Incident de manutention dans la centrale de Gravelines

Un incident de manutention de combustible est survenu dans la centrale de Gravelines (Nord) dimanche.

L’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) a été avertie par EDF qu’un incident de manutention du combustible est survenu le 9 août 2009 à 3h 45 du matin, lors des opérations de déchargement du réacteur  n°1.

Le cœur d’un réacteur nucléaire de 900 mégawatts, comme Gravelines 1, est composé de 157 assemblages combustibles comportant chacun 264 crayons qui contiennent le combustible nucléaire. Les réacteurs doivent être arrêtés périodiquement et déchargés pour procéder au renouvellement du combustible.

Lors de cette opération, le couvercle de la cuve du réacteur et les structures internes supérieures de maintien sont retirés pour pouvoir accéder aux assemblages combustibles et pouvoir les remplacer, explique l’ASN.

Lors des opérations d’enlèvement, un assemblage combustible est resté accroché aux structures internes supérieures. L’exploitant a alors interrompu ces opérations et fait procéder à l’évacuation du bâtiment réacteur et à son isolement, conformément aux règles d’exploitation du réacteur. L’assemblage est sous eau dans la cuve et son refroidissement est assuré par le circuit normal utilisé lorsque le réacteur est à l’arrêt.

La possibilité de détérioration des assemblages combustibles, y compris leur chute éventuelle, lors de la manutention des assemblages fait partie des événements que l’ASN demande de prendre en compte et d’anticiper lors de l’autorisation d’exploitation d’un réacteur. L’enceinte de confinement et le système de ventilation sont conçus pour faire face à des événements de ce type, indique le gendarme du nucléaire.

Une inspection de l’ASN a été menée lundi sur le site pour contrôler les dispositions prises par EDF. L’incident, qui est toujours en cours, n’a pas eu de conséquences pour le personnel de la centrale et n’a pas entraîné de rejets dans l’environnement, ajoute l’Autorité. EDF travaille à la préparation des opérations de remise en place de l’assemblage dans sa position normale.

Un incident de même nature s’était produit sur le réacteur n°2 de Tricastin en septembre 2008.

L’ASN classe provisoirement cet incident au niveau 1 de l’échelle INES.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
alain843

avec le passage à quarante ans , bientôt deux,puis trois ?

lion

Avec l’allongement des cycles, il y a environ 40 déchargements de réacteur par an. Ce type d’incidents met en jeu un seul assemblage contre 2 à Tricastin. La procédure et les outillages sont maintenant au point et qualifiés. La remise en ordre sera donc assez courte. Cependant c’est le 3ème incident de ce type en 4 ans. Il ya donc un problème générique soit au niveau des têtes d’assemblages soit au niveau des parties inférieures des structures internes supérieures. Avec l’utilisation du retour d’expérience, on peut imaginer que ce problème devrait disparaître dans le temps.

dede29

Compte-tenu du nombre d’incidents de ce type tant aux USA qu’en France et de son potentiel à se transformer en accident de manutention de combustible ,avec les conséquences médiatiques que cela aurait ,il y a lieu de prendre des précautions particulières tant pour l’examen des internes supérieures (état des pions de centrage ) que pour la surveillance de la mise en place des internes lors du rechargement . Je pense que des mesures ont été adoptées ,mais je souhaiterais connaitre lesquelles .Si quelqu’un peut me renseigner ,merci ! J’ai fait cette demande auprès de l’ASN ,lors de l’incident de Tricastin mais la loi de transparence nucléaire semble avoir des limites .   Sur le fond,il y a là ,à mon avis un problème de conception :bloquer 157 assemblages qui se déforment de par leur stucture et l’irradiation,par les 2*157 pions fixés aux internes supérieures qui elles pèsent plusieurs tonnes et tout cela au pont roulant est un exercice de précision que l’on doit rater de temps en temps !On s’en rend compte aux arrets suivants . J’ai peur que le changement de conception ne soit plus possible ,aussi il faut disposer de mesures très strictes de compensation .  

3
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime