Un radar 3D conçu pour distinguer une éolienne d’un avion

Une filiale du groupe Altran vient de mettre au point une technologie innovante, un radar 3D permettant aux contrôleurs aériens de pouvoir faire la distinction entre un avion et les aubes de turbine en rotation d’une éolienne.

Cambridge Consultants, filiale du groupe Altran, a créé Aveillant, dont le radar 3D permet d’éliminer un des principaux obstacles à l’expansion des parcs d’éoliennes et à la production d’énergie associée. En effet, un des freins majeurs au déploiement des fermes d’éoliennes réside dans l’incapacité actuelle des contrôleurs aériens de distinguer un avion des aubes de turbine en rotation d’une éolienne.

Aveillant va donc fournir aux contrôleurs aériens et aux aérodromes des données radar précises, nécessaires à l’élimination de toute confusion potentielle.

Cette technologie supprime les préoccupations inhérentes à la sécurité et à la défense des espaces aériens qui freinent la croissance dans le secteur de l’énergie éolienne. Au Royaume-Uni, 66 % de l’ensemble des projets de fermes éoliennes, soit l’équivalent de 6,5 gigawatts d’électricité, est actuellement retardé.

L’approche d’Aveillant en matière d’atténuation des effets des éoliennes est le résultat d’un travail approfondi réalisé aux côtés des acteurs majeurs au Royaume Uni de l’aviation et de l’énergie éolienne ; tels que des développeurs de parcs éoliens, des exploitants d’aéroports, le Département de l’Énergie et du Changement Climatique (DECC) et le Ministère de la Défense (MoD). Il en résulte une technologie qui promet de répondre à la fois aux besoins civils et militaires, d’être rentable pour les plus petits parcs éoliens et de créer des emplois dans le secteur de l’énergie verte.

« Le lancement de la solution technique d’Aveillant constitue une avancée importante dans le développement de la production d’énergie propre à travers le monde. Cette innovation de rupture répond aux objectifs ambitieux fixés par les gouvernements en matière d’énergie renouvelable », a souligné Philippe Salle, Président-directeur général du groupe Altran.

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Un radar 3D conçu pour distinguer une éolienne d’un avion"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Pastilleverte
Invité

on reconnaît que les éoliennes perturbent les radars du contrôle aérien. Mais après tout, les gros navions étant émetteurs de vilain CO2, c’est bien fait !

jeff_1982
Invité

@ Pastilleverte: Les éoliennes ne perturbent pas les radars en France vu que les services instructeurs refusent les permis à la demande des gestionnaires de radars consultés dans la procédure de permis de construire. Seulement c’est très souvent mal ou pas justifié voir jugé sur des reglementations théoriques incompatibles avec les objectifs de déploiement des EnR. Je dirais qu’avec les pales “furtives”, les radars 3D vont permettre d’aller de plus en plus près de ces zones de protections des radars qui représent un bon pourcentage de la superficie propice a cette energie. Y a plus qu’a financer ces technologies.

Nature
Invité

On attend le dispositif qui , installé au sommet des éoliennes permettrait de n’allumer les signaux lumineux signalant leur présence qu’en présence d’un avion approchant de la zone. Ainsi on éviterait de polluer la nuit par les 40 éclats à la minute par machine, soit pour une zone de 10 éoliennes 400 flashs / Minute.,visibles à plus de 10 Km. à la ronde.

simplfred
Invité

Je suis chaque fois stupéfait du manque d’infos qui arrivent à passer les frontières. Chez nous en Belgique, à 25 km de la France, deux parcs éoliens fonctionnent sans aucun flash nocturne sur la commune de Fosses-la-Ville. Ils disposent d’une vingtaine de turbine de 2.5 mw culminat à plus de 135m du sol! Nous sommes juste dans l’axe de l’aéroport de brussels-sud (charleroi) et cela fait 4 ans que cela fonctionne parfaitement. Pourquoi vos hommes politiques parlent-ils de recherches, d’essais et … de nouveaux délais. Sortez-les de temps en temps, Paris-Charleroi est moin long que Paris-Marseille.

Nature
Invité

Merci pour cette info, ici on nous affirme que l’aviation civile exige les flashs. Votre info va servir à ouvrir des discussions.mais notre administration est psycho-rigide.

wpDiscuz