Filière photovoltaïque : S. Royal lance un nouvel appel d’offres de 120 MW

La Ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie a annoncé un nouvel appel d’offres pour les installations solaires photovoltaïques de 100 à 250 kW réparti sur trois périodes de candidatures successives d’une puissance de 40 MW chacune et d’une durée de 4 mois.

La sélection des projets se fera sur la base des performances des projets en termes de bilan carbone et de prix. La date limite de dépôt des offres pour la première période est fixée au 21 septembre 2015.

Cet appel d’offre est lancé sur la base d’un projet établi par la Commission de Régulation de l’Énergie et après une concertation approfondie avec les représentants de la filière.

Après 9 mois d’incertitude, les professionnels de SER-SOLER sont satisfaits de cette mesure qui permettra de relancer, au moins ponctuellement, ce segment de marché, qui concerne les toitures de taille moyenne des bâtiments industriels, tertiaires et agricoles, ainsi que les ombrières de parking.

"Pour essentielle qu’elle soit, cette bouffée d’oxygène ne sera, hélas, pas suffisante pour redonner une dynamique de développement pérenne à la filière" a commenté le syndicat. "Au moment où cette forme d’énergie connaît une croissance remarquable partout dans le monde et où toutes les projections des experts internationaux confirment qu’elle jouera un rôle central dans le mix énergétique, la filière française marque le pas, faute d’un développement suffisant de nouveaux projets."

En effet, avec une moyenne annuelle de 350 MW d’appels d’offres lancés depuis mars 2011, l’outil industriel français souffre de volumes insuffisants et de discontinuité, d’autant plus que le tarif pour les installations inférieures à 100 kW ne permet plus de maintenir une activité et que le tarif résidentiel subit une décroissance trimestrielle déstabilisante. Ainsi, c’est l’ensemble de la filière, de l’amont à l’aval, qui reste profondément fragilisée.

"Pour redonner de véritables perspectives à la filière, nous attendons d’autres mesures, qui ont également été annoncées par la ministre lors de notre colloque : la revalorisation du tarif T4 (de 0 à 100 kW), le lancement de l’appel d’offres DOM avec stockage et le lancement d’appels d’offres pour les installations en autoconsommation dans les secteurs industriels, tertiaires et agricoles. Nous demandons, par ailleurs, une stabilisation du tarif résidentiel" a expliqué Jean-Louis BAL.

De son côté, Arnaud MINE, Président de SER-SOLER a rappelé "la nécessité du lancement, en 2015, d’un appel d’offres grande puissance (supérieure à 250 kW), s’inscrivant dans une programmation pluriannuelle d’appels d’offres de grande ampleur, conditions essentielles pour que notre pays puisse exporter son savoir-faire et son industrie, et prendre part au développement mondial de la filière photovoltaïque qui a atteint plus de 45 000 MW installés pour la seule année 2014".

** Les appels d’offres 2011 et 2013 : Deux appels d’offres pour les installations de moyenne puissance ont été lancés en 2011 (240 MW répartis en cinq périodes successives) et en 2013 (120 MW sur trois périodes successives). L’appel d’offre de 2013 avait permis de lancer la réalisation de 117 projets en mars, de 193 projets en juillet 2014 et de 217 projets en octobre 2014 dans de très nombreuses régions françaises.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
68 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Tassin

15 mois de trous d’activité entre les 2 appels d’offres simplifiés! Seulement 40 MWc tous les 4 mois alors qu’on rajoute en plus les ombrières de parking… Et on continue de mettre en concurrence toutes les régions de France, avec donc une prévision de 90-95% des installations en dessous de la ligne oblique Nantes-Lyon. Tout est fait pour faire couler la filière.

Sonate

40 MW. Quelle blague ! C’est au moins dix fois plus qu’il faudrait pour que la filière PV ne fasse ne serait-ce que survivre.

b api

D’accord, la subsidiation photovoltaïque au compte goutte pilotée par la commission de protection du monopole de l’énergie est lamentable, Il s’y rajoute une complexité réglementaire provoquant un surcoût considérable, incluant le bon vouloir à des prix élevés pour le raccordement au réseau. D’autres stratégies seraient bien plus pertinentes, comme une libéralisation réglementaire et un accès à des financements à taux zéro. La procédure compétitive pour le tarif le plus bas finalement élimine les projets faibles économiquement, notamment par un productible insuffisant qui varie de 800 dans le “Nord” à près de 1500 kWh/kWc dans le “Sud”. Pourquoi ne pas jeter toute cette complexité à la poubelle et réaliser des projets autonomes surtout sans rien demander personne ? Il suffit de justifer le prix avantageux du kWh comparé à celui du distributeur pour un consommateur local: ca couvre déjà les opérateurs de grandes surfaces consommant de l’énergie, comme les centres commerciaux, les industries, les aéroports, etc. Et c’est ce qui se passe ailleurs dans le monde, partout où la parité a été franchie. Les assistés ne voient pas qu’il y a peut-être moyen de faire autrement ?

Baleineau

Appel d’offre lamentable à l’heure ou se prépare une programmation pluri-annuelle de l’énergie qui devrait programmer au moins 1000MWc en 2016 et jusqu’à 2000MWc en 2017. Qui nous trompe?

Papijo

“Pourquoi ne pas jeter toute cette complexité à la poubelle et réaliser des projets autonomes surtout sans rien demander personne ?” Personne ne vous empêche de créer votre propre projet …. il vous suffit de trouver le client qui acceptera de vous acheter l’électricité à vos conditions: plusieurs fois le prix du marché, seulement de jour, presque rien en hiver ou quand passe un nuage … A partir du moment où vous ne me demandez rien, je suis entièrement d’accord !

Sicetaitsimple

Le PV est compétitif, non? Au moins en autoconsommation, non? Et ça s’améliore de jour en jour, non? Enfin, c’est ce que parfois je lis. Sauf pour des situations particulières où ça peut se justifier (DOM), les AO c’est juste un moyen d’obtenir un tarif d’achat supérieur aux tarifs d’achat “régulés”. On comprend que certains en réclament plus.

Steph

On ne demande que ca : que le marché de l’électricité centralisée et polluante cesse d’etre favorisé et biaisé. Que chaque source d’électricité supporte TOUS ses couts et on pourra cesser de promouvoir le PV : une vraie taxe carbone sur le kWh provenant des centrales a flamme, en lien avec leur cout de dereglement climatique, et une taxe demantelement ainsi qu’une taxe CIGEO sur le kWh nuke et on verra quelle source d’électricité est la plus competitive. En attendant, vous faites quoi pour reduire votre impact sur l’environnement ? A assité, assisté et demi.

Dan1

“une taxe demantelement ainsi qu’une taxe CIGEO sur le kWh nuke”filières Ah bon, et pourquoi donc ? Le nucléaire est une des seules filières qui finance déjà ses externalités et les répercute déjà sur le prix du kWh. Le nucléaire finance le retraitement de ses déchets et ne les envoie pas dans l’atmosphère.

Gofast

bsr A ce rythme là, on va pas tarder à rattraper le bengja desh ! Ca va finir de mettre EDF et Areva dans le rouge, non ? Déjà qu’avec leurs EPR respectifs c’est pas gagné ! Va falloir augmenter le prix de vente du nuke historique ! y a de la marge ! pour info ces jours ci nos exports sont supérieures à notre prod: gaz+ charbon+ fuel ! C’est de la relocalisation? Et on tourne avec 52 GW de nuke ! Alors on commence à en fermer ou on attend la cata ? bonne éclipse !

Dan1

A Steph. Pourtant pour CIGEO, c’est clair : éo.com/le-cout-du-projet/le-financement-du-projet “Les études et recherches menées pour Cigéo sont financées par une “taxe recherche” instaurée par la loi du 28 juin 2006 sur les installations nucléaires. Sur la période 2010-2012, la taxe s’élevait à environ 118 millions d’euros par an, collectés auprès des trois principaux producteurs de déchets : EDF, le CEA et Areva.” Et encore : “Le financement de la construction, de l’exploitation et de la fermeture de Cigéo sera assuré par les producteurs de déchets, au travers de conventions avec l’Andra. La clé de répartition sera liée notamment à l’inventaire de déchets de chaque producteur. Elle est aujourd’hui de 78 % pour EDF, 17 % pour le CEA et 5 % pour Areva. Les producteurs doivent prévoir les ressources nécessaires à la construction et à l’exploitation de Cigéo sur toute sa durée. Cela se traduit par l’enregistrement de provisions dans leurs comptes et par la sécurisation de ces ressources au travers de placements (“actifs dédiés”), sous le contrôle de l’État.” C’est pas assez clair ? Vous étiez mal informé ou bien vous voulez les faire payer deux fois ?

Gofast

re Tant de mauvaise foi en si peu de phrase c’est de l’art ! Vous voulez vraiment qu’on parle des déchets ? Aux états unis ça brule ! En allemagne ça prend l’eau au fond des mines de sel A sellafield ex windscale c’est indémerdable, en russie c’est la cata en France ça baigne dans des piscines sous des hangars en tôle, et au japon ils sont partis on sait pas où !! Hi hi ! sans compter ce qu’on a balancé à la mer pendant des décennies ! Non vraiment le nuke c’est pas cher et c’est bio ! biz

Dan1

Oui, vous pourriez aussi être taxé de mauvaise foi. Pour ma part il s’agit de faits vérifiables : CIGEO est déjà financé par des taxes imposées aux producteurs de déchets. D’autres pourraient en prendre exemple !

Sicetaitsimple

“Il est interdit au propriétaire d’un panneau photovoltaïque de vendre de l’électricité à un tiers”. Vous avez lu ça où? Il serait interdit de conclure des “PPA” en France? On demande bien comment se fournit Enercoop, pour ne parler que d’eux….

b api

@ Papijo et Steph Nous sommes évidemment tous d’accord pour ne plus rien demander à personne. Tout d’abord, je donne l’exemple: je me suis installé des panneaux photovoltaïques dont la production est déduite de ma consommation. Ensuite, je roule en voiture électrique. Par ailleurs, je conseille et j’accompagne des projets phtovoltaïques en auto-consommation. Quelques exemples ? Le premier cas est une installation de 200 kWc pour une usine qui nécessite entre 1 MW et 5 MW en permanence (en réalisation). L’industriel veut installer 1 MWc. Le deuxième est une autre usine dans le même genre, mais qui consomme directement la production de 500 kWc photovoltaïque en DC. En proposition. Le troisième est un centre commercial qui consomme entre 200 KW et 1 MW: proposition d’une installation de 400 kWc + 400 kWh de stockage. Le quatrième est un aéroport où 27 MWc compenserait la consommation annuelle. Là il faudrait utiliser le réseau comme stockage, mais ca tombe bien, car la production journalière correspond à la demade de pointe. En étude de financement. Etc. Dans tous ces exemples, on ne demande de tarif à personne. C’est le consommateur qui investit et déduit de sa consommation. Et le côut du kWh photovoltaïque est assez incitatif pour le faire ! C’est donc bien possible de ne pas être assisté, et ce le sera de plus en plus souvent.

trimtab

Bonjour l’ami: En effet je pense qu’un particulier, ou même une entreprise, ne peut pas vendre ‘directement’ et ‘légalement’ une partie de sa production PV à son voisin, même avec un contrat d’auto consommation et vente de surplus, en tirant par exemple ‘un deuxième cable’ directement au tableau électrique du voisin (donc ‘inclu’ dans le ‘circuit’ de sa propre part d’autoconsommation), on lui facturant ‘officiellement’ des kWh fournis…? PAR CONTRE….s’il installait des points de recharge pour appareils (ou véhicules !) électriques (branchés pour être ‘inclus’ dans son prpore ‘circuit’ d’auto consommation), rien n’empechera de ‘facturer’ toute à fait légalement ce vente de ‘service’. Il vend ainsi son propre ‘jus’ directement au client par ‘service’ interposé. J’ai souvent pensé à ce type scéma comme une solution aux surproduction estivale du PV, quand le ‘réseau en a le moins besoin’, mais ou ceux (la majorité !), avec leur contrat ‘vente totale’, encaisse, sans états d’ame……leurs placements ‘comptables’, loin d’une reflexion ‘raissonné’ du combien, le pourquoi et comment du solaire PV….. Ah ! Si ma petite bicoque était placé sur une rue plus ‘passante’ ou animé sur le port de Roscoff, et non dans un quasi cul de sac ‘banlieusard’ Roscovite, le Trimtab Summer Solar Charging Service aurait surement eu une chance de success…? Et aurait résolu la question de ‘surproduction’ estivale évoquée plus haut, toute en apportant un peu ‘dargent de poche’ (légal…?) pour complémenter ma retraite….! trimtab

lr83

Je pluessois avec B-Api ! Je suis également en autoconsommation et j’aide de nombreux particuliers dans leur démarche. Et ils sont de plus en plus nombreux à franchir le pas et à installer quelques kWc. Il est clair que le principe de ne rien demander à personne est maintenant d’actualité.

Sicetaitsimple

Yes Sir, you are right….Donc précisons, on ne peut pas vendre à n’importe quel tiers, mais à un fournisseur d’électricité oui. Quant à tous nos soudains autoconsommateurs qui ne demandent rien à personne, ce serait interessant qu’ils nous fournissenr quelques renseignements sur les caractétristiques de leurs installations.

Sicetaitsimple

Je reconnais une de mes expressions, j’espère qu’elle ne vous a pas choqué… Si vous parlez de 2 ou 3kW, il est bien évident que ça va le faire sans entrainer pour les autres consommateurs une charge inconsidérée. D’ailleurs c’est bien tout l’enjeu. L’autoconsommation PV sera le mode le plus sain de développement du PV s’il est bien calé sur de la vraie autoconsommation, c’est-à-dire une puissance installée relativement en phase avec la consommation qui est desssous, consommation elle-même “pilotée” via simplement des habitudes basiques de consommation (la lessive a midi quand il y a du soleil) ou bien beaucoup plus sophistiqué(!!!) le ballon electrique piloté par la production PV! Et je ne parle pas d’un éventuel véhicule electrique. Mais ce n’est pas à un “tempoiste” que je vais apprendre ça! Mais quand je lis un exemple de B.api où “Là il faudrait utiliser le réseau comme stockage, mais ca tombe bien, car la production journalière correspond à la demade de pointe.”, plus d’accord du tout. On n’utilise pas le réseau comme stockage, sauf si on parle de gaz! Bonsoir à “Simone”.

trimtab

Bien sur que non. Cette idée de ‘passager clandestin’ ne me fait pas d’électrochoc, bien au contraire, car vous connnaissez bien (je pense) ma positionnement sur le PV, et que inclusion dans un projet de mobilité électrogène le rend encore plus ‘sensé’. Je résume ainsi mon point de vu en 3 ‘cas de figures’: 1: Particulier, (contrat atuo consom + vente surplus OBLIGATOIRE !) comme vous dites avec une puissance installée au plus proche des besoins (avec mobilité électrogène incluse si possible). Un peu de ‘stockage’ batterie le cas échant, dès que de telles options semblent ‘jouable’ techniquement et financièrement. 2: Entreprise, entrepots, industrielles, stade de foot etc ie: grandes toitures, parking ombrières etc. Toujours le même contrat OBLIGATOIRE ! Et les mêmes considérations et contraintes – puissance installée et ‘stockage’ éventuelle. Avec en plus pour écouler des moments de ‘surproductions’ éventuelles, ‘vente’ de ‘services’ électrogène annexes évoquées dans mon poste précedant. 3: Central au sol pour des grands opérateurs (avec un prix ‘vente’ kWh ‘raissonné’ !) – avec si possible ‘double’ usage des terrains concernés (agriculture, paturage pour moutons, chêvres etc) – et pourquoi pas du ‘tourisme technologique’, un peu ‘green com’ pour expliquer au grand public le pourquoi, quand, combien et comment arrive le ‘jus’ à leurs compteurs….! Après, entre les 3 cas, on peut discuter de qui est vraiment ‘passager clandestin’ du réseau et/ou quel prix il doit payer pour ce service de ‘stockage’ dispersé ? NB: A vérifier : Si je ne me trompe pas, un particulier, quelque soit son type de contrat achat pour son production PV, paie un abonnement annuel supplémentaire pour le 2eme compteur installé pour compter sa production ‘vendue’. Alors dèjà il paie un peu…assez….? Le bonjour de Simone qui est assez heureuse de savoir qu’avec ma retraite complète imminente, elle aura encore plus souvent qy’à mettre les pieds sous la table pour manger le soir après sa dur journéé de labeur devant ses 25 momes de maternelle…! Et avec 10 ans de moins que moi….sa retraite ce n’est pas pour demain…..! trimtab

lr83

Et je rajouterais le cas 0 : autoconsommation sans vente du surplus (envoie gratuit sur le réseau). Car faut pas déconner, si on installe 500 Wc ou 1 kWc, on ne va pas en plus payer les frais de raccordement et l’ajoût d’un autre compteur pour un surplus annuel de quelques dizaines de kWh !

trimtab

Bionjour, En effet, c’est le cas de figure le plus ‘altruiste’ et pragmatique de ‘solidarité énergetique’. Mais doit on se priver de faire ‘un peu d’argent de poche’, sans excess, on ajoutant un petit élement de ‘green business’, à partir du moment ces petits ‘extras’ ne sont pas dépensés pour quelques choses ‘very ungreen’, comme un weekend à Marrakech ou bagnole de sport, mais plutôt par exemple pour financer le surcoût du panier bio des agriculteurs locaux..? Green revenu for green support…….pour ‘boucler un peu la boucle’….? Et bien sur le notion de ‘surimposition’ toiture -plus couteux et techniquement complètement non justifiée – est une vaste ‘connerie’ à la Française……! L’autre cas de figure non évoqué c’est bien sur le site ‘isolé’ type refuge, resto altitude, émetteur, voir quelques iles…? etc) ou le connection au réseau est difficile techniquement et/ou financièrement. trimtab

Sicetaitsimple

Doit-on comprendre de vos deux précédents posts que vous êtes dans le cas 0?

lr83

Oui ! Coté altruisme, c’est simplement que je suis pour “pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple !”. En procédent de la sorte, on s’économise énormément de complication (je fais la pose que je veux, je demande rien à personne, je ne coute rien à personne, je ne m’emmerde pas avec un contrat de vente, ….) et ça compense très largement la “perte” 🙂 Le jour ou le smartgrid sera opérationnel et qu’on aura un compteur unique (Linky) capable de comptabiliser dans les deux sens, il sera temps de revoir la chose.

Sicetaitsimple

Ou plutôt non, je pense qu’en fait vous vous faites plutôt plaisir, ce qui n’est pas répréhensible bien au contraire… Maintenant, si c’est 250 ou 500W “plug and play IKEA” , votre “perte” doit être effectivement assez limitée, mais vous n’allez pas “sauver la planète” avec ça même si ça se généralise. Mais bon, je ne vais pas vous jeter la pierre, car vous êtes totalement dans les critères d’auto-consommation raisonnée que j’ai décrit ci-dessus.

Sicetaitsimple

Votre compteur n’est bien sûr pas d’un modèle qui permet de “tourner en arrière”?

trimtab

“pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple !”. Deuxième médaille de ma part pour cette ‘altruitude’ simple et clairement assumée , mais sans vouloir être ‘casse la joie’, une petite intérogation ‘technique’ toutefois concernant: “…..je demande rien à personne…” Lorsqu’on envoye de jus sur le réseau, aussi peu soit il, ne faut il pas demander ‘au minima’ la ‘permission’ à ERDF pour assurer que l’installation inclu des éléments de ‘sécurité’ pour éviter des ‘accidents’ en cas de panne du réseau ? Contrat obligation d’achat..non..ok.. ‘Contrat’ de racordement aux réseau….? trimtab

lr83

Pas de doute : j’ai un compteur électronique, donc c’est bien cadeau à EDF. Concernant ERDF, on doit établir une convention d’autoconsommation (CAC pour les intimes). Et croyez-moi, j’ai essayé de l’avoir en vain. J’ai même fait venir le Consuel (et aller 168 euros pour ma pomme) pour avoir la conformité que me demandait ERDF. Et ben vous savez quoi, je me suis fait insulté par le technicien pour l’avoir fait déplacer pour voir mon malheureux module de 250 Wc (j’en ai rajouté d’autres depuis !!) et au final il ne m’a pas donné ma conformité. Bref, pour moi, ce sont qu’une bande de charognard et autant s’en passer. La “désobéissance civile” est parfois une “obligation civile”. Je précise bien entendu que je suis parfaitement aux normes VDE pour mon onduleur réseau et pour mon installation globalement.

Sicetaitsimple

Je n’avais pas trop mal visé en supputant 250 à 500W.Le “cadeau” à EDF ou autre est dans ce cas normalement minime. Et pourquoi pas de certification? Pas d’organe de coupure accessible depuis le domaine public?

Sicetaitsimple

pour remonter un peu sur votre post de 9h18, les cas 1 et 2 ne me posent pas de problème, car ils sont plus ou moins en autoconsommation. Le cas 3 ( les grandes centrales au sol) un peu plus, car là il n’y a pas d’autoconsommation. Dans les trois cas, si la production injectée sur le réseau , les surplus normalement limités dans les cas 1 et 2 si l’installation est “correctement” dimensionnée et la totalité dans le cas 3, sont rémunérés aux prix de marché sans rien demander à personne en termes de CSPE, je n’ai absolument aucun problème, et par ailleurs je suis certain que c’est la bonne façon de développer durablement du PV. Le “durablement” signifiant un développement qui ne pompe pas du pouvoir d’achat à des gens qui n’ont de toutes façons pas les moyens techniques (locataires, logement collectifs)) ou financiers ( smicards voire souvent moins) de faire pareil ,via une augmentation régulière de la CSPE . Il serait temps, en précédant un peu l’avenement de la “parité réseau” dans certains cas (pas partout aujourd’hui), de fixer cette rêgle. Fini les tarifs d’achat, obligation d’achat par EDF (ou un autre) des surplus et uniquement eux au prix de marché. Et si lr83 veut “donner” quelques kWh moyennant moins de paperasse, il est le bienvenu dans cette logique.

Sicetaitsimple

et comme certains blaireaux pourraient me dire “c’est compliqué de gérer des millions de producteurs au prix de marché”, je vais préciser “un prix représentatif du prix moyen annuel de marché pondéré par la production saisonniaire solaire”. Allez, aujourd’hui disons environ 40€/MWh pour donner un ordre de grandeur.

Herve

Bonjour SicetaitSimple Gerer des millions de producteurs au prix marché n’est pas infaisable et loin de là. EDF gere actuellement des millions de contrats à multicomposantes. ça ne ferait que quelques composantes de + a ajouter. Sinon Ok pour 40€ du Mwh, c’est un tarif qui me parait équitable, par contre dans ce cas ce serait bien que l’on allège les producteurs de toutes les conneries administratives et normatives qui pesent lourd et servent a rien: Plus de consuel et patata pour installer: le Linky servira aussi de protection de découplage. (Il parait qu’il sera intelligent, ç’est une bonne occasion de le prouver). Solde achat / vente sur une seule facture avec difference à la fin,plus besoin de facturer EDF: les passifs actifs s’additionnent, si le résultat est négatif, le client encaisse par virement automatique d’edf… et vice versa. Moi si c’est comme ça, je signe à 40€.

lr83

Je suis plutôt à 1,5 kWc maintenant et globalement, je dois donner à EDF un peu plus de 600 kWh (je suis en tri, difficile d’équilibrer production et consommation sur chaque phase). Donc moi, je suis tout à fait partant pour un tarif de 40 €/MWh avec un compteur Linky si tout cela se fait dans la simplicité que propose Hervé. Et je re-précise, mon installation est parfaitement aux normes (et probablement plus que certaines installations de “pro”).

trimtab

Et @Hervé Une discussion intéressant….avec des échanges sans noms d’oiseau…de l’air frais…….je poursuit: Le scenario proposé par Hervé semble nous ramèner simplement au ‘net metering’, et sans revenir aux vieux compteurs méchaniques qui ‘tourne à l’envers’ (en cas d’export réseau) ‘à la belge ou l’américaine’, nos compteurs électroniques actuels devraient bien pourvoir géré ça (à défaut d’attendre Linky – s’il sera aussi intelligent qu’on dise !). Et pour le ‘juste prix’, pourquoi fixer un prix moyen quelconque (qui aura toujours des critiques), quand il suffira de faire avec son ‘prix contrat’ du jour….j’exporte en jour rouge TEMPO, on me paie le tarif jour rouge TEMPO…..j’exporte jour Bleu TEMPO…on me paie ce prix là…etc ? Après tous, mon compteur électronique actuel (12ans d’age !) ‘sait’ quel tarif jour s’applique parmi les 6 tranches ‘prix entrée’ prévues dans mon contrat. Appliqué donc la même comptage/tarification en ‘sortie’ ne doit pas être la mer a boire….? Et concernant le cas – centraux au sol: Sans parler bien sur des ‘mega’ trucs dans les deserts, qui seront toujours dans un scenario classique de production ‘centralisée’ et ‘Bulk Power Transfer’ sur des distance parfois conséquantes vers des centres de consommation, et soumis au prix ‘négocier à terme’ avec des difféents acteurs concernés. Pour les autres…….on pourrait imager une OBLIGATION de fournir d’abord, restant dans l’esprit toujours d’un certaine ‘autoconsommation’ (avant toutes exportation réseau) un client ‘local’ de taille appropriée en besoins éléctrogène (usine, entrepôt, exploitation agricole, ensemble de batiments publics d’un commune etc), voir de créer de toute pièce une telle activité en synergie locale pour avoir un ‘débit’ pour son jus. Et bien sur le prix KWh pour ce ou ces clients sera négocier de gré à gré dans le cadre d’un contrat ‘privé’. Restera donc à décider le prix de vente réseau du ‘surplus’. Ce type de scenario encouragera donc les solutions et installations les plus sensés possibles, et réflechies d’une façon plus ‘globale’ et tenant compte des contraintes et charectéristiques postives ou négatives du PV. Il écartera ainsi bien sur tous ces ‘comptables-placiers’ de ‘par ici là bonne soupe – placez vous sous pour préparer votre retraite…!’ Ces joueurs de Monopoly qui surfent sur les vagues vertes et ‘tendances’ en se faisant de la ‘com’ et des cou…..s en or, sans même savoir ce que c’est un kWh..! Voyez, non seulement je sort parfois de la boite, je sort aussi de mes gonds…! trimtab

Dan1

Juste pour alimenter la discussion :

Sicetaitsimple

A hervé: parlant essentiellement des installations de particuliers, dans l’état il est impossible d’avoir des relevés de production horaire, et je ne pense pas non plus que ce sera le cas avec un Linky dont il faudrait de toutes façons attendre le déploiement. Par ailleurs ça ferait des “factures” de plusieurs pages (autant d’heures de production et autant de prix différents), j’essayais d’aller vers la simplification demandée! Mais bon, il y a peut-être un compromis acceptable et “lisible” pour le particulier comme propose Trimtab. L’important c’est qu’un kWh “exporté” soit rémunéré à un prix représentatif de ce qu’il vaut sur le marché et pas plus.Et je ne vois pas d’inconvénient à la facture unique, simplement ça ne me parait vraiment compatible avec l’organisation actuelle ( obligation d’achat par EDF ou ELD et ouverture aux fournisseurs alternatifs). Mais ça peut changer. A lr83: cadeau d’environ 24€/an donc, ça va pas beaucoup aider pour payer l’EPR, mais c’est un beau geste quand même! C’est vrai que l’enjeu n’est pas énorme tant que l’installation est raisonnable. A Trimtab: banissez s’il vous plait définitivement le mot de “net metering” qui est un système complètement débile pour la communauté ( pas pour celui qui en profite!) et dont tout le monde revient! Ce dont on parle là c’est du “net billing”.

Sicetaitsimple

La discussion ci-dessus s’interesse au prix du “produit” (le kWh), mais il y a deux autres problèmes à régler dans l’hypothèse d’un développement de l’autoconsommation: -la rémunération des gestionnaires de réseau (le TURPE en France) – les taxes Pour le premier, nous en avons déjà parlé ici: Je recopie ma prose: Pour préciser, je l’ai déjà plusieurs fois expliqué, le “back-up” n’est qu’une partie du problème, qui concerne le producteur et le commercialisateur d’électricité. Par contre, le coût total de votre électricité est composée d’une bonne moitié de couts de transport et de distribution, qui sont comme vous le soulignez des coûts quasiment fixes de réseau, de son entretien, de relève, de dépannage….Que vous consommiez deux fois moins ou deux fois plus sur une ligne donnée ne coute pas plus ou moins cher à ERDF ou un équivalent , à l’exception relativement marginale des pertes en ligne. Une logique économique “classique” voudrait donc que la rétribution de ce service soit faite sur la base d’un prix se rapprochant structurellement des coûts, c’est-à-dire un forfait quasi indépendant de la consommation: vous payez pour qu’on vous apporte la tension et la fréquence, pour les kWh vous voyez ça avec votre fournisseur. Ce n’est absolument pas le cas aujourd’hui, vous payez votre distributeur au kWh acheminé pour la quasi totalité de votre facture ( part distribution). Bien entendu , ça ne se fera pas du jour au lendemain, mais ça me parait inéluctable avec des schémas d’autoconsommation qui se généraliseraient. Pour les coûts de back-up, ce sera en plus et ça ne concerne pas le distributeur.

trimtab

AH ! Sicetaitsimple….. ? Alors d’abord ne chipotons pas sur le mots et allons y pour ‘net billing’. Mais dans ce grand bazar qui est le ‘jus’ , revenons aux bases et réalités qui situent cette histoire d’auto-consommation dans son contexte plus large, est bien évoqué en parti dans le lien fourni par Dan1 (merci Dan) : 1: Trop autoconsomattion fera une pertes de recettes pour les entreprises fabriquant et distribuant notre jus et éventuellement des pertes fiscales de taxes pour l’etat. On pourrait répondre sarcastiquement que c’est leur problème et qu’on ne fait pas une nouvelle modèle électrogène (et énergétique) sans casser quelques œufs …. ! Après tous, leur rôle (entreprise et politques) c’est de gérer au mieux leurs situations présentes et d’anticiper au mieux celles du future…pour faitre ‘bien’ ?.. ie : Si aujourd’hui le jus n’est qu’une partie du problème énergie (disant 20% ?), des tranfers d’usages et d’habitudes probables donnera au jus une toute autre dimension. S’ils n’y ont pas pensé, tantpis pour eux.. ? Mais il y aussi une ‘résponsibilité’ commune pour ne pas ‘foute le bordelle’ en basculant sans vision dans une nouvelle donne, dont les dégats colatéraux pourraient être pire que la remède qu’on cherche. 2: Car dans cette nouvelle donne éléctrogène, certaines technologies comme le solaire et l’éolienne, donne aux clients des fournisseurs de jus ‘traditionels’, la possibilité de produire en parti ou totalement leur besoins, avec ou sans l’aide de ces mêmes fournisseur et réseau associés….qui change complètement la donne….et il faut créer un/les modèle(s) qui va avec….. ! Car pour certains donc les besoins sont les plus modestes (ou même d’autres plus grands – si ‘stockage’ massif tient certaines promesses) et qui sont prets à accepter quelques contraintes…..ils pourraient ‘quitter le jeu’, ‘go off grid’, sur laquelle les discussions sont déjà lancées : Tous ceci pour dire que le Grand Bazar éléctrogène et dans une phase de transition, presque sans précedant (L’avenir du Nucléaire ? ENRs, gestion de réseau et interconnexions, éfficacité et MDE, autoconsommation, mobilité éléctrique) et que chacun, du plus petit (ir83 ici présent) au plus grand comme Google ailleurs sont ou peuvent dévenir des ‘consomacteurs’. Pourvu qu’on arrive à géré la bête, en mettant chacun du sien et des fusibles là ou il faut pour que ça nous ne pète pas à la gueule dans une vaste court-circuit pyrotechnique digne du 14 Juillet…….. ! « Simone… ? Est ce que je suis encore ‘way outside the box ?’ Voyons voir.. ? T’as fait quand ton dernier électrocardiogramme….. !!! ? trimtab

Sicetaitsimple

C’est quand même important: le net-metering au sens du compteur qui tourne en arrière, ça peut paraitre effectivement très simple ( et donc attractif), mais c’est le système le plus injuste (et donc le moins “durable” au sens que j’ai évoqué un peu plus haut). Si vous voulez engraisser des “rentiers” au détriment de braves gens qui n’ont ni les moyens techniques et/ou les moyens financiers de s’équiper, il n’y a pas mieux au moins avec les structures actuelles de tarification de l’électricité. Ce serait un peu moins vrai si la part transport/distribution ( l’accès au réseau) était forfaitisé comme je l’évoque ci-dessus. Resterait le problème des taxes.

Sicetaitsimple

Trop autoconsommation fera une pertes de recettes pour les entreprises fabriquant et distribuant notre jus et éventuellement des pertes fiscales de taxes pour l’état. On pourrait répondre sarcastiquement que c’est leur problème et qu’on ne fait pas une nouvelle modèle électrogène (et énergétique) sans casser quelques œufs …. ! Après tous, leur rôle (entreprise et politiques) c’est de gérer au mieux leurs situations présentes et d’anticiper au mieux celles du future…pour faire ‘bien’ ?.. Ca ce n’est pas vraiment un souci, que les entreprises s’adaptent c’est normal, pour ce qui concerne les taxes il ne faut quand même pas réver! Faut simplement que les rêgles du jeu soient claires et “fair”: un MWh injecté sur le réseau, sa valeur aux conditions actuelles c’est en moyenne environ 40€, pas entre 100 ou 200. D’où mon soutien à l’autoconsommation raisonnable, qui doit trouver son équilibre économique sans trop fausser le jeu de la concurrence et sans ponctionner à l’insu de leur plein gré ses voisins via une CSPE dont la croissance continue, elle au moins, ne fait aucun doute!

lr83

Je suis pas d’accord avec Sicetaitsimple. Je pense que le Net Metering est un très bon système, très simple à mettre en oeuvre. Il suffit juste de lui apporter quelques règles pour éviter les dérives : par exemple un temps de comptage sur 1 ou 2 mois (permet d’être plus en phase avec les saisonnalités) et un plafond de surplus (au-delà duquel il n’est pas payé). Ainsi, on est parfaitement adapté à tous les sites de particulier qui globalement ne pourront pas installer plus que la puissance souscrite. Ils pourront toujours mettre plus, mais ils auront alors du surplus non rémunéré.

Cosinus

Bon, supposons que l’EPR en construction n’appartienne pas à EDF mais à une société indépendante. Est-ce qu’on lui paiera son électricité à 40 euros le MWh alors que son prix de revient est 2 à 3 fois plus. Ou on lui fera un tarif d’achat à 120 euros le MWh ou plus comme en Angleterre.

Sicetaitsimple

-si la part “accès au réseau” est forfaitée comme je le “propose”, où plutôt comme j’imagine qu’elle évoluera – et que le net-metering est remis à zéro toutes les 24h ca se regarde….. Je n’ai pas vraiment envie de peyer pour des résidences secondaires bourrées de PV, voyez vous……

Sicetaitsimple

C’est une bonne question, mais elle n’a pas grand chose à voir….

lr83

Vous écrivez : “Je n’ai pas vraiment envie de peyer pour des résidences secondaires bourrées de PV, voyez vous……”. Je comprends pas ou est le problème, il est producteur et vend son courant au prix que facture EDF. Ou est le problème ? Sinon, je pourrais vous rétorquez de façon symétrique, que j’ai pas vraiment envie de payer pour une certaine énergie et tous les aléas qu’elle entraine que vous affectionnez particulièrement !

Sicetaitsimple

On a dérivé en passant d’un achat des excédents au prix de marché ( le “40€” pour fixer un ordre de grandeur) avec lequel je n’ai pas de problème de fond à un débat sur le net-metering, avec lequel j’en ai vraiment un. Tiens d’ailleurs un témoignage récent des aberrations auxquelles ça conduit, celui de bigbluejrl ( le premier sur le fil)avec le schéma belge: “Je comprends pas ou est le problème, il est producteur et vend son courant au prix que facture EDF. Ou est le problème ?” J’espère que vous plaisantez! Certes rien à dire sur le plan de la légalité…C’est juste le prix en question dont on discute….. Quant à la “certaine energie”, vous la payez environ 40€/MWh….Qu’elle ne vous plaise pas est un autre sujet.

Newsun

Pour les résidences secondaires,on peut aussi mettre un plafond,au delà duquel l’électricité n’est plus payée au particulier qui voudrait abuser .

Sicetaitsimple

Oui, remise à zéro du “compteur” une fois par jour, c’est que je propose un peu plus haut. Ce n’est pas “pur” (une vente aux prix de marché l’est plus), mais ça doit être assez neutre.

Sicetaitsimple

Vous êtes en train d’essayer de démontrer que le stockage d’électricité c’est gratuit. Je produis des kWh quand je veux ( ou plutôt quand je peux s’agissant du PV), j’envoie les excédents chez EDF ou un autre, et celui-ci va me les rendre kWh pou kWh quand je veux gratuitement, éventuellement plusieurs semaines ou mois plus tard. Vous révez? C’est gratuit le stockage d’electricité?

Newsun

L’électricité qui n’est plus payée aux particuliers qui voudraient abuser,pourrait servir à l’électrolyse de l’eau pour obtenir de l’H2 moins cher qu’avec le vaporeformage du méthane ou pétrole(electricité gratuite).Cet H2 alimenterait l’industrie des véhicules électriques avec PAC ou hybides,type pac-batteries.Une idée à méditer.

Sicetaitsimple

Loin de moi l’idée de ne pas payer l’électricité en excedent des particuliers, elle a une valeur, il n’y a aucune raison de les spolier, mais aucune raison non plus de spolier EDF ou une ELD, et encore moins de spolier via des tarifs d’achat aberrants et leur impact sur la CSPE les gens qui ne sont pas acteurs du sujet parce qu’ils n’en ont pas les moyens techniques et/ou financiers, ou simplement l’envie. Cette valeur, elle est clairement reflétée pour du solaire dans les prix de marché infraday (J-1) et aujourd’hui on tourne autour de 40€/MWh en journée en moyenne. Dans 10 ans on verra, ce sera peut-être différent, il semble certain que si le PV se développe allègrement les prix de marché au moment où il produit vont baisser. C’est la vie.

68
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime