USA : McCain promet l’indépendance énergétique en 2025

La campagne présidentielle américaine aborde en ce moment la question de l’énergie, déclarations tonitruantes à la clé. Ainsi mercredi la candidat républicain John Mac Cain a-t-il promis de conduire les Etats-Unis jusqu’à l’indépendance énergétique, dès 2025.

Le candidat a baptisé son programme énergétique "Lexington", "du nom de la ville où les américains ont proclamé leur indépendance une première fois".

Ce plan repose principalement sur la construction de nouvelles capacités nucléaires : 45 réacteurs d’ici 2030, sur le développement des capacités de production pétrolière américaine, notamment par le forage offshore, sur l’exploitation d’un "charbon  propre" et l’amélioration des réseaux électriques. Sans oublier le développement des énergies éolienne et solaire.

"La dépendance de l’Amérique envers le pétrole étranger était troublante il y a 35 ans, alarmante il y a 20 ans, elle est dangereuse aujourd’hui" a-t-il proclamé dans un discours à Las Vegas, mettant en cause le pouvoir de l’Opep.

Dans le camp adverse, Barack Obama ne promet pas l’indépendance mais 50% d’économies d’énergie d’ici 2030 et la réduction de 80% des émissions de carbone pour 2050.

 

 

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
9 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Momo

Waouh , s’ils s’y mettent vraiment ( et parfois ils le font , c’est vrai ! ) cela va leur couter un max de pognon …. car ils partent de vraiment bas en n’ayant pas investi beaucoup ds. aucun de ces domaines depuis 1975 ! Wait and see … et bon courage a tous les Yankees , ils ne devraient pas chomer pendant des decennies

Topette

Que veut dire indépendance dans le bouche de Mc Cain ? Si c’est “exploiter les sables bitumineux de l’Alaska” alors ça ne change rien ! L’indépendance par rapport aux énergies fossiles serait plus audacieuse !

fredhu

Je chante avec Momo: whaooouh !Ils sont en pleine campagne éléctorale, ne l’oublions pas !Ces mots ne sont que des intentions, et il est loin de ces mots, prononcés pour attirer l’attention, et de la réalisation effective.45 réacteurs nucléaire: il s’agit seulement de s’affranchir d’une dépendance au pétrole pour mieux dépendre d’une autre, l’uranium dont les réserves sont également (très) limitées. Je ne dis rien sur les autres défauts de cette énergie, d’autres le feront mieux que moi.Charbon propre ? Ha, ok, il faut seulement qu’un président des USA le décide pour que le charbon devienne propre. Non,  je savais pas …En global: ne changeons rien à nos bonnes vieilles (mauvaises) habitudes, on trouvera toujours un pays à envahir pour se servir en uranium.Mr Obama me semble un brin (beaucoups !) plus réaliste en réclament 50% d’économie d’énergie D’ABORD ! Je ne fais pas de politique, mais je préfère …

Lord predator

Je rappelle à Fredhu que les réserves d’uranium sont loin d’être limitées (a fortiori trés limitée) les réserves sont estimé aux prix du marché, or celui-ci est non seulement trés bas, mais ont été récemment multiplié par 7 grâce au renouveau de l’exploration …Enfin, je rappelle que de toutes maniére le % de l’uranium dans le cout du Kwh nucléaire est infime de l’ordre de 5% par conséquent il pourrait augmenter que sa ne changerai pas grand chose.Le nucléaire est bourés de défauts mais est une énergie d’avenir, que les prochaines générations (de réacteurs) rectifiront, aucune source d’énergie n’est a négliger en particulier le nucléaire. En ce qui concerne les beau discours, je préfere largement celui d’Obama a celui de Mcain, qui est beaucoup moins démagogique  …Cordialement,

Bertrand

Parler de réserves ne veux pas dire grand chose et est sujet à caution (beaucoup).Avec le même raisonnement, on pourrait dire que les réserves d’hydrogène sont infinies. Encore faut-il aller le chercher dans l’eau et cela demande une énergie considérable, supérieure à celle obtenue.Pour en revenir à l’uranium, la production ne couvre que 60% de la consommation, le reste étant fournit par d’anciens stocks et en particulier ceux provenant des armes nucléaires. Tout cela s’épuise et l’industrie se préoccupe de la capacité des mines à produire l’uranium nécessaire dans cinq ans (fin des stocks) tellement l’écart est important entre production minière et consommation.Car malgré tous les efforts et le prix de l’uranium qui a considérablement augmenté en quatre ans, la production stagne. Un petit plus une année est suivi par un moins l’année suivante.Pour le 5% de l’uranium dans le prix du kWh nucléaire, il faudra remettre à jour vos informations, bien que le même discours officiel soit répété partout depuis des années.Lorsque le prix de l’uranium est multiplié par dix en quatre ans, les proportions changent de façon importante dans le coût final et deviennent 30 à 35%, avec un décalage de quelques années puisque la fabrication du combustible nucléaire prend beaucoup de temps “de la mine à la centrale”. Informez vous mieux sur le prix de l’uranium et le prix de l’électricité nucléaire.

fredhu

Mon cher Lord, je ne veux ni saurai commencer à débattre sur la quantification exactes des réserves d’uranium. Je ne suis pas un expert/spécialiste/sommité mondialement reconnue, vous non plus, les chiffres que nous citerions ne seront que des informations tirées de sources aussi diverses que, souvent, invérifiables …”Loin d’être limitées” (verifiez, svp !) ou pas, il s’agit de réserves quand même. Si vous buvez à une bouteille sans avoir le moyen de jamais la remplir, la mort par soif arrivera un jour ou l’autre, même si cette bouteille fait 200 litres !Que Mr McCain soit moins démagogique que l’autre (c’est votre impression/opinion) ne change rien au problème: il ne s’agit que de vision à TRES court terme.Pourquoi une nation (soit disant) aussi puissante que les US se contente-t-elle de construire une poignée de centrale de plus ? Pourquoi s’obstine-t-elle à exploiter des sables bitumineux pour gratter un peu de goudron ? Pourquoi prêche-t-elle comme unique solution le mode de (bonne ?) vie que nous avons aujourd’hui ?Je suis loin, très loin d’être un révolutionnaire, de vouloir brûler la société pour reconstruire sur ces cendres.Mais j’essaie de tirer au mieux parti de cette arme dangereuse qu’est l’intelligence, et de l’utiliser pour améliorer mon mode de vie et celui de ceux qui m’entourent.Certain peuvent peut être accepter que leur toit fuit, que les gouttes tombnt dans leur soupe et pourrisse la structure toute entière.Mais mon intelligence me dicte de monter sur ce toit , faire quelques efforts pour colmatter la fuite, et vivre enfin comme je le souhaite.Faire un effort …Je voudrai par exemple entendre parler d’un “Plan Marshall” de l’énergie en France, pas d’un vague Grenelle: mise en conformité du parc immobilier français à des normes strictes, pour ne citer que ce secteur où d’énormes améliorations sont possibles sans “révolution”.Ca va coûter un max, un très gros paquet, même, mais des (10aines de) milliers d’emplois seront nécessaires, et on pourra, assis sur un bon début de vraie indépendance énergétique, faire la nique … ;-D … non, vendre notre savoir faire à ceux qui auront tardé à faire l’effort.La France, les US, le monde n’ont-t-il pas l’intelligence de se préparer au changement inévitable et d’autant plus dur que l’on se rapproche de la limite, et la volonté de changer un peu les habitudes ?L’effort est-il à ce point surhumain ?Et de toute manière, si “le gouvernement”, entité omnisciente et toute puissante, seule apte à régler tous les problèmes (???) ne veux pas le faire pour l’ensemble des citoyens, qu’est-ce qui empèche cle citoyen de faire son petit effort à sa mesure, de réparer son propre toit, de s’apporter la satisfaction d’avoir modifié, oh non pas le Monde, mais au moins son petit bout de monde ? Et petits bouts de monde par petits bouts de monde …Faire un effort !

fredhu

Je ne dis pas qu’elle détient la vérité, mais pour comparer/soupeser son opinion face à d’autres informations qui diraient que “l’uranium, y’a qu’a se baiser pour le ramasser”: finir: le nucléaire est UN moyen, propre au début, dégueulasse à la fin, pour nourrir notre besoin de 220 V. Utilisons-le pour “faire le joint”, mais ne rêvons pas, il aura une fin, avec d’autres “Irak” pour se servir quand les réserves toucheront à leurs fins, si on compte aujourd’hui trop sur le nucléaire.

fredhu

Juste trouvé sur Enerzine (2005-2030: la demande énergétique en pleine croissance):”Les enjeux que constituent le prix de l’énergie fossile, la sécurité énergétique et les dérèglements climatiques devraient promouvoir le développement de nouvelles capacités nucléaires. Celles-ci passeraient ainsi de 374 GW en 2005 à 498 en 2030, ce qui représente une croissance de sa consommation de 1,5% par an.”La Chine, l’Inde, la Russie et les US vont accroitre leur capacité.Z’avez pas l’impression qu’il n’y en aura pas assez pour tous, de l’uranium ?Mais il vaux mieux se fermer les yeux, non ?

Dan1

Quelques remarques :Dès que l’on parle de réserve d’énergie, on joue un jeu de dupe, que ce soit pour l’uranium, le pétrole et même le vent ! on surestime ou sousestime selon les intérêts en jeu. Il existe des formes d’énergie où c’est plus dur de mentir : le potentiel solaire est bien prévisible, ne serait-ce que par la durée du jour et des mesures in situ.S’agissant de l’uranium, les prix ne reflètent pas le marché et la production n’est pas directement corrélée à la consommation. Même si le prix Spot est en baisse actuellement (  ;), cela n’indique pas la tendance à long terme (pas plus que quand il monte en 2007 et que les antinucléaires crient au loup).S’agissant de la part du combustible dans le coût du kWh, je suis assez sceptique sur les 30 à 35 % annoncés. D’où provient cette évaluation, quel est le détail des calculs ??  Le nucléaire dans un réacteur REP n’est pas durable, mais pourrait le devenir beaucoup plus avec les surgénérateurs.Ce n’est donc pas la panacée, mais aucun pays qui maîtrise cette filière ne va l’abandonner maintenant et certains pourraient bien y revenir surtout que son énorme avantage est d’être une énergie très concentrée et très peu émettrice de GES et autres polluants. Aujourd’hui ça pèse lourd dans la balance.Ceux qui prônent le scénario Négawatt, ne nous parlent jamais de la pénurie de gaz !D’ailleurs, Gordon Brown annonce 33 GW d’éoliennes et dans le même discours une augmentation de la capacité nucléaire !Soyons pragmatique : arrêtons le nucléaire si on a des solutions de rechange et ne faisons comme les allemands qui brûlent un maximum de lignite pour des raisons idéologiques faute d’avoir pu produire 600 TWh/an avec les EnR.     

9
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime