L’hiver sera très très chaud… grâce à la fusion ?

Plusieurs entreprises privées américaines se sont mises à l’écart de la domination militaro-industrielle en matière de recherche sans le domaine énergétique, domination soutenue aux niveaux gouvernementaux (ITER), afin de développer des technologies de fusion nucléaire pour produire de l’électricité directement, sans aucun neutron. 50 millions de dollars ont été financés dans le Tri-Alpha par des investisseurs privés, comme Paul Allen et Goldman Sachs. Ils sont actuellement très discrets dans leur recherche, développant un dispositif pour contracter deux boules de foudre (plasmoids) l’une dans l’autre afin d’atteindre la fusion d’atomes de bore et d’hydrogène. Le bore est bon marché, sûr et abondant. Si tous les besoins énergétiques actuels de la planète étaient satisfaits par la fusion nucléaire du bore, seulement 10% de notre production actuelle serait nécessaire. La fusion de bore produit uniquement de l’hélium inerte, sûr et non radioactif comme produit ; ce gaz est par ailleurs fort utile dans de nombreux autres secteurs.

Le grand problème avec le bore c’est que la fusion de son noyau exige une température de l’ordre du milliard de degrés. La plupart des autres recherches en fusion utilisaient plutôt des isotopes d’hydrogène dont la fusion à environ 100 millions de degrés est bien plus froide. Bien que le milliard de degrés semble un but impossible à atteindre, il existe des processus ordinaires qui l’atteignent pendant quelques nanosecondes dans des espaces confinés minuscules de l’ordre du micron. Un dispositif très simple appelé Foyer Dense de Plasma (FDP) peut générer une boule de plasma électrique qui se contracte alors à un point infinitésimal. Pendant que la boule se contracte, son énergie devient concentrée vers un volume de plus en plus petit produisant un échauffement considérable. Des concentrations de densité de puissance de dix millions de milliards (1016) sont alors possibles.

Le claquement d’un fouet suit le même principe : la vague de pression se déplace vers le bas du fouet à des diamètres de plus en plus petits jusqu’à finalement dépasser la vitesse du son et produire le bang supersonique. Semblablement, les bulles de cavitation dans les turbines hydrauliques concentrent aussi l’énergie lorsqu’elles s’effondrent, en atteignant très brièvement la fusion et en piquant le métal des lames des roue à aubes. Elles peuvent même produire des flashs lumineux de fusion.

Après 55 ans de dur labeur, les programmes de fusion gouvernementaux ne sont toujours pas capable de prévoir avant 2030 la production d’une quelque puissance utilisable. Peut-être est-ce parce qu’ils ont été mal orientés par l’idée de domestiquer les grands plasmas chauds. La nature ne coopère pas. Une manière plus futée était de laisser le plasma aller de lui-même provoquer son effondrement normal en profitant de son instabilité naturelle.

Le plasma créé par le dispositif simple de FDP crée son propre champ magnétique de tourbillonnement pendant qu’il s’effondre. Ce champ produit un jet focalisé d’électrons d’un côté et d’ions positifs de l’autre. Ces faisceaux sont parfaits pour générer le courant électrique directement avec un enroulement simple de transformateur et une cellule photoélectrique. Une température de milliard de degrés ne dure que durant quelques nanosecondes et elle est confinée à un micro espace loin de l’enceinte du dispositif.

Les choses sont plus faciles quand nous n’essayons pas de nous opposer à la nature mais quand nous apprenons plutôt à la suivre. « Suivons le courant » est une bonne devise.

Les Plasmoids sont partout dans l’univers ; ils ont été exactement modélisés sur ordinateurs et ont les observe dans la nature à toutes tailles, depuis les boules de foudre minuscules (que vous pouvez facilement mettre en évidence dans votre propre micro-onde à la maison) jusqu’aux galaxies et aux quasars. Les quasars sont les objets les plus énergiques dans l’univers. Des éjections focalisées d’énergie, semblables à celles produites par un FDP, sont observés en astronomie (photo). En copiant la nature au lieu de la combattre, nous pourrions facilement obtenir l’énergie dont nous avons besoin.

Cet hiver, LPP un tout petit organisme, financé par le privé, spécialisé en physique des plasmas situé à Lawrenceville en New Jersey tentera pour la toute première fois la fusion nucléaire du bore. Pour leurs essais et épreuves de leur FDP, ils avaient utilisé le deutérium comme carburant de fusion. Leur machine de la taille d’un 4×4 a déjà produit l’équivalent de 3.7 millions de neutrons par Joule d’énergie fournie. En tenant compte du combustible utilisé, c’est 60 fois mieux que le projet gouvernemental US de 3 milliards de dollars qui utilise 192 lasers montés sur un dôme de la taille d’un stade.

LPP a dépensé seulement 3 millions de dollar jusqu’à présent. Ils ont atteint en 2001 le milliard de degrés dans le cadre d’un contrat de la NASA/JPL. Malheureusement, c’était l’année qu’il avait été exigé à la NASA de ne plus s’occuper de fusion – apparemment une bataille de lobbyistes incompétents qui furent la cause d’un retard du développement de ce secteur de recherche d’au moins une décennie. Heureusement, les petits investisseurs privés ont maintenu le projet de LPP vivant. En conclusion, leur machine d’essai atteint les températures requises pour la fusion nucléaire du bore. Cet hiver, ils prévoient de modifier leur installation d’essai pour l’adapter à la fusion du bore (pB11). Si cela fonctionne, ce pourrait être la première réaction de fusion chaude exploitable jamais réalisée, une percée très passionnante et une victoire pour des scientifiques qui ont presque été piétinés par l’establishment nucléaire de la « grande science ».

Le FDP de la machine d’essai de LPP est conçu pour une capacité de production de 5 mégawatts de courant électrique ; c’est une excellente taille pour le transport : Les bateaux, les avions et les trains pourraient transporter leur propre centrale avec une gamme presque illimitée et des coûts du combustible insignifiants. Une production d’électricité distribuée au niveau de sous-stations pourrait aussi éliminer le besoin d’extension massive du réseau électrique qui serait rendues nécessaires par les approches de fourniture trop concentrées actuelles (Gigawatt). Naturellement, il restera beaucoup de travail à fournir pour raffiner cette machine d’essais vers produit industriel réel fabriqué en grande série. Mais dès qu’une chaîne de fabrication de FDP sera productive, l’avantage économique de la fusion de bore pourrait rapidement remplacer toutes les autres techniques de production d’énergie basées sur les combustibles fossiles.

Eric Lerner
, le fondateur de LPP a écrit un livre en 1992 au sujet de la cosmologie de plasma. En Hannes 1970 Alfven a gagné le prix Nobel pour ces idées, mais la grande science les a pratiquement ignorées. Les plasmoids semblent être un phénomène principal de la nature et certains ont même suggéré que pratiquement toute la matière se composerait d’eux. On les retrouve universellement à tous les niveaux, du niveau atomique jusqu’au cosmique.

Sous cet angle, il apparaîtrait bien évidemment que la chaleur excessive produite dans des expériences de fusion froide viendrait de plasmoids microscopiques qui se formeraient à l’intérieur de la matrice métallique. E.H. Lewis a photographié les traces de fonte qu’elles ont faites dans le résidu en métal des expériences réussies de fusion froide. Puisque personne ne l’a jamais compris jusqu’à récemment, ceci peut expliquer les difficultés initialesdans la reproduction d’expériences de fusion froide. Les plasmoids semblent se former en groupes dans le treillis en métal qu’il est possible de créer par condensation Bose-Einstein.

Pendant soixante années les scientifiques ont essayé de domestiquer la fusion nucléaire comme source d’énergie. Des dizaines de milliards de dollars ont été dépensées dans ce cadre sans jamais produire un seul watt de puissance nette. Mais l’année prochaine certains prévoient que les embûches dans ce domaine cesseront parce qu’un tout petit groupe de chercheurs scientifiques, vrais observateurs de la nature et travaillant en dehors d’une science religieusement officielle, montreront la voix.

En ce qui concerne la fusion par condensation Bose-Einstein, André Rossi a promis tout récemment en octobre que sa centrale thermique délivrerait ses premiers mégawatts commerciaux à Ampenergo, un avantage supplémentaire de la société Leonardo Inc., qui lancera l’E-Cat sur le marché. Le blog de Rossi affirme que tout est construit et en voie de livraison, comme programmé. Utilisant un nano carburant en poudre de nickel et d’hydrogène, sa manière de produire de la chaleur est étonnamment simple. Espérons que les livraisons du E-cat auront lieu comme déclaré et souhaitons que des travaux d’essai de fusion de bore de LPPS seront concluant. Nous avons sérieusement besoin de ces deux avancées !

[ Archive ] – Cet article a été écrit par G Cathelin

Partagez l'article

 



Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz