Bioliq : produire du biocarburant à partir de biomasse résiduelle

Mené en partenariat avec l’Institut de technologie de Karlsruhe (KIT), le projet pilote bioliq™ a pour objectif de démontrer la faisabilité d’un processus de production de carburant de haute qualité, sans soufre, à partir de biomasse résiduelle.

Ces biocarburants dits de « seconde génération » sont élaborés en utilisant la partie non comestible des plantes sans impact sur la chaîne alimentaire, contrairement aux biocarburants de « première génération » produits à partir de l’huile, de l’amidon ou du sucre contenus dans les plantes comme les graines oléagineuses, la betterave ou les céréales.

Pour ce projet, Air Liquide a apporté des technologies clés pour la pyrolyse de la biomasse, la synthèse du carburant ainsi que l’oxygène nécessaire à la gazéification. La pyrolyse permet en effet la décomposition d’un composé organique par la chaleur pour obtenir d’autres produits (gaz et matière).

Après la mise en service de la première partie de l’unité pilote en 2007, cette unité Bioliq® II permet de transformer le bioliqsynCrude® généré à partir de paille en un gaz de synthèse. Grâce à ce nouveau procédé désormais opérationnel, environ 7 kg de paille peuvent produire 1 litre de biocarburant.

Les biocarburants de seconde génération peuvent être utilisés de la même manière que les carburants classiques. Ils sont produits à partir de végétaux (paille, déchets végétaux, bois…) tout en permettant l’utilisation du « fruit » ou du sucre de la plante pour l’alimentation.

Le procédé bioliq® transforme la paille ainsi que d’autres résidus forestiers ou issus de la production agricole en carburant de synthèse pour les véhicules. Cette technologie présente en outre l’avantage d’accroître le rendement de production tout en offrant un bien meilleur bilan en termes d’émissions de CO2 par rapport aux biocarburants de première génération.

Bioliq : produire du biocarburant à partir de biomasse résiduelle

[ L’usine de bioliq® au KIT Allemagne – Photo: Markus Breig ]

Ces biocarburants pourront contribuer à la production de carburants de qualité, de produits chimiques verts ou encore d’hydrogène sans émission de CO2. Ils permettent de réduire jusqu’à 90 % les émissions de CO2 par rapport aux combustibles fossiles.

La prochaine étape sera l’optimisation du processus pour accélérer la production en vue d’une future commercialisation.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

10 Commentaires sur "Bioliq : produire du biocarburant à partir de biomasse résiduelle"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Lionel-fr
Invité
On le l’attendait plus, on n’y croyait plus, notre foi inébranlable aura connu l’épreuve du temps… Revoilà notre si cher vénéré GTL qui revient dans les colonnes , ô mon roi que vous me semblez beau Bon, l’aventure continue pour air liquide avec cette nouvelle photo et son article si abscons qu’on se demande où il veut en venir.. Voici le fin mot de l’affaire : Un bon vieux Fischer-Tropsch et sa cour de processus de gazéïfication, filtration.. Je crois que ce communiqué a surtout été publié dans le but de montrer l’énormité de l’installation et suggérer à ceux qui… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

et facilement stockables avec de la biomasse parait toujours séduisant, donc allons y pour les démos. Cependant, il faut quand même se poser la question de l’utilisation de cette même biomasse dans des procédés beaucoup moins complexes et aux performances (rendement) très bonnes, par exemple et tout simplement des petites chaudières industrielles ou de collectivités. Nous en avions parlé, à propos d’un autre procédé, ici et ici:

trimtab
Invité
“…….Cependant, il faut quand même se poser la question de l’utilisation de cette même biomasse dans des procédés beaucoup moins complexes et aux performances (rendement) très bonnes, par exemple et tout simplement des petites chaudières industrielles ou de collectivités….” En effet, on est encore et toujours dans le ‘pourquoi faire compliqué qu’on peut faire simple’…? Car pourquoi ne pas simplement ‘bruler’ toute suite et sur place ce biomasse, comme vous dites pour faire de la chaleur ‘local’ ou même du ‘jus’ (pour être toujours dans la logique de ‘bouilloire’ électrogène), car en toute état de cause le produit (carburant –… Lire plus »
Lionel-fr
Invité
Pourquoi utiliser la ressource pour produire du liquide alors que le rendement est meilleur en combustion directe ? Quelques pistes : Parce qu’on ne parle pas d’exploitation actuellement mais uniquement de technologie, la mise au point du BTL entraine celle de sous-systèmes tout aussi interessants : BTG, hydrogènation.. Parce que les clients de carburants liquides sont plus riches que ceux de chaleur ! Ils sont également mieux identifiés : les militaires ont toujours participé à la R&D BTL. L’US Navy a même pris des engagements chiffrés sur sa consommation de biocarbs.. Parce que la valorisation en chaleur est certes satisfaisante… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

les militaires peuvent parfois avoir des critêres certes importants mais qui dépassent un peu ceux d’une économie réelle…Je comprends qu’ils puissent s’interesser à ces technologies. Le problème, je l’ai déjà dit, des utilisations énergétiques de la biomasse c’est qu’il n’y en aura pas pour tout le monde! Chauffage, électricité, carburants, biogaz, biomatériaux,chimie, … en plus des usages traditionnels ( nourriture, papier, chauffage et cuisson ancestraux,,.) ça fait beaucoup! D’où ma “suggestion” de privilégier les usages les plus “performants” sur le plan énergétique ( et en plus les plus potentiellement “locaux” et “citoyens”), vous remarquerez que je fais des efforts!).

Sicetaitsimple
Invité

Je ne sais pas ce qui s’est passé, c’était bien évidemment à Lionel que le message était destiné….

seb
Invité
Allez je me colle au calcul de coin de table pour répondre aux intérogations de Trimtab et SiCT : PCI paille ~4 kWh/kg 7kg de paille pour 1 litre, soit 28 kWh, pour 1 litre de biocarburant dont on peut penser que son PCI ne dépassera pas 10 kWh, ça fait un rendement à ~36%. Effectivement, moi à ce niveau d’efficacité, je la met dans une chaudière… Ou bien je laisse la paille dans le champ, pour préserver la matière organique des sols… Ou encore, je la méthanise, ce qui permet aussi un retour de la fraction ligneuse au sol,… Lire plus »
Lionel-fr
Invité
Encore une fois, vous parlez d’exploitation (le rendement) ici , il est question de TECHNOLOGIE La technologie de turbopompe qui alimente le moteur cryo d’Ariane 5 développe la puissance d’un TGV pendant quelques minutes avec un rendement du puits de 0.00…001% ! Secundo : Il y a au moins 200TWh de bois qui pourrit sur pied par an en France ! Auriez vous oublié la distribution et l’équipement dans votre équation ? Allez faire voler un F-18 super hornet avec une meule de foin .. C’est comme si les communistes avaient programmé la calculette que vous avez dans la tête… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Ah, vous semblez de mauvaise humeur mon cher Lionel…. De là à me parler de “communiste” et à blablater dans tous les sens sans que votre discours n’ai ni queue ni tête, il y a des limites… C’est votre frigo qui est tombé en panne? C’est vrai que si c’est ça , c’est énervant….

Lionel-fr
Invité

C’est un peu ça que je dis. Dés lors qu’un projet s’appuie sur des fondements non-pris en compte par votre logiciel, ce projet ne peut être qu’une nuisance impure qui nuit au peuple. Ce projet dépasse manifestement les horizons de votre compréhension, il est cependant utile voire nécéssaire pour le pays. Mettez votre logiciel à jour !

wpDiscuz