« La France possède au Raz Blanchard une mine d’or d’énergie renouvelable »

Atlantis Resources, leader mondial dans le secteur de l’énergie marémotrice, a soumis au gouvernement un plan stratégique pour le développement d’un site d’installation marémotrice au Raz Blanchard, en Normandie, qui fournirait 1 GW d’énergie d’ici 2025.

La mise en œuvre de ce site permettra de réduire le coût moyen de l’énergie marémotrice qui sera ainsi plus faible que l’ensemble du parc éolien offshore actuellement en construction en France et au Royaume Uni. Si le projet aboutit, Atlantis prévoit que ce site devienne le plus grand projet d’énergie marémotrice.

2 GW d’énergie marémotrice et 10.000 emplois potentiels

Selon l’étude menée par Atlantis, le Raz Blanchard possède l’une des meilleures ressources d’énergie marémotrice au monde et, après une première production de 1 GW, le site pourrait doubler sa capacité d’ici 2027.

Atlantis estime que la construction du site de 2 GW au Raz Blanchard devrait attirer 3,3 milliards d’euros d’investissements et ouvrir un marché d’exportation de turbines valorisé à 400 millions d’euros par an, avec un potentiel de création de 10 000 emplois.

La France poursuit activement le développement de sites d’expérimentation des courants de marée et des projets pilotes sont en préparation suite à des appels d’offres commerciales pour l’énergie marémotrice récemment annoncées par Sébastien Lecornu, Secrétaire d’État à la Transition Ecologique et Solidaire.

Atlantis recherche de façon active une opportunité de développer un site de référence sur la côte normande et sollicite l’aide du gouvernement français pour permettre la réalisation d’investissements dans la chaîne d’approvisionnement locale et les infrastructures maritimes normandes.

Les projets d’Atlantis pour les eaux territoriales françaises nécessiteront le développement d’une solide chaîne d’approvisionnement locale pour assurer la fabrication des turbines et réaliser la construction en mer.

Outre l’investissement de plus de 3 milliards d’euros, la proposition d’Atlantis comprend le développement d’une installation d’assemblage, d’essais, d’exploitation et de maintenance de turbines en Normandie lors de l’attribution d’appels d’offres commerciales pour des réseaux à grande échelle. Des discussions sur ce projet industriel ont été engagées avec le gouvernement français et les autorités.

En amont des appels d’offres, des études ont par ailleurs été demandées par le gouvernement français afin d’évaluer les meilleurs sites d’énergie marémotrice des eaux maritimes françaises. Les conclusions des préfectures maritimes, auxquelles le Syndicat des Energies Renouvelables a pris part, sont attendues en juin prochain.

La proposition indépendante soumise par Atlantis vise à s’appuyer sur le succès du projet MeyGen en Écosse où plus des 6 GW d’énergie renouvelable prévisible a été produite. En mars 2018 un nouveau record mondial de production mensuelle, à partir d’un réseau de courant de marée a été établi avec 1 400 MWh exportés vers le réseau.

« La France possède au Raz Blanchard une mine d’or d’énergie renouvelable dont l’exploitation est peu couteuse. Maintenant que l’industrie de l’énergie marémotrice a traversé la phase de recherche & développement et entre dans la commercialisation à grande échelle, la France devrait se retrouver à l’avant-garde de l’exploitation de cette source d’énergie renouvelable prévisible, inépuisable et respectueuse de l’environnement. Si elle est mise en œuvre, notre proposition pourrait rapidement créer une nouvelle industrie en France, en attirant des investissements dans des entreprises locales afin d’établir une chaîne d’approvisionnement capable de livrer plus de 1 000 turbines marémotrices de 1,9 MW ainsi que les fondations et l’infrastructure terrestre associées a déclaré Tim Cornelius, PDG d’Atlantis, avant d’ajouter « Avec le soutien du gouvernement français, nous pouvons assurer la sécurité énergétique, la création d’emplois, l’attractivité économique des régions de Normandie et de Bretagne ainsi que la possibilité d’être le leader européen dans le domaine de la production d’énergie marine ».

Partagez l'article
  • 6
    Partages

 



[ Communiqué ]

Articles connexes

1
Poster un Commentaire

avatar
  Souscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Jean-LuK
Membre

Capter 2 GW d’énergie marémotrice (ou plus), a-t-on étudié les conséquences sur l’environnement marin ?