La Russie va explorer les fonds marins de l’Arctique

La Russie prévoit d’effectuer des recherches approfondies sur une bande de territoire sous la mer Arctique supposée regorger de gaz et de pétrole a déclaré vendredi, un haut responsable russe de la flotte des brise-glaces.

Ainsi, les Brise-glaces conduiront les navires d’investigation dans l’Arctique à travers une série de missions au cours des trois prochaines années dans le but de mener une analyse géologique détaillée des fonds marins, a indiqué Andrei Smirnov, le directeur adjoint des opérations d’Atomflot.

Andrei Smirnov a précisé que des chercheurs russes envisagent le départ d’une mission dans l’Arctique à partir de juin 2010. Il comprendra un brise-glace nucléaire et un navire de recherche.

D’autres missions similaires devraient également se dérouler entre 2011 et 2012. Les chercheurs utiliseront des équipements sonores et autres systèmes sophistiqués pour étudier les fonds marins.

La Russie travaille actuellement sur la conception d’une nouvelle classe de brise-glace nucléaire et quatre d’entre eux seront vraisemblablement construits a affirmé par ailleurs Mr. Smirnov.

Au-delà de l’intérêt scientifique, l’expédition russe entend bien rappeler les visées russes sur le contrôle de ces territoires. En 2001, Moscou avait déposé une requête devant une commission de l’ONU sur le droit de la mer pour revendiquer le fond marin arctique, avant d’être rejetée pour manque de preuves.

Moscou revendique une grande partie du fond océanique arctique comme étant le sien, en faisant valoir qu’il s’agit d’une extension du plateau continental de la Russie. En 2007, des scientifiques russes avaient réussi à atteindre le plancher de l’océan Arctique à 4.261 mètres de profondeur grâce à 2 sous-marins de poche, Mir-1 et Mir-2. Et pour marquer leur territoire, l’équipage avait planter un drapeau russe en titane.

Les États-Unis, le Canada, le Danemark et la Norvège ont aussi tenté d’affirmer leur compétence sur une partie de l’Arctique, qui selon les spécialistes est censée contenir jusqu’à un quart des réserves mondiales de pétrole.

La Russie réitère ses prétentions dans la mer Arctique

Les tensions entre les différents protagonistes s’animent alors même que le réchauffement planétaire fragilise le manteau polaire, ouvre de nouvelles routes maritimes et offre de nouvelles possibilités d’extraction de ressources en hydrocarbures.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Denlaf

Les Russes feraient n’importe quoi pour s’approprier les richesses de l’océan Arctique. Le fait de prétendre qu’une grande partie des fonds marins de cet océan leur appartient, simplement parce qu’il s’agirait d’une extension de leur plateau continental, est une aberration. Tout un plateau… puisqu’on s’est rendu jusqu’à 4 261 mètres de profondeur pour planter le fameux drapeau en titane. Les arguments de la Russie n’ont aucune valeur et j’irais même jusqu’à dire que, venant d’une grand puissance comme ce pays, c’est plutôt décevant, insignifiant et farfelu. Les 5 pays qui ont des droits sur l’Arctique ont aussi un plateau continental qui se prolonge dans l’océan, ce n’est pas un argument valable. Va-t-il falloir considérer la pente des plateaux de chacun de ces pays lorsqu’ils se prolongent dans l’Arctique ou encore tenir compte des dorsales océaniques ou même le plus bas niveau des océans lorsqu’on était au plus fort de la glaciation (-240m ,ce qui donne un découpage bien différent des continents)? Bien sûr que non, tout celà est ridicule. On ne va pas davantage considérer le fait que les Russes ont planté un drapeau pour leur accorder un droit de propriété; ce serait équivalent à dire que la Lune appartient aux américains parce qu’ils y ont planté un drapeau. Une seule solution serait acceptable pour régler ce problème. Les 5 pays riverains exploiteraient conjointement ces ressources (s’unir plutôt que de se disperser ou de s’opposer) . Chaque pays investirait au prorata de sa population et retirerait des bénéfices dans la même proportion. Quel bel exemple d’équité pour le reste de l’humanité dans tous les cas où il y aurait un litige à régler au sujet du partage des richesses naturelles. Qu’en pensez-vous?

Denlaf

Les Russes feraient n’importe quoi pour s’approprier les richesses de l’océan Arctique. Le fait de prétendre qu’une grande partie des fonds marins de cet océan leur appartient, simplement parce qu’il s’agirait d’une extension de leur plateau continental, est une aberration. Tout un plateau… puisqu’on s’est rendu jusqu’à 4 261 mètres de profondeur pour planter le fameux drapeau en titane. Les arguments de la Russie n’ont aucune valeur et j’irais même jusqu’à dire que, venant d’une grand puissance comme ce pays, c’est plutôt décevant, insignifiant et farfelu. Les 5 pays qui ont des droits sur l’Arctique ont aussi un plateau continental qui se prolonge dans l’océan, ce n’est pas un argument valable. Va-t-il falloir considérer la pente des plateaux de chacun de ces pays lorsqu’ils se prolongent dans l’Arctique ou encore tenir compte des dorsales océaniques ou même le plus bas niveau des océans lorsqu’on était au plus fort de la glaciation (-240m ,ce qui donne un découpage bien différent des continents)? Bien sûr que non, tout celà est ridicule. On ne va pas davantage considérer le fait que les Russes ont planté un drapeau pour leur accorder un droit de propriété; ce serait équivalent à dire que la Lune appartient aux américains parce qu’ils y ont planté un drapeau. Une seule solution serait acceptable pour régler ce problème. Les 5 pays riverains exploiteraient conjointement ces ressources (s’unir plutôt que de se disperser ou de s’opposer) . Chaque pays investirait au prorata de sa population et retirerait des bénéfices dans la même proportion. Quel bel exemple d’équité pour le reste de l’humanité dans tous les cas où il y aurait un litige à régler au sujet du partage des richesses naturelles. Qu’en pensez-vous?

Denlaf

Petite erreur de frappe, dans le mot extension; quans j’ai voulu corriger j’ai maladroitement publié mon commentaire une deuxième fois. Veuillez excuser l’erreur. Le modérateur d’Enerzine pourrait peut-être ne conserver que le commentaire corrigé,ce serait moins encombrant pour les lecteurs. C’est comme vous voulez.

Pastilleverte

au vu de la carte (savourer le “probability of findiing”, des études géologiques ont donc déjà été faites ?) les fameux pays riverains tenteraient leur chance sur, ce qui ressemble effectivement à des “extensions” de leur plateau continental dans l’Océan Arctique, la Russie en ayant plus et “plus loin en mer” Reste à savoir si les passages libres de glace, pendant les 3 mois les plus “de iced”, soit juillet, aout et surtout septembre, seront de plus en plus larges, sachant que le point bas d’extension de la banquise a été atteint en septembre 2007, que la banquise au plus bas était de 500 000 km² plus étendue en sptembre 2008 et du même montant encore en plus en septembre 2009; les cycles naturels ça existe aussi pour les banquses, n’en déplaise aux adorateurs du RCA (AGW en anglias) CO2-forced. (et dans le même temps la banquise Antartique a atteint son maximum depuis 30 ans entre 2007 et 2009, ce qui fait que le total de la glace de mer est resté à peu près constant sur l’année ces 30 dernières années, malgré une augmentation régulière de la concentration en CO2 dans l’atmospère- 0,0385%, on tremble).

4
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime