Bientôt des mini-réacteurs nucléaires en Roumanie

La société américaine Hyperion Power Generation a présenté un concept de mini-réacteur nucléaire transportable lors de la conférence de l’Agence Internationale pour l’Energie Atomique (AIEA), à Vienne.

Mesurant 1,5 mètre de diamètre, il serait commercialisé d’ici à cinq ans pour alimenter en chaleur ou en électricité des régions isolées ou des petites villes de 20.000 habitants. Hyperion annonce déjà une centaine de commandes pour ses mini-réacteurs, principalement de l’industrie du pétrole et de l’électricité. La première commande vient de la compagnie tchèque TES spécialisée dans les centrales hydrauliques et énergétiques. TES a commandé six modules et mis une option sur douze autres avec un premier projet d’installation en Roumanie. Ce module serait complètement fermé et enterré, ne nécessiterait pas d’entretien et serait à changer tous les cinq à dix ans.

Hyperion ne donne aucune information sur la technologie de son réacteur dont le concept provient des travaux de O. Peterson et d’autres scientifiques du laboratoire américain de Los Alamos. Certains éléments permettent cependant de supposer qu’il s’agit d’un réacteur soit dérivé des moteurs embarqués dans les sous-marins nucléaires, soit de petits réacteurs expérimentaux de type Triga, largement utilisés pour la recherche dans les universités.

Hyperion prévoit de construire trois sites de construction de ces mini-réacteurs avec en vue une production de 4000 unités entre 2013 et 2023.

 

VOIR AUSSI :

Toshiba confirme développer un mini-réacteur nucléaire

 

BE Roumanie numéro 2 (18/02/2009) – Ambassade de France en Roumanie / ADIT – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/57836.htm

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
58 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Wally

Que devient la sécurité de ces mini réacteurs. N’est-ce pas dangereux de laisser ce genre de technologie sans grande surveillance ? que ce soit d’un point de vue sécurité contre une contamination ou d’un risque d’attentat. de plus pour rentabiliser  le nucléaire il faut que ce soit une centrale de base (centrale en fonctionnement continu et sans variation de charge). rappel: le rendement d’une unité nucléaire n’est que de 30% alors qu’une centrale TGV (Turbine Gaz Vapeur) atteind 55% Ce genre de projet me semble donc une idiotie de plus !

De passage

Je ne suis pas connaisseur mais est-il vraiment pertinent de comparer les rendements énergétiques du nucléaire et du thermique ? D’autant plus qu’on ne sait rien de la technologie déployée… Qualifier le projet d’idiotie à ce stade d’information me semble relever d’avantage de l’idéologie (d’autant que c’est argumenté par des éléments concernant de “vrais” centrales nucléaires).    

William .

L’idiotie de plus ,c’est ce wally incompétent ,peureux du l’atome et intoxiqué par l’idéologie antinucléaire la plus betement basique .

Arnaud 13

C’est vraiment intêressant .C’est un réacteur d’avenir .Relisez bien l’article : “Une “pile”nucléaire,transportable,de petite taille!”paru le 11/09/2008 à 09:57  ; sur Enerzine .C’est du sérieux et implantable partout où on ne peut pas mettre d’éolienne . On pourrait même en mettre avec des éoliennes (si on voulait) pour compenser leur intermitence,mais dans les endroits où les éoliennes ne gacheraient pas le paysage au habitants,cela va de soi …  Cordialement !

Arnaud 13

Et 4000 réacteurs . Donc  4000 * 20000 = 80.000.000 d’ habitants . Or en combinant ces petits réacteurs avec des éoliennes et (ou) des photopiles ,mais aussi des dispositifs solaires therliques , de la géothermie , de la biomasse… Eh bien des pays de la taille de la France peuvent avoir un véritable Eldorado énergétique bien répartie à travers tout le territoire . Donc , oui ,plus que jamais de tels réacteurs sont hyperinteressant pour le futur énergétique de l’europe , et du monde .

Briard

Dommage qu’ Areva  ne se soit pas investi dans ce créneau de grand avenir de l’énergie nucléaire .Comme quoi il ne faut pas toujours tous investir dans les trés grosses installations mais savoir aussi se diversifier dans les petites installations pratiques , souples et bien modulables avec d’autres installations énergétiques .

Cumulocirrus

Pas évident que ce type de concept s’impose… On en entend beaucoup parler, mais on n’en a pas encore vu grand chose. d’un point de vue tant économique qu’écologique, des réacteurs de faible puissance sont à priori peu compétitifs… En France, des acteurs comme Areva TA (aciènement Technicatome) ou DCNS (les sous-marins) ont une certaines maîtrise des réacteurs de faible puissance…

trimtab

Je sens déja que ça va encore chauffer entre le pro et anti ‘nuke’. Mais ce brève incite 2 commentaires ‘pragmatiques’:   1: Toute technologie arrivant à ‘maturité’ entre toujours dans une phase de ‘minaturisation’ et le nucléaire n’echappera pas à cette phase ‘inevitable’, mais vu le ‘dépendance’ et coût (même minaturisé) des ‘fuels’ nonrenouvelables, faut il aller ce ce chemin là ?   2: Et cette question mêne au deuxième aspect : Il y a plus d’énergie renouvelable actuellement ‘en ligne’ dans le monde que du nucléaire, et une des raisons pour cela est que le developpement de la technologie nucléaire implique beaucoup de ressources economique et humains (sans parler de tous les risques ‘géopolitiques diverses’) et surtout BEAUCOUP DE TEMPS.   Par contre, si les energies renouvelables ont pour le moment un coût certain, leur ‘mise en ligne’ est rapide (même une grande projet solaire PV ou à concentration peuvent être en ligne en plusieurs mois), comparé aux ANNEES de recherche, construction etc du nucléaire (quelque soit sa taille !).   A voir ‘l’explosion’ du solaire et éolien pour l’année 2008 partout dans le monde, on peut légitiment se poser la question de ‘la rentabilité’ à moyen ou longue terme du nucléaire.   Certes, une installation d’ENR semble avoir du mal à ‘concurrencer’ des GW’s d’une tranche nucléaire, mais combien de tranches nucléaires on été ‘mise en ligne’ depuis plusieurs années dans le monde (malgré un debat quasi quotidien sur le plans de ‘relance’ du nucléaire et des déclarations de coopération et d’intention des acteurs concernés !) et combien de GW’s d’ENR ? La prochain technologie nucléaire (EPR) c’est pour dans 10/15 ans ? et à quel prix ? Les ENR’s c’est pour aujourd’hui et demain, et on connait le prix !   trimtab

Briard

Si des acteurs comme Areva TA (ancienement Technicatome) ou DCNS (les sous-marins) ont une certaines maîtrise des réacteurs de faible puissance;alors il faudra qu’ il s’y remettent dés qu’ils auront pu constater à quel point le réacteur Hypérion (HPM) marche bien et se vendra bien . Cela serait stupide pour Areva de se faire prendre le marché des petits réacteurs qui est d’autant plus prometteur ,qu’ il peut se combiner avec les EnR intermittentes comme l’ Eolien et le Solaire .

filvert

Si c’est moins cher que le KW EPR, pourquoi faire des EPR ? En général les petites unités ont un coût de revient plus élevé.

Briard

Les ENR’s c’est pour aujourd’hui et demain et comme elles sont intermittentes, elles se mariront très bien avec tous ces petits réacteurs nucléaires idéaux pour fonctionner en parfaite harmonie avec les EnR’s . L’avenir est donc à l’alliance pleine et entière et harmonieuse des petits réacteurs nucléaires avec  les EnR’s .L’avenir sera Nucléaire-EnR .

Briard

Je cite Enerzine du 11/09/2008 à 09h57 : Chaque unité serait en mesure de produire entre 70 MWt ou 27 MWe une fois connectée à une turbine à vapeur, ce qui constitue une quantité suffisante pour fournir de l’électricité à 20 000 foyers américains moyens ou leur équivalent industriel.

Aqua

Bonjour, En toute objectivité. Les stocks d’uranium, comme toute autre ressource naturelle minérale, n’est pas renouvelable à l’échelle humaine. Des solutions s’appuyant sur un “combustible” d’origine minérale est donc vouée à l’échec à long terme. On pourra objecter la chose suivante : “Cela permettra de trouver mieux, mais en attendant, cela nous donne du temps”. Gagner du temps… pour quoi faire ? Pour tomber plus profondément dans le ravin ? Réfléchissons à des solutions sans combustible d’origine minérale. Tout le reste est condamné d’avance. Me trompe-je ? Merci pour vos commentaire que j’espère sur un autre plan que le dogmatisme.

Briard

Coût annoncé d’un tel système : 2 500 dollars par maison pour une agglomération de 10 000 foyers à 2 habitants par foyer (donc 20.000 individus), sachant que chaque réacteur pourrait générer 27 MW de puissance électrique. Donc  10.000 * 2500 =  25.000.000 de Dollars . Avec 1 Euro = 1,3 dollar(environ) :    2500 $ = 1923.08 €  .  Donc :  1923.08 €  par  maison  .

Briard

Oui, tu te trompe : Sur les risques de pénurie en uranium : Tous les géologues sérieux ne peuvent ignorer que l’uranium est un des constituants fondamentaux de la terre et que, contrairement aux combustibles fossiles, il y en a partout dans la croûte terrestre, certes à des concentrations variées mais même l’eau des océans en contient des quantités non négligeables. D’ailleurs, un laboratoire japonais a étudié récemment les conditions pratiques de récupération de l’uranium des océans, concluant que cela coûterait environ dix fois plus cher que l’extraction minière actuelle. Cela ne ferait même pas doubler le coût du kWh nucléaire. Sans aller jusque là, la mise en œuvre de réacteurs à neutrons rapides, consommant la quasi-totalité de l’uranium et non 1% environ comme les réacteurs actuels, nous assurerait plusieurs siècles d’approvisionnement uniquement avec les réserves à bon marché qui sont prises en compte aujourd’hui.                  

renewable

Quand nous aurons des milliers de ces réacteurs disséminés dans la nature, “survéillés” par d’excellentes administrations incorruptibles (nous en connaissons partout dans le monde), nous n’aurons aucun souci à nous faire! Surveiller de grosses unités de par le monde est déjà difficile, des milliers de petites est encore plus facile! Que l’on vende des panneaux solaire, des éoliennes, des hydroliennes ou meme des centrales à gaz partout à travers le monde ne me poser a jamais le même problème que des centrales nucléaires car le risque associé ne souffre aucune comparaison. J’admet que d’un point de vue idéologique, c’est génial, l’énergie est à portée de tous. Mais à quel prix? Qui aura à payer pour le retraitement de ces unités? Quelle autorité indépendante vérifiera que c’est effectivement le cas et dans les normes? Une fois encore avec le nucléaire on met la charrue avant les boeufs, on s’extasie devant la finalité de la solution sans même prendre letemps d’essayer d’en faire unesolution présentable, de la munir de gardes-fous. On ne prend même pas la peine d’en parler, comme s’il s’agissait là de risques infinitésimaux, absurdes.

Briard

à propos de la prolifération des produits radio-actifs : Radioéléments médicaux Potentiellement l’activité médicale est la plus proliférante.Pour fabriquer ces radioléléments à durée de vie courte : durée de vie courte = hautement radioactif. Mais ils sont très fortement dilués.Il faut utiliser un réacteur haut flux qui comporte de l’U hautement enrichi (de quoi faire de 3 à 4 bombes).Multiplication des transports de “petits colis”. Un accidnt d’irradiation en France : un bagagiste de CDG manipulant ce genre de colis.Un nuage de Tchernobyl en France du poiont de vue de l’iode = 36 heures de fonctionnement des hopitaux français.Si l’on veut faire une bombe sale, on s’en prend à une source médicale de 6000 curies de césium 137 dans un hôpital, c’est plus facile que de chercher à désosser un mini-réateur tel que proposé.

Briard

aux trés nombeuses sources médicales de 6000 curies de césium 137 dans les hôpitaux , parcequ’on aurait peur que des terroristes en fasse des bombes sales ? Bien sûr que non . Il y a suffisament à travers tout le monde entier(dont beaucoup dans le tiers monde) de sources médicales et aussi industrielles de matiéres radio-actives extrêmement irradiantes pour que de très nombreux terroristes puissent se servir autant qu’ ils veulent sans attendre à avoir à désosser des mini réacteurs de l’avenir, dont les matières radio-actives sont nettement moins interessantes du point de vue radiatif que les sources médicales de 6000 curies de césium 137 dans les hôpitaaux et les autres sources industrielles actuelles tout aussi redoutables . Et n’ allez pas croire que les terroristes ne soient pas au courant . C’ est juste qu’ ils savent que du point de vue terreur ,ça ne fait peur qu’à une poignée d’antinucléaires ,mais de leur point de vue,ça n’ est surement pas interressant ,car ils auraient déjà eu depuis le temps, des milliers d’occasions de réaliser ce genre d’ attentat . Ils préfèrent le style Londre , Madrid  et world trade center .Pour eux c’est infiniment plus éfficace …

Briard

L’avenir sera donc  Nucléaire-EnR avec tous les petits réacteurs nucléaires indispensables pour compenser et harmoniser les intermitences des EnR’s .

renewable

Et vous irez vous assurer dans 100, 200, 300ans que ces mini-réacteurs ont bien été démantelés, ne sont pas oubliés quelque part ou vendus à des mafieux pour être enfouis en méditérannée comme on sait le faire pour bien d’autres choses. Pourquoi n’est-il fait aucune mention d’un quelquonque contrôle/surevillance/idée du démantèlement/gestion des déchets? On n’en a aucune idée?

Briard

Si vous aviez bien lu l’article ,vous sauriez que “Ce module sera complètement fermé et enterré, ne nécessitera pas d’entretien et sera à changer tous les cinq à dix ans.”  C’ est l’entreprise Hyperion qui les installe et les récupère . Aucun oubli car cela couterai absurdement de l’argent à Hyperion dont l’ intêret est de changer absolument régulièrement ces modules ; sans quoi ça ne serai pas rentable et mettrai l’entreprise en difficultés finanacières . Ces mini-réacteurs sont toujours systèmatiquement récupérés . Les déchets (aux bout de 5 à 10 ans)représentent la taille d’un ballon de foot-ball et sont systématiquement retraités . Le combustible de base est un uranium enrichi à moins de 20 % . Et ce réacteur satisfait aux critères de non prolifération .

Denlaf

Après 5 ans, que se passera-t-il avec le réacteur nucléaire et ses déchets radioactifs? Le problème reste entier. D’un gros problème, on se retrouverait avec une multitude de petits problèmes, et avec moins de contrôle. Il faut accélérer avec les EnR, ce qui semble vouloir se concrétiser. Articles sur les énergies renouvelables : http://www.denis-laforme.over-blog.com

Briard

C’est une bonne chose car le HPM (Hyperion Power Module), conforme à tous les critères de non-prolifération du Partenariat mondial pour l’énergie nucléaire (GNEP), constitue une excellente solution pour tous les sites. Rassemblant les concepts simples des réacteurs d’entraînement du monde qui fonctionnent depuis des décennies, le HPM permet d’offrir une énergie sûre, continue, propre et sans émission pour une fraction de la surveillance humaine et de l’investissement financier nécessaires aux centrales nucléaires conventionnelles.”

renewable

Effectivement, si vous êtes maître du Business Plan d’Hyperion et que vous les croyez sur parole peut-être même pourriez-vous nous en communiquer les détails pour écarter nos craintes totalement superficielles…Vous bossez pour eux?

Briard

C’est donc pleinement suivi ,controlé et surveillé comme cela doit l’être .Et comme je l’ai déjà dit et redirai de nombreuses fois encore :”L’avenir sera donc  Nucléaire-EnR avec tous les petits réacteurs nucléaires indispensables pour compenser et harmoniser les intermitences des EnR’s ” .  

Zorro

Décidément, certains lobbies militaro-industriels veulent oublier Tchernobyl et les autres gros accidents et persistent à semer une pollution nucléaire éternelle pour certains éléments !! meme en France, le pays du risque nucléaire 0 (dixit Areva, bien sur!!), on a 20 accidents/an et 900 incidents/an…Pour les sceptiques et autres incrédules ignares, Allez donc sur ya pas pire aveugle que les CONS qui ne veulent pas voir !!! Bonne chance à tous…

trimtab

Qu’on arrete de dire que LES ENR’s globalement sont intermittentes. Chaque ENR a forcement une nature intermittentes certes, mais ensemble et globalement il y toujours du soleil quelque part, toujours du vent qui souffle, toujours du courant qui secouent les mers et des océans, et toujours les gens qui vont à la selle pour nous donner de ‘l’or brun’ à récupérer pour faire du méthane !!!! (voir commentaire ‘honey pot man).   Le problème est la distribution de CES ENR’s (et toute autre énergie en général) en fonction de ‘piques’ et ‘creux’ de production et de consommation des uns et des autres  partout dans le monde, et l’interconnection des réseaux à grande echelle pour que l’énergie produit va ou on a besoin quand on a besoin.    De nombreuses ‘interconnections’ existe déja et sont même envisagés à l’echelle du monde (www.geni.org) et la technique de HVDC (high voltage direct current), qui reduise les pertes en lignes à un minimum, promet de pouvoir envisager des nouvelles interconnections sur de grandes distances (plusieurs milliers de kilometres), permettant ainsi de ‘transferer’ du courant en surplus ailleurs ou il y a des besoin (par exemple du solaire d’un région ou il fait jour à une région ou il fait nuit !).   Utopique peut être de croire qu’une telle ‘coopération’ internationale est possible, mais devant le besoin ‘d’optimiser’ nos moyens de production(ENR’s et d’autres), de telles projets et coopérations (www.desertec.org) existe déja et vont surement s’accoitre devant l’obligation de voir ces problèmes énergetiques d’une façon ‘globale’ litéralement (au même titre que des solutions aux ‘crises’ de type financière actuelle). Sans parler des effets ‘pacifiants’ et ‘geopolitiques’ d’un tel ‘électrification harmonious de la planète’, mettant un certain comfort de vie à la disposition de tous. “When a society reaches a threshhold of 2,000 kilowatt hours per person per year, infant mortality falls below 50 per year (the United Nations determination between “hungry” and “non-hungry” nations). Also at this threshold, safe drinking water becomes available to 80% of the affected population” Un jour viendra ou l’electricité produite par des eoliennes en Bretagne sera peut etre ‘consommé’ par des chinois, du solaire chinois produit dans le desert de Gobi par des Russes, et du hydrolique produit en Suisse par des africains !!!!!!   Il n’y a pas de crise d’énergie, seulement une crise d’ignorance” – (Buckminster Fuller circa 1950).   trimtab                  

renewable

En suivant votre logique, seul le discours de l’entreprise en charge vous suffit, supprimons donc toutes les inutiles autorités de controles françaises du nucléaire et laissons AREVA nous raconter comment cela se passe! A quoi serve-t-elles donc? Pourquoi les conserver? Vous vous rendez compte de ce que vous sous-entendez?

Briard

Cela peut même intéresser votre GRAND AMI : NATURE  . Pourquoi ne le lui proposez vous pas ? Car ce mini-réacteur peut aussi bien fonctionner sans champs d’éoliennes qu’en parfaite harmonie avec des champs éoliennes . C’est une sacrée souplesse pour ceux qui dans certains paysages ne veulent pas d’éoliennes.Mais un sacré beau mariage pour ceux qui comme CHRISTIAN apprécient d’associé éoliennes et nucléaire ;et plus généralement EnR et Nucléaire .L’avenir sera Nucléaire-EnR .

A renewable

Un anti-nucléaire à long terme comme vous(sur 40,50 ou 80 ans )n’a pas de sens critique . Il est juste de l’avis des ONG antinucléaires, et essais de les aider comme il peut de ci, de là .Fait semblant de dialoguer , d’ être raisonnable, mais on voit bien qu’ il est tout simplement un antinucléaire très courant , faisant de la dialectique épistolaire en vain . Car même dans l’hypothèse où cela vous contrarirai beaucoup, l’avenir sera Nucléaire-EnR . P.S: N’oubliez pas de parler de ce réacteur à Nature si vous le croisez .

fruitox

C’est assez décevant de voir autant de pro nucléaire prêt à dire autant d’annerie pour défendre quoi ? leur travail peut-être ? Non sans rire, c’est une technologie intéressante mais dans certains cas très précis, pas pour la banaliser. Surtout pas. Trop dangereux de prendre le risque de laisser des technologies nucléaires entre les mains de n’importe qui. Trop dangereux de s’appuyer sur une ressource quasi inéxistante. Sérieusement, les constats actuels sur les ressources en uranium s’appuie sur une consommation actuelle. Si ce genre de technolgie se développe, plus d’autres centrales nucléaires…..et bien la ressource sera là pour bien moins longtemps que prévue. C’est à dire quelques dizaine d’année. Alors arrêter de vous prendre la tête, misez tout cet argent sur les ECONOMIE d’ENERGIE et sur les énergies renouvelables. Bien sûr avec les économies d’énergie personnes ne gagnent d’argent (donc les entreprises peuvent pas investir la dedans) par contre tout le monde arrete d’en perdre inutilement. Et il n’y a pas de solution, rappeler vous que la meilleur énergie c’est celle qu’on utilise pas. Et il y a beaucoup à faire sans pour autant se priver de tout notre confort. Quand on voit qu’une maison peut être autonome, qu’un bâtiment peu l’être, qu’une entreprise peut l’être, tout ça en réfléchissant bien à la construction, aux énergies aux déperditions….. c’est quand même plus malin que d’investir dans une technologie qui risque de nous péter à la gueule ?  

Briard

Un antinucléaire à long terme comme vous(sur 40,50, 80 ans ) n’a pas de sens critique , il fait semblant d’en avoir un . PS ; si vous croisez Nature , proposez lui ce réacteur , il sera peut être intéressé pour ses paysages ,puisque ce réacteur est enterré .

Briard

Je Vois qu’il faut que je me répète pour les ressources en uranium :Sur les risques de pénurie en uranium : Tous les géologues sérieux ne peuvent ignorer que l’uranium est un des constituants fondamentaux de la terre et que, contrairement aux combustibles fossiles, il y en a partout dans la croûte terrestre, certes à des concentrations variées mais même l’eau des océans en contient des quantités non négligeables. D’ailleurs, un laboratoire japonais a étudié récemment les conditions pratiques de récupération de l’uranium des océans, concluant que cela coûterait environ dix fois plus cher que l’extraction minière actuelle. Cela ne ferait même pas doubler le coût du kWh nucléaire. Sans aller jusque là, la mise en œuvre de réacteurs à neutrons rapides, consommant la quasi-totalité de l’uranium et non 1% environ comme les réacteurs actuels, nous assurerait plusieurs siècles d’approvisionnement uniquement avec les réserves à bon marché qui sont prises en compte aujourd’hui.

Briard

Quand au réseau SDN : c’est seulement une ONG antinucléaire trés quelconque et très caricaturale . Ses avis Bidons et foireux n’ont strictement aucun intéret .L’avenir sera Nucléaire-EnR .

fruitox

“Un antinucléaire à long terme comme vous(sur 40,50, 80 ans ) n’a pas de sens critique ” 1. Dans 80 ans, de la ressource il n’y en aura plus ! 2. Et toi est-ce que tu te rend compte de toutes les dépenses qui tournent autour d’une technolgie nucléaire. Pour ça il faut revenir longtemps en avant et voir longtemps dans l’avenir. Si tu prend en compte toutes les recherches qui ont pu être faites sur le nucléaire, tous les tatonement, les échecs, le cout de fabrication d’aussi grosses centrales, le cout de fonctionnement de celle ci, le cout de traitement des déchets qu’il faudra suivre pendant des centaines d’années, le cout de déconstruction d’une centrale, de la place qu’elles prennent pendant leur existance et aussi après leur mort……du cout de la contamination, du cout de la prudence qu’on est obligé de prendre avec elles….. Le nucléaire c’est de la m. C’est pour ceux qui veulent pas se prendre la tête avec des technologies plus difficile à maitrise. Mais plus propres. C’est comme ceux qui on choisis d’installer un chauffage électrique chez eux, ils s’en mordent ensuite les doigt (ou alors s’est qu’ils n’ont pas comparé le prix à l’utilisation). L’installation est vite faite, ensuite on n’a plus qu’a appuyé sur un bouton. Mais c’est la pire des merdes et ça plombe le bilan énergétique de la France. C’est pareils avec ces nouvelles technolgies nucléaires, c’est pour ceux qui ne veulent pas faire d’étude sur ce qui serai la meilleur solution, ils investissent dans cette technologie et ensuite ils ne s’en occupent plus. Trop facile. Bien trop dangereux. A n’utiliser que dans certaines conditions bien particulières, comme sur des plates formes pétrolière effectivement, bien isolé.

alternotre

A mon humble avis, l’idéal dans le futur, c’est la fusion nucléaire… Relativement propre, non détournable (directement)) pour faire des armes et très largement plus puissant que nos matériels actuels…   Seulement, à priori, pas avant une cinquantaines d’années. Donc faudra bien faire la jonction entre un pétrole qui génère tant de problèmes, un charbon polluant un solaire pas totalement mature et d’autres ENR plus ou moins efficaces. Faut voir qu’avec la fusion nucléaire, on ouvre grand les portes de la transmutation. De là, les déchets d’aujourd’hui pourraient être du combustible demain… Outre le fait que leur neutralisation posera pas trop de problèmes.   Avec toute la mesure nécessaire, je ne jetterai pas cette idée de “mini nuke” au feu, car elle pourrait bien être un rajout non négligeable aux panels de technologies énergétiques qui nous éviterons trop de “casse” d’ici à ce qu’on ait quelque chose de mieux. Maintenant, la meilleur énergie, c’est celle qu’on ne consomme pas (ce n’est pas de moi, mais j’aime bien…) .. Faudrait peut être bien commencer par reconsidérer nos déplacements, nos stratégies d’urbanisme, nos modes de consommation…. Vaste chantier…

Briard

Mais mon cher alternotre , le problème c’est que les anti-nucléaires détestent autant la Fusion que la Fission . D’autres antinucléaires affirment sans aucune vergogne que la Fusion est une utopie irréalisable et qu’on perd un temps et un argent fou avec la Fusion .Argent qui selon eux devrait être entièrement consacré aux EnR et aux économies d’énergie ,et à faire dans la sobriété . Vous n’avez  hélas aucune chance de leur faire admettre la Fusion qui répétons le; est aussi détesté par les antinucléaires que la Fission …Le voilà le problème insoluble avec les antinukes .Ils sont contre toutes les formes d’énergies nucléaires ; Fission  comme Fusion  …

Cramelas

Il ne manquait plus que ça: des mini-réacteurs disséminés partout dans le monde. C’est parfait, surtout dans les pays où la surveillance est peu efficace ou corruptible. Un tractopelle, une grue, et hop ! On embarque le mini-réacteur et on vend son combustible à des groupes terroristes pour fabriquer des bombes sales !

guignol07

Techniquement parlant, le système est effectivement intéressant. Plus facile pour gérer la demande, moins de déperdition sur des lignes THT. Mais franchement, bien que plutôt pro nucléaire, je dois quand même avouer mes craintes au niveau de la sécurité dans son ensemble. 1) Prise en main possible par des terroristes ? Puisqu’on peut le déplacer, on peut surement le voler et y acceder plus facilement que dans une centrale nucléaire. 2) Personnel non qualifié affecté à son exploitation. 3) Possibilité d’une exploitation non déclarée, donc non contrôlée. Une fuite à proximité d’une centrale, on n’a pas de doute d’où ça vient. Mais à un endroit où ce type d’engin aura été exploité en douce et où l’on découvrira des années après une zone polluée et ben il nous restera que les yeux pour pleurer. Ouais la sécurité dans le nucléaire, c’est primordial et là, je ne suis pas convaincu (en plus la Roumanie comme exemple, bof)

alternotre

De la fission à la fusion… Pros et Antis ? Ce n’est franchement qu’une question de temps. On y viendra forcément… Ne serait ce que pour les besoins de notre expansion dans le système solaire. Dans l’immédiat, et faute de mieux disponible, je suis assez partisan de promouvoir largement les ENR et de conserver les capacités nucléaires dans le giron des états. Cette “Pile” peut être certainement utile… Mais en confier la construction et l’exploitation à une société privée… Franchement, ça fout les jetons… Maintenant, si Hypérion est fabricant, mais que ce sont des états qui sont exploitants et gestionnaires, ça pourrait être un poil plus acceptable. Demeure que cette “atomisation” de la production atomique ne présente pas, à priori, toutes les garanties quand à la non prolifération de matériaux radioactifs illégalements acquis… Au lieu de se remettre en cause, on pousse à une fuite en avant déraisonnable. Une fois de plus, on prend le problème à l’envers… C’est décourageant…

Loik 29

Nous en BRETAGNE , Nous serons ravis d’avoir ces petits réacteurs enterrés car il correspondent  trés bien à nos besoins combinés aux EnR . Et les antinucléaires Bretons,n’empêcheront jamais les pronucléaires Bretons de faire implanter d’ici dix,onze,ou douze ans ces exellents petits réacteurs dont nous allons avoir très besoin bientot .

Briard

Les états et l’AIEA  controleront tout ceci contrairement aux bobards ignobles que renewable a l’immonde attitude de colporter avec la plus sordide mauvaise fois .Ce delire monstrueux d’un antinucléaire hypocrite de la pire espèce,qui essaye de faire croire qu’il est raisonnable parcequ’il est prêt à subir le nucléaire entre 50 et 80 ans ,le temps qu’il soit prétendument remplacé par les Enr . Alors que Nucléaire-EnR vont travailler ensemble à l’avenir ,même si ça déplait à tous les ARCHIS-CONS  ANTINUCLEAIRES .

enerZ

Merci de modérer vos propos. Le débat qui s’est instauré ici doit resté constructif… A tous les invités, pensez à vous inscrire afin de devenir membre de la communauté d’enerzine et de crédibiliser ainsi vos propos… MERCI Le modérateur

christian

On avait déjà eu une précédente brève. Et là, on en remet une couche, toujours sans expliquer ni le concept, ni le stade de développement… Alors voilà quelques infos :  Il n’y a pas de publications scientifiques sur le sujet (à la connaissance de la base de données ISI) à part : Compact self-regulating power reactor, Peterson, O.G, Kimpland, R.H., Coates, D.M., Trans. of Am. Nucl. Soc., 98, 729, 2008. C’est un CR de conférence, dont on ne sait si il a été référé. C’est maigre. On peut trouver des extraits des brevets :  Franchement, sans les courbes et schémas c’est difficile de juger. En tout cas, les références qui y sont citées pour ce qui concerne les “données de base” (physico-chimie, neutronique etc.) sont quand même anciennes (1949, 1960, 1965, 1975)… Dans les programmes GenIV tout ou presque doit être mesuré à nouveau avec des méthodes modernes,… ça laisse donc rêveur. A moins que tout soit “caché” dans le code de simulation MCNP cité en référence et qui date de 2000… Personnellement, je suis assez dubitatif sur le choix de certains matériaux (le caloporteur par exemple)… Mais bon, à ce stade, c’est un “réacteur de papier”, dont la faisabilité reste, à mon avis à démontrer. Et je ne parle même pas du reste… Y’a des bonnes idées à prendre quand même…

Briard

Eh bien cher Christian , ce avec quoi je suis le plus d’accord : c’est qu’il faudra attendre au moins (d’aprés la socièté Hyperion Power Generation)jusqu’ entre 2013 et 2023 . Car le communiqué d’Enerzine ci dessus déclare que :”Hyperion prévoit de construire trois sites de construction de ces mini-réacteurs avec en vue une production de 4000 unités entre 2013 et 2023.” Donc au minimum 2013 (ce qui me semble horriblement long) . Mais la meilleure idée , celle que je préfère , c’ est qu’on pourrait coupler encore plus facilement le Nucléaire et l’éolien (et aussi le solaire) avec des petits réacteurs nucléaires dont la puissance (27 MWe) sont d’un niveau comparable à 13 éoliennes de 2 MW + 1éolienne de 1Mw ((13*2)+1=27) .Et si en plus on peut faire avec ces petits réacteurs de la cogénération , alors ça sera la cerise sur le gateau ;(en prime, ça exaspèrera les antinucléaires).Donc ,patience , wait and see … Et espérons que cela sera du réel entre 2013 et 2023 .

lion

Cette société n’a aucune référence en matière de réacteurs nucléaires civils. Au début de cette brève, j’ai pensé que nous étions le premier avril surtout avec les chiffres de réacteurs commercialisés dans la prochaine décennie. J’observe que cette annonce provoque, comme le dit avec (humour?) enerZ, un débat constructif. Pour qu’il ait un début de débat, il serait bon qu’il ait un objet de débat. Or avec les données résumées d’Hypérion, il ne peut pas y avoir débat. On assiste à l’éternelle querelle entre pro et anti qui est tout sauf un débat. En matière de petits réacteurs de puissance, je tiens à signaler que la France a une très grande expérience avec les moteurs de sous marins testés dans ce qui a été appelé le prototype à terre sur le site de Cadarache. Mais au MW installé ces petits réacteurs coûtent plus cher que les grandes installations de puissance où l’effet de taille joue à plein.

Briard

Sinon , il y aura peut-être bientot (s’il n’a pas pris trop de retard lui aussi)le réacteur ” à lit de boulet” PBMR ou Peeble Bed Modular Reactor ; dont la puissance électrique pourrait monter jusqu’à 165 MW et peut-être lui aussi apte à la cogénération .C’est un” Génération IV” qui pourrait être commercialisé lui aussi entre 2013 et 2023 .Donc là aussi patience et “wait and see…” Mais si ça marche , il pourra lui aussi être couplé aux éoliennes et(ou) aux centrales solaires (qu’elles soient photovoltaiques ou Thermodynamiques) . Ainsi l’avenir sera Nucléaire-EnR .

Briard

Pendant que vous êtes là , Cher lion , Savez vous si le” PBMR” à pris encore du retard ???

Briard

Votre réflexion sur le fait que :” Mais bon, à ce stade, c’est un “réacteur de papier”, dont la faisabilité reste, à mon avis à démontrer ” ; vient de me donner l’idée que cela pourrait peut-être ,être une sorte ” d’ affaire  Stavisky nucléaire de papier” avec un réacteur nucléaire de papier totalement bidon .Aprés tout ,si chaque réacteur se vends 25 millions de dollars ,mais qu’on verse environ 8 millions de dollars avant le début des travaux ou presque … Et si l’arnaque est bien montée , avec une vraie centaine de commandes , cela ferait : 8 millions * 100 = 800 millions de dollats . En achetant des complicités chez les décisionnaires (haut fonctionnaires Roumains et d’autres pays , mais aussi certains décisionnaires dans les compagnies pétrolières et autres institutions gangrénés par des corrompus en puissance ou en actes …). Bref , cela serait trés rentable pour des supers escrocs biens organisés , des “Bernard Madoff” du nucléaire de papier . Une bonne préparation sur cinq bonnes années , par des supers escrocs ayant des complicités de gens corrompus à des postes clés . Oui ,c’est trés faisable et ça serait pour ces sales escrocs très rentable . Alors , il y a de quoi être assez dubitatif comme vous dites sur la réalité future de ce genre de réacteurs . Dommage , j’aurais aimé que ce soit un vrai réacteur très sérieux , or cela pourrait bien être qu’une lamentable arnaque d’un “Stavisky nucléaire de papier” . Espérons que  je me trompe .

pasnaif

La croûte terrestre contient assez d’uranium et thorium pour 200 milliards d’années de consommation nucléaire au niveau actuel (en RNR). Soit dit au passage, 40 fois la durée de vie restant au Soleil, père de toutes les énergies renouvelables. Dame Nature nous en livre sous forme concentrée pour 4-5000 ans et c’est par pure paresse qu’on n’exploite que ces mines exceptionelles. Vu que la Terre sera volatilisée dans 4 milliards d’années, l’énergie nucléaire sous toutes ses formes est de disponibilité infinie devant la durée de l’Humanité.

58
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime