Le Grand Besançon se chauffe au bois-énergie

La Communauté d’agglomération du Grand Besançon vient d’inaugurer une plateforme de stockage et de séchage du bois pour alimenter ses 9 chaufferies bois collectives. D’autres projets de chaufferies (environ 19) sont prévus à court ou moyen terme.

Ces chaufferies ont une consommation globale d’environ 21 000 T de combustible. Les plaquettes forestières représentent 80 % de l’alimentation des chaufferies actuelles et proviennent à 36 % du territoire du Grand Besançon, à 39 % du Doubs (hors Grand Besançon) et à 25 % des alentours du Doubs (provenance variée).

Avec plus de 16 000 hectares de forêts (dont 12 000 de forêts publiques), le Grand Besançon dispose d’une ressource en bois importante. Cette surface représente 39 % du territoire.

L’utilisation du bois comme énergie de chauffage (logements, bâtiments municipaux) à Besançon présente de nombreux intérêts :

  • Utilisation d’énergies renouvelables
  • Valorisation le bois des forêts locales
  • Développement d’une économie locale
  • Réduction des émissions de gaz à effet de serre

Par exemple la chaufferie bois de Planoise (photo ci-dessous) couvre 18 % des besoins de chaleur du quartier de Planoise, évite le rejet de 10 000 tonnes de CO2 par an et permet de substituer près de 3 300 tonnes de fioul lourd.

Le Grand Besançon se chauffe au bois-énergie

En 25 ans, la capitale comtoise a déjà réduit de 40 % sa consommation énergétique grâce à de multiples innovations dans la gestion de son parc auto et des bâtiments communaux, de l’éclairage public et du traitement de l’eau. Le chauffage solaire de la piscine d’été dès 1980, la valorisation du biogaz en 1985, l’installation géothermique en 1992, des véhicules de chantiers équipés de cellules photovoltaïques la même année : aucune piste n’a été négligée.

Un réseau d’échanges d’expériences baptisé Energie-Cités est également né à Besançon ; il rassemble aujourd’hui près de 200 villes européennes.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
8 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
stef

40 % de réduction des consommations, mise en place d’EnR diverses et variées, quand les collectivités locales montrent l’exemple, c’est beau !

Momo

OK en local et ds. une zone bien achalandee …. Faire pareil pour 63 millions de Francais reviendrait a couper ts. les arbres du Pays et ne permettrait pas de fabriquer les materiaux de base ni faire circuler trains et bagnoles … Ne parlons pas d’alimenter ainsi 6,5 milliards de bonhommes ( il n’y a qu’a voir a quoi ressemble le Sahel , Haiti , Madagascar et le Nepal entr’autres …..)…. Cordialement

Reivilo

Au niveau de consommation où nous sommes, il faut se faire à l’idée qu’il n’existe pas UNE solution universelle à la production d’énergie, mais DE MULTIPLES solutions locales avec les ressources présentes sur place. Il serait bien sûr ridicule de vouloir chauffer tous nos logements et tous nos bureaux au bois, comme il serait stupide de vouloir nourrir toute la population avec uniquement des pommes de terre par exemple. Ce qui ne veut pas dire qu’il faut proscrire les patates de nos menus ! Disons que le bois fait partie du mix énergétique comme la ratte du Touquet de nos menus et qu’il doit certainement accroître sa part dans le contexte actuel et pour l’avenir du climat. En France sur les dernières décennies la forêt augmente, notamment de part la diminution des surfaces cultivées (disparition des exploitations à vitesse V et reconquête naturelle de ces espaces) et aussi grâce à une bonne gestion des peuplements. De plus l’utilisation raisonnée des rémanents d’exploitation forestière (ce qui reste d’un arbre quand on a extrait le bois d’oeuvre soit 30% mini) contribue à la bonne santée de nos forêts, à la diminution des émissions de méthane et permet en outre d’avoir des espaces permettant des ballades en famille aussi agréables que la visite d’un centre commercial ouvert le dimanche… Donc un bon exemple pour les régions forestières mais à  éviter dans la Beauce ou il est sans doute plus judicieux d’ utiliser l’abondante énergie éolienne qui s’y offre pour produire de l’électricité, au sud plutôt le soleil etc sans oublier l’énergie productible partout, éternellement et gratuitement……………40% de la consommation de Besançon…. Le NEGAWATT bien sûr !

Momo

Tout a fait d’accord av. un mix energetique tres large et diversifie ( c’est meme le but de ma vie depuis + de 35 ans ….. ) et pour une certaine austerite ds. la consommation ( et pas forcement limitee au domaine energetique ! ) . Mais c’est bien pour acceder eux aussi a un certain mix ( et ne plus etre trop dependant d’une seule source ) que les pays sous-developpes se jettent sur le gaz du moyen-orient ou de l’extreme est siberien , sur le petrole au moindre prix , sur le charbon de n’importe quelle provenance et qualite , sur le nucleaire aussi ….. et ne veulent par contre absolument pas entendre parler de nega-quoique ce soit ! ….Vs. verrez bien a la fin de cette annee a Copenhague ! ….Encore une fois personne ne repond a ma question : que peut-on proposer de raisonnable et de decent aux 5 milliards d’humains qui ne jouissent pas de notre abondance ( meme de bois ! ) ni de notre confort ni de notre longevite moyenne , ni de la qualite de nos soins , ni de notre environnement forestier encore correct en moyenne ( ni de la meme quantite de ” patates ” a mettre ds. nos montagnes de beurre et de creme fraiche ! ) . Dommage , mais je suis patient , et ne doute pas un instant qu’un jour je recevrai une reponse bonne a creuser ….Ce ne sera , helas , certainement pas : diffuser l’exemple de Besancon ( au demeurant fort interessant localement , c’est certain ) . Cordialement

stef

Je répondrais comme reivilo, bien entendu que le but n’est pas de chauffer les 63 millions de français au bois. Mais on a encore de la marge pour développer cette filière bois, il y a de la matière première disponible dans nos forêts, et le remplacement de vieux appareils de chauffage au bois permet là aussi de fortement réduire les consommations. Cela peut donc être fortement développé. Et si pour vous l’exemple de Besançon n’est pas duffusable, c’est tout à fait vrai dans les pays qui ont peu ou pas de forêts. Mais pensez à tous les pays de l’Est en Europe, là il y a du transfert de compétence à faire. Mais la question énergétique mondiale ne se résoudra bien entendu pas uniquement avec du bois. Ni uniquement avec du solaire. Ni uniquement avec du charbon. Ni uniquement avec du nucléaire. Etc…

Momo

Entierement d’accord …. no pbs. pour diffuser ces technologies la ou il y a abondance de matiere(s) premiere(s) , c’est une evidence pour moi ….. et cela se fait d’ailleurs depuis des decennies et des siecles en Scandinavie comme en Europe de l’Est et autres zones bien boisees ( je travaillais sur le sujet av. des Finlandais en 1984 ! et j’etais tres loin d’etre le seul ! …idem au Quebec et en Oregon …) Je soulignais juste qu’il y a tres tres peu de Pays ou la foret se developpe ( la France est privilegiee de ce cote-la ! et peut-etre bien grace a son nucleaire et son chauffage electrique …. ) , et que donc il y avait des limites a l’optimisme quant au developpement de cette source d’energie primaire , c’est tout !  La 2eme partie de ma reponse a Reivilo concernait ” Negawat ” et son impact sur le 1/3 monde …Une tte. autre histoire a mes yeux . Cordialement

energizer

Une petite aide (en plus du credit d’impôt) du département et de la ville pour mieux isoler les logements concernés, et c’est gagné. Je suis content de voir une utilisation 100% locale (ou presque) du bois. Et en effet ce n’est pas généralisable aux 63 millions de français. Je vis en Rhône-Alpes, j’ai de l’hydroéléctricité (moyen pour la faune et le paysage c’est vrai). Ma famille dans le Pas-de-Calais, ils ont.. euh… la pluie! (-; (bon ok pas vraiment une energie mais pas mal pour la recup’)  Du vent aussi assez régulièrement pour l’éolien. Des amis dans le Var utilisent le solaire (qui n’est pas exclu non plus dans le Pas-de-Calais ceci dit vu les consommations de chauffage). Sans oublier (car c’est toujours le cas) que sobriété est une priorité, bien avant efficacité et enfin renouvelable. Mais ça, c’est moins juteux…

phigoudi

En effet, la filière bois souffre de manque de débouchés. Ceci fait que nombre de forêts -surtout les privées- manquent d’entretien car on ne sait que  faire de ces sous-produits (les bois déclaircies, les houppiers). Ca fait longtemps que des systèmes complets de fourniture de copeaux ou de plaquettes (machines de prélèvement, tansport, stockge,…) existent mais étaient peu développés faute de demande. C’est là un débouché intéressant pour les régions forestières.

8
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime