de dollars (850 milliards d’euros) pour le solaire et le l’éolien. Eolien : 539 milliards de dollars. Solaire : 609,9 milliards de dollars. Avec cette somme, on aurait pu remplacer une grande partie des centrales au charbon en Europe (180 GW en 2007) et aux USA (320 GW) avec des centrales supercritiques. Ceci permettant de réduire de 20 à 40% les émissions de CO2 de ces centrales. Au lieu de cela, le solaire et le solaire ne produit que 2,4% l’électricité dans le monde (521,5 TWh pour un total de 21 964 TWh en 2011)

Herve

En conclusion, aprés avoir pubilié la masse de CO2/kwh, ERDF va devoir ajouter la ligne “nombre de volatiles tués / Kwh” au bilan de la production!

Herve

En conclusion, aprés avoir pubilié la masse de CO2/kwh, ERDF va devoir ajouter la ligne “nombre de volatiles tués / Kwh” au bilan de la production!

Mounis

leur déclin coûterait des milliards à l’agriculture États-Unis – Publiée en avril 2011 dans Science, une étude américano-sud-africaine évalue entre 3 et 53 milliards de dollars l’économie en pesticides agricoles due aux chauves-souris insectivores, rien qu’aux États-Unis. Or ces mammifères sont gravement menacés par une épizootie, ainsi que par les turbines éoliennes. Collaborant avec d’autres universitaires, sud-africains et américains, Gary McCracken, du Département d’écologie et de biologie évolutionnaire à l’Université du Tennessee à Knoxville, a évalué l’impact économique, pour l’agriculture américaine, de la prédation des chauves-souris sur les insectes parasites. Résultat : un chiffre annuel compris entre 3,7 et 53 milliards de dollars. “Ces estimations incluent les coûts des applications de pesticides qui ne sont pas nécessaires pour supprimer les insectes consommés par les chauves-souris. Cependant, elles ne comprennent pas les répercussions des pesticides, en aval, sur les humains, les animaux domestiques et sauvages, et notre environnement. Même des estimations basses montrent clairement comment les chauves-souris ont un potentiel énorme pour influencer l’économie agricole et forestière”, explique McCracken. Une population menacée Depuis 2006, plus d’un million de chauves-souris sont mortes à cause d’une maladie fongique (due à un champignon) appelée le syndrome du nez blanc (WNS), qui affecte la peau des chiroptères en hibernation, et s’est rapidement répandue depuis le Canada jusqu’au Tennessee, au Missouri et à l’Oklahoma, sans que l’on arrive à la combattre. D’autre part, on ignore combien de chauves-souris exactement sont victimes des éoliennes, mais les scientifiques estiment que d’ici 2020, ces installations risquent de tuer de 33.000 à 111.000 de ces animaux par an, rien que sur la côte atlantique (Mid-Atlantic Highlands), sans que l’on sache pourquoi les espèces migratrices arboricoles sont attirées par les éoliennes. “Ne pas agir n’est pas une solution, car la biologie de ces mammifères volants et nocturnes – caractérisés par un faible taux de reproduction – montre que le rétablissement de la population, même après des décennies, voire des siècles, est peu probable, et peut même ne pas se produire du tout”, dit McCracken, selon qui les solutions doivent passer par une sensibilisation accrue du public, des décideurs et des scientifiques.

41
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime