Poweo poursuit son projet de terminal à Antifer

Près de trois mois après la publication des conclusions du débat public qui rendait compte d’une opposition "vigoureuse", Gaz de Normandie a décidé de poursuivre son projet d’implantation d’un terminal méthanier dans le port d’Antifer, près du Havre.

Le terminal méthanier disposera d’une capacité annuelle de 9 milliards de m3 de gaz naturel liquéfié (GNL). Il comprendra des installations de réception, de stockage et de regazéification de gaz naturel liquéfié. Le projet prévoit la construction de 2 ou 3 réservoirs d’une capacité de 150 000 à 200 000 m3.

Il s’inscrit dans le projet de schéma directeur du Port Autonome du Havre, "Port 2020", qui programme le développement du pôle énergétique havrais. Le projet est conduit par Gaz de Normandie, filiale de Poweo, en partenariat avec la Compagnie Industrielle Maritime (CIM) exploitant de terminaux pétroliers au Havre et Antifer, l’allemand E.ON Ruhrgas et l’autrichien Verbund.

La décision de poursuivre le projet a été prise à l’issue de 3 mois de débat public, et en dépit de fortes critiques exprimées lors des réunions menées du 14 septembre au 14 décembre 2007. Le bilan du débat, rendu le 18 avril 2008 par le président de la Commission nationale du Débat Public, M.Philippe Deslandes, soulignait notamment les "conditions difficiles" dans lesquelles ont été menées les discussions.

Malgré cela, Gaz de Normandie a décidé de déposer les demandes d’autorisation pour la poursuite du projet au premier semestre 2009. L’enquête publique se déroulerait dans le courant de l’année 2009. Une fois les autorisations obtenues, Gaz de Normandie pourrait prendre la décision finale d’investissement au début de l’année 2010.

Les travaux dureraient alors 3 à 4 ans, pour une mise en service prévue en 2013.

En cas de réalisation du projet, le Port Autonome du Havre accordera une Autorisation d’Occupation Temporaire du domaine public (AOT) pour une durée de 40 ans, moyennant le paiement d’une redevance. La construction, dont le coût est estimé à 700 à 800 millions d’euros, nécessiterait l’emploi de 600 personnes sur 3,5 ans environ, assure Gaz de Normandie. L’exploitation du terminal devrait employer 60 à 80 emplois à plein temps pour la sécurité, l’exploitation, la maintenance et les services portuaires.

         

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
5 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Nogaz76

Je suis habitant d’un petit village, Saint Jouin-Bruneval, à 5 kms d’Etretat, où Monsieur Beigbeder désire implanter un port méthanier afin d’alimenter ses centrales au gaz. Je suis élu dans ce village et nous nous opposons de toutes nos forces à ce projet ainsi que celui (toujours porté par POWEO !) de construction d’une centrale au charbon au Havre. Il m’est complètement insupportable d’entendre Monsieur Beigbeder parler d’énergie verte et de développement durable. Depuis quand le gaz et le charbon sont-ils propres ?   Certes les centrales au gaz sont moins émettrices de CO2 que d’autres centrales thermiques, mais c’est occulter tout les processus d’extraction du gaz, de liquéfaction (transformation en GNL) et de transport, qui sont fortement consommateurs d’énergie (donc émetteurs de CO2) et qui en outre provoquent une déperdition dans l’atmosphère de méthane, qui est un gaz à effet de serre beaucoup plus puissant que le CO2 (cf article dans La Recherche, en mars dernier). La stratégie qui consiste à dire que POWEO c’est du vert est purement et simplement malhonnête. Si POWEO s’engage à faire à l’horizon 2012 25% d’énergies renouvelables,  cela veut dire qu’il fera 75% d’énergie d’origine polluante et émettrice de CO2!   Quand Monsieur Beigbeder parle de nécessité de diversifier l’approvisionnement énergétique de la France, qui est-il pour nous dire cela ? Qu’elle compétence a-t-il ? N’est ce pas à l’Etat d’en juger ? Or l’Etat ne soutient pas ces projets, car ils sont à l’opposé du texte de loi établi par le gouvernement (Grenelle de l’environnement) et voté à la quasi unanimité par les députés. Ce texte préconise de « réduire les besoins en énergie » et donc de diminuer la consommation énergétique, d’économiser les énergies fossiles, de développer les énergies renouvelables. Ce texte prévoit en outre « la taxation des consommations d’énergies fossiles ». On est donc très loin du discours de Monsieur Beigbeder qui aimerait voir fleurir ces centrales au gaz. Sa stratégie qui consiste à dire que c’est une nécessité pour la France tient de l’esbroufe. Un exemple frappant de ce mensonge est que son projet de port méthanier dans notre village n’a pas obtenu la dénomination de « Projet d’Intérêt Général » par l’Etat, et ce malgré les amitiés connues et le lobbying fait par Monsieur Beigbeder.   Ce Monsieur n’est pas du tout philanthrope, sa carrière parle pour lui. C’est un financier opportuniste, certes plutôt doué, qui cherche à profiter de l’ouverture du marché de l’énergie, comme il a profité de la bulle internet et comme il prévoit de profiter de l’ouverture du marché des transports ferroviaires. C’est le fruit (gâté) du capitalisme et de l’ultralibéralisme dont on découvre aujourd’hui les méfaits. S’il était honnête et réellement respectueux des générations futures, il ferait 100% d’énergies renouvelables, mais cela est beaucoup moins lucratif que le gaz…

Pappy

Ce projet n’est pas d’intérêt national. Nos approvisionnement en France via Fos et Montoir qui vont par ailleurs être agrandis sont excédentaires. Les promoteurs sont en fait des financiers attirés par les profits et le pouvoir pharamineux que représenterait le contrôle de la filière gaz et électricité en Europe, soutenus par une petite minorité d’ élus locaux .Ces requins ont tout mais cela ne leur suffit pas, ils veulent encore et encore plus, Certains ne connaissent absolument rien à notre région et s’en foutent complètement. La région du Havre pue. Nous avons le triste record des maladies respiratoires. Les cadres ne veulent pas venir s’installer dans la région et les jeunes diplômés fuient. On attire pas les mouches avec du vinaigre. Les élus se trompent, ce n’est pas en rajoutant un pôle industriel au nord de la ville qu’on va arranger les choses. Jusqu’à maintenant, le nord de la ville était épargné. ça va être réparé, ça va puer et polluer aussi au nord et les gens pourront y tousser comme les autres. Ca pourrait peut être créer des emplois de médecins…. Ce ne sont pas quelques milliers, mais des milliards de m3 de gaz qu’on veut entreposer à Antifer. la filière gaz génère des fuites considérables de GNL, qui contribuent directement à l’effet de serre, en plus de l’extrême dangerosité de ce type d’installation classée officiellement Seveso et à Haut Risque. Alors, le côté écolo ? ? Au village, vivent des riverains, dont beaucoup vivent ici depuis des générations, et dont les ancêtres eux, ont construit ce pays. Les premières maisons du village de St Jouin seraient à 500 m du projet.( aux Etats Unis, la marge de sécurité est de 8 kms) La plage d’Antifer est à proximité immédiate, sur le même site que le projet. On y rejetterait des milliers de m3 d’eau chargée en composés chlorés et refroidie. Elle est fréquentée en été par des milliers de personnes dont la plupart ont des revenus modestes et n’ont pas les moyens d’aller ailleurs. Les Yachts et les Maldives, c’est pas pour eux. Les jeunes qui n’ont que leurs vélos ou scooters ne peuvent aller ailleurs. Les handicapés et les familles nombreuses trouvent là une plage en pente douce très sécurisante. Plus toutes les autres activités liées à la mer . Pêche etc…Aucun autre endroit n’est aussi accessible.  Manque de place et payage au Havre, Etretat et Fécamp, le Tilleul trop petit etc. Le projet a fait chuter la valeur des biens immobiliers des riverains. A un point tel que ceux qui voudraient partir, effrayés par le projet, ( quand on voit ce que les corses font avec une simple bouteille du commerce, on les comprend ) ne peuvent plus vendre leurs biens à un prix qui leur permettrait de s’installer plus loin. Dans leur grand cynisme, les porteurs du projet nous ont écrit que c’était de notre faute. Les falaises abritent une faune et une flore riches et abondante, dont certaines espèces sont protégées. La valleuse classée de Bruneval, tout à côté souffre déjà d’une pollution aérienne importante prouvée, due au port pétrolier. Sa plage a été massacrée par ces mêmes industriels qui, aussi sûrs d’eux que nos experts du gaz , s’étaient déjà trompés en créant un port surdimentionné en panne aujourd’hui.. Et c’est au milieu de tout ça qu’ une bande de requins voudraient installer une monstruosité industrielle laide, polluante et puante plus longue et aussi haute que l’Hôtel de Ville du Havre, dans le seul but de s’en mettre plein les poches. On ne le répètera jamais assez, on a assez de gaz. ce projet n’est pas d’interêt national mais privé, c’est à dire purement mercantile.  

Pappy

Ce projet n’est pas d’intérêt national. Nos approvisionnement en France via Fos et Montoir qui vont par ailleurs être agrandis sont excédentaires. Les promoteurs sont en fait des financiers attirés par les profits et le pouvoir pharamineux que représenterait le contrôle de la filière gaz et électricité en Europe, soutenus par une petite minorité d’ élus locaux .Ces requins ont tout mais cela ne leur suffit pas, ils veulent encore et encore plus, Certains ne connaissent absolument rien à notre région et s’en foutent complètement. La région du Havre pue. Nous avons le triste record des maladies respiratoires. Les cadres ne veulent pas venir s’installer dans la région et les jeunes diplômés fuient. On attire pas les mouches avec du vinaigre. Les élus se trompent, ce n’est pas en rajoutant un pôle industriel au nord de la ville qu’on va arranger les choses. Jusqu’à maintenant, le nord de la ville était épargné. ça va être réparé, ça va puer et polluer aussi au nord et les gens pourront y tousser comme les autres. Ca pourrait peut être créer des emplois de médecins…. Ce ne sont pas quelques milliers, mais des milliards de m3 de gaz qu’on veut entreposer à Antifer. la filière gaz génère des fuites considérables de GNL, qui contribuent directement à l’effet de serre, en plus de l’extrême dangerosité de ce type d’installation classée officiellement Seveso et à Haut Risque. Alors, le côté écolo ? ? Au village, vivent des riverains, dont beaucoup vivent ici depuis des générations, et dont les ancêtres eux, ont construit ce pays. Les premières maisons du village de St Jouin seraient à 500 m du projet.( aux Etats Unis, la marge de sécurité est de 8 kms) La plage d’Antifer est à proximité immédiate, sur le même site que le projet. On y rejetterait des milliers de m3 d’eau chargée en composés chlorés et refroidie. Elle est fréquentée en été par des milliers de personnes dont la plupart ont des revenus modestes et n’ont pas les moyens d’aller ailleurs. Les Yachts et les Maldives, c’est pas pour eux. Les jeunes qui n’ont que leurs vélos ou scooters ne peuvent aller ailleurs. Les handicapés et les familles nombreuses trouvent là une plage en pente douce très sécurisante. Plus toutes les autres activités liées à la mer . Pêche etc…Aucun autre endroit n’est aussi accessible.  Manque de place et payage au Havre, Etretat et Fécamp, le Tilleul trop petit etc. Le projet a fait chuter la valeur des biens immobiliers des riverains. A un point tel que ceux qui voudraient partir, effrayés par le projet, ( quand on voit ce que les corses font avec une simple bouteille du commerce, on les comprend ) ne peuvent plus vendre leurs biens à un prix qui leur permettrait de s’installer plus loin. Dans leur grand cynisme, les porteurs du projet nous ont écrit que c’était de notre faute. Les falaises abritent une faune et une flore riches et abondante, dont certaines espèces sont protégées. La valleuse classée de Bruneval, tout à côté souffre déjà d’une pollution aérienne importante prouvée, due au port pétrolier. Sa plage a été massacrée par ces mêmes industriels qui, aussi sûrs d’eux que nos experts du gaz , s’étaient déjà trompés en créant un port surdimentionné en panne aujourd’hui.. Et c’est au milieu de tout ça qu’ une bande de requins voudraient installer une monstruosité industrielle laide, polluante et puante plus longue et aussi haute que l’Hôtel de Ville du Havre, dans le seul but de s’en mettre plein les poches. On ne le répètera jamais assez, on a assez de gaz. ce projet n’est pas d’interêt national mais privé, c’est à dire purement mercantile.  

Platine

la municipalite n’est pas a la hauteur en se braquant contre le promoteur.Untour de table avec dialogue auraient fait avancer les choses pour toutes la population .nous pourons dire merci a Fracois Aubert et son equipe si une barriere est instalee en haut du site,des mesures etant deja en train d’etre mises en place .De plus cela se politise et c’est deplorable

gazpart

Risque majeur à St Jouin : Hubert Fournier Sur un site pétrolier construit dans les années 70’surdimensionné et non achevé , le courtier en énergie Poweo est le porteur d’un projet de port méthanier, d’une usine de regazéification et d’odorisation sur un site déjà classé seveso. Il y a 3O ans l’Etat avait construit un port pétrolier à 1000 mètres du village plusieurs fois centenaire. Malgré ces premières infrastructures le tourisme s’est développé grâce à la proximité d’Etretat située à seulement 5km. Il y a 4 ans la commune et les acteurs locaux ont porté un projet d’éoliennes sur ce port, ce projet a été rejeté pour cause de danger, (une pale aurait pu se décrocher et perforer un tuyau). Aujourd’hui la coexistence avec 9 milliards de mètres cubes de gaz ne poserait aucun problème… Ce serait la première fois en Europe où l’on construirait ce type d’industrie à seulement 400m des premières habitations et à 1000m de l’école. Est-il raisonnable d’ajouter du risque, sachant que la plage située à 300m du site accueille 3000 personnes l’été, que le cœur de bourg du village est à 1000m du site, qu’il n’ y a qu’un seul accès au site et que l’on ne peut décréter l’acceptation du risque contre les populations riveraines. Le risque est identifié, mais pour faire passer ce funeste projet la société de Charles Beigbeder a embauché comme directeur de Gaz de Normandie l’ancien préfet de Haute-Garonne Mr Fournier en fonction au moment de l’explosion de l’usine AZF. Comme quoi l’expérience, ça peut toujours servir…

5
0
Laissez un commentairex